En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Population : 48

            Super 8
            EAN : 9782370561114
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 140 x 200 mm
            Nouveauté
            Population : 48

            Charles BONNOT (Traducteur)
            Date de parution : 11/10/2018
            Tout le monde est coupable. Personne ne sait de quoi.
            Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.
            En échange de l’amnistie, les résidents doivent...
            Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.
            En échange de l’amnistie, les résidents doivent accepter trois règles simples : aucun contact avec l’extérieur, aucun visiteur, et aucun retour possible en cas de départ. Une expérience unique, menée par un mystérieux institut. Pendant huit ans, tout ce petit monde est resté à peu près en place. Jusqu’à aujourd’hui. Errol Colfax, en effet, s’est suicidé… avec une arme qu’il n’aurait jamais dû posséder. Puis Hubert Humphrey Gable est assassiné. Calvin Cooper, le shérif local, est contraint de mener l’enquête. Ce faisant, il risque de déterrer des secrets que l’essentiel des habitants – y compris lui-même – auraient préféré voir rester enfouis. Trop tard pour faire marche arrière. Bientôt, un irrépressible déferlement de violence va s’abattre sur les rues poussiéreuses de Caesura…
            Férocement drôle, comiquement féroce, Population : 48 – le troisième roman d’Adam Sternbergh – est aussi un redoutable page-turner où, quelque part entre Tarantino et La Quatrième Dimension, aucun personnage n’est vraiment ce qu’il paraît être.  
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782370561114
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 140 x 200 mm
            Super 8
            22.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Mavic_lit Posté le 11 Novembre 2018
              Préparez-vous à pénétrer à Caesura, aussi connu sous le nom de Blind Town. Sa particularité ? 48 habitants dont aucun ne se souvient de ce qui l'a amené ici, ou plutôt pourquoi il a fait le choix de s'isoler au milieu de nulle part. Coupable, innocent personne ne sait, pas même vous, cher lecteur. Mais si je peux dire une chose c'est vous détesterez tout le monde sans exception. [...] à partir du premier meurtre, une ambiance pesante, pleine de doutes s'installe entre les habitants. Une ambiance, une tension que moi lectrice, j'ai ressenti jusqu'au bout de mes orteils. D'autant que l'environnement où évolue nos protagonistes ne fait qu'accentuer cette sensation. [...] Tout le monde est soupçonné, parce que soyons francs, pour moi tout le monde est coupable mais surtout antipathique. [...] Et paradoxalement, à force de les côtoyer dans un lieu si fermé, si isolé, j'ai fini par ressentir un p'tit quelque chose de positif pour eux. Un début de compassion je dirais même. Oui vous avez bien lu. Et si vous ne me croyez pas, alors lisez-le !  Si l'hémoglobine ne coule pas à chaque page car l'auteur s'appuie beaucoup sur le côté psychologique des personnages, plus que sur les scènes d'actions à... Préparez-vous à pénétrer à Caesura, aussi connu sous le nom de Blind Town. Sa particularité ? 48 habitants dont aucun ne se souvient de ce qui l'a amené ici, ou plutôt pourquoi il a fait le choix de s'isoler au milieu de nulle part. Coupable, innocent personne ne sait, pas même vous, cher lecteur. Mais si je peux dire une chose c'est vous détesterez tout le monde sans exception. [...] à partir du premier meurtre, une ambiance pesante, pleine de doutes s'installe entre les habitants. Une ambiance, une tension que moi lectrice, j'ai ressenti jusqu'au bout de mes orteils. D'autant que l'environnement où évolue nos protagonistes ne fait qu'accentuer cette sensation. [...] Tout le monde est soupçonné, parce que soyons francs, pour moi tout le monde est coupable mais surtout antipathique. [...] Et paradoxalement, à force de les côtoyer dans un lieu si fermé, si isolé, j'ai fini par ressentir un p'tit quelque chose de positif pour eux. Un début de compassion je dirais même. Oui vous avez bien lu. Et si vous ne me croyez pas, alors lisez-le !  Si l'hémoglobine ne coule pas à chaque page car l'auteur s'appuie beaucoup sur le côté psychologique des personnages, plus que sur les scènes d'actions à chaque page, on n'échappe pas à certaines scènes digne d'un Tarantino. A mon sens, en plus d'imaginer de façon explicite la scène, elle permet également de relancer l'intrigue et de captiver le lecteur. [...] En bref, Un thriller huis clos qui entraîne une atmosphère de doutes tout du long. Ici, ne vous fiez à personne car au fond personne qui il est et ce qu'il a fait. L'auteur a réussi à me captiver par la curiosité qu'il suscite, des scènes plus qu'explicites et cette empathie antipathique que l'on ressent à l'égard des habitants de Blind Town. Mon avis complet sur mon blog =)
              Lire la suite
              En lire moins
            • inaji Posté le 5 Novembre 2018
              On retrouve dans "Population 48" ce qui fait la qualité des éditions Super8 : une histoire originale et un style efficace. Cette ville improbable peuplée de criminels et/ou de témoins protégés (ce n'est pas anodin) se transforme rapidement en huit clos étouffant. La tension, que l'on sentait peu au début de l'histoire, en découvrant les personnage principaux et ces trois décès étranges, évolue en une attente inquiète pour finir en urgence absolue. Pas de pause ni de temps morts, et encore moins de longues explications rationnelles, jusqu'au dénouement final qui redonne une cohérence machiavélique à l'ensemble. Hommage à Tarantino ? On peut se poser la question. Merci à Super 8 Editions et à Netgalley pour ce moment intense et réjouissant.
