Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749158112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm

Loup et les hommes

Date de parution : 23/08/2018
Un voyage aux confins des terres iroquoises, une quête de soi et de l'Homme.
Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout... Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout le monde croit mort.

Hanté par son passé, le marquis embarque avec son fidèle Valère pour la Nouvelle-France. Le vent gonfle les voiles, et les images du Gévaudan natal ressurgissent : Loup, enfant trouvé, adopté… Loup, trop beau, trop brave, trop vivant.

Entre la France et l’Iroquoisie barbare se tisse le destin d’un homme hors du commun, dont le portrait se précise lentement, et dont l’ombre plane, de plus en plus palpable, sur ceux qui le cherchent.

Et si Loup avait trouvé un destin à sa mesure au pays des Sauvages ?

Enquête à l’échelle d’un continent, grande histoire d’amour fraternel, peinture d’un Nouveau Monde en ébullition, Loup et les hommes nous emporte sur les traces d’Alexandre Dumas et de Jack London. Emmanuelle Pirotte convoque les classiques du roman d’aventures pour plonger au fond des âmes et fait surgir, au milieu des paysages grandioses, sa vision des hommes.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749158112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Le Canada et le Gévaudan sont romanesques en diable, peuplés de personnages attachants et passionnants, prouesse d’auteur ! »
Marie Adélaide Dumont / Doucet - Le Mans

