Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749158112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm

Loup et les hommes

Date de parution : 23/08/2018
Un voyage aux confins des terres iroquoises, une quête de soi et de l'Homme.
Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout... Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout le monde croit mort.

Hanté par son passé, le marquis embarque avec son fidèle Valère pour la Nouvelle-France. Le vent gonfle les voiles, et les images du Gévaudan natal ressurgissent : Loup, enfant trouvé, adopté… Loup, trop beau, trop brave, trop vivant.

Entre la France et l’Iroquoisie barbare se tisse le destin d’un homme hors du commun, dont le portrait se précise lentement, et dont l’ombre plane, de plus en plus palpable, sur ceux qui le cherchent.

Et si Loup avait trouvé un destin à sa mesure au pays des Sauvages ?

Enquête à l’échelle d’un continent, grande histoire d’amour fraternel, peinture d’un Nouveau Monde en ébullition, Loup et les hommes nous emporte sur les traces d’Alexandre Dumas et de Jack London. Emmanuelle Pirotte convoque les classiques du roman d’aventures pour plonger au fond des âmes et fait surgir, au milieu des paysages grandioses, sa vision des hommes.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749158112
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Le Canada et le Gévaudan sont romanesques en diable, peuplés de personnages attachants et passionnants, prouesse d’auteur ! »
Marie Adélaide Dumont / Doucet - Le Mans