            • Sangpages Posté le 2 Novembre 2018
              Bienvenue à Blind Town - Caesura, la visite guidée va débuter dans quelques secondes. Vous êtes donc priés d'attacher vos ceintures. La compagnie Super 8 est ravie de vous accueillir et vous souhaite bon voyage. Quelques règles de sécurité sont à connaître avant notre départ: Aucune visite de l'extérieur possible. Aucun contact avec l'extérieur une fois dans la ville. Aucun retour possible en cas de départ. Vous aurez un nouveau nom tiré d'une liste de nom d'acteurs ainsi qu'un nouveau prénom, tiré d'une liste, cette fois-ci, de vice-présidents américains. Faites votre choix ! Ah et j'oubliais un léger détail: votre mémoire sera partiellement effacée afin que vous puissiez profiter un maximum de cette ville idyllique. Prêts ? Mieux que les programmes de protection du FBI, des criminels, des témoins sont placés à Caesura pour repartir à zéro. Une nouvelle vie en laissant leur passé derrière le grillage de 4 mètres qui entoure la ville. Mais est-ce qu'un tel grillage peut retenir le passé d'hommes ou de femmes qui sont, peut-être, des criminels ? Ou alors des témoins d'actes sordides, toujours recherchés pour leur dénonciation ? Un début gentil-joli. Tout semble aller pour le mieux dans cette jolie bourgade. Survient alors le suicide d'Errol Colfax suivi d'un meurtre, le premier depuis... Bienvenue à Blind Town - Caesura, la visite guidée va débuter dans quelques secondes. Vous êtes donc priés d'attacher vos ceintures. La compagnie Super 8 est ravie de vous accueillir et vous souhaite bon voyage. Quelques règles de sécurité sont à connaître avant notre départ: Aucune visite de l'extérieur possible. Aucun contact avec l'extérieur une fois dans la ville. Aucun retour possible en cas de départ. Vous aurez un nouveau nom tiré d'une liste de nom d'acteurs ainsi qu'un nouveau prénom, tiré d'une liste, cette fois-ci, de vice-présidents américains. Faites votre choix ! Ah et j'oubliais un léger détail: votre mémoire sera partiellement effacée afin que vous puissiez profiter un maximum de cette ville idyllique. Prêts ? Mieux que les programmes de protection du FBI, des criminels, des témoins sont placés à Caesura pour repartir à zéro. Une nouvelle vie en laissant leur passé derrière le grillage de 4 mètres qui entoure la ville. Mais est-ce qu'un tel grillage peut retenir le passé d'hommes ou de femmes qui sont, peut-être, des criminels ? Ou alors des témoins d'actes sordides, toujours recherchés pour leur dénonciation ? Un début gentil-joli. Tout semble aller pour le mieux dans cette jolie bourgade. Survient alors le suicide d'Errol Colfax suivi d'un meurtre, le premier depuis 8 ans, puis de nouveaux arrivés qui semblent avoir un but et la petite ville "tranquille" voit son petit monde basculer… Un coup pied dans une fourmilière ou chaque fourmi pourrait bien avoir quelque chose à cacher. Un récit qui, derrière sa fiction, soulève de nombreux problèmes, de nombreuses questions. Suffit-il d'effacer une partie de la mémoire d'un criminel pour le rendre inoffensif ? Peut-on vivre normalement sans connaitre les événements de sa vie ? Quels actes nous avons pu commettre ? Qu'en est-il de ce vide ? Peut-on faire comme si de rien n'était et mélanger ainsi des criminels et des témoins et se dire que tout ira pour le mieux dans le meilleur des monde ? Le docteur Holiday qui chapeaute cette expérience, au travers d'un institut, semble vraiment le croire et c'est fort utile d'avoir des gens parqués comme des rats de laboratoire, qu'on peut observer à loisir. Une trame ultra originale pour une intrigue fort complexe qui te conduira là où tu n'aurais, peut-être, pas voulu aller. Un final explosif et flamboyant ! Un livre inclassable: roman noir, roman d'anticipation et polar...Un livre qui ravira donc les amateurs de tous les genres. Nous vous remercions d'avoir choisi la compagnie Super 8 et espérons que cette visite vous a plu. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas grave puisque dès que vous aurez mis un pied en dehors de ce bus, vous ne vous rappellerez de plus rien ! A lire absolument !
              Lire la suite
              En lire moins
            • LesLecturesdAnneSophie Posté le 31 Octobre 2018
              Étant une (grande) fan des séries à la sauce américaine, je ne pouvais qu'adhérer à cette lecture. Elle en ferait d'ailleurs une excellente, de série ! Résumons : vous prenez un petit groupe de personnes à la mémoire effacée, une petite « ville » cachée au fin fond du désert du Texas, coupée de tout contact extérieur et menée par un shérif énigmatique, un mystérieux Institut qui dirige tout ça de loin, un jeune enfant, et des agents de liaison froids et tatillons. Vous mélangez bien tous les ingrédients, vous saupoudrez d'une série de meurtres logiquement inexplicables, vous ajouter une grosse pincée de personnages hauts en couleurs et aux réparties bien senties, une cuillère à soupe de gros secrets, et une franche rasade de mensonges encore plus gros. Portez à ébullition et... Bienvenue à Caesura (surnommée Blind Town) ! Parmi les habitants, pas moyens de savoir qui est qui, même eux ne le savent pas. Mais la nature humaine est bien plus tenace que de simples souvenirs oubliés. C'est pour cela que Blind Town se plie à 3 règles : - Aucune visite. - Aucun contact. - Aucun retour. Sauf que, tout le monde le sait, les règles sont faites pour être contournées. Et la charmante petite bourgade va... Étant une (grande) fan des séries à la sauce américaine, je ne pouvais qu'adhérer à cette lecture. Elle en ferait d'ailleurs une excellente, de série ! Résumons : vous prenez un petit groupe de personnes à la mémoire effacée, une petite « ville » cachée au fin fond du désert du Texas, coupée de tout contact extérieur et menée par un shérif énigmatique, un mystérieux Institut qui dirige tout ça de loin, un jeune enfant, et des agents de liaison froids et tatillons. Vous mélangez bien tous les ingrédients, vous saupoudrez d'une série de meurtres logiquement inexplicables, vous ajouter une grosse pincée de personnages hauts en couleurs et aux réparties bien senties, une cuillère à soupe de gros secrets, et une franche rasade de mensonges encore plus gros. Portez à ébullition et... Bienvenue à Caesura (surnommée Blind Town) ! Parmi les habitants, pas moyens de savoir qui est qui, même eux ne le savent pas. Mais la nature humaine est bien plus tenace que de simples souvenirs oubliés. C'est pour cela que Blind Town se plie à 3 règles : - Aucune visite. - Aucun contact. - Aucun retour. Sauf que, tout le monde le sait, les règles sont faites pour être contournées. Et la charmante petite bourgade va rapidement se transformer en village du Far-West nouvelle génération. Là où les méchants sont très méchants, et les gentils pas réellement gentils. Alors ici, quand l'ennui menace, ça complote, ça carbure au whisky et à la clope, et, accessoirement, ça dézingue à l'occasion. Bref, vous l'aurez compris, pour nous pas moyen de s'ennuyer une seule minute avec ce roman ! L'écriture d'Adam Sternbetgh est dynamique, terriblement drôle, et diablement addictive. Il adore de toute évidence faire tourner son lecteur en bourrique, et il le fait tellement bien que l'on en redemande ! Vous ferez des dizaines de suppositions qui s'avéreront fausses dès le chapitre suivant, et quand vous penserez ENFIN avoir tout compris, vous serez encore loin du compte ! En conclusion, en commençant ce livre, preparez-vous à être surpris, à être amusé et à ne plus savoir à qui vous fier. Un roman prenant, original, drôle et plein de suspens. Un livre à ne pas manquer. Donc foncez ! Je remercie Super 8 Editions pour cette lecture, que je recommande vivement à tous les lecteurs qui aiment l'adrénaline et l'humoir noir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mimo26 Posté le 25 Octobre 2018
              Il s’agit en fait d’une expérience grandeur nature : une société privée découvre le moyen d’effacer la mémoire, partiellement ou totalement, et, après un accord avec le gouvernement, ils décident d’expérimenter sur de vraies personnes : des criminels, et des témoins bénéficiant du statut de protection. Leur mémoire étant effacée, aucun ne se souvient de pourquoi il est là, personne ne sait s’il fait partie des gentils (témoin à protéger) ou des méchants. Pour superviser le tout, nous avons Cooper, élevé au rang de sheriff de « Blind Town » avec pour insigne une étoile en plastique, jouet de pochette surprise. Cela fait 8 ans que l’expérimentation se déroule, et tout va pour le mieux. Les gens cohabitent, créent des liens, aucune violence n’est à déplorer. Aucune interaction n’est possible avec le monde extérieur, seul le livreur