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • kitou94170 Posté le 18 Juin 2020
    Quel roman magnifique ! Avec « La femme révélée » de Gaëlle Nohant, voici mon deuxième coup de cœur de cette année ! C’est une plongée vertigineuse au milieu de paysages grandioses et de la nature à l’état brute que nous offre Emmanuelle Pirotte dans son « Loup et les hommes » ! Un pavé de 600 pages diront certains, pour moi un dépaysement total et une aventure fantastique digne de Jacq London, dans le Québec du XVII siècle. Hivers 1663. Armand, Marquis de Canilhac, croise Brune, une jeune Amérindienne dans un salon parisien. Au cou de la jeune fille, il entraperçoit un magnifique saphir. Hypnotisé par la pierre précieuse, il croit reconnaitre la pierre que portait son frère, Loup, qu’il a trahi vingt plus tôt, condamné aux galères et qu’il croit mort. Hanté par son passé et par sa trahison, intrigué par cette jeune Amérindienne d’une beauté fulgurante, Armand décide de partir à la recherche de son frère en s’embarquant sur le « Saint-Jean-Baptiste » avec son fidèle valet, Valère : Destination le Nouveau Monde et les terres lointaines de l’Iroquoisie peuplées de tribus indiennes. Son but : retrouver Loup et obtenir son pardon. Commence pour les deux hommes... Quel roman magnifique ! Avec « La femme révélée » de Gaëlle Nohant, voici mon deuxième coup de cœur de cette année ! C’est une plongée vertigineuse au milieu de paysages grandioses et de la nature à l’état brute que nous offre Emmanuelle Pirotte dans son « Loup et les hommes » ! Un pavé de 600 pages diront certains, pour moi un dépaysement total et une aventure fantastique digne de Jacq London, dans le Québec du XVII siècle. Hivers 1663. Armand, Marquis de Canilhac, croise Brune, une jeune Amérindienne dans un salon parisien. Au cou de la jeune fille, il entraperçoit un magnifique saphir. Hypnotisé par la pierre précieuse, il croit reconnaitre la pierre que portait son frère, Loup, qu’il a trahi vingt plus tôt, condamné aux galères et qu’il croit mort. Hanté par son passé et par sa trahison, intrigué par cette jeune Amérindienne d’une beauté fulgurante, Armand décide de partir à la recherche de son frère en s’embarquant sur le « Saint-Jean-Baptiste » avec son fidèle valet, Valère : Destination le Nouveau Monde et les terres lointaines de l’Iroquoisie peuplées de tribus indiennes. Son but : retrouver Loup et obtenir son pardon. Commence pour les deux hommes un long voyage semé d’embuches. La traversée est rude et des plus inconfortables. Alors, Armand s’épanche, explique à Valère les raisons de ce voyage. Replongeant dans son passé, nous découvrons ce frère autant haï qu’aimer. Petit à petit, se dessine le portrait de Loup : Enfant trouvé et adopté, adoré par sa mère adoptive, il devient un homme ambivalent. A la fois, doux et violent, bon et méprisant, capable du pire comme du meilleur. Loup trop beau, trop brave, pour Armand, l’enfant non désiré, le mal aimé, au physique ingrat et au caractère faible à l’opposée de son frère. Écoutant patiemment son maitre, Valère plus qu'un valet devient son confident et son ami. Arrivés non sans mal de l’autre côté de l’Atlantique à Québec, les deux hommes découvrent cette « Nouvelle-France », vaste territoire oublié de Dieu, rempli de Sauvages barbares et sanguinaires, tant décriée dans leur pays. Là, ils retrouvent Brune la jeune Amérindienne qui de ce côté du monde se prénomme Naiekowa. Qui est-elle ? Quelle est son lien avec Loup ? Ce frère tant espéré est-il toujours en vie ? Qui est « Vieille Epée » ce blanc devenu un indien Iroquois et vivant en totale harmonie avec la nature ? A la seconde où Armand monte sur le bateau, Emmanuelle Pirotte nous invite à embarquer avec lui. Nous voici en train de voguer vers cette terre hostile à la rencontre de ces peuplades indiennes, leurs coutumes, croyances et usages. Nous découvrons émerveillés la nature sauvage et dangereuse de terres plus ou moins hospitalières parsemées de grands espaces et de paysages magnifiques. Surtout, nous découvrons la destruction inexorable de l’Iroquoisie et de la culture amérindienne par l’homme blanc prêt à tout pour agrandir son territoire, notamment à travers l’évangélisation systématique des indiens par ceux qu’ils nomment « les robes noires ». Mais c’est également une grande histoire d’amour fraternel dépeinte par la romancière, véritable conteuse possédant une écriture digne des plus grands auteurs de roman d’aventure et d’un réalisme fulgurant. Loup et les hommes est à la fois une grande fresque romanesque, un roman d’aventure intense bref une épopée grandiose et époustouflante dans laquelle Emmanuel Pirotte nous invite avec elle à sonder le fond des âmes. Un pur bonheur de lecture que je vous invite à découvrir. Ayant déjà profondément aimé « Today we live » son premier roman, Emmanuelle Pirotte m’a littéralement conquise et enthousiasmée avec « Loup et les Hommes ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • mathildecotton38 Posté le 5 Juin 2020