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Les_lectures_de_Sophie Posté le 15 Décembre 2019
    J’ai assisté à une table ronde, lors du festival Rue des Livres à Rennes en mars, à une rencontre passionnante entre William N’Sondé (auteur de Un océan, deux mers, trois continents) et Emmanuelle Pirotte au sujet de la destruction de peuples, de civilisations, par la soif de nos ancêtres de dominer le monde… C’est en effet au cœur de leurs deux romans. L’esclavage pour le premier, et le génocide des nations autochtones canadiennes dans le deuxième. En les écoutant parler, j’ai découvert que l’un comme l’autre avaient fait des tonnes de recherches avant de rédiger. Sans compter le fait qu’Emmanuelle Pirotte est historienne de formation. Ça m’a rassurée, surtout sur Loup et les hommes, car j’ai toujours peur quand je me lance dans un roman dit historique, de trouver un récit trop éloigné de la réalité des faits. Cette rencontre, donc, m’avait donné très envie de découvrir Loup et les hommes, d’autant plus qu’on était à trois semaines de mon départ pour le Québec, et que l’invisibilisation des nations autochtones et le génocide qu’elles ont subit est un sujet qui me tient à cœur. Je n’avais pas acheté le roman, pour cause de budget limité (comme quoi je sais être raisonnable... J’ai assisté à une table ronde, lors du festival Rue des Livres à Rennes en mars, à une rencontre passionnante entre William N’Sondé (auteur de Un océan, deux mers, trois continents) et Emmanuelle Pirotte au sujet de la destruction de peuples, de civilisations, par la soif de nos ancêtres de dominer le monde… C’est en effet au cœur de leurs deux romans. L’esclavage pour le premier, et le génocide des nations autochtones canadiennes dans le deuxième. En les écoutant parler, j’ai découvert que l’un comme l’autre avaient fait des tonnes de recherches avant de rédiger. Sans compter le fait qu’Emmanuelle Pirotte est historienne de formation. Ça m’a rassurée, surtout sur Loup et les hommes, car j’ai toujours peur quand je me lance dans un roman dit historique, de trouver un récit trop éloigné de la réalité des faits. Cette rencontre, donc, m’avait donné très envie de découvrir Loup et les hommes, d’autant plus qu’on était à trois semaines de mon départ pour le Québec, et que l’invisibilisation des nations autochtones et le génocide qu’elles ont subit est un sujet qui me tient à cœur. Je n’avais pas acheté le roman, pour cause de budget limité (comme quoi je sais être raisonnable parfois^^). La semaine suivante, les éditions Sixtrid m’ont envoyé un mail avec leurs nouveautés, me proposant d’en recevoir dans le cadre de notre partenariat, et ce roman était dedans. Bien évidemment, je l’ai demandé, d’autant plus que le format audio se prêtait particulièrement bien à mon voyage… Loup et les hommes m’a donc accompagnée dans mon périple canadien, lors des longs trajets en avion, train ou voiture. De fait, ma lecture a été biaisée, je l’avoue. J’ai été beaucoup plus attentive aux passages se déroulant au Nouveau-Monde, même si ceux dans le Gévaudan étaient aussi très intéressants. J’ai traversé les mêmes paysages (ou du moins les mêmes lieux) que les personnages au cours de ma lecture. Je pouvais regarder au dehors ce que j’entendais dans mon casque. Ça a vraiment été une expérience incroyable. J’ai déjà visité des sites que j’avais découvert dans des romans, mais je n’avais jamais voyagé en immersion dans les paysages d’un roman. L’autrice raconte, à travers les voyages (physiques et intérieurs) de ces personnages, l’Histoire de la France du XVIIème siècle et de son Nouveau-Monde. Elle raconte comment, par besoin de domination, par soif de pouvoir, les colons français (ici, mais bien d’autres ailleurs) ont massacré les peuples rencontrés sur leur passage. Les iroquoiens n’ont pas échappé à la règle, d’autant plus qu’ils avaient combattu aux côté des anglais J’ai aimé le choix de ce peuple qui a souffert d’avoir choisi l’ennemi. J’ai aimé aussi trouver des « Filles du Roi » dans ce roman, tout comme des iroquoiennes mariées de force à des colons. On n’en parle pas souvent, et c’est bien de les trouver ici, ainsi que cette Nation Iroquoise, nation matriarcale. Un monde sépare les français qui vendent des jeunes filles aux autochtones pour favoriser l’intégration par la mixité, ou achètent leurs femmes pour les épouser et ce peuple où les femmes étaient propriétaires de leurs habitats, et assuraient la lignée (le nom et la propriété se transmettent par la mère). J’ai aimé le fait qu’on soit, aux côtés d’Armand, à la recherche d’un homme prénommé Loup qui s’est à priori intégré à une tribu iroquoise. J’ai aimé que le récit soit abordé sous cet angle original, et que ces femmes et hommes qui ont subi un véritable génocide soient mis en avant, au cœur de ce roman, non pas comme des sauvages, mais comme des êtres humains, tout