Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749164458
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 220 mm

L'Infini des possibles

Elisa Guenon (traduit par)
Collection : Littérature étrangère
Date de parution : 28/05/2020
Lori Nelson Spielman revient avec un conte de fées moderne.
Paulina Fontana, vieille dame pleine de fantaisie et de créativité en rupture de ban avec sa famille américaine, invite ses petites-nièces, Emilia et Lucy, à visiter son pays natal, l’Italie. Elle leur fait une déclaration fracassante : le jour de son quatre-vingtième anniversaire, elle rencontrera l’amour de sa vie et mettra... Paulina Fontana, vieille dame pleine de fantaisie et de créativité en rupture de ban avec sa famille américaine, invite ses petites-nièces, Emilia et Lucy, à visiter son pays natal, l’Italie. Elle leur fait une déclaration fracassante : le jour de son quatre-vingtième anniversaire, elle rencontrera l’amour de sa vie et mettra fin une fois pour toutes à la « malédiction de la deuxième fille de la famille Fontana ».
Cette « malédiction » n’est probablement rien d’autre qu’une coïncidence, un vieux mythe. Pourtant, personne ne peut nier que pendant des siècles, pas une seule deuxième née de la famille Fontana n’a trouvé l’amour.
Que se passerait-il si ce supposé sort était brisé ? Emilia, qui, à 29 ans, semble accepter cette malédiction, trouverait-elle à son tour le grand amour ?
Au cœur de la campagne Toscane, Paulina va finalement révéler des secrets de famille autrement plus troublants qu’une malédiction vieille de plusieurs siècles…

Après les succès de Demain est un autre jour, d’Un doux pardon et de Tout ce qui nous répare, Lori Nelson Spielman revient avec cette histoire passionnante consacrée à la découverte de soi, au pardon et à l’amour. Mais surtout à ces liens familiaux qui peuvent tout autant être synonymes d’étreinte que d’emprisonnement.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749164458
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi
En savoir plus

Ils en parlent

"Ce livre c'est du pur bonheur, il est rempli d'optimisme, de gaieté, de couleurs, de soleil, de rire. Il sent bon l'Italie, la famille, les secrets inavoués, l'Amour... LE roman de l'été !"
Sandrine / Fnac Grand Place