    Quel plaisir de lecture ! Il y a si longtemps que je n'avais pas lu un roman d'aventures. Il y a un côté presque régressif. Emmanuelle Pirotte nous fait voyager entre la France, et la Nouvelle France au XVIIe sous Louis XIII et Louis XIV. Armand de Canilhac part à la recherche de Loup, son frère qu'il a honteusement trahi vingt ans plus tôt. Voyages, Indiens, combats, vengeance, lâcheté et courage, tous les ingrédients du genre. Emmanuelle Pirotte est une auteure surprenante. Avec Today we live, son premier roman, elle nous racontait la rencontre improbable entre un soldat SS et une petite Juive. Dans De profundis, elle se lançait dans une dystopie teintée de fantastique. Son troisième roman est celui qui m'a le plus convaincue.
  • keroulen Posté le 4 Juin 2020
    Paris, 1663. Au cours d’un salon parisien, le marquis Armand de Canilhac croise une mystérieuse amérindienne. À son cou, il reconnaît le saphir familial, celui qui a jadis appartenu à son frère unique, Loup, disparu depuis vingt ans, dépossédé de son titre et de sa fortune, condamné aux galères après la trahison d’Armand. Qu’est-il donc advenu de Loup ? Comment cette femme troublante s’est-elle procuré ce bijou ? Hanté par son passé, Armand décide de s’embarquer pour l’Amérique, vers la Nouvelle France, pour tenter de retrouver la trace de ce frère marqué depuis toujours par un destin hors norme. Auprès de personnages forts et attachants dont les chemins se croisent et s’entremêlent, à travers des aventures éprouvantes au sein d’une nature sauvage, peuplée d’Iroquois, de Sokokis et de Mohicans, Emmanuelle Pirotte entraîne son lecteur dans une véritable épopée humaine et naturaliste, qui est aussi et avant tout une ode à l’amour fraternel.
  • GwenBM Posté le 28 Avril 2020
    C’est la couleur rouge qui a guidé ma lecture de ce roman : rouge comme le sang, mais aussi comme la passion, l’amour et les pulsions de vie et de mort qui y prennent corps. Emmanuelle Pirotte nous invite à prendre part à un réel voyage au 17 ème siècle, à travers l’océan, pour y découvrir cette culture amérindienne disparue, mais aussi pour accompagner la quête d’identité qui habite plusieurs de ses personnages. On y traite de meurtrissures de l’enfance, des plaies ouvertes et du besoin d’affronter son passé, mais aussi de loyauté, d’amitié, de pardon et de résilience. L’écriture d’Emmanuelle Pirotte habille merveilleusement le cheminement intérieur, teinté de tourments, des différents personnages. Elle parvient à analyser la psychologie de chacun d’eux, faisant des tours et retours dans les esprits torturés, en assemblant cela dans une finesse incroyable. Les descriptions de scènes de combat, de visions ou de rêves sont riches, nous plongeant complètement dans l’action ou dans un rêve (une chimère, une vision, ou le fruit d’un souvenir). Ces riches descriptions font cependant parfois l’objet de quelques longueurs qui occasionnent une chute de rythme dans le récit, durant la traversée en mer notamment. On est davantage dans la description et moins dans l’action, ce... C’est la couleur rouge qui a guidé ma lecture de ce roman : rouge comme le sang, mais aussi comme la passion, l’amour et les pulsions de vie et de mort qui y prennent corps. Emmanuelle Pirotte nous invite à prendre part à un réel voyage au 17 ème siècle, à travers l’océan, pour y découvrir cette culture amérindienne disparue, mais aussi pour accompagner la quête d’identité qui habite plusieurs de ses personnages. On y traite de meurtrissures de l’enfance, des plaies ouvertes et du besoin d’affronter son passé, mais aussi de loyauté, d’amitié, de pardon et de résilience. L’écriture d’Emmanuelle Pirotte habille merveilleusement le cheminement intérieur, teinté de tourments, des différents