Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259279109
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 210 mm

On ne meurt pas d'amour

Date de parution : 22/08/2019
Cela pouvait-il finir autrement ?
Elle vient d'emménager avec son homme. Dans un grand loft blanc qu'ils ont retapé. Elle doit se marier au mois de juin. La date est bloquée sur le calendrier de l'entrée.
Il va emménager avec sa femme et sa petite fille au deuxième étage du bâtiment B. Les travaux sont presque...
Elle vient d'emménager avec son homme. Dans un grand loft blanc qu'ils ont retapé. Elle doit se marier au mois de juin. La date est bloquée sur le calendrier de l'entrée.
Il va emménager avec sa femme et sa petite fille au deuxième étage du bâtiment B. Les travaux sont presque terminés.
Ils se croisent pour la première fois un dimanche de novembre, sous le porche de l'entrée. Elle le voit entrer, il est à contre-jour. Elle sent son corps se vider. Il la regarde. Il a du mal à parler.
Plus tard, ils se diront que c'est à ce moment-là que tout a commencé. Ils se diront qu'il était vain de lutter.
Il y a des histoires contre lesquelles on ne lutte pas.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259279109
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 210 mm
Plon

Ils en parlent

« Cela nous vaut un premier roman réussi, vif, assez ironique, et peut-être pas autobiographique. »
Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • prune42 Posté le 9 Août 2020
    C'est l'histoire d'un homme et d'une femme, chacun en couple, qui vivent dans le même immeuble parisien. Elle va se marier en juin l'année prochaine, lui vient d'emménager avec sa femme et sa petite fille. Ils sont attirés irrésistiblement l'un vers l'autre, multiplient les occasions de se fréquenter, même pour des prétextes. Le désir monte en eux et ils finissent par y céder. Ils ne vivent plus qu'en pensant l'un à l'autre désormais. Mais le temps passe, la jeune femme qui a rompu son mariage, s'impatiente. Lui hésite, il est passionnément amoureux mais ne peut pas vivre sans sa petite fille que sa femme emmènera avec elle aux Etats-Unis s'ils divorcent. Alors les deux amants se séparent puis se remettent ensemble avant de se séparer à nouveau. La douleur est de plus en plus forte, ils sont incapables de tenir leurs choix. Jusqu'où peut-on aller par passion amoureuse ? J'avais lu de très bonnes critiques de ce court roman de 180 pages à sa parution et j'étais curieuse de le découvrir. Si j'ai aimé l'écriture souvent poétique de ce livre qui décrit incroyablement bien les tourments de cette passion amoureuse, en revanche j'ai nettement moins apprécié l'impersonnalité voulue par l'auteur qui ne... C'est l'histoire d'un homme et d'une femme, chacun en couple, qui vivent dans le même immeuble parisien. Elle va se marier en juin l'année prochaine, lui vient d'emménager avec sa femme et sa petite fille. Ils sont attirés irrésistiblement l'un vers l'autre, multiplient les occasions de se fréquenter, même pour des prétextes. Le désir monte en eux et ils finissent par y céder. Ils ne vivent plus qu'en pensant l'un à l'autre désormais. Mais le temps passe, la jeune femme qui a rompu son mariage, s'impatiente. Lui hésite, il est passionnément amoureux mais ne peut pas vivre sans sa petite fille que sa femme emmènera avec elle aux Etats-Unis s'ils divorcent. Alors les deux amants se séparent puis se remettent ensemble avant de se séparer à nouveau. La douleur est de plus en plus forte, ils sont incapables de tenir leurs choix. Jusqu'où peut-on aller par passion amoureuse ? J'avais lu de très bonnes critiques de ce court roman de 180 pages à sa parution et j'étais curieuse de le découvrir. Si j'ai aimé l'écriture souvent poétique de ce livre qui décrit incroyablement bien les tourments de cette passion amoureuse, en revanche j'ai nettement moins apprécié l'impersonnalité voulue par l'auteur qui ne donne pas de prénom aux personnages (à peine un "O" pour le personnage principal masculin) ni même de caractéristiques physiques. J'ai trouvé cela surprenant et trop impersonnel à mon goût. L'histoire en elle-même est puissante, surtout selon moi la deuxième partie du roman quand ils commencent de se séparer ; les prémisses de leur liaison sont trop rapidement survolés pour moi et l'absence de prénom nuit à la force romanesque à ce moment-là. On sent la tension monter dans le deuxième partie jusqu'au drame final, auquel je ne m'attendais pas du tout. Finalement, le personnage principal masculin m'a paru très pleutre et égoïste, malgré les sentiments amoureux qu'il vit, je n'ai pas éprouvé beaucoup de sympathie pour lui à cause de son indécision et de sa versatilité. J'ai lu très rapidement ce roman aux chapitres courts, il y a là une vraie puissance émotionnelle et je pense que mon appréciation aurait été encore plus forte si l'auteur avait plus identifié ses personnages en leur donnant des noms par exemple.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nuitdelivres Posté le 2 Août 2020
