Lisez! icon: Search engine
Nuit d'épine
Date de parution : 26/09/2019
Éditeurs :
Plon
En savoir plus

Nuit d'épine

Date de parution : 26/09/2019

La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l'apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d'un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de...

La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l'apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d'un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de la moiteur et du silence, elle allait lire en cachette, à celle qui lui permettait de régler ses comptes avec...

La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l'apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d'un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de la moiteur et du silence, elle allait lire en cachette, à celle qui lui permettait de régler ses comptes avec les péchés capitaux que les religieuses lui faisaient réciter dans la journée, la nuit a souvent été, pour Christiane Taubira, une complice, une alliée, une sorte de soeur intime, un moment particulier.
C'est la nuit des chansons qu'on adore et dévore, la nuit du sommeil qui refuse qu'on annonce la mort d'une mère, la nuit des études passionnées et des yeux en feu à force de scruter les auteurs sacrés, la nuit qui ouvre sur les petits matins des métros bougons et racistes. C'est aussi la nuit des militantismes, de la Guyane qui se révolte, des combats furieux à l'Assemblée autour du mariage pour tous - un cathéter au bras et le courage en bandouillère. C'est enfin la nuit d'un tragique vendredi 13, bientôt suivie de celle où l'on décide d'un adieu.
Ces nuits des espoirs, des questions, des inquiétudes parfois, des colères aussi sont un roman du vrai. Un récit littéraire où l'auteur montre que la vie est souvent plus forte, inventive, poétique, envoûtante, dure, terrible que bien des fictions.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259278652
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 210 mm
Plon
En savoir plus
EAN : 9782259278652
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 210 mm

Ils en parlent

« De ces nuits, de toutes ces nuits sombres ou lumineuses, elle tire un livre dense, intense. Et quand on le referme, eh bien, on veut, comme elle, lire, lire, lire jusqu'à l'ivresse. Parce qu'il ne faut pas s'y méprendre, Nuit d'épine, c'est une vie forte portée par la puissance de la littérature. »
Sylvia Jorif / ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Baltyka 18/12/2021
    Intéressant mais se mérite ! L'écriture est exigeante et le contenu vraiment dense. Comme l'auteure est une grande Dame, j'ai tenu bon. Des nuits mémorables (d'où le titre) sont évoquées. Entre l'enfance en Guyane avec une mère tutélaire perdue à l'âge de 14 ans et les situations de crise (mariage pour tous, terrorisme dont l'horreur du Bataclan) vécues par Christiane Taubira, Garde des Sceaux, il y a matière à raconter. On découvre une femme cultivée (littérature, musique, théâtre...) , engagée (contre la pauvreté, le racisme, l'exclusion...). Quelle énergie, quelle curiosité, quelle générosité, quelle vitalité, quelle culture.... !
  • CyrilDlms 30/09/2021
    Je profite de ce temps pour trouver des moments… J’en ai trouvé un, de moment. C’est la nuit… La nuit reste moins désordonné que le jour ; La nuit je vie ; La nuit je suis ; La nuit j’ai le temps ; Et pendant la nuit… J’ai débuté « Nuit d’épine » de Christiane Taubira… Une femme que j’admire, que je soutiens, qui a un amour des mots, de la littérature et de la culture… Voici le résumé du livre : La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l’apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d’un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de la moiteur et du silence, elle allait lire en cachette, à celle qui lui permettait de régler ses comptes avec les péchés capitaux que les religieuses lui faisaient réciter dans la journée, la nuit a souvent été, pour Christiane Taubira, une complice, une alliée, une sorte de soeur intime, un moment particulier. C’est la nuit des chansons qu’on adore et dévore, la nuit du sommeil qui refuse qu’on annonce la mort d’une mère, la nuit des études passionnées et des yeux en feu à force de scruter les auteurs sacrés, la nuit qui ouvre sur les... Je profite de ce temps pour trouver des moments… J’en ai trouvé un, de moment. C’est la nuit… La nuit reste moins désordonné que le jour ; La nuit je vie ; La nuit je suis ; La nuit j’ai le temps ; Et pendant la nuit… J’ai débuté « Nuit d’épine » de Christiane Taubira… Une femme que j’admire, que je soutiens, qui a un amour des mots, de la littérature et de la culture… Voici le résumé du livre : La nuit, chacun la voit, la vit, la sent, l’apprivoise à sa manière. De celle de Guyane, trouée d’un faible lampadaire sous la lueur duquel, enfant, à la faveur de la moiteur et du silence, elle allait lire en cachette, à celle qui lui permettait de régler ses comptes avec les péchés capitaux que les religieuses lui faisaient réciter dans la journée, la nuit a souvent été, pour Christiane Taubira, une complice, une alliée, une sorte de soeur intime, un moment particulier. C’est la nuit des chansons qu’on adore et dévore, la nuit du sommeil qui refuse qu’on annonce la mort d’une mère, la nuit des études passionnées et des yeux en feu à force de scruter les auteurs sacrés, la nuit qui ouvre sur les petits matins des métros bougons et racistes. C’est aussi la nuit des militantismes, de la Guyane qui se révolte, des combats furieux à l’Assemblée autour du mariage pour tous – un cathéter au bras et le courage en bandouillère. C’est enfin la nuit d’un tragique vendredi 13, bientôt suivie de celle où l’on décide d’un adieu. Ces nuits des espoirs, des questions, des inquiétudes parfois, des colères aussi sont un roman du vrai. Un récit littéraire où l’auteur montre que la vie est souvent plus forte, inventive, poétique, envoûtante, dure, terrible que bien des fictions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • elea2020 14/01/2021
    Christiane Taubira nous livre ici un "récit littéraire" certes autobiographique, mais surtout magnifié par son exigence d'écriture, parfois même un peu difficile à suivre. Elle use d'une telle précision de vocabulaire dans la description de la nuit d'origine, durant l'enfance en Guyane, que j'ai envisagé de faire des listes pour jouer aux animaux ou règne végétal de A à Z... Chaque chapitre relate une nuit particulière dans sa vie de femme, et surtout bien sûr, de femme politique. J'admirais déjà la Ministre de la Justice et garde des Sceaux, celle qui a impulsé et porté des lois importantes, comme celle sur la reconnaissance de l'esclavage, ou celle du mariage des couples homosexuels. Ici, j'ai découvert une femme de conviction, une femme plus que cultivée, vraiment érudite, mais aussi une femme qui a eu le courage de ses convictions. Ainsi, une nuit elle marche dans les broussailles pour retrouver, le temps d'un éclair, son mari, militant indépendantiste recherché, en portant son fils contre elle. C'est dangereux, elle est surveillée, mais elle marche, à l'écoute des bruits qui pourraient l'alerter. Elle raconte encore une nuit sur le fleuve Maroni, en Guyane, alors qu'elle descend par un train de bateaux pour tester un convoi... Christiane Taubira nous livre ici un "récit littéraire" certes autobiographique, mais surtout magnifié par son exigence d'écriture, parfois même un peu difficile à suivre. Elle use d'une telle précision de vocabulaire dans la description de la nuit d'origine, durant l'enfance en Guyane, que j'ai envisagé de faire des listes pour jouer aux animaux ou règne végétal de A à Z... Chaque chapitre relate une nuit particulière dans sa vie de femme, et surtout bien sûr, de femme politique. J'admirais déjà la Ministre de la Justice et garde des Sceaux, celle qui a impulsé et porté des lois importantes, comme celle sur la reconnaissance de l'esclavage, ou celle du mariage des couples homosexuels. Ici, j'ai découvert une femme de conviction, une femme plus que cultivée, vraiment érudite, mais aussi une femme qui a eu le courage de ses convictions. Ainsi, une nuit elle marche dans les broussailles pour retrouver, le temps d'un éclair, son mari, militant indépendantiste recherché, en portant son fils contre elle. C'est dangereux, elle est surveillée, mais elle marche, à l'écoute des bruits qui pourraient l'alerter. Elle raconte encore une nuit sur le fleuve Maroni, en Guyane, alors qu'elle descend par un train de bateaux pour tester un convoi scolaire. Elle combat les aberrations administratives : les enfants peuvent aller à l'école en bateau, mais comme les fleuves ne sont légalement pas navigables, les compagnies d'assurance n'assurent pas. Elle raconte aussi les nuits à l'Assemblée Nationale, lorsqu'elle a défendu la loi pour le mariage des homosexuels, alors qu'elle était vilipendée, même menacée. Ou encore la nuit du Bataclan, la réaction rapide des médecins pour évacuer les blessés... Parfois, les nuits sont plus douces, comme celle de l'International Jazz Day à la Maison Blanche, avec le couple Obama, dans les jardins alentour. Christiane Taubira revient souvent sur ce qui lui tient à coeur : les injustices coloniales envers son pays (la cité spatiale pour laquelle on a exproprié des villages entiers, le trafic de l'or, la déforestation...), l'esclavage, le racisme ordinaire, et bien sûr la justice, la Constitution, la Déclaration des Droits de l'Homme, les lois. Elle cite à l'appui les poètes, les écrivains (là encore, on pourrait faire des listes, et cela me décide à lire les auteurs de la francophonie), les hommes politiques, elle trouve des musiques et paroles pour les moments traversés. Elle est très mélomane : classique, opéra, jazz - souvent, elle quitte le ministère pour assister à un concert ou à un opéra, un film, puis retourne à une séance de nuit à l'Assemblée, ou lire des dossiers. Elle a vraiment une écriture très littéraire, exigeante, et raconte avec intégrité et discrétion, sans se mettre en avant, les événements, ses ressentis, perceptions et réflexions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Piavouis 18/11/2020
    Difficile lecture que cette Nuit d'épine. Difficile critique donc. J'ai parfois adoré l'écriture fluide de Christiane Taubira lorsque celle-ci se livre et nous raconte de vrais moments, de vrais histoires personnelles qui nous touche : le chapitre sur le décès de sa mère a été à cet égard le premier à m'émouvoir et il m'a poussé à poursuivre. De même, quel régal que ces pages sur les débats à l'Assemblée Nationale sur le Mariage pour Tous ! Le style est alors emporté, passionné, flamboyant, franc et direct ! Et en comparaison, bien d'autres passages m'ont été difficiles à lire tant ils sont ampoulés, parasités par des références à n'en plus finir, décousus dans leur temporalité et leur sujet. J'en ressors donc extrêmement frustré !
  • rxamain 25/10/2019
    Intéressant et souvent poétique, même si parfois on a l'impression que la culture, c'est comme la confiture...
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…