personnages. Elle parvient à analyser la psychologie de chacun d’eux, faisant des tours et retours dans les esprits torturés, en assemblant cela dans une finesse incroyable. Les descriptions de scènes de combat, de visions ou de rêves sont riches, nous plongeant complètement dans l’action ou dans un rêve (une chimère, une vision, ou le fruit d’un souvenir). Ces riches descriptions font cependant parfois l’objet de quelques longueurs qui occasionnent une chute de rythme dans le récit, durant la traversée en mer notamment. On est davantage dans la description et moins dans l’action, ce qui ralenti le rythme mais fait probablement sens dans le cheminement d’un personnage, Armand, enlisé justement dans cette immobilité. On sent, enfin, une maîtrise du sujet, de l’époque et l’on se plaît à découvrir les coutumes amérindiennes. J’en sors avec du rouge aux joues, presque marquée par l’histoire fabuleusement contée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Les_lectures_de_Sophie Posté le 15 Décembre 2019
    J’ai assisté à une table ronde, lors du festival Rue des Livres à Rennes en mars, à une rencontre passionnante entre William N’Sondé (auteur de Un océan, deux mers, trois continents) et Emmanuelle Pirotte au sujet de la destruction de peuples, de civilisations, par la soif de nos ancêtres de dominer le monde… C’est en effet au cœur de leurs deux romans. L’esclavage pour le premier, et le génocide des nations autochtones canadiennes dans le deuxième. En les écoutant parler, j’ai découvert que l’un comme l’autre avaient fait des tonnes de recherches avant de rédiger. Sans compter le fait qu’Emmanuelle Pirotte est historienne de formation. Ça m’a rassurée, surtout sur Loup et les hommes, car j’ai toujours peur quand je me lance dans un roman dit historique, de trouver un récit trop éloigné de la réalité des faits. Cette rencontre, donc, m’avait donné très envie de découvrir Loup et les hommes, d’autant plus qu’on était à trois semaines de mon départ pour le Québec, et que l’invisibilisation des nations autochtones et le génocide qu’elles ont subit est un sujet qui me tient à cœur. Je n’avais pas acheté le roman, pour cause de budget limité (comme quoi je sais être raisonnable... J’ai assisté à une table ronde, lors du festival Rue des Livres à Rennes en mars, à une rencontre passionnante entre William N’Sondé (auteur de Un océan, deux mers, trois continents) et Emmanuelle Pirotte au sujet de la destruction de peuples, de civilisations, par la soif de nos ancêtres de dominer le monde… C’est en effet au cœur de leurs deux romans. L’esclavage pour le premier, et le génocide des nations autochtones canadiennes dans le deuxième. En les écoutant parler, j’ai découvert que l’un comme l’autre avaient fait des tonnes de recherches avant de rédiger. Sans compter le fait qu’Emmanuelle Pirotte est historienne de formation. Ça m’a rassurée, surtout sur Loup et les hommes, car j’ai toujours peur quand je me lance dans un roman dit historique, de trouver un récit trop éloigné de la réalité des faits. Cette rencontre, donc, m’avait donné très envie de découvrir Loup et les hommes, d’autant plus qu’on était à trois semaines de mon départ pour le Québec, et que l’invisibilisation des nations autochtones et le génocide qu’elles ont subit est un sujet qui me tient à cœur. Je n’avais pas acheté le roman, pour cause de budget limité (comme quoi je sais être raisonnable parfois^^). La semaine suivante, les éditions Sixtrid m’ont envoyé un mail avec leurs nouveautés, me proposant d’en recevoir dans le cadre de notre partenariat, et ce roman était dedans. Bien évidemment, je l’ai demandé, d’autant plus que le format audio se prêtait particulièrement bien à mon voyage… Loup et les hommes m’a donc accompagnée dans mon périple canadien, lors des longs trajets en avion, train ou voiture. De fait, ma lecture a été biaisée, je l’avoue. J’ai été beaucoup plus attentive aux passages se déroulant au Nouveau-Monde, même si ceux dans le Gévaudan étaient aussi très intéressants. J’ai traversé les mêmes paysages (ou du moins les mêmes lieux) que les personnages au cours de ma lecture. Je pouvais regarder au dehors ce que j’entendais dans mon casque. Ça a vraiment été une expérience incroyable. J’ai déjà visité des sites que j’avais découvert dans des romans, mais je n’avais jamais voyagé en immersion dans les paysages d’un roman. L’autrice