Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259307062
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 120 x 185 mm

Ma mère avait ce geste

Date de parution : 02/09/2021
Rentrée littéraire Plon 2021.
Après le succès de Chaque jour est un adieu, Alain Rémond poursuit son oeuvre autobiographique et livre un récit intime et universel sur l'amour inconditionnel qu'il porte à sa mère. Livre après livre, il retrouve le paradis perdu de son enfance en Bretagne.
« Ma mère avait ce geste, quand elle était soucieuse, la main contre la joue. Ce n’était pas pour elle, qu’elle se faisait du souci, elle avait un caractère tellement gai. C’était pour nous, ses dix enfants, surtout les plus jeunes, qu’elle se faisait du souci, comment arriver à nous nourrir,... « Ma mère avait ce geste, quand elle était soucieuse, la main contre la joue. Ce n’était pas pour elle, qu’elle se faisait du souci, elle avait un caractère tellement gai. C’était pour nous, ses dix enfants, surtout les plus jeunes, qu’elle se faisait du souci, comment arriver à nous nourrir, à nous vêtir, avec le peu d’argent qu’il y avait, surtout après la mort de mon père. Comment s’assurer que nous allions nous en sortir, faire des études, arriver à nous débrouiller. Pour les études, il y avait les bourses : il fallait passer un concours avant l’entrée en sixième, puis fournir, chaque année, des certificats attestant de bons résultats et d’une bonne conduite. Ma mère, chaque année, nous rappelait qu’il ne fallait surtout pas oublier ce certificat, qu’il fallait tout faire pour l’obtenir. Bons résultats et bonne conduite…»
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259307062
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 120 x 185 mm

Ils en parlent

« C'est difficile pour moi de trouver les mots suffisamment forts pour transcrire toute la beauté de cet écrit autobiographique. Un vrai coup de cœur »
Marie Barbillon / Fnac Verneuil-sur-Avre
« C’est un hommage tendre et mélancolique que nous offre Alain Rémond. Une errance dans sa jeunesse qui nous rappelle avec simplicité l’importance de nos souvenirs de notre famille et de nos mères. »
Léa / La Librairie Idéale

