RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Maggie, une vie pour en finir

            Plon
            EAN : 9782259251556
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 154 x 240 mm
            Maggie, une vie pour en finir

            Date de parution : 27/09/2018
            A l’occasion du 100e anniversaire de la victoire de 1918, Maggie, une vie pour ne finir raconte le destin vrai d’une femme dont la vie a été bouleversée par la Première guerre mondiale. 
            Les guerres sont propices à la naissance des grandes histoires d’amour. En période de conflit, on aime avec passion et rapidité, comme si chaque jour était le dernier. Des vies basculent au milieu des morts qui se succèdent. La société change de visage et l’Europe se dirige, sans le savoir,... Les guerres sont propices à la naissance des grandes histoires d’amour. En période de conflit, on aime avec passion et rapidité, comme si chaque jour était le dernier. Des vies basculent au milieu des morts qui se succèdent. La société change de visage et l’Europe se dirige, sans le savoir, vers un autre désastre.
            A l’occasion du centième anniversaire de la victoire de 1918, ce roman raconte le destin d’une femme dont la vie a été bouleversée par le conflit. On y retrouve l’esprit de Downton Abbey et celui de la jeunesse d’Agatha Christie qui se porta volontaire dans les hôpitaux et dont Maggie sera une fidèle lectrice. Mais on y croise aussi les affres de la Seconde Guerre mondiale, l’ombre de la Guerre Froide et la folie consumériste qui caractérise les lendemains de conflit. Un monde jeté à terre n’a qu’une seule volonté, celle de renaître plus grand, plus beau et plus fort. Mais quand les « golden sixties » surgissent, il est trop tard pour les témoins des heures sombres. Ils incarnent des épisodes tragiques que chacun cherche à oublier.
            A travers la vie, les choix et la mort de Maggie, c’est l’histoire de ces innombrables femmes du XXe siècle qui s’incarne. On les a un peu oubliées mais les femmes d’aujourd’hui leur doivent beaucoup.
            Parti sur les traces de sa grand-mère et de ses origines familiales, Patrick Weber nous conduit d’Altrincham à Manchester, de Londres à Bruxelles, d’Anvers aux camps de concentration allemands.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259251556
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 396
            Format : 154 x 240 mm
            Plon
            19.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Esplendide, pleine de bruit et de fureur".
            Marie Rogatien / Le Figaro Magazine

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Zoile Posté le 26 Avril 2019
              Comme il l’indique d’emblée, Patrick Weber s’est proposé dans ce roman de reconstituer la vie de sa grand-mère maternelle. Maggie est née dans une modeste famille ouvrière près de Manchester. Au moment de la guerre de 14-18, elle devient infirmière et rencontre un soldat belge qui l’épouse et l’emmène en Belgique où le couple aura deux enfants. Patrick Weber aurait pu se faire le chroniqueur plus ou moins impersonnel du destin de sa grand-mère. Il a préféré lui prêter sa voix. C’est donc Maggie qui nous conte sa vie, ses bonheurs et ses terribles malheurs. Patrick Weber a su la faire parler avec la simplicité et la dignité qui convenaient à une jeune femme du peuple. Pas un instant, le lecteur ne doute qu’il soit le confident privilégié d’une personne intelligente, sensible, généreuse. L’auteur s’est projeté avec une grande finesse dans l’âme de son aïeule. Certains lecteurs diront peut-être qu’il y a quelque chose de désuet dans ce roman. Quoi, pas de sexe ? Quoi, une femme fidèle ? Quoi, une mère au foyer ? La vie de Maggie échappe à tous les clichés, à tous ces passages obligés de la littérature libérée d’aujourd’hui. C’est... Comme il l’indique d’emblée, Patrick Weber s’est proposé dans ce roman de reconstituer la vie de sa grand-mère maternelle. Maggie est née dans une modeste famille ouvrière près de Manchester. Au moment de la guerre de 14-18, elle devient infirmière et rencontre un soldat belge qui l’épouse et l’emmène en Belgique où le couple aura deux enfants. Patrick Weber aurait pu se faire le chroniqueur plus ou moins impersonnel du destin de sa grand-mère. Il a préféré lui prêter sa voix. C’est donc Maggie qui nous conte sa vie, ses bonheurs et ses terribles malheurs. Patrick Weber a su la faire parler avec la simplicité et la dignité qui convenaient à une jeune femme du peuple. Pas un instant, le lecteur ne doute qu’il soit le confident privilégié d’une personne intelligente, sensible, généreuse. L’auteur s’est projeté avec une grande finesse dans l’âme de son aïeule. Certains lecteurs diront peut-être qu’il y a quelque chose de désuet dans ce roman. Quoi, pas de sexe ? Quoi, une femme fidèle ? Quoi, une mère au foyer ? La vie de Maggie échappe à tous les clichés, à tous ces passages obligés de la littérature libérée d’aujourd’hui. C’est sans doute pour cela qu’elle nous touche tellement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Melou13 Posté le 4 Février 2019