raconte, à travers les voyages (physiques et intérieurs) de ces personnages, l’Histoire de la France du XVIIème siècle et de son Nouveau-Monde. Elle raconte comment, par besoin de domination, par soif de pouvoir, les colons français (ici, mais bien d’autres ailleurs) ont massacré les peuples rencontrés sur leur passage. Les iroquoiens n’ont pas échappé à la règle, d’autant plus qu’ils avaient combattu aux côté des anglais J’ai aimé le choix de ce peuple qui a souffert d’avoir choisi l’ennemi. J’ai aimé aussi trouver des « Filles du Roi » dans ce roman, tout comme des iroquoiennes mariées de force à des colons. On n’en parle pas souvent, et c’est bien de les trouver ici, ainsi que cette Nation Iroquoise, nation matriarcale. Un monde sépare les français qui vendent des jeunes filles aux autochtones pour favoriser l’intégration par la mixité, ou achètent leurs femmes pour les épouser et ce peuple où les femmes étaient propriétaires de leurs habitats, et assuraient la lignée (le nom et la propriété se transmettent par la mère). J’ai aimé le fait qu’on soit, aux côtés d’Armand, à la recherche d’un homme prénommé Loup qui s’est à priori intégré à une tribu iroquoise. J’ai aimé que le récit soit abordé sous cet angle original, et que ces femmes et hommes qui ont subi un véritable génocide soient mis en avant, au cœur de ce roman, non pas comme des sauvages, mais comme des êtres humains, tout simplement, même si certains aspects de leur culture peuvent sembler terribles aux colons français. Un peuple qui condamne à mort, aux galères, qui en a réduit d’autres en esclavage est bien mal placé pour décider de ce qui est barbare dans une autre culture, et c’est important de le rappeler. Au delà des considérations historiques et géographiques, c’est aussi dans l’âme de ses personnages qu’Emmanuelle Pirotte nous fait voyager. Armand est à la recherche de Loup, certes, mais aussi de la rédemption qu’il espère trouver auprès de lui. Son fidèle Valère est du voyage, et il ressortira de leurs aventures profondément changé. L’autrice a créé des personnages très profonds, tout en nuances, et on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour eux, y compris ceux qui traînent le plus de casseroles. J’ai volontairement omis de parler plus avant de l’intrigue, car je trouve que c’est un livre où il faut se laisser porter, un livre d’aventures, que je ne voudrais pas vous gâcher. Il faut partir à la découverte du Nouveau-Monde avec des yeux neufs, aux côtés d’Armand et Valère, et découvrir par soi-même comment passé et présent s’influencent et sont liés… La narration de Lazare Herson-Macarel est juste en tous points. On n’est jamais dans la caricature, y compris dans les dialogues. Sa voix m’a portée au cœur du récit, et au cœur du Québec et de l’Ontario. Cette lecture m’a bouleversée, et j’ai vraiment vécu une expérience intense, hors du commun, en la découvrant au milieu des territoires où elle se déroule. La façon dont Emmanuelle Pirotte à abordé les faits historiques est admirable. Elle rétablit des vérités, au travers de faits, sur ce qu’étaient les barbares iroquois et les civilisés colons français. Les adjectifs trouvent leur place dans la phrase précédente du fait d’un point de vue, et si l’on change de perspective, on se retrouve avec une invasion de barbares au sein de la civilisation iroquoise. Rien n’est tout blanc ou noir, et on trouve des barbares partout. Sans compter qu’elle nous livre une fresque historique incroyable, passionnante, des destins hors du commun, à jamais marqués par la découverte de l’autre. C’est beau, fort, émouvant sans être à l’eau de rose ou larmoyant. Une magnifique épopée avec un point de vue rare. J’ai reçu la version CD audio de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Sixtrid. Merci à eux pour la confiance.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Cherche midi

    "Loup et les hommes" d'Emmanuelle Pirotte : coup de coeur des libraires

    En librairie depuis le 23 août, Loup et les hommes, d'Emmanuelle Pirotte, vous entraîne aux confins des terres iroquoises pour une aventure inoubliable sur les traces d'Alexandre Dumas et de Jack London. Après Today we live et De profundis, Emmanuelle Pirotte a une fois de plus séduit les libraires. Si vous hésitiez encore à l'acquérir, ce ne sera plus le cas après la lecture de cet article...

    Lire l'article