En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Population : 48

        Super 8
        EAN : 9782370561114
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 200 mm
        Nouveauté
        Population : 48

        Charles BONNOT (Traducteur)
        Date de parution : 11/10/2018
        Tout le monde est coupable. Personne ne sait de quoi.
        Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.
        En échange de l’amnistie, les résidents doivent...
        Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.
        En échange de l’amnistie, les résidents doivent accepter trois règles simples : aucun contact avec l’extérieur, aucun visiteur, et aucun retour possible en cas de départ. Une expérience unique, menée par un mystérieux institut. Pendant huit ans, tout ce petit monde est resté à peu près en place. Jusqu’à aujourd’hui. Errol Colfax, en effet, s’est suicidé… avec une arme qu’il n’aurait jamais dû posséder. Puis Hubert Humphrey Gable est assassiné. Calvin Cooper, le shérif local, est contraint de mener l’enquête. Ce faisant, il risque de déterrer des secrets que l’essentiel des habitants – y compris lui-même – auraient préféré voir rester enfouis. Trop tard pour faire marche arrière. Bientôt, un irrépressible déferlement de violence va s’abattre sur les rues poussiéreuses de Caesura…
        Férocement drôle, comiquement féroce, Population : 48 – le troisième roman d’Adam Sternbergh – est aussi un redoutable page-turner où, quelque part entre Tarantino et La Quatrième Dimension, aucun personnage n’est vraiment ce qu’il paraît être.  
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782370561114
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 200 mm
        Super 8
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Livresque78 Posté le 11 Octobre 2018
          Dès le 4ème de couverture, cette histoire intrigante donne envie d’en savoir davantage. Tout est réuni pour appâter le lecteur. Attention! Ici nous sommes loin de Wisterlia lane et des Desperate Housewives. On en sait peu des habitants, lorsque l’on découvre cette ville de Caesura au Texas, les informations qui nous sont données, le sont au compte gouttes. Sont-ils des criminels repentis, des témoins à protéger? Et petit à petit, les secrets sont dévoilés, et Dieu sait qu’il y en a un sacré paquet à Caesura, cette ville étrange, éloignée de tout, est remplie de mystères, de non-dits, et au fil des découvertes que le lecteur va faire, la violence va prendre place dans la vie plutôt paisible et bien rangée de ses 48 habitants.
        • LisaGiraudTaylor Posté le 6 Octobre 2018
          "Si tu veux garder un secret, tu dois aussi le cacher à toi-même" écrit Sternbergh. J’aurais tendance à dire que son écriture possède un humour tranchant et une violence dévastatrice qui montre peu de respect pour les lecteurs aux sensibilités délicates. Mais son thriller est addictif, passionnant et, même s’il peut être dérangeant, il y a une puissance narrative crescendo. Il façonne des personnages intrigants à partir d'amnésiques volontaires qui ont peur de se souvenir des méfaits du passé. Par exemple, même maladroite, on note une véritable emphase dans les efforts de Cooper pour protéger ses habitants, peu importe leur identité passée possible ou la sienne d’ailleurs ! Population 48 est un roman policier intelligent qui critique nos sentiments les mieux (ou mal) intentionnés. L'habileté de Sternbergh à éclairer les actions et les pires pensées de l'humanité est manifeste. L’auteur soulève la question du rachat d’un individu même s'il ne se souvient pas de ses crimes. Un présent bien intentionné peut-il être séparé d'un passé impardonnable ? le réparer ? Malgré les questionnements, les malaises et ces mercenaires s’incrustant en ville, le roman accélère. Pourtant, il reste quelques histoires semées, çà et là non résolues et qui auraient mérité, peut-être, d’être... "Si tu veux garder un secret, tu dois aussi le cacher à toi-même" écrit Sternbergh. J’aurais tendance à dire que son écriture possède un humour tranchant et une violence dévastatrice qui montre peu de respect pour les lecteurs aux sensibilités délicates. Mais son thriller est addictif, passionnant et, même s’il peut être dérangeant, il y a une puissance narrative crescendo. Il façonne des personnages intrigants à partir d'amnésiques volontaires qui ont peur de se souvenir des méfaits du passé. Par exemple, même maladroite, on note une véritable emphase dans les efforts de Cooper pour protéger ses habitants, peu importe leur identité passée possible ou la sienne d’ailleurs ! Population 48 est un roman policier intelligent qui critique nos sentiments les mieux (ou mal) intentionnés. L'habileté de Sternbergh à éclairer les actions et les pires pensées de l'humanité est manifeste. L’auteur soulève la question du rachat d’un individu même s'il ne se souvient pas de ses crimes. Un présent bien intentionné peut-il être séparé d'un passé impardonnable ? le réparer ? Malgré les questionnements, les malaises et ces mercenaires s’incrustant en ville, le roman accélère. Pourtant, il reste quelques histoires semées, çà et là non résolues et qui auraient mérité, peut-être, d’être explorées en profondeur, comme les implications de ce concept de Blind Town. A la lecture de la dernière page, on pourrait espérer une suite mais cette histoire semble vouloir, avant tout, nous faire méditer sur la nature du crime, du mal et de la rédemption. Caesura résonne alors comme un message d’avertissement qui fait réfléchir !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Malin, dense, électrisant, et tout à fait original. »
        Dennis Lehane
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com