    On ne meurt pas d'amour est un de ses romans que nous lisons en apnée, presque en un souffle. C'est un roman d'urgence. L'urgence de vivre, l'urgence d'aimer, de se consumer. Elle, vient d'emménager avec son futur mari dans un loft. Lui, emménage au deuxième étage avec sa femme et sa petite fille. Un jour, la rencontre, anodine vue de l'extérieur, mais eux savent déjà qu'elle va bouleverser leurs vies. Débute alors un jeu de séduction qui va être des plus rapide tant le désir de l'autre est fort. Elle et lui vont alors se retrouver, de plus en plus, pour s'aimer, ne faire qu'un dans ces moments volés, dans ces doubles vies qui débutent. Nous suivons leurs désirs, leur amour au gré des sms et mails qui envahissent tout. Leurs pensées ne vont plus que l'un vers l'autre. Jusqu'où ira cet amour, ce désir de l'autre qui parfois peut brûler. On ne meurt pas d'amour, on peut s'élever par amour ou sombrer. J'ai aimé cette lecture, cette histoire qui nous embarque dans cette urgence, qui nous ramène à notre propre amour, ce désir, ces pensées pour l'autre qui envahissent tout. Je ne peux vous dire la petite chose qui m'a agacée à la fin,... On ne meurt pas d'amour est un de ses romans que nous lisons en apnée, presque en un souffle. C'est un roman d'urgence. L'urgence de vivre, l'urgence d'aimer, de se consumer. Elle, vient d'emménager avec son futur mari dans un loft. Lui, emménage au deuxième étage avec sa femme et sa petite fille. Un jour, la rencontre, anodine vue de l'extérieur, mais eux savent déjà qu'elle va bouleverser leurs vies. Débute alors un jeu de séduction qui va être des plus rapide tant le désir de l'autre est fort. Elle et lui vont alors se retrouver, de plus en plus, pour s'aimer, ne faire qu'un dans ces moments volés, dans ces doubles vies qui débutent. Nous suivons leurs désirs, leur amour au gré des sms et mails qui envahissent tout. Leurs pensées ne vont plus que l'un vers l'autre. Jusqu'où ira cet amour, ce désir de l'autre qui parfois peut brûler. On ne meurt pas d'amour, on peut s'élever par amour ou sombrer. J'ai aimé cette lecture, cette histoire qui nous embarque dans cette urgence, qui nous ramène à notre propre amour, ce désir, ces pensées pour l'autre qui envahissent tout. Je ne peux vous dire la petite chose qui m'a agacée à la fin, qui est brutale, mais il est question peut-être de courage ou de manque de courage. Un premier roman de Geraldine Dalban-Moreynas qu'il est difficile à refermer. Si vous aimez les vraies histoires d'amour de celles contre lesquelles on ne peut lutter, foncez !
    Lire la suite
    En lire moins
  • libellule-59 Posté le 24 Juillet 2020
    Je suis partagée car j'ai lu ce livre en quelques heures afin d'en connaître le dénouement, couru d'avance mais l'espoir était là ! Les personnages ne sont absolument pas décrits et tout reste superficiel. L'amour et le sexe sont confondus. Il y a des incohérences chronologiques et une faute d'orthographe. J'ai passé un bon moment à le lire en espérant jusqu'au bout que l'histoire serait possible. Mais globalement je suis déçue.
  • cami_mondo Posté le 2 Juillet 2020
    Ils emme#769;nagent dans le me#770;me immeuble. Aucun des deux n’est libre, mais ils vont tomber amoureux l’un de l’autre. Le roman retrace leurs 18 mois d’amour intense, entre doute et passion, cris et larmes, haine et culpabilite#769;. Le the#768;me est classique, les personnages, nos voisins de pallier (ils n’ont d’ailleurs pas de nom) et pourtant le charme ope#768;re. Un premier roman intense, au rythme soutenu, que j’ai de#769;vore#769; en quelques heures. Le lecteur prend en pleine figure le choc de cette rencontre, ressent les premiers e#769;mois de cette relation naissante, s’attache a#768; elle, a#768; lui, espe#768;re une fin heureuse, appre#769;hende leur de#769;ception. L’auteur nous tient en haleine jusqu’a#768; la fin. Attention, le cardio va monter! Un tre#768;s bon premier roman, avec un style sans fioriture, que j’ai pris beaucoup de plaisir a#768; lire! Et on se dit que pour e#769;crire avec autant d’intensite#769;, il doit y avoir une part de ve#769;cu... .
  • Laurence_nowandzen Posté le 20 Juin 2020
