Lisez! icon: Search engine
Bouquins
EAN : 9782221122945
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1056
Format : 132 x 198 mm

Œuvres poétiques complètes

Yves-Alain Favre (textes réunis par)
Date de parution : 04/08/2010
A-t-on vraiment lu tout Verlaine ? Inclassable, il a poursuivi sa course en solitaire. Avec Rimbaud et Mallarmé, il a amplement contribué à la naissance de la poésie moderne.

On se contente trop souvent d'admirer les premiers livres : mélancolie sombre des Poèmes saturniens, rêverie exquise des Fêtes galantes, impressionnisme musical des Romances sans paroles, haut lyrisme chrétien de Sagesse. Mais l'on néglige ce qui suit et deux tiers de l'oeuvre sont condamnés à l'oubli. Pourtant, Verlaine n'a cessé...

On se contente trop souvent d'admirer les premiers livres : mélancolie sombre des Poèmes saturniens, rêverie exquise des Fêtes galantes, impressionnisme musical des Romances sans paroles, haut lyrisme chrétien de Sagesse. Mais l'on néglige ce qui suit et deux tiers de l'oeuvre sont condamnés à l'oubli. Pourtant, Verlaine n'a cessé d'explorer des voies nouvelles. Ainsi découvrira-t-on l'esthétique de la sincérité et de la simplicité dans Bonheur, les parodies et les pastiches de Dédicaces, les poèmes satiriques d'Invectives, l'ardent érotisme de Chansons pour Elle, la tendresse d'Elégies, la poésie ludique d'Epigrammes. Même les poèmes érotiques, publiés sous le manteau, figurent dans la présente édition qui fournit enfin un panorama complet de cette oeuvre si diverse. Verlaine a fait vibrer " toute la lyre ", aucun domaine de la poésie ne lui est demeuré étranger.
Ce volume - complété par une Chronologie et un Dictionnaire - permet de suivre l'itinéraire de Verlaine dans ses méandres et ses caprices, et de mieux apprécier Romances sans paroles, son chef-d'oeuvre ; le poète s'y est aventuré, comme nul autre avant lui, dans l'espace intérieur de la rêverie et, par le raffinement de la musique verbale, il a réussi à suggérer l'indicible.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221122945
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1056
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Arimbo Posté le 5 Août 2020
    L'œuvre poétique de Verlaine est, comme celle de Hugo, inégale. Certains recueils sont des chefs d'œuvre où tout est parfait: Romances sans paroles, où l'influence de Rimbaud est forte, et qui contient des poèmes absolument novateurs comme Charleroi, ou Beams, Fêtes Galantes, un joyau d'une unité de ton incroyable, d'autres recueils où presque tout est magnifique: Poèmes saturniens, Sagesse, ou encore contenant des poèmes prodigieux comme Crimen Amoris dans Jadis et Naguère. Et puis, dans la suite de sa production, c'est mon opinion que peut-être d'autres ne partageront pas, la veine créatrice se perd, beaucoup de poèmes sont plutot fades, voire de la prose rimée, je pense aux poèmes de Dédicaces, Invectives, Épigrammes, notamment, mais il y a cependant, des perles rares, comme ceux évoquant Lucien Letinois, avec le magnifique poème: "il pantinait merveilleusement...." , jusqu'à cet extraordinaire dernier et prémonitoire poème : Mort, où Verlaine, une dernière fois, et de façon bouleversante, évoque son combat personnel contre sa lâcheté, sa fuite dans le rêve, dont la Mort le rendra victorieux. Mais, je ne me lasserai jamais de lire et d'apprendre par cœur les poèmes de Fêtes Galantes et Romnces sans Paroles.
  • Flaubauski Posté le 8 Mai 2019
    J’ai pris le temps de me plonger dans la poésie de Verlaine en lisant un recueil, par-ci par-là, pendant plusieurs mois, de cette intégrale qui traînait dans ma bibliothèque depuis des années. J’ai pris plaisir à en relire certains, comme Poèmes saturniens et Romances sans paroles, pour moi des chefs d’œuvre de modernité, autant par leurs paradoxales harmonies musicales discordantes et détonantes dans le climat littéraire de l’époque – « Et pour cela préfère l’Impair » – que par leur description d’univers tout aussi modernes et paradoxaux, de Paris à Londres, en passant par la Belgique. J’ai pris plaisir également à en découvrir d’autres plus tardifs, comme Jadis et Naguère, dont je ne connaissais que l' »Art Poétique », et qui m’a permis de prendre conscience de l’importance qu’a pu avoir le