Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259227971
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 200
Format : 132 x 201 mm

Retour en absurdie

Chroniques

,

Date de parution : 30/10/2014
Après son best-seller Voyages en absurdie, Stéphane De Groodt, véritable phénomène du moment, revient avec la suite de ses chroniques. D’improbables rencontres avec Beethoven, Steve Jobs, Marilyn Monroe, le Mime Marceau, Serge Gainsbourg, Claude François…
 
Après Voyages en absurdie, Stéphane De Groodt nous propose la suite de ses chroniques. En véritable jongleur de mots, talent qui lui a valu le prix Raymond-Devos, il nous invite à poursuivre ses rencontres aussi déjantées qu’improbables…

Serge me demande des nouvelles de Vanessa car tout ce qui touche à Paradis...
Après Voyages en absurdie, Stéphane De Groodt nous propose la suite de ses chroniques. En véritable jongleur de mots, talent qui lui a valu le prix Raymond-Devos, il nous invite à poursuivre ses rencontres aussi déjantées qu’improbables…

Serge me demande des nouvelles de Vanessa car tout ce qui touche à Paradis l’atteint…
Mime de rien, Marcel Marceau a beaucoup fait parler de lui…
Yoko Ono refusait que j’aille au chevet du leadercool dont elle fut la muse. Et quand la muse-gueule, on la ramène pas…
Charlot me répond avoir simplement réussi à trouver sa voie à une époque où le cinéma muait…
C’est à Palo Alto que j’Atari car Steve Jobs a voulu dans la Silicone Caner.

En bonus, le meilleur de son Courrier des téléspectateurs imaginaire livré dans La Matinale de Canal+.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259227971
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 200
Format : 132 x 201 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • zabeth55 Posté le 21 Septembre 2019
    Après « Voyages en absurdie », lu il y a quelques années, je me suis plongée avec délectation dans « Retour en absurdie ». Que dire de plus que ce que j’ai dit du premier livre ? Il faut prendre son temps pour lire, et relire pour ne louper aucun jeu de mots. Je me contenterai simplement de faire un copié collé de ma première critique. Quel florilège de bons mots ; ça fuse, ça crépite, presque à chaque ligne ; ça jongle avec les mots comme dans les chansons de Boby Lapointe. Un livre à ne pas lire d'une traite mais à déguster par chapitre. Ils sont courts ces chapitres, mais plus savoureux les uns que les autres. De plus, en lisant, on imagine la tête de Stéphane de Groodt et on entend sa voix, et ça rajoute encore au charme. C'est bien simple j'adore
  • Irenoux Posté le 29 Décembre 2017
    Recueil de ses chroniques débitées sur canal +, Stéphane de Groodt y ressuscite les morts, Monroe, Gainsbourg, Jobs et d'autres, avec des jeux de mots absurdes qui font sa réputation. Je ne sais pas s'il vaut mieux les entendre ou les lire. Peut être les lire en les écoutant, histoire de capter toutes les subtilités. En revanche ce que je sais, c'est qu'il ne faut pas tout lire d'un coup. Mais j'ai bien ri.
  • Bazart Posté le 29 Mai 2017
    Amoureux de la langue française et jongleur de mots, le comédien et humoriste belge Stéphane De Groodt, ancien chroniqueur sur canal plus, a toujours adoré comme un Raymond Devos des temps moderne, revisiter, les expressions de notre langue. Après ces "Voyages en absurdie" qui ont connu un succès immense" Retour en absurdie" nous confirme que le comédien est avant tout un virtuose des mots et ne se prive pas de faire certaines associations périlleuses mais savoureuses, pour le plaisir de ses lecteurs dont le cerle de fans ne cessent de grandir . "Tandis que nous nous engageons dans l'allée, il [Claude François] me confie ne rien regretter, car grâce à l'amour de toutes ses fans il demeure un chanteur mâle heureux..." Stéphane De Groodt nous propose la suite de ses chroniques. En véritable jongleur de mots, talent qui lui a valu le prix Raymond-Devos,Retour en absurdie regorge de perles particulièrement savoureuses, drôles et spirituelles parmi lesquelles on relevera : -" Même s'il n'a pas l'ouïe de finesse, Beethoven est devenu la coqueluche du tout-Vienne après avoir dit « Tchao tympans ». - Mime de rien, Marcel Marceau a beaucoup fait parler de... Amoureux de la langue française et jongleur de mots, le comédien et humoriste belge Stéphane De Groodt, ancien chroniqueur sur canal plus, a toujours adoré comme un Raymond Devos des temps moderne, revisiter, les expressions de notre langue. Après ces "Voyages en absurdie" qui ont connu un succès immense" Retour en absurdie" nous confirme que le comédien est avant tout un virtuose des mots et ne se prive pas de faire certaines associations périlleuses mais savoureuses, pour le plaisir de ses lecteurs dont le cerle de fans ne cessent de grandir . "Tandis que nous nous engageons dans l'allée, il [Claude François] me confie ne rien regretter, car grâce à l'amour de toutes ses fans il demeure un chanteur mâle heureux..." Stéphane De Groodt nous propose la suite de ses chroniques. En véritable jongleur de mots, talent qui lui a valu le prix Raymond-Devos,Retour en absurdie regorge de perles particulièrement savoureuses, drôles et spirituelles parmi lesquelles on relevera : -" Même s'il n'a pas l'ouïe de finesse, Beethoven est devenu la coqueluche du tout-Vienne après avoir dit « Tchao tympans ». - Mime de rien, Marcel Marceau a beaucoup fait parler de lui. - Oussama me dit qu'il s'est probablement laissé électriser par un Coran alternatif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • kouette_kouette Posté le 15 Octobre 2016
    Comme j'aurais aimé écrire une critique dans le style des chroniques de Stéphane De Groodt ! Vous auriez pu de suite décider si ça valait le "coût" d'acquérir ce livre ou pas. Sauf que je suis juste en mesure de vous dire combien j'admire sa capacité à jouer avec les mots. Déjà, en l'écoutant du temps où il sévissait sur Canal+, il m'hypnotisait. Et j'étais bien consciente que je ne devais pas rire trop longtemps sous peine d'être trop déconcentrée pour capter le calembour suivant. En le lisant, j'ai pu adapter mon rythme de lecture à ma vitesse de compréhension (que personne ne se sente obligé de faire un jeu de mot à ce sujet, merci). Et en lisant les chroniques que je connaissais, j'ai réalisé que j'avais raté quelques perles. Alors non, on n'apprend rien dans ce livre. Il s'agit juste du plaisir de détecter les détournements des noms propres, des titres de films, livres et chansons, et de tous les groupes de mots et expressions. Sacré plaisir tout de même ! Il y a une deuxième partie dans ce livre consacrée au courrier des téléspectateurs. Partie bien en dessous à mon avis, et forcément moins distrayante.
  • Valcour Posté le 17 Août 2016
    Il faut faire une pause entre deux de Groodt, mais c'est toujours un vrai, un réel plaisir.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…