    Soyons honnête, ce livre, si on ne me l’avait pas prêté, jamais je ne l’aurais lu, et je pense même qu’il est de ceux que sur lesquels je n’aurais même pas posé un regard en librairie (oui je sais, je c’est une forme de snobisme … 😉 !!). « On ne meurt pas d’amour » ou variation sur un thème éculé. Elle : journaliste à la veille d’épouser un homme perpétuellement en déplacement. Lui :avocat, marié à une américaine et père d’une petite fille. Il sont tous les deux trentenaires, vivent dans la même résidence, fréquentent les beaux-quartier Parisiens et finissent par céder à une passion dévorante. Tous les clichés du roman de gare sont là (même le titre) mais contre toute attente, je n’ai pas détesté ce livre. Certes, c’est terriblement convenu : c’est très parisien (mais les parisiens pensent aussi que nous sommes très provinciaux, non ?), ils sont beaux (mais on ne va quand même pas reprocher cela aux gens), ils sont riches (ou pas, mais visiblement ils n’ont aucun problème d’argent) et les premières pages m’ont quelque peu effrayées tant ce microcosme bobo-parisien est agaçant mais petit à petit Géraldine Dalban-Moreynas trouve son style et je me... Soyons honnête, ce livre, si on ne me l’avait pas prêté, jamais je ne l’aurais lu, et je pense même qu’il est de ceux que sur lesquels je n’aurais même pas posé un regard en librairie (oui je sais, je c’est une forme de snobisme … 😉 !!). « On ne meurt pas d’amour » ou variation sur un thème éculé. Elle : journaliste à la veille d’épouser un homme perpétuellement en déplacement. Lui :avocat, marié à une américaine et père d’une petite fille. Il sont tous les deux trentenaires, vivent dans la même résidence, fréquentent les beaux-quartier Parisiens et finissent par céder à une passion dévorante. Tous les clichés du roman de gare sont là (même le titre) mais contre toute attente, je n’ai pas détesté ce livre. Certes, c’est terriblement convenu : c’est très parisien (mais les parisiens pensent aussi que nous sommes très provinciaux, non ?), ils sont beaux (mais on ne va quand même pas reprocher cela aux gens), ils sont riches (ou pas, mais visiblement ils n’ont aucun problème d’argent) et les premières pages m’ont quelque peu effrayées tant ce microcosme bobo-parisien est agaçant mais petit à petit Géraldine Dalban-Moreynas trouve son style et je me suis laissée embarquer dans cette histoire d’amour, de folie, de passion sexuelle qui, faute de nous faire vibrer littérairement parlant, sonne juste. La tension monte, les phrases sont courtes, les SMS fusent, les émotions sont fulgurantes et j’ai tourné les pages avec frénésie. Je me doutais de l’issue, terrible,inéluctable mais j’étais loin du compte. J’ai eu mal pour elle et je n’ai eu de cesse que la dernière page tournée, l’heure était indécente et j’étais soufflée. Un livre qui se dévore n’est jamais un livre raté. Si ce livre est autobiographique, Géraldine Dalban-Moreynas n’est effectivement pas morte d’amour, je trouve même qu’elle va plutôt bien si j’en crois son compte Instagram et je comprends que ce livre, écrit il y a un certain temps déjà, lui ait été nécessaire pour mettre un point final à cette histoire. Si c’est pure fiction, bravo pour le réalisme de l’histoire ! Bon, je reste persuadée que ce livre est un pur produit d’instagram, qu’il a été bien plus lu dans le cercle des blogueurs, influenceurs, intagrameurs quadra-parisiens mais peu importe cette histoire c’est comme quand tu avales un bonbon super chimique tu sais que c’est pas terrible mais sur le coup c’est bon ! Et puis, j’ai lu dernièrement des livres très bien écrits mais tellement poussifs qu’à tout choisir …
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    Rentrée littéraire 2019 : les romans français à ne pas louper

    Rendez-vous immanquable de la fin de l'été, la rentrée littéraire cuvée 2019 convoque des romans toujours plus passionnants et ambitieux. Côté francophone, 19 ouvrages sont attendus en librairie. Des histoires tragiques ou comiques, des héros magnifiques, des destins qui s'emmêlent, du banal sublimé... Auteurs confirmés et prometteurs convoquent des univers romanesques forts et inoubliables. Belles découvertes et belle rentrée !

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    Rentrée littéraire 2019 : 5 premiers romans à découvrir absolument

    Si la rentrée littéraire est l'occasion de retrouver des auteurs aimés et confirmés, on peut également voir dans cette grande effervescence le moment idéal pour partir à la découverte de nouvelles plumes. Cette année, cinq primo-romanciers et romancières font leur rentrée et proposent des romans chargés en émotions, parfois très drôles, singuliers, et toujours passionnants. Place aux présentations.

    Lire l'article