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • david19721976 Posté le 11 Décembre 2021
    Ma mère de son vivant afin d'anticiper le chagrin causé par la mort d'un proche, ou nous préparer à accepter sa propre disparition. Toutes les deux, en avions si souvent discutées sans tabou pour apprivoiser la peur d'être séparées et de disparaître pour toujours...Elle avait ce haussement d'épaules, qui signifiait: Il y a des choses contre lesquelles nous ne pouvons lutter. Ce récit est profondément émouvant, il parle à chacun de nous, il pérenne le souvenir, et met en lumière la mère qui nous a porté dans son ventre, la maman si protectrice tout au long de son existence.
  • Valerielle Posté le 17 Octobre 2021
    J'aime beaucoup la plume d'Alain Raymond. J'avais eu l’occasion, il y a bien des années, de lire Chaque jour est un adieu et je n'ai pas été du tout déçue par Ma mère avait ce geste. L'auteur est touchant dans la fidélité qu'il a à sa famille et à ses origines modestes. Il revient sur cette période douloureuse de la maladie de sa maman, sur son enfance et son adolescence, sur la vie dans un petit village breton, dans une famille nombreuse. Il a de la nostalgie mais aussi beaucoup de lucidité de sa part dans ce récit autobiographique. Le style est efficace et au service du récit. C'est touchant,
  • silencieuse1 Posté le 19 Septembre 2021
    Un texte magnifique comme une offrande à la mère. Dans chaque ligne, on peut se reconnaître et trouver ce petit quelque chose qui nous rappelle un instant magique en relation avec celle qui nous a donné le jour. Alain Rémond écrit bien, depuis toujours, et cette fois encore, c'est dans l'intime qu'il excelle.
  • jostein Posté le 10 Septembre 2021
    Alain Rémond a vingt-cinq ans à la mort de sa mère. Son père, un homme agressif sous l’emprise de l’alcool, les avait quittés dix ans plus tôt. A onze ans, Alain, huitième de dix enfants, rejoint le séminaire à Dinan. Après un an de noviciat au Canada, deux ans à Rome, deux ans de coopération en Algérie puis un an d’études à Paris, il renonce à sa vocation. Écrire, c’est descendre au plus profond de son enfance, à la recherche de souvenirs enfouis, tenter de comprendre ce père qu’il n’a pas vraiment connu. « Combien de routes ai-je dû suivre dans mes rêves avant de devenir un homme? Avant de sortir de l’enfance, des pièges et des sortilèges, de l’enfance, du labyrinthe de l’enfance, hanté par ce père que je n’ai pas su aimer? » Ses lecteurs lui reprochent d’écrire toujours la même chose. Personnellement, c’est la première fois que je lis cet auteur. Mais sur ce roman relativement court, je perçois cette obsession à ressasser les mêmes troubles. Pour mieux les cerner, les comprendre. Pour toujours faire revivre ces gens aux vies minuscules, pourtant si fiers et confiants. Malgré quelques souvenirs concrets, intimes ou universels, ce récit apporte davantage à son auteur qu’au lecteur. Néanmoins,... Alain Rémond a vingt-cinq ans à la mort de sa mère. Son père, un homme agressif sous l’emprise de l’alcool, les avait quittés dix ans plus tôt. A onze ans, Alain, huitième de dix enfants, rejoint le séminaire à Dinan. Après un an de noviciat au Canada, deux ans à Rome, deux ans de coopération en Algérie puis un an d’études à Paris, il renonce à sa vocation. Écrire, c’est descendre au plus profond de son enfance, à la recherche de souvenirs enfouis, tenter de comprendre ce père qu’il n’a pas vraiment connu. « Combien de routes ai-je dû suivre dans mes rêves avant de devenir un homme? Avant de sortir de l’enfance, des pièges et des sortilèges, de l’enfance, du labyrinthe de l’enfance, hanté par ce père que je n’ai pas su aimer? » Ses lecteurs lui reprochent d’écrire toujours la même chose. Personnellement, c’est la première fois que je lis cet auteur. Mais sur ce roman relativement court, je perçois cette obsession à ressasser les mêmes troubles. Pour mieux les cerner, les comprendre. Pour toujours faire revivre ces gens aux vies minuscules, pourtant si fiers et confiants. Malgré quelques souvenirs concrets, intimes ou universels, ce récit apporte davantage à son auteur qu’au lecteur. Néanmoins, la qualité du style en fait une lecture agréable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Matatoune Posté le 7 Septembre 2021
    Alain Rémond raconte comme si nous étions assis, ensemble, dans des fauteuils confortables devant un feu qui crépite et que la nuit avance, son cancer, son espoir et son combat. Et, voilà que celui de sa mère s’invite dans cet univers feutré. Et lui à vingt-cinq ans espère qu’elle ne peut être vraiment malade, au point d’en mourir. Ce n’est qu’après que la peur dévore celui qui y pense ! Alors, Alain Rémond décide de reprendre son enfance pour aller chercher loin en lui, les moments de bonheur qui lui sont attachés. Et, Trans, son village, sa maison, ses frères et sœurs se révèlent. N’allez surtout pas, comme une de ses lectrices ou les copains de ses dix ans, y faire un tour car, comme eux, vous serez déçu ! Dans Ma mère avait ce geste c’est le village coloré par ses bulles d’amour et d’émotions que nous découvrons ! Évidemment, dans ces pages, il y a forcément une partie de nous, de nos souvenirs et de nos amours. J’y ai découvert pourquoi j’avais passé un examen pour entrer en 6ème et pourquoi on mangeait tant de beefsteak de cheval ! Mais, dans Ma mère avait ce geste, c’est d’une nostalgie heureuse, apaisée... Alain Rémond raconte comme si nous étions assis, ensemble, dans des fauteuils confortables devant un feu qui crépite et que la nuit avance, son cancer, son espoir et son combat. Et, voilà que celui de sa mère s’invite dans cet univers feutré. Et lui à vingt-cinq ans espère qu’elle ne peut être vraiment malade, au point d’en mourir. Ce n’est qu’après que la peur dévore celui qui y pense ! Alors, Alain Rémond décide de reprendre son enfance pour aller chercher loin en lui, les moments de bonheur qui lui sont attachés. Et, Trans, son village, sa maison, ses frères et sœurs se révèlent. N’allez surtout pas, comme une de ses lectrices ou les copains de ses dix ans, y faire un tour car, comme eux, vous serez déçu ! Dans Ma mère avait ce geste c’est le village coloré par ses bulles d’amour et d’émotions que nous découvrons ! Évidemment, dans ces pages, il y a forcément une partie de nous, de nos souvenirs et de nos amours. J’y ai découvert pourquoi j’avais passé un examen pour entrer en 6ème et pourquoi on mangeait tant de beefsteak de cheval ! Mais, dans Ma mère avait ce geste, c’est d’une nostalgie heureuse, apaisée et sereine qui nous est présentée. Car, ici, on a fait le tri entre le passé, les ressentiments et les aigreurs pour ne retenir que la douceur et la tendresse des situations et de l’amour. Alain Rémond est capable de raconter la honte sans la ressentir à nouveau, capable de raconter les cris, sans avoir peur de les entendre. Ce texte est d’une grande sensibilité, d’une grande tendresse et d’admiration pour cette femme dévouée à sa famille et à chacun de ses enfants. Le geste de sa mère est le geste universel des mères qui sont inquiètes et qui affrontent les rigueurs de la vie pour préserver et protéger, coûte que coûte, leurs enfants. Car, il faut beaucoup de tendresse pour avoir l’impression qu’il ne manque rien grâce au dévouement d’une mère qui s’occupe de tout. Il m’a fallu du temps pour découvrir ses mots, pour les lire avec le cœur. Les larmes de bonheur envahissent souvent, avec la vieillesse, lorsque le bonheur est trop brut, trop fort pour le gamin (ou la gamine) qui a pleuré souvent des larmes de chagrin et de tristesse. Et, il y a dans ce texte beaucoup de larmes de bonheur. Alain Rémond m’a tellement accompagnée avec ses chroniques dans Télérama, que j’ai l’impression de le connaître, vraiment. Dans la confrérie des enfants de femme de ménage où l’on rencontre Camus, on se reconnaît à la fierté du « Ce n’est pas parce-que on a rien, qu’il faut se laisser marcher sur les pieds ». Et Dans ma mère avait ce geste, Alain Rémond nous confie la confiance que sa mère a eu en lui, cette force qu’elle a su lui insuffler malgré la rudesse d’une famille de dix enfants et d’un père cantonnier, qu’il a eu tant de mal à appeler papa. Un texte pour la douceur du souvenir qui peut aider à supporter la lourdeur du présent ! Chronique avec photos ici https://vagabondageautourdesoi.com/2021/09/07/alain-remond/
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !