En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        « Plus rien à faire, plus rien à foutre »

        Robert Laffont
        EAN : 9782221198667
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 198
        Format : 1 x 215 mm
        « Plus rien à faire, plus rien à foutre »
        La vraie crise de la démocratie

        Date de parution : 23/02/2017

        Ce livre révèle les véritables raisons de la crise de confiance qui éloigne un nombre grandissant de Français de la classe politique actuelle et ébranle notre démocratie.
        La présidentielle de 2017 est censée opposer trois grandes forces politiques : la gauche, la droite et le Front national. Pour Brice Teinturier, cette...

        Ce livre révèle les véritables raisons de la crise de confiance qui éloigne un nombre grandissant de Français de la classe politique actuelle et ébranle notre démocratie.
        La présidentielle de 2017 est censée opposer trois grandes forces politiques : la gauche, la droite et le Front national. Pour Brice Teinturier, cette tripartition, réelle mais trop ressassée, occulte l’émergence d’une quatrième force qui a progressé au moins autant que le FN en dix ans et qui bouscule plus sûrement encore la gauche et la droite : un puissant courant de pensée qui exprime un dépit et un détachement profond à l’égard de la politique – « Plus rien à faire de tout ça ! » – ou, plus encore, une rupture rageuse – « Plus rien à foutre de tous ces gens ! » Ce que l’auteur appelle la « PRAF-attitude ».
        Pour Brice Teinturier, celle-ci montre à quel point le malaise de la démocratie est important en France. Effondrement de la morale et crise de l’exemplarité, confusion de la politique et de la téléréalité, mutations de l’information et influence des réseaux sociaux : il en analyse les origines et les conséquences, pointe les dérives, relève les solutions.
        À la veille d’une élection présidentielle décisive, le poids de cet électorat particulier sera déterminant. Mais au-delà du sort des candidats eux-mêmes, il influera aussi sur l’avenir de notre système démocratique.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221198667
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 198
        Format : 1 x 215 mm
        Robert Laffont
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Vermeer Posté le 24 Septembre 2017
          Brice Teinturier, journaliste, directeur de l'Ipsos a une formation généraliste et en particulier de philosophe, ce qui se sent à la lecture de cet essai. Il analyse avec recul le détachement d'une part de plus en plus grande de l'électorat français peu avant les élections présidentielles de 2017 mais ce constat peut être étendu à l'ensemble des démocraties occidentales. Les causes en sont multiples et s'nscrivent dans le doute radical de Descartes qui donne aux Français le goût de la critique, de l'argumentation, des choses de l'Esprit (dans le meilleur des cas) mais aussi de l'invective, du dogmatisme plutôt que de l'action. Les PRAF, acronyme de plus rien à faire ( détachement passager vis à vis de la politique) ou plus rien à foutre (divorce, rupture) sont une quatrième force politique avec la droite, la gauche et le F.N. Elle peut à terme être un danger pour la démocratie représentative. De 1958 à 1982, il y avait des croyants de la politique puis de 1982 à 2007 des déçus. Depuis 2007, après deux quinquennats perçus comme ratés alors même que les acteurs avaient tous les tous les pouvoirs sans l'excuse de la cohabitation, le phénomène de divorce avec la politique s'est... Brice Teinturier, journaliste, directeur de l'Ipsos a une formation généraliste et en particulier de philosophe, ce qui se sent à la lecture de cet essai. Il analyse avec recul le détachement d'une part de plus en plus grande de l'électorat français peu avant les élections présidentielles de 2017 mais ce constat peut être étendu à l'ensemble des démocraties occidentales. Les causes en sont multiples et s'nscrivent dans le doute radical de Descartes qui donne aux Français le goût de la critique, de l'argumentation, des choses de l'Esprit (dans le meilleur des cas) mais aussi de l'invective, du dogmatisme plutôt que de l'action. Les PRAF, acronyme de plus rien à faire ( détachement passager vis à vis de la politique) ou plus rien à foutre (divorce, rupture) sont une quatrième force politique avec la droite, la gauche et le F.N. Elle peut à terme être un danger pour la démocratie représentative. De 1958 à 1982, il y avait des croyants de la politique puis de 1982 à 2007 des déçus. Depuis 2007, après deux quinquennats perçus comme ratés alors même que les acteurs avaient tous les tous les pouvoirs sans l'excuse de la cohabitation, le phénomène de divorce avec la politique s'est nettement accentué. Brice Teinturier analyse cette tendance par une crise du résultat, de la vacuité des discours, de la représentativité, de l'exemplarité, des personnalités politiques et surtout par l'hypertrophie du Moi accélérée par les réseaux sociaux. Le narcissisme, la mise en scène du Moi favorisent l'intérêt particulier qui l'emporte sur l'intérêt général (analyse très intéressante sur l'impôt qui n'a plus qu'une fonction budgétaire et n'est plus perçu comme un acte citoyen de solidarité et redistribution). Ces mêmes réseaux sociaux favorisent l'horizontalité, l'immédiateté, on y converse mais on ne débat plus, l'analyse y fait défaut, ils favorisent le vide ou la violence. La crise est encore plus importante à gauche car la rentabilité, la consommation et la tradition perçue comme porteuse de valeur dans un monde où tout bouge sont en décalage avec les valeurs sur lesquelles elle s'est construite.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.