Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259253260
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Non ce n'était pas mieux avant

Date de parution : 24/05/2017
Chaque jour, à la télévision, dans la presse, sur Internet et dans la bouche des hormmes politiques, nous sommes abreuvés du même discours catastrophiste : le chômage, la pauvreté, les désastres environnementaux, la faim, la maladie et la guerre sont partout. Et pourtant!

Pourtant, l'humanité a fait davantage de progrès au...
Chaque jour, à la télévision, dans la presse, sur Internet et dans la bouche des hormmes politiques, nous sommes abreuvés du même discours catastrophiste : le chômage, la pauvreté, les désastres environnementaux, la faim, la maladie et la guerre sont partout. Et pourtant!

Pourtant, l'humanité a fait davantage de progrès au cours des cent dernières années que depuis l'apparition d'Homo sapiens. Pourtant, l'espérance de vie a plus que doublé au XXe siècle, alors qu'elle n'avait pas significativement évolué auparavant. Pourtant, la pauvreté a davantage reculé au cours des 50 dernières années que pendant les 5 siècles qui ont précédé.

Contrairement aux idées reçues, l'humanité a connu, au cours des dernières décennies, un progrès et une amélioration de ses conditions de vie sans précédent . Quel que soit le critère considéré, on peut sans conteste affirmer que "c'est mieux maintenant". Et il y a même toutes les raisons de croire que ce sera encore mieux... demain.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259253260
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm
Plon

Ils en parlent

" Le livre le plus revigorant de l'année."
" A travers une cascade de chiffres et d'anecdotes, ce liberal  montre que l'humanité n'a jamais été plus riche, en bonne santé, libre, tolérante et éduquée. "
" Johan Norberg: un optimiste Scandinave."
Thomas MAHLER / Le point
« L'antidote rêvé au catactrophisme ambiant.»
 
Le Point

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • talleyrand50 Posté le 29 Mars 2020
    Aide à prendre du recul et prendre conscience des immenses progrès réalisés par l’humanité. Sans doute un peu trop d’éléments chiffrés qui rendent la lecture fastidieuse par moment, ce livre a néanmoins réveillé mon optimisme quant à l’évolution humaine et son génie de créativité et d’adaptation.
  • myre77120 Posté le 20 Octobre 2017
    J'étais vraiment sceptique avant de lire ce livre résolument optimiste sur l'état du monde. Non ce n'était pas mieux avant j'en suis maintenant convaincu. Johan Norberg nous le démontre habilement : le monde ne s'est jamais aussi bien porté. Quasiment tout, de la pauvreté à la violence, de l'alimentation à l'espérance de vie, de l'alphabétisation à la liberté (moins d'esclavage, plus de démocratie...), va dans le sens d'une amélioration. Même l'environnement n'est pas aussi catastrophique qu'on ne le dit . L'air de Londres était beaucoup plus polluée en 1950 qu'aujourd'hui, on a besoin de moins de terres pour la même productivité et on a de nouvelles technologies qui pourront bientôt remplacées nos énergies polluantes. "A une époque plus dangereuse, une réaction excessive face à un danger coûtait moins cher qu'une réaction insuffisante. Les inquiets, les insatisfaits ont survécu et nous ont légué leurs gènes." Outre la génétique si nous sommes aussi pessimistes c'est que nous sommes nostalgiques mais il n'existe pas vraiment d'âge d'or. Le fait que les médias se focalisent sur ce qui ne va pas et relayent que des mauvaises nouvelles conforte aussi nos impressions. Une statistique cependant est significative : en 1820, 94% de la population mondiale (1 milliard d'individus)... J'étais vraiment sceptique avant de lire ce livre résolument optimiste sur l'état du monde. Non ce n'était pas mieux avant j'en suis maintenant convaincu. Johan Norberg nous le démontre habilement : le monde ne s'est jamais aussi bien porté. Quasiment tout, de la pauvreté à la violence, de l'alimentation à l'espérance de vie, de l'alphabétisation à la liberté (moins d'esclavage, plus de démocratie...), va dans le sens d'une amélioration. Même l'environnement n'est pas aussi catastrophique qu'on ne le dit . L'air de Londres était beaucoup plus polluée en 1950 qu'aujourd'hui, on a besoin de moins de terres pour la même productivité et on a de nouvelles technologies qui pourront bientôt remplacées nos énergies polluantes. "A une époque plus dangereuse, une réaction excessive face à un danger coûtait moins cher qu'une réaction insuffisante. Les inquiets, les insatisfaits ont survécu et nous ont légué leurs gènes." Outre la génétique si nous sommes aussi pessimistes c'est que nous sommes nostalgiques mais il n'existe pas vraiment d'âge d'or. Le fait que les médias se focalisent sur ce qui ne va pas et relayent que des mauvaises nouvelles conforte aussi nos impressions. Une statistique cependant est significative : en 1820, 94% de la population mondiale (1 milliard d'individus) vivaiT dans l'extrême pauvreté (60 millions y échappaient) contre 11% aujourd'hui (700 millions). Bref en 250 pages, la démonstration, que non ce n'était pas mieux avant, est faite, n'en déplaise aux pessimistes et aux démagogues. Attention cependant même si Johan Norberg croit au progrès il n'oublie pas de préciser : "Le fait que les choses se sont améliorées, et de manière stupéfiante, ne garantit pas le progrès à l'avenir."
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…