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • domi_troizarsouilles Posté le 30 Décembre 2021
    Lorsque j’ai vu que ce livre faisait partie des nominés au prix Livraddict 2021, catégorie Contemporaine, je me suis dit qu’il pouvait rejoindre ceux qui m’intéresseraient… et j’ai alors découvert avec une certaine surprise qu’il était déjà dans ma PAL, probablement acheté lors d’une action Kindle… Pour être tout à fait honnête, ce n’était pas mon premier choix dans la catégorie : je visais « American dirt », lu il y a quelque temps désormais, ainsi que « Le silence d’Isra » et « La passeuse d’histoires », que je n’ai finalement pas lus, ni l’un ni l’autre, par manque d’organisation dans mon planning de lectures (hélas). C’est donc celui-ci, qui n’atteignait que la 4e marche de mes envies de lecture dans cette catégorie, que j’ai lu… et ouf ce n’est pas un regret, mais pas une révélation non plus ! Non, pour moi ce n’est pas un livre exceptionnel : on est a la limite de la littérature contemporaine parfois aussi appelée littérature blanche, et de la chick-lit, avec des personnages que j’ai trouvés sympathiques mais assez caricaturaux. Autant dire que, même si ça tend indéniablement vers le feel-good, et que ça détend, ce livre n’est pas représentatif de cette... Lorsque j’ai vu que ce livre faisait partie des nominés au prix Livraddict 2021, catégorie Contemporaine, je me suis dit qu’il pouvait rejoindre ceux qui m’intéresseraient… et j’ai alors découvert avec une certaine surprise qu’il était déjà dans ma PAL, probablement acheté lors d’une action Kindle… Pour être tout à fait honnête, ce n’était pas mon premier choix dans la catégorie : je visais « American dirt », lu il y a quelque temps désormais, ainsi que « Le silence d’Isra » et « La passeuse d’histoires », que je n’ai finalement pas lus, ni l’un ni l’autre, par manque d’organisation dans mon planning de lectures (hélas). C’est donc celui-ci, qui n’atteignait que la 4e marche de mes envies de lecture dans cette catégorie, que j’ai lu… et ouf ce n’est pas un regret, mais pas une révélation non plus ! Non, pour moi ce n’est pas un livre exceptionnel : on est a la limite de la littérature contemporaine parfois aussi appelée littérature blanche, et de la chick-lit, avec des personnages que j’ai trouvés sympathiques mais assez caricaturaux. Autant dire que, même si ça tend indéniablement vers le feel-good, et que ça détend, ce livre n’est pas représentatif de cette littérature qui emporte, qui fait rêver, qui nous fait dépasser nos limites – donc je suis un peu perplexe de trouver un tel livre dans le classement de tête pour le prix LA… mais pas tout à fait étonnée au final : je sais trop bien que c’est ce genre d’ouvrage qui est très « à la mode » ces dernières années, on a besoin de ce « feel-good » en ces temps troublés, même si on ne peut pas vraiment parler d’un éblouissement littéraire. Ainsi, on a Emilia, la principale narratrice, jeune femme de 29 ans, vivant sous la coupe de sa grand-mère qui l’a élevée (car Emilia a perdu sa mère à l’âge de 2 ans) : Rosa, une terrible nonna à l’italienne mais version glaçon, qui a fait partie des vagues d’immigrés aux États-Unis d’après-guerre mais qui n’a jamais vécu ailleurs que dans son quartier italien de New York. Emilia travaille dans l’entreprise familiale de traiteurs, elle est aussi constamment au service de sa sœur et des autres membres de la famille, dont son père, complètement effacé. Emilia est une véritable Cendrillon de notre époque : au service de tout le monde, elle en est venue à trouver cela normal et n’imagine pas vivre une autre vie, dans un mélange de lâcheté qu’elle refuse de voir, et de préservation de son confort aussi peu satisfaisant qu’il soit. C’est qu’une malédiction pèse sur toutes les filles cadettes de la famille depuis plusieurs générations (dont Emilia, bien sûr) : aucune ne connaîtra le bonheur, c’est-à-dire le mariage et des enfants. Mais cette malédiction est devenue un véritable enfermement pour ces femmes… Et déjà là j’ai envie de crier : c’est quoi cette vision archaïque de la femme épanouie uniquement à travers le mariage et la maternité ?! Heureusement, on rencontre alors « tante Poppy » (je vous laisse découvrir pourquoi on l’appelle ainsi, elle dont le vrai prénom est Paolina – à l’italienne, et pas comme le synopsis le présente « à la française » !), elle aussi une deuxième fille, sœur cadette de la nonna Rosa. Poppy a entretenu un contact épistolaire