simplement, même si certains aspects de leur culture peuvent sembler terribles aux colons français. Un peuple qui condamne à mort, aux galères, qui en a réduit d’autres en esclavage est bien mal placé pour décider de ce qui est barbare dans une autre culture, et c’est important de le rappeler. Au delà des considérations historiques et géographiques, c’est aussi dans l’âme de ses personnages qu’Emmanuelle Pirotte nous fait voyager. Armand est à la recherche de Loup, certes, mais aussi de la rédemption qu’il espère trouver auprès de lui. Son fidèle Valère est du voyage, et il ressortira de leurs aventures profondément changé. L’autrice a créé des personnages très profonds, tout en nuances, et on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour eux, y compris ceux qui traînent le plus de casseroles. J’ai volontairement omis de parler plus avant de l’intrigue, car je trouve que c’est un livre où il faut se laisser porter, un livre d’aventures, que je ne voudrais pas vous gâcher. Il faut partir à la découverte du Nouveau-Monde avec des yeux neufs, aux côtés d’Armand et Valère, et découvrir par soi-même comment passé et présent s’influencent et sont liés… La narration de Lazare Herson-Macarel est juste en tous points. On n’est jamais dans la caricature, y compris dans les dialogues. Sa voix m’a portée au cœur du récit, et au cœur du Québec et de l’Ontario. Cette lecture m’a bouleversée, et j’ai vraiment vécu une expérience intense, hors du commun, en la découvrant au milieu des territoires où elle se déroule. La façon dont Emmanuelle Pirotte à abordé les faits historiques est admirable. Elle rétablit des vérités, au travers de faits, sur ce qu’étaient les barbares iroquois et les civilisés colons français. Les adjectifs trouvent leur place dans la phrase précédente du fait d’un point de vue, et si l’on change de perspective, on se retrouve avec une invasion de barbares au sein de la civilisation iroquoise. Rien n’est tout blanc ou noir, et on trouve des barbares partout. Sans compter qu’elle nous livre une fresque historique incroyable, passionnante, des destins hors du commun, à jamais marqués par la découverte de l’autre. C’est beau, fort, émouvant sans être à l’eau de rose ou larmoyant. Une magnifique épopée avec un point de vue rare. J’ai reçu la version CD audio de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Sixtrid. Merci à eux pour la confiance.
    Lire la suite
    En lire moins
  • _BNFA Posté le 4 Décembre 2019
    Hiver 1663, La Rochelle. Embarquement immédiat sur le Saint Jean-Baptiste avec Armand de Canilhac. Destination le Nouveau Monde et les terres lointaines de l’Iroquoisie peuplées de tribus indiennes. Le dépaysement est garanti ! Armand a quitté son Gévaudan natal dans l’espoir de retrouver son frère Loup disparu depuis 20 ans. C’est l’histoire de ces deux frères que nous raconte Emmanuelle Pirotte, l’amour qui les a unis mais aussi la jalousie, les mensonges et les trahisons qui les ont séparés. Beaucoup de personnages gravitent autour d’eux. La romancière en dresse des portraits assez fouillés et donne la parole à chacun, ce qui offre une variété de points de vue intéressante. C’est à la fois un récit bien documenté, émaillé d’une foule de détails historiques et géographiques, et une œuvre très romanesque avec une intrigue bien construite et de nombreux rebondissements qui entretiennent le suspense. En compagnie de Valère et Antoinette, de Vieille épée et Naiekowa, on parcourt des terres plus ou moins hospitalières, des grands espaces et des paysages magnifiques. On découvre la culture indienne avec ses traditions et croyances ancestrales, culture âprement défendue par les autochtones contre les blancs prêts à tout pour agrandir leurs territoires. Emmanuelle Pirotte est une... Hiver 1663, La Rochelle. Embarquement immédiat sur le Saint Jean-Baptiste avec Armand de Canilhac. Destination le Nouveau Monde et les terres lointaines de l’Iroquoisie peuplées de tribus indiennes. Le dépaysement est garanti ! Armand a quitté son Gévaudan natal dans l’espoir de retrouver son frère Loup disparu depuis 20 ans. C’est l’histoire de ces deux frères que nous raconte Emmanuelle Pirotte, l’amour qui les a unis mais aussi la jalousie, les mensonges et les trahisons qui les ont séparés. Beaucoup de personnages gravitent autour d’eux. La romancière en dresse des portraits assez fouillés et donne la parole à chacun, ce qui offre une variété de points de vue intéressante. C’est à la fois un récit bien documenté, émaillé d’une foule de détails historiques et géographiques, et une œuvre très romanesque avec une intrigue bien construite et de nombreux rebondissements qui entretiennent le suspense. En compagnie de Valère et Antoinette, de Vieille épée et Naiekowa, on parcourt des terres plus ou moins hospitalières, des grands espaces et des paysages magnifiques. On découvre la culture indienne avec ses traditions et croyances ancestrales, culture âprement défendue par les autochtones contre les blancs prêts à tout pour agrandir leurs territoires. Emmanuelle Pirotte est une véritable conteuse, elle possède en outre une écriture très visuelle, de quoi plonger sans retenue dans ce grand roman d’aventure qui est aussi une grande histoire d’amour fraternel. (A.P.)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sevlipp Posté le 12 Octobre 2019