              Dans Maggie une vie pour en finir, Patrick Weber rend un bel hommage à sa grand-mère qu’il n’a pas connue. Ce roman biographique est bien mené et bien maîtrisé d’autant plus que les histoires de famille sont toujours délicates et peuvent vite donner la désagréable impression de faire du voyeurisme. L’écriture de l’auteur est sans fioriture mais efficace. La petite ville où grandit Maggie se dessine, on rit de ses anecdotes, on est spectateur de ses premiers émois et de ses premiers pas de femme. Le vicaire de sa ville va l’encourager à réaliser ses rêves pour sortir de sa condition de pauvreté et s’émanciper des traditions réservées aux femmes de sa famille. Sa détermination va lui permettre d’exister en étant libre de ses choix loin des convenances de l’époque. Malgré son courage, la guerre et les épreuves qui en découlent vont la dévaster. Les drames vont se montrer plus fort que sa raison et vont l’emprisonner dans la dépression. Sa mort donnera la vie : Patrick Weber est l’enfant né de son suicide. L’auteur a mis tout son cœur dans cet ouvrage et dresse un portrait de sa grand-mère tout en émotion. On perçoit le poids de l’existence de... Dans Maggie une vie pour en finir, Patrick Weber rend un bel hommage à sa grand-mère qu’il n’a pas connue. Ce roman biographique est bien mené et bien maîtrisé d’autant plus que les histoires de famille sont toujours délicates et peuvent vite donner la désagréable impression de faire du voyeurisme. L’écriture de l’auteur est sans fioriture mais efficace. La petite ville où grandit Maggie se dessine, on rit de ses anecdotes, on est spectateur de ses premiers émois et de ses premiers pas de femme. Le vicaire de sa ville va l’encourager à réaliser ses rêves pour sortir de sa condition de pauvreté et s’émanciper des traditions réservées aux femmes de sa famille. Sa détermination va lui permettre d’exister en étant libre de ses choix loin des convenances de l’époque. Malgré son courage, la guerre et les épreuves qui en découlent vont la dévaster. Les drames vont se montrer plus fort que sa raison et vont l’emprisonner dans la dépression. Sa mort donnera la vie : Patrick Weber est l’enfant né de son suicide. L’auteur a mis tout son cœur dans cet ouvrage et dresse un portrait de sa grand-mère tout en émotion. On perçoit le poids de l’existence de Maggie sur sa propre existence et on comprend son besoin de connaître ses origines, de comprendre son histoire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Chroniqueuse Posté le 4 Janvier 2019
              Dans ce témoignage basé sur une enquête familiale, Patrick Weber journaliste et petit-fils de Maggie Sowerbutts retrace l'histoire de cette grand-mère qu'il n'a jamais connu mais pourtant qui le hante. L'auteur commence par la vie familiale de Maggie qui réside à Altrincham en Angleterre avec sa Mam et Dad et ses sept frères et soeurs. Une famille nombreuse dont le destin des filles est tout tracé « devenir blanchisseuse »ce qui les révolte et les amènera chacune à trouver leur destinée ailleurs…Le personnage de Maggie est sensible, toujours indécise, peureuse et l'auteur tend à ressortir souvent le caractère de son père, un homme qu'il décrit comme ingrat et égoïste contrairement à sa mère une femme humble et dévouée voir soumise ce qui se ressent et affecte énormément tous ces enfants notamment Maggie. Par la suite, l'auteur nous mènera à partager son premier pas pour son affirmation d'elle-même elle devient infirmière de guerre et rencontre Joseph qui deviendra son mari. Au fil des pages, le récit se mêle à l'histoire avec les conflits de guerre tout en poursuivant avec la découverte de Manchester, Bruxelles et bien d'autres traces sur les origines de la grand-mère de Patrick Weber qu'on ressent un homme... Dans ce témoignage basé sur une enquête familiale, Patrick Weber journaliste et petit-fils de Maggie Sowerbutts retrace l'histoire de cette grand-mère qu'il n'a jamais connu mais pourtant qui le hante. L'auteur commence par la vie familiale de Maggie qui réside à Altrincham en Angleterre avec sa Mam et Dad et ses sept frères et soeurs. Une famille nombreuse dont le destin des filles est tout tracé « devenir blanchisseuse »ce qui les révolte et les amènera chacune à trouver leur destinée ailleurs…Le personnage de Maggie est sensible, toujours indécise, peureuse et l'auteur tend à ressortir souvent le caractère de son père, un homme qu'il décrit comme ingrat et égoïste contrairement à sa mère une femme humble et dévouée voir soumise ce qui se ressent et affecte énormément tous ces enfants notamment Maggie. Par la suite, l'auteur nous mènera à partager son premier pas pour son affirmation d'elle-même elle devient infirmière de guerre et rencontre Joseph qui deviendra son mari. Au fil des pages, le récit se mêle à l'histoire avec les conflits de guerre tout en poursuivant avec la découverte de Manchester, Bruxelles et bien d'autres traces sur les origines de la grand-mère de Patrick Weber qu'on ressent un homme affecté par sa plume délicate. La suite de l' histoire se fera avec le combat incessant de cette femme épuisée, meurtrie par les evènements continuels qu'elle devra affronter jusqu'à en perdre la raison…je vous laisse le découvrir.. Patrick Weber a un talent indéniable pour retranscrire des tranches de vies de façon légère et touchante. Merci aux Editions Plon et NetGalley pour ce service de presse.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sorayabxl Posté le 5 Décembre 2018
              Maggie, c’est Margaret Sowerbutts, la grand-mère de Patrick Weber. Une grand-mère qu’il n’a pas connue mais à laquelle il est lié par un secret de famille : Maggie n’est pas « morte de chagrin », comme ses parents lui ont d’abord expliqué, mais elle s’est suicidée. Un drame qui causera un tel choc émotionnel à sa fille qu’elle tombera enceinte à l’âge de quarante ans… donnant naissance au petit Patrick. En faisant de son enquête familiale un roman, l’auteur met à jour le destin d’une femme à la fois ordinaire et exceptionnelle. Élevée dans une famille nombreuse au Nord de l’Angleterre, Maggie rêve d’échapper à sa condition modeste. Grâce à sa rencontre avec le révérend Johnson, un communiste fervent, elle entrevoit de nouvelles perspectives et devient infirmière dans un hôpital de guerre en 1915. C’est là qu’elle fait la rencontre de Joseph, un soldat belge gravement blessé à Raemdonck en 1914. Amoureux, les deux jeunes gens se marient et emménagent à Bruxelles. Une fois en Belgique et surtout après la naissance de son fils Charles, Maggie devient psychologiquement fragile. Elle développe un amour possessif pour son fils dont elle est persuadée qu’il est un être exceptionnel, négligeant sa fille Joyce, condamnée à... Maggie, c’est Margaret Sowerbutts, la grand-mère de Patrick Weber. Une grand-mère qu’il n’a pas connue mais à laquelle il est lié par un secret de famille : Maggie n’est pas « morte de chagrin », comme ses parents lui ont d’abord expliqué, mais elle s’est suicidée. Un drame qui causera un tel choc émotionnel à sa fille qu’elle tombera enceinte à l’âge de quarante ans… donnant naissance au petit Patrick. En faisant de son enquête familiale un roman, l’auteur met à jour le destin d’une femme à la fois ordinaire et exceptionnelle. Élevée dans une famille nombreuse au Nord de l’Angleterre, Maggie rêve d’échapper à sa condition modeste. Grâce à sa rencontre avec le révérend Johnson, un communiste fervent, elle entrevoit de nouvelles perspectives et devient infirmière dans un hôpital de guerre en 1915. C’est là qu’elle fait la rencontre de Joseph, un soldat belge gravement blessé à Raemdonck en 1914. Amoureux, les deux jeunes gens se marient et emménagent à Bruxelles. Une fois en Belgique et surtout après la naissance de son fils Charles, Maggie devient psychologiquement fragile. Elle développe un amour possessif pour son fils dont elle est persuadée qu’il est un être exceptionnel, négligeant sa fille Joyce, condamnée à rester dans l’ombre de son frère. Cette fragilité est ensuite exacerbée par la mort de son mari et par l’expérience de la seconde guerre mondiale. Un ensemble de traumatismes qui la mènent à vouloir en finir en se jetant dans un étang un matin d’octobre 1964. Grâce à une narration à la première personne, Weber nous fait pénétrer dans l’esprit tourmenté de Maggie. Malgré une paranoïa grandissante, celle-ci conserve une certaine lucidité face aux évènements, ce qui rend son personnage très attachant jusqu’au bout. Au-delà de son