aléatoire avec Emilia quand cette dernière était petite fille, mais ces échanges se sont terminés des années plus tôt sur ordre de Rosa, car Poppy est considérée comme une véritable pestiférée dans la famille, l’incarnation du mal. Et voilà que tout à coup Poppy renoue en invitant sa petite-nièce à un voyage en Italie… Tante Poppy n’est effectivement pas mariée et n’a pas eu d’enfants, mais Emilia découvre avec stupéfaction que cette grand-tante devenue inconnue, est déjantée et surtout très libre, et en plus a bel et bien eu une vie amoureuse complète (avec un amant, le comble de l’horreur !), et même plus… Ce voyage en Italie est comme une dernière volonté, car elle est vient de perdre son compagnon, et est quand même à l’aube de son 80e anniversaire. Ainsi, le récit du voyage en Italie, relaté par Emilia à la 1re personne du singulier, est entrecoupé de moins nombreux chapitres contant l’histoire de Poppy, jeune fille à la fin des années 1950 – début 1960, soumise elle aussi à sa sœur aînée qui est alors tout pour elle, et à ses parents, son père en particulier, chef de la famille dans le sens bien traditionnel du mot. Ces quelques chapitres, qui débordent toujours un peu dans le récit présent, comme si Poppy racontait elle-même son histoire, apporte un éclairage nouveau à l’histoire de cette famille dans son ensemble, et soulevant toute une série de sujets. S’adjoint à elles pour ce voyage une cousine d’Emilia, Luciana appelée Lucy, elle aussi fille cadette dans sa famille, et à un tel point désespérée par la malédiction, qu’on lui a assénée dès ses 8 ans, qu’elle en est devenue une croqueuse d’hommes. Elle apporte une touche de fraîcheur lucide, souvent un peu sarcastique, entre la trop sage Emilia et l’exubérante Poppy… mais j’ai gardé tout au long du livre le sentiment qu’elle est davantage comme la troisième roue du carrosse, un personnage sympathique et distrayant, mais dont l’évolution est un peu de la broderie digressive par rapport à l’ensemble : on la suit non sans intérêt, mais elle n’apporte pas grand-chose à l’histoire principale, tout au plus quelques pages supplémentaires sympathiques mais dont on aurait tout aussi bien pu se passer. Tout ce petit monde est bien campé : les gentils sont vraiment adorables, les méchants sont bien désagréables. Poppy et Lucy sont piquantes chacune à leur façon, tandis qu’on a envie de secouer Emilia : 29 ans quand même, et toujours aussi nunuche ?! Sa non-vie est tellement exagérée qu’elle n’est pas vraiment crédible : même moi qui ai été un peu « comme ça » (sans l’aspect souillon, et pas si longtemps) jusqu’à un certain âge, je n’imagine même pas qu’on puisse être à ce point en décalage avec son temps, sous prétexte qu’on « doit tout » à sa grand-mère qui nous a élevée… et, au risque de me répéter : cette obsession de se marier et de faire des gosses pour être heureuse, ça m’a bien un peu soûlée, même si c’est peu à peu temporisé. Avec ça, on a droit à une visite touristique en Italie. Bon, c’est très survolé : on passe 3 jours à Venise où tout est magnifique, puis à Florence où tout est source de rêve historique, quelques heures dans l’arrière-pays toscan, et enfin cette côte amalfitaine qui semble paradisiaque. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (ou au contraire très méchant mais ça va s’arranger), et on est de toute façon dans un cadre génial : que demander de plus ? Eh oui, même dans cette partie, j’ai eu l’impression d’un recours à pas mal de clichés, ce n’est pas avec un tel « guide » qu’on va réellement découvrir ce beau pays – mais au moins, on a le bonheur d’apprendre que le plus important, c’est de se perdre… Toute une philosophie ! Bref, les personnages, malgré leur empreinte très stéréotypée, sont attachants chacun dans leur genre, portés par une écriture fluide et agréable, parfois émouvante (j’ai bien versé une petite larme) mais qui n’évite pas les longueurs. Pour ne donner qu’un exemple : on a compris bien avant la révélation « officielle » ce qui est réellement arrivé entre Rosa et Poppy, mais ça traîne, ça traîne, ça traîne avant qu’arrive ce chapitre-là… et quand enfin il est là, on le lit en diagonale car il n’apporte plus que quelques détails qui n’ont même pas de vraie importance. Ainsi, j’ai passé un bon moment sous le soleil italien, dans un décor idyllique qui fait plus plateau que réalité, avec des personnages trop cliché pour être tout à fait crédibles. Mais on peut aussi en retenir que c’est une lecture-détente réellement plaisante, à condition de ne pas y chercher trop de profondeur ou d’originalité époustouflante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ValerieFB Posté le 28 Décembre 2021