poète pour les décadents à la fin du siècle, ou encore de Parallèlement. Mais ces recueils, plus tardifs dans leur publication, reprennent à majorité des poèmes écrits bien antérieurement, laissant penser qu’après Romances sans paroles, la poésie de Verlaine s’est comme assagie, voire affadie, ne laissant que peu de place à la fantaisie première, surtout de forme, mais aussi de fond. A partir de l’incident londonien, coupant court à... J’ai pris le temps de me plonger dans la poésie de Verlaine en lisant un recueil, par-ci par-là, pendant plusieurs mois, de cette intégrale qui traînait dans ma bibliothèque depuis des années. J’ai pris plaisir à en relire certains, comme Poèmes saturniens et Romances sans paroles, pour moi des chefs d’œuvre de modernité, autant par leurs paradoxales harmonies musicales discordantes et détonantes dans le climat littéraire de l’époque – « Et pour cela préfère l’Impair » – que par leur description d’univers tout aussi modernes et paradoxaux, de Paris à Londres, en passant par la Belgique. J’ai pris plaisir également à en découvrir d’autres plus tardifs, comme Jadis et Naguère, dont je ne connaissais que l' »Art Poétique », et qui m’a permis de prendre conscience de l’importance qu’a pu avoir le poète pour les décadents à la fin du siècle, ou encore de Parallèlement. Mais ces recueils, plus tardifs dans leur publication, reprennent à majorité des poèmes écrits bien antérieurement, laissant penser qu’après Romances sans paroles, la poésie de Verlaine s’est comme assagie, voire affadie, ne laissant que peu de place à la fantaisie première, surtout de forme, mais aussi de fond. A partir de l’incident londonien, coupant court à sa relation avec Rimbaud, et l’emprisonnement qui en a suivi, en effet, celui qui avait fait le choix de la bohème avec son jeune amant, prend le chemin de l’expiation dans la religion, Sagesse en étant la parfaite illustration. La modernité poétique qui précédait laisse place à une poésie classique, dans la tradition d’une poésie religieuse avec laquelle j’ai beaucoup de mal, assez déconcertante lorsque l’on ne connaît que les premiers recueils. Puis, jusqu’à la fin de sa vie, Verlaine retombera dans ce qu’il considère comme ses travers, pour mieux les expier ensuite, chaque nouveau recueil renvoyant à l’une des deux facettes désormais présentes en alternance dans son œuvre. Malgré tout, j’ai trouvé le parcours de cet homme, encore plus que de ce poète, touchant, dans toutes ses difficultés à se trouver, tout au long de sa vie, au point de finir par mourir misérablement ; parcours qui se ressent, justement, assez magistralement, dans son œuvre même. Cette intégrale a donc été une lecture en demi-teinte mais nécessaire : ou comment une œuvre peut prendre une bien autre résonance quand on prend le temps de la parcourir dans son ensemble.
    Lire la suite
    En lire moins
  • frandj Posté le 11 Février 2017
    Dans ma hiérarchie personnelle, Verlaine s'est toujours trouvé loin derrière Baudelaire. De par sa personnalité, celui-ci était très supérieur à celui-là. Mais la différence se retrouve aussi dans la qualité de la poétique. Je ne compte plus les poèmes de Baudelaire qui m'émeuvent et qui m'éblouissent. Verlaine, on le connait surtout pour quelques poésies, toujours les mêmes, comme "Mon rêve familier" ou "Les sanglots longs / Des violons / de l'automne…" etc, par exemple. Mais j'ai voulu redécouvrir cet auteur, à travers ses oeuvres complètes. A côté de divers textes que je considère comme assez maladroits sur la forme (les rimes sont parfois simplistes, à mon avis), j'ai eu le plaisir de goûter à quelques poésies que je ne connaissais pas encore ou que j'avais oubliées. Je les ai mises en citation.
  • acidrag Posté le 15 Septembre 2014
    Pour moi, le plus grand poète français. "De la musique avant tout chose... " Je suis moi même, modestement, à la croisée de la littérature et de la musique et Verlaine est LA référence. Sensibilité et (apparente) simplicité. Indispensable.
  • charlottelit Posté le 24 Juillet 2012
    Immense, époustouflant, musical, enthousiasmant, l'incomparable Verlaine sans oublier son frère d'écriture Charles Vildrac ! livres de chevet, de lampe, de lune, de soleil
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.