destin tragique, la vie de Maggie est aussi remplie de nombreux petits moments de bonheur simples et d’anecdotes pittoresques. La complicité avec sa mère et ses sœurs, la découverte de la grande ville (Manchester puis Bruxelles), la joie d’avoir un foyer… sont autant de rayons de lumière qui viennent contrebalancer les difficultés liées à l’exil et à la guerre. La grande Histoire est aussi omniprésente, des blessures de Joseph pendant la première guerre à l’arrestation de Charles par les soldats allemands pendant la deuxième guerre en passant par la participation de Joseph à l’Exposition universelle de Bruxelles en 1935. Plus qu’une biographie romancée, Maggie, une vie pour en finir est un vrai roman avec son lot de drames et d’émotions. Une lecture agréable grâce à un style fluide et très accessible.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Allily Posté le 21 Novembre 2018
              Patrick Weber est un historien de l'art, journaliste et romancier belge. Il nous raconte une histoire mais pas n'importe laquelle, celle de sa grand-mère maternelle Maggie, qu'il n'a jamais connu car cette dernière a mis fin à ses jours. Patrick Weber se met dans la peau de son aïeule pour nous faire revivre cette femme au destin incroyable. J'imagine comme il doit être difficile de se mettre dans la peau de sa grand-mère, d'imaginer ce que les joies et les drames de sa vie ont changés en elle et comment ils l'ont amené à ce tragique dénouement final. Maggie, issue d'une famille pauvre de Manchester, verra ses perspectives chamboulées par la première Guerre mondiale qui, grâce au travail d'infirmière qu'elle exercera, lui permettra de rencontrer Joseph, l'amour de sa vie. L'histoire de Maggie nous offre un  panorama de ce qu'à été la vie des femmes en ce 20ème siècle, en effet sont évoquées tour à tour les filles mères, la violence domestique, le manque de perspective, la survie pendant la guerre ainsi que les changements qui s'amorcent pour la gent féminine. Le récit est tour à tour plein d'espoir mais également de chagrins. On y découvre une enfant puis une jeune femme qui nous fait... Patrick Weber est un historien de l'art, journaliste et romancier belge. Il nous raconte une histoire mais pas n'importe laquelle, celle de sa grand-mère maternelle Maggie, qu'il n'a jamais connu car cette dernière a mis fin à ses jours. Patrick Weber se met dans la peau de son aïeule pour nous faire revivre cette femme au destin incroyable. J'imagine comme il doit être difficile de se mettre dans la peau de sa grand-mère, d'imaginer ce que les joies et les drames de sa vie ont changés en elle et comment ils l'ont amené à ce tragique dénouement final. Maggie, issue d'une famille pauvre de Manchester, verra ses perspectives chamboulées par la première Guerre mondiale qui, grâce au travail d'infirmière qu'elle exercera, lui permettra de rencontrer Joseph, l'amour de sa vie. L'histoire de Maggie nous offre un  panorama de ce qu'à été la vie des femmes en ce 20ème siècle, en effet sont évoquées tour à tour les filles mères, la violence domestique, le manque de perspective, la survie pendant la guerre ainsi que les changements qui s'amorcent pour la gent féminine. Le récit est tour à tour plein d'espoir mais également de chagrins. On y découvre une enfant puis une jeune femme qui nous fait partager son quotidien difficile avec un père violent et machiste mais également plein d'amour avec une mère dévouée et une fratrie soudée. Maggie n'est pas idéalisée par Patrick Weber, il s'attache au contraire à redonner corps à cette femme dans ses bons et ses mauvais choix. Le récit est enlevé et les pages défilent à toute vitesse et c'est au final le bémol que j'apporterai à ce roman qui, au début prend le temps de poser les personnages, mais qui s'accélère dans la succession des événements racontés alors que j'aurais tant aimé rester plus longtemps avec eux, en savoir encore plus. Un bon récit qui illustre le destin d'une femme durant ce 20ème siècle si plein de changement mais qui, à mon sens, aurait mérité davantage de développements pour être un coup de cœur.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Plon

              6 romans à offrir pour Noël

              Il n’est pas toujours aisé de trouver le roman idéal à offrir pour Noël. Pour faciliter vos choix, nous vous proposons une sélection de 6 romans historiques. D’une épopée au temps des croisades à une fresque foisonnante de la révolution de 1830, embarquez vos proches pour un voyage à travers le temps.

              Lire l'article