    Un feel good idéal pour passer un moment entre filles! Ici ce sont Émilia, Lucy et tante Poppy qui vous amènent dans un road trip pour conjurer le sort familial. En plus de la transmission inter-générationelle, ce sont les liens familiaux qui sont ici racontés (l’amour filial, les je t’aime moi non plus entre sœurs, les jalousies….): rien de bien neuf mais toujours efficace….tout cela sur les chemins italiens de Venise, à Florence en descendant vers Naples. Un bon moment qui comme à chaque fois avec cette auteure, me fait dire que je ne louperai pas le suivant. Un 4ème livre aussi sympa que les précédents.
  • bq9tx7b8kw_1638788086784 Posté le 8 Décembre 2021
    je me suis offert un voyage en Italie avec ce livre. J’ai trouvé les personnages attachants, on est plongés dans l’ambiance italienne rapidement, on imagine la nourriture les odeurs, visualise les lieux où vivent les personnages. L’intrigue se déroule entre l’Italie et les USA. Au fur et à mesure des pages on voyage….et on a envie d’en savoir plus sur ce secret de familles qui pèse ….
  • MaToutePetiteCulture Posté le 16 Octobre 2021
    J’ai passé un joli moment de lecture avec ce roman, qui m’aura aidé à affronter la grisaille automnale avec ses paysages italiens, et propose une belle réflexion sur la manière dont on se construit sous le regard et les attentes des autres. Même si ce n’est pas un roman qui restera inoubliable pour moi, il m’a fait passer un bon moment, et je ne lui en demandais pas plus ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman contemporain feel-good, et je dois avouer que ça m’a fait un bien fou ! On reproche souvent à ce genre littéraire de proposer des histoires gnangnan et sans intérêt; bon, l’histoire de ce roman l’est un peu, par certains aspects, mais est-ce vraiment une mauvaise chose ? Qui n’a jamais besoin d’une guimauve pour adoucir son âme de temps à autres ?! Toujours est-il que ce roman a parfaitement fonctionné sur moi, Lori Nelson Spielman ayant utilisé les ingrédients indispensables à toute bonne lecture pour moi : un jeu passé/présent efficace, des personnages féminins puissants, une histoire familiale émouvante, le tout enrobé d’une jolie couche de dépaysement. J’ai beaucoup aimé l’histoire de ce roman, qui est une histoire attachée à une... J’ai passé un joli moment de lecture avec ce roman, qui m’aura aidé à affronter la grisaille automnale avec ses paysages italiens, et propose une belle réflexion sur la manière dont on se construit sous le regard et les attentes des autres. Même si ce n’est pas un roman qui restera inoubliable pour moi, il m’a fait passer un bon moment, et je ne lui en demandais pas plus ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman contemporain feel-good, et je dois avouer que ça m’a fait un bien fou ! On reproche souvent à ce genre littéraire de proposer des histoires gnangnan et sans intérêt; bon, l’histoire de ce roman l’est un peu, par certains aspects, mais est-ce vraiment une mauvaise chose ? Qui n’a jamais besoin d’une guimauve pour adoucir son âme de temps à autres ?! Toujours est-il que ce roman a parfaitement fonctionné sur moi, Lori Nelson Spielman ayant utilisé les ingrédients indispensables à toute bonne lecture pour moi : un jeu passé/présent efficace, des personnages féminins puissants, une histoire familiale émouvante, le tout enrobé d’une jolie couche de dépaysement. J’ai beaucoup aimé l’histoire de ce roman, qui est une histoire attachée à une autre avec un jeu temporel très bien agencé. L’autrice nous propose, en plus de l’histoire du voyage d’Emilia et Luciana, l’histoire du passé de leur famille, particulièrement de leur grand-tante Paulina. C’est cette histoire qui s’avère être la plus émouvante, tant le personnage crie à la liberté et à l’amour. J’ai adoré son abnégation, son courage, et son ouverture d’esprit. J’ai évidemment beaucoup aimé les autres personnages féminins du roman, chacune ayant à affronter ses propres démons et à gagner sa part de liberté. L’histoire de famille du roman est très puissante, et m’a beaucoup parlé. Ce roman tourne surtout autour des femmes, des contraintes qui régissent leur vie, qu’elles soient familiales ou professionnelles, et qui sont insupportables tant elles sont encrées dans les cultures de chacun. Ce roman est avant tout un hymne à la liberté des femmes, ce qui en fait un petit bonheur de lecture ! Ajoutez à cela les magnifiques paysages de l’Italie, la manière unique dont l’autrice réussit à en décrire la beauté et la lumière, et à insuffler l’art de vivre à l’italienne autour de la dolce vita et de la nourriture, et vous avez ce dépaysement immédiat qui vous gagne et fait un bien fou. Si vous avez besoin d’une lecture feel-good, qui saura vous émouvoir et vous faire voyager, foncez sur L’Infini des possibles !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Quand_la_mouette_bouquine Posté le 26 Septembre 2021