de denrées vient une fois par semaine et casse cette routine très bien huilée. Les habitants ne se sentent pas pour autant prisonniers, ils survivent dans cette ville fantôme, ils ne veulent pas se confronter au vrai monde : ne sachant pas pourquoi ils sont là, ils ont peur de se retrouver face à leur vraie vie, à des tueurs à leur... Il s’agit en fait d’une expérience grandeur nature : une société privée découvre le moyen d’effacer la mémoire, partiellement ou totalement, et, après un accord avec le gouvernement, ils décident d’expérimenter sur de vraies personnes : des criminels, et des témoins bénéficiant du statut de protection. Leur mémoire étant effacée, aucun ne se souvient de pourquoi il est là, personne ne sait s’il fait partie des gentils (témoin à protéger) ou des méchants. Pour superviser le tout, nous avons Cooper, élevé au rang de sheriff de « Blind Town » avec pour insigne une étoile en plastique, jouet de pochette surprise. Cela fait 8 ans que l’expérimentation se déroule, et tout va pour le mieux. Les gens cohabitent, créent des liens, aucune violence n’est à déplorer. Aucune interaction n’est possible avec le monde extérieur, seul le livreur de denrées vient une fois par semaine et casse cette routine très bien huilée. Les habitants ne se sentent pas pour autant prisonniers, ils survivent dans cette ville fantôme, ils ne veulent pas se confronter au vrai monde : ne sachant pas pourquoi ils sont là, ils ont peur de se retrouver face à leur vraie vie, à des tueurs à leur recherche ou pire à des victimes de leur violence passée. Chacun s’est acheté une rédemption et veut à tout prix la conserver. Mais soudain tout bascule, un des résidents se suicide, et quelques semaines plus tard un meurtre à lieu. C’est la fin de cette petite vie tranquille. La société privée, le gouvernement, envoient des agents pour enquêter sur ces crimes. L’expérimentation est-elle en train de tourner au fiasco ou est-ce une suite de faits malencontreux qui fait imploser la vie calme et tranquille de « Blind Town » ? 400 pages d’un huit clos angoissant avec des protagonistes auxquels on s’attache, pour lesquels on essaie de deviner de quels côtés de la barrière ils étaient : cet homme d’un certain âge, qui passe son temps à bricoler dans son garage, cette femme douce et calme qui fait office de bibliothécaire, et cette jeune femme dont la seule passion est ses livres, maman d’un jeune garçon se peut-il qu’ils soient tous de dangereux criminels ? L’ambiance est oppressante, de plus en plus stressante au fil des pages. Les indices sont donnés au compte-goutte, et on tourne les pages afin de découvrir tous les secrets enfoui au fin fond du Texas, dans une ambiance de western. Pour chacun « leur victoire ou leur défaite ont été décidées pour eux il y a bien longtemps ». Adam Sternbergh pose la question de la possibilité de la rédemption. Peut-on, après avoir vécu une vie entière de crimes plus odieux les uns des autres, recommencer à zéro, oublier son passé, accéder à une terre promise où les compteurs sont remis à zéro ? A-t-on le droit de se fuir soi-même, et plus que le droit, en avons nous le pouvoir ? C’est une chose de recommencer sa vie quand on oublie ce dont on a pu être capable, mais continuer quand on a connaissance de notre propre ignominie, peut-on faire comme si de rien n’était, nous regarder tous les matins dans une glace, entretenir son petit jardin, boire le café avec son voisin, faire comme si rien n’était arrivé, comme si non, nous n’étions pour rien dans les crimes affreux dont nous nous sommes rendus coupable ? Le jugement par des tiers peut-être compréhensif, dur, mais notre propre jugement n’est-il pas encore plus impitoyable ? La violence et l’angoisse sont présentes tout au long du roman, et pour faire passer le tout, Stenbergh distille une touche d’humour bien noir. Le roman se lit très vite, vous êtes emportés dans ce tourbillon de secrets, de non-dits, et vous vous interrogez sur le bien-fondé de cette expérimentation et sur notre capacité, à chacun, d’accepter de vivre à côté, avec de potentiels dangereux criminels. Un grand moment de lecture, un véritable roman noir, avec des héros et des méchants, chacun ayant une frontière assez floue, méthode western spaghetti, chaque personnage étant assez complexe pour flirter avec le bien et le mal.
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            « Malin, dense, électrisant, et tout à fait original. »
            Dennis Lehane
            Lisez! La newsletter qui vous inspire !
            Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com