Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258195905
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Minuit dans l'univers

Sylvie SCHNEITER (Traducteur)
Date de parution : 02/12/2020
« Ainsi prend fin le monde, non dans une explosion, mais dans un murmure. » T. S. Eliot
 
Augustin, un brillant astronome, est en mission dans l'Arctique lorsque sa base est évacuée. Alors que les militaires rapatrient ses collègues, il refuse de quitter l’Observatoire. Quel que soit le danger, il veut finir ses jours ici, les yeux dans les étoiles. La rencontre avec une fillette de huit ans... Augustin, un brillant astronome, est en mission dans l'Arctique lorsque sa base est évacuée. Alors que les militaires rapatrient ses collègues, il refuse de quitter l’Observatoire. Quel que soit le danger, il veut finir ses jours ici, les yeux dans les étoiles. La rencontre avec une fillette de huit ans change ses plans : il doit reprendre contact avec le monde pour qu’elle soit sauvée. Mais toutes ses tentatives restent sans réponse…
Alors qu’une jeune astronaute, Sully, quitte Jupiter pour regagner la Terre avec son équipage, elle perd tout contact avec Houston. Augustin capte son appel. Au fil des échanges, ils vont se découvrir et se rapprocher, malgré l’immense vide qui les sépare. Ensemble, ils affrontent leurs peurs et leur solitude, réfléchissent sur leurs choix passés et affrontent le futur qui les attend.

Précédemment publié sous le titre Good Morning, Midnight.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258195905
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

" Une exploration de l'identité et des relations humaines en territoire etrême. "
Paris Match

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • morian1902 Posté le 23 Août 2021
    Un livre semblant se trouver dans la science-fiction. Dans une oeuvre il y a parfois un message ou une autre lecture que souhaite nous transmettre l'autrice ou l'auteur. J'ai ressenti l'isolation dans le froid et la nuit Arctique avec Augustin, et, dans le vide spatiale avec Sully. Qu'importe comment va finir le monde, tant que nous ne sommes pas isolé.
  • neirda92 Posté le 31 Mai 2020
    Pas vraiment un roman de science-fiction, mais ce n'est pas un problème. Le rythme est plutôt lent, l'histoire au fond peut se résumer en quelques phrases. Mais la qualité de l'écriture, dans la description des paysages et les interrogations des personnages par exemple, en fait un livre très agréable à livre et plutôt dépaysant. Certes beaucoup d'éléments restent en suspens à la fin, mais je n'ai pas trouvé ça problématique. Plutôt une bonne expérience donc, avec une sensibilité et une finesse bienvenues.
  • Muliang Posté le 7 Janvier 2020
    J’ai découvert ce livre grâce à Babelio, et j’ai passé un agréable moment de lecture - de voyage, même, dans cette dystopie où l’on est enveloppé dans l’hiver, l’attente et la survie. Dans ce silence qui s’est installé sur la terre sans que l’on ne sache trop pourquoi, on a envie de savoir comment ils vont survivre.... Une bonne lecture.
  • ZoeHoibian Posté le 6 Juin 2018
    En Arctique, Augustin, vieil astronome têtu et obsédé par ses recherches, décide de rester dans sa base scientifique, malgré l'évacuation de cette dernière suite à une "catastrophe" inconnue. A bord de l'Aether, une navette spaciale, Sully et son équipage s'apprêtent à rentrer sur Terre après une expédition scientifique aux abords de Jupiter. Mais très bientôt, que ce soit pour Augustin or pour Sully, la Terre devient silencieuse et personne ne répond à leurs nombreux appels radios. Dans l'immensité du Nord et de l'espace, la seule question qui reste est la même : que se passe-t-il ? Alternant les points de vues de Sully et d'Augustin, Good Morning, Midnight réussit à dénouer un scénario haletant où la lenteur est pourtant partout. Lenteur d'un vieille homme et de ses os douleureux dans le froid arctique. Lenteur d'un vaisseau à travers le vide jusqu'à un foyer incertain. Le génie de ce livre et de Lily Brooks-Dalton réside dans le fait d'avoir réussi l'exploit d'écrire une histoire post-apocalyptique où il ne se passe (quasiment) rien. C'est une apocalypse silencieux, qui ne se fait pas ressentir par des explosions, une pandémie ou un quelconque autre cliché du genre ; mais par un silence infranchissable, qui ne fait que renforcer la distance qui sépare déjà les deux... En Arctique, Augustin, vieil astronome têtu et obsédé par ses recherches, décide de rester dans sa base scientifique, malgré l'évacuation de cette dernière suite à une "catastrophe" inconnue. A bord de l'Aether, une navette spaciale, Sully et son équipage s'apprêtent à rentrer sur Terre après une expédition scientifique aux abords de Jupiter. Mais très bientôt, que ce soit pour Augustin or pour Sully, la Terre devient silencieuse et personne ne répond à leurs nombreux appels radios. Dans l'immensité du Nord et de l'espace, la seule question qui reste est la même : que se passe-t-il ? Alternant les points de vues de Sully et d'Augustin, Good Morning, Midnight réussit à dénouer un scénario haletant où la lenteur est pourtant partout. Lenteur d'un vieille homme et de ses os douleureux dans le froid arctique. Lenteur d'un vaisseau à travers le vide jusqu'à un foyer incertain. Le génie de ce livre et de Lily Brooks-Dalton réside dans le fait d'avoir réussi l'exploit d'écrire une histoire post-apocalyptique où il ne se passe (quasiment) rien. C'est une apocalypse silencieux, qui ne se fait pas ressentir par des explosions, une pandémie ou un quelconque autre cliché du genre ; mais par un silence infranchissable, qui ne fait que renforcer la distance qui sépare déjà les deux personnages principaux du reste du monde. J'ai aimé (presque) tous les mots de ce livre et son atmosphère mélancholique et sombre. J'ai cependant été un peu déçue par certains personnages, je trouve qu'ils auraient pu être explorés plus en profondeur. Mais les rebondissements ont tous réussi à me surprendre et je suis toujours sous le choc du dernier. C'est donc un excellent livre, plein d'émotions et de poésie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • neoprog Posté le 6 Juin 2017
    Encore un de ces romans désespérés avec deux récits parallèles qui se rejoignent. Un vieil homme et une gamine survivent seuls, non loin du pôle nord. Dans l’espace, un équipage revient de Jupiter. Le reste du monde semble avoir cessé de respirer, du moins il ne répond plus. Les ondes radios sont devenues muettes, la Terre semble s’être vidée de toute vie. Après quelques premières pages difficiles liées à une traduction à bas coup, le livre de Lily vous embarque dans le vaisseau spatial où les tensions deviennent explosives et dans cet observatoire déserté où un vieux scientifique découvre à l’automne de sa vie ses erreurs passées. Un roman profondément humain, sur fond de cataclysme, qui se lit à toute vitesse et dont il est difficile de sortir. J’y retrouve l’ambiance de Phare 23 ou de Silo de Hug Howey, un livre lent, sans action, tourné vers les personnages, plongé dans un monde sans avenir.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.