    *lecture terminée* L'infini des possibles de @lorinelsonspielman publié chez @cherchemidiediteur. L'histoire commence à New-York. Emilia et Lucy, deux cousines qui sont nées 2ème fille, viennent d'être invité par Paulina Fontana, surnommée Poppy, leur vieille grande tante fantasque qui ne parle plus à leur famille à visiter leur pays d'origine, l'Italie. Toutes les 3 sont touchées par la malédiction de la deuxième fille Fontana c'est à dire qu'elles sont censées être célibataire toute leur vie. Pour les convaincre de venir, Poppy leur promet qu'après ce voyage, la malédiction sera enfin brisée. Lors de ce road trip italien, secrets de famille et révélations seront au rendez vous. J'ai beaucoup aimé ce livre et cette fin m'a scotchée. On entre facilement dans l'histoire. Les chapitres sont cours et dynamiques. On alterne avec Emilia, les jours de road trip et le passé de Paulina en 1961. On assiste à une renaissance des 2 filles! Emilia qui vit sous la domination de sa soeur et de sa nonna et Lucy qui multiplies les aventures pour mettre fin à cette malédiction. Il y a un tout petit côté de développement personnel. Les aventures de ces 3femmes sont tellement bien racontées qu'on a l'impression d'être du voyage. Ce roman fait également appel à nos souvenirs... *lecture terminée* L'infini des possibles de @lorinelsonspielman publié chez @cherchemidiediteur. L'histoire commence à New-York. Emilia et Lucy, deux cousines qui sont nées 2ème fille, viennent d'être invité par Paulina Fontana, surnommée Poppy, leur vieille grande tante fantasque qui ne parle plus à leur famille à visiter leur pays d'origine, l'Italie. Toutes les 3 sont touchées par la malédiction de la deuxième fille Fontana c'est à dire qu'elles sont censées être célibataire toute leur vie. Pour les convaincre de venir, Poppy leur promet qu'après ce voyage, la malédiction sera enfin brisée. Lors de ce road trip italien, secrets de famille et révélations seront au rendez vous. J'ai beaucoup aimé ce livre et cette fin m'a scotchée. On entre facilement dans l'histoire. Les chapitres sont cours et dynamiques. On alterne avec Emilia, les jours de road trip et le passé de Paulina en 1961. On assiste à une renaissance des 2 filles! Emilia qui vit sous la domination de sa soeur et de sa nonna et Lucy qui multiplies les aventures pour mettre fin à cette malédiction. Il y a un tout petit côté de développement personnel. Les aventures de ces 3femmes sont tellement bien racontées qu'on a l'impression d'être du voyage. Ce roman fait également appel à nos souvenirs d'enfances avec notre propre famille. On s'attache facilement aux filles et on a juste envie de savoir ce qu'elles vont devenir et si enfin cette malédiction sera brisée ou non. La fin m'a bouleversée et m'a fait cogiter quelques instants. Je vous recommande chaudement ce livre! Entre secrets de famille, amours, trahisons, révélations, malédiction, aventures, renaissances, gourmandises et un petit côté historique d'après 2ème guerre mondiale vous ne vous ennuyerez pas! Vous l'avez lu? Il vous tente?
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Un livre pour Noël : 50 romans incontournables à déposer au pied du sapin

    Riches en suspense, émouvants, drôles, portés par des personnages puissants... Voici une sélection de 50 romans incontournables qui ont mérité leur place au pied du sapin. Autant d'idées cadeaux qui feront plaisir à tous les types de lecteurs qui vous entourent.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans pour s'évader

    Les vacances se profilent à l'horizon. L'occasion de faire un peu de place dans votre valise pour les livres qui accompagneront vos pérégrinations. De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Michel Bussi, découvrez notre sélection de romans à dévorer tout au long de la belle saison.

    Lire l'article