    Quel roman. Pendant plus de 600 pages, nous sommes transportés dans une épopée de la France aux villages Iroquois. Armand, vieux marquis perclus de rhumatisme, se lance dans ce voyage pour retrouver son frère, Loup, qu'il a dénoncé 20 ans plus tôt. Il le croyait mort, ne pouvant avoir survécu aux galère auxquelles il a été condamné. Une jeune iroquoise porte un bijou qui appartenait à Loup. Qui est t'elle ? Armand se met en tête, accompagné de son fidèle Valère, de transverser l'océan pour le retrouver. Nous sommes en 1663 et ce voyage, cette recherche, ces péripéties sont haletants. Les personnages sont haut en couleurs avec chacun leur caractère, leur courage, leurs failles. Il est impossible de ne pas s'attacher à eux malgré leurs différences. C'est merveilleusement bien écrit ; nous sommes transportés plus de 300 ans en arrière sur deux continents si différents. Une aventure de haut niveau.
  • Charliebbtl Posté le 14 Juillet 2019
    Du très très grand roman Le problème avec un roman comme celui-ci, c’est qu’il est tellement beau qu’essayer d’en parler ne saurait qu’en appauvrir la richesse. Mais bon, comme je suis parfois un peu maso, je vais tenter l’expérience. Alors on va être très clair d’entrée : ce roman est un chef-d’oeuvre absolu. Alors que certains veulent nous faire croire que la littérature contemporaine n’a d’intérêt que si l’auteur nous expose avec indécence ses malheurs personnels ou règle ses comptes avec sa famille, la société voire la vie (rien que cela !), Emmanuelle Pirotte relève le niveau en un seul roman. En plus d’être une conteuse hors paire, elle nous prouve qu’aujourd’hui on peut encore écrire des romans d’une qualité littéraire digne des romans du XVIIIe siècle ou de Chateaubriand. Le style est absolument merveilleux. Cela fait plaisir, par exemple, de voir que le mot « cacochyme » n’est pas un gros mot et qu’employer un lexique témoignant de la richesse de notre langue est encore quelque chose d’envisageable. En somme, ce roman est une oeuvre littéraire à part entière et je tenais à remercier Emmanuelle Pirotte d’avoir offert à ses lecteurs une telle merveille. On suit, tout au long du roman, l’histoire... Du très très grand roman Le problème avec un roman comme celui-ci, c’est qu’il est tellement beau qu’essayer d’en parler ne saurait qu’en appauvrir la richesse. Mais bon, comme je suis parfois un peu maso, je vais tenter l’expérience. Alors on va être très clair d’entrée : ce roman est un chef-d’oeuvre absolu. Alors que certains veulent nous faire croire que la littérature contemporaine n’a d’intérêt que si l’auteur nous expose avec indécence ses malheurs personnels ou règle ses comptes avec sa famille, la société voire la vie (rien que cela !), Emmanuelle Pirotte relève le niveau en un seul roman. En plus d’être une conteuse hors paire, elle nous prouve qu’aujourd’hui on peut encore écrire des romans d’une qualité littéraire digne des romans du XVIIIe siècle ou de Chateaubriand. Le style est absolument merveilleux. Cela fait plaisir, par exemple, de voir que le mot « cacochyme » n’est pas un gros mot et qu’employer un lexique témoignant de la richesse de notre langue est encore quelque chose d’envisageable. En somme, ce roman est une oeuvre littéraire à part entière et je tenais à remercier Emmanuelle Pirotte d’avoir offert à ses lecteurs une telle merveille. On suit, tout au long du roman, l’histoire d’Armand hanté par son passé et surtout la condamnation dont il est l’unique responsable de son demi-frère Loup. Obsédé par ce souvenir douloureux, Armand part pour le Nouveau-Monde afin de rechercher Loup dans le seul et unique but : obtenir son pardon. Mais le talent d’Emmanuelle Pirotte fait que cette quête de rédemption va être semée d’embûches, transformant ainsi son oeuvre en véritable roman d’aventures. On découvre tout d’abord la rudesse du climat, les rivalités entre les tribus indiennes, pilotées indirectement par les européens, et certaines traditions qui vont au-delà du simple scalp. Mais l’autre « embûche » que rencontre Armand est surtout psychologique car son voyage est l’occasion pour lui de se replonger dans son passé et le doute s’installe alors dans son esprit. Est-il vraiment coupable ? N’est-il pas victime également ? La situation se complexifie quand on constate que le personnage de Loup connaît les mêmes interrogations. Le roman se transforme alors en quasi-quête philosophique : peut-on tout pardonner mais avant cela, ne faut-il pas déjà se pardonner à soi-même ? Emmanuelle Pirotte laisse évoluer ses personnages afin de leur faire accéder à leur propre destin et faire ainsi la paix avec leurs démons intérieurs. En quelques 600 pages, l’auteur réussit à réconcilier Caïn et Abel (D’ailleurs qui est l’un et qui est l’autre dans le roman ? Ce n’est pas si évident), tout en pardonnant la faute de leurs ascendants. C’est absolument magnifique (je sais, je me répète !). Mon chouchou à moi Comme vous pourrez le penser une fois plongé dans cette lecture, c’est le personnage de Valère, le domestique d’Armand, qui m’a conquis. Totalement dévoué à son maître, cette aventure dans le Nouveau-Monde va lui permettre également de découvrir ou plutôt d’assumer ce qu’il est. C’est d’autant plus beau qu’on constate que ceux que l’on traitait de sauvages s’avéraient bien plus tolérants que certains mous du bulbe qui sévissent hélas encore de nos jours au sein de notre société qui se targue pourtant d’être évoluée. C’est là encore une belle leçon historique que nous apporte Emmanuelle Pirotte en nous dévoilant que « sauvagerie » ne rime pas seulement avec haine et aveuglement. Pour information, ne soyez pas effrayé par la somme que représente ce roman mais savourez-le, page après page, car nul ne sait quand vous pourrez retrouver sur votre chemin un roman d’une telle qualité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TheWind Posté le 8 Juillet 2019
    Lu en mai dernier, je garde un bon souvenir de ce roman. C'est l'histoire de deux frères, Loup et Armand. Nous sommes au 17 eme siècle. Loup est un enfant trouvé et adopté par le marquis de Canilhac, beau, sauvage et tant aimé de leur mère. Armand le légitime est l'aîné de la famille mais il souffre de la place importante prise par Loup au sein de la famille. Armand trahira son frère et l'enverra aux galères et ne le reverra plus jamais...Jusqu'au jour où il découvre au cou d'une Amérindienne croisée dans un salon le saphir que portait Loup. Armand décide alors de s'embarquer pour la Nouvelle-Orléans avec son fidèle serviteur, Valère. Hanté par son passé, il veut coûte que coûte et au péril de sa vie retrouver son frère. Ainsi commence l'histoire de ce roman. Tout au long de ce roman, on navigue entre l'enfance des deux garçons dans le Gévaudan et la quête d'Armand chez les Iroquois. Emmanuelle Pirotte a des talents de conteuse ; c'est indéniable. Avec habileté et un certain sens de l'intrigue, elle nous emmène à la découverte de deux mondes que tout oppose : Tout d'abord, la France du Grand siècle mais aussi celle... Lu en mai dernier, je garde un bon souvenir de ce roman. C'est l'histoire de deux frères, Loup et Armand. Nous sommes au 17 eme siècle. Loup est un enfant trouvé et adopté par le marquis de Canilhac, beau, sauvage et tant aimé de leur mère. Armand le légitime est l'aîné de la famille mais il souffre de la place importante prise par Loup au sein de la famille. Armand trahira son frère et l'enverra aux galères et ne le reverra plus jamais...Jusqu'au jour où il découvre au cou d'une Amérindienne croisée dans un salon le saphir que portait Loup. Armand décide alors de s'embarquer pour la Nouvelle-Orléans avec son fidèle serviteur, Valère. Hanté par son passé, il veut coûte que coûte et au péril de sa vie retrouver son frère. Ainsi commence l'histoire de ce roman. Tout au long de ce roman, on navigue entre l'enfance des deux garçons dans le Gévaudan et la quête d'Armand chez les Iroquois. Emmanuelle Pirotte a des talents de conteuse ; c'est indéniable. Avec habileté et un certain sens de l'intrigue, elle nous emmène à la découverte de deux mondes que tout oppose : Tout d'abord, la France du Grand siècle mais aussi celle des campagnes où la petite noblesse tente tant bien que mal de se distinguer des petites gens. Et puis, l'Amérique, encore si sauvage, peuplée de tribus indiennes, qui ne cessent de combattre entre elles. Deux civilisations totalement différentes qui entraînent le lecteur dans une aventure littéraire peu commune. C'est du Dumas ou du Jack London ? Attendez vous à ce que ce soit un peu des deux... Pour ma part j'ai préféré les moments se déroulant en France, trouvant la partie amérindienne un peu longue et répétitive. Mais cela reste un bon moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Cherche midi

    "Loup et les hommes" d'Emmanuelle Pirotte : coup de coeur des libraires

    En librairie depuis le 23 août, Loup et les hommes, d'Emmanuelle Pirotte, vous entraîne aux confins des terres iroquoises pour une aventure inoubliable sur les traces d'Alexandre Dumas et de Jack London. Après Today we live et De profundis, Emmanuelle Pirotte a une fois de plus séduit les libraires. Si vous hésitiez encore à l'acquérir, ce ne sera plus le cas après la lecture de cet article...

    Lire l'article