En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Robespierre

        Perrin
        EAN : 9782262042554
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 210 mm
        Robespierre

        Date de parution : 21/01/2016
        Comment fabrique-t-on un monstre, un nouveau portrait de "l'Incorruptible"
         
        Le parti pris de cette nouvelle biographie de Robespierre – qui fait sa valeur et son originalité – est le refus revendiqué de toute approche psychologisante, de tout affect et de tout sensationnalisme. Nous voyons ainsi évoluer l’homme parmi ses pairs et ses rivaux, dont beaucoup ont partagé avec lui... Le parti pris de cette nouvelle biographie de Robespierre – qui fait sa valeur et son originalité – est le refus revendiqué de toute approche psychologisante, de tout affect et de tout sensationnalisme. Nous voyons ainsi évoluer l’homme parmi ses pairs et ses rivaux, dont beaucoup ont partagé avec lui les mêmes expériences : une enfance difficile, une adolescence studieuse et une réussite sociale, mondaine et littéraire précoce. A travers ses multiples et successives prises de position politiques, y compris celles qui paraissent mineures, on comprend qu’il s’exprime en réponse aux Danton, Marat, Pétion, Saint-Just, Fabre d’Eglantine, Camille Desmoulins, Hébert, Collot d’Herbois, dans un jeu de bascule permanent, sans pouvoir exercer une quelconque magistrature suprême. Lorsqu’il paraît enfin pouvoir y accéder, il est condamné hors la loi par ses collègues, le 9 thermidor 1794.

        Chacun le sait, aucune artère parisienne ne porte le nom de Robespierre, passé à la postérité comme l’archétype du monstre. Sans l’absoudre de rien, sans l’accabler non plus, Jean-Clément Martin explique que cette réputation a été fabriquée par les thermidoriens qui, après l’avoir abattu, voulurent se dédouaner de leur recours à la violence d’Etat : les 10 et 11 thermidor, qui voient l’exécution de Robespierre, de Couthon, de Saint-Just et de près de cent autres, servent en réalité à dénoncer « l’Incorruptible » comme le seul responsable de la « Terreur ». Cette accusation a réécrit l’histoire de la Révolution et s’impose encore à nous. En historien, l’auteur démonte les mythes et la légende noire pour retrouver l’homme. Une démonstration sans faille et un livre à l’image de Robespierre : éminemment politique.

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262042554
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 210 mm
        Perrin
        22.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • talou61 Posté le 8 Août 2016
          Je mets quatre étoiles pour son auteur Jean-Clément Martin, le spécialiste notamment des guerres de Vendée, pour ses connaissances et son style très fluide. Très clair, et très bien présenté chronologiquement.
        • Arakasi Posté le 29 Juin 2016
          « Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce ; par pitié, dites-nous simplement : quel fut Robespierre ? » suppliait l’historien Marc Bloch. Jean-Clément Martin, grand spécialiste français de la Terreur et de la guerre de Vendée, tourne la question autrement : « Dites-nous ce qu’on en a fait ? » En effet, Robespierre est l’un de ces hommes dans la figure réelle se confond tellement avec la légende qu’il est devenu extrêmement difficile de dissocier l’une de l’autre. Depuis des siècles, les chercheurs de tout poil s’entredéchirent sauvagement pour trancher entre le tyran et l’humaniste, le boucher et le martyr, le monstre et le saint (au passage, je ne peux pas m’empêcher de vous raconter l’anecdote de cet historien communiste qui déchira rageusement sa carte du parti en apprenant que Staline préférait Danton à Robespierre. Comment osait-il, cet ignoble moustachu ?!). L’ouvrage de Jean-Clément Martin sera-t-il celui qui mettra fin à des décennies de polémiques ? Grave question. A laquelle je serai infoutue de répondre d’ailleurs. A mon avis, il y a quelque chose de si profondément viscéral dont le lien entre Robespierre et l’écrasante majorité de ses biographes que les amateurs d’eau tiède peuvent aller au diable : contre vents... « Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce ; par pitié, dites-nous simplement : quel fut Robespierre ? » suppliait l’historien Marc Bloch. Jean-Clément Martin, grand spécialiste français de la Terreur et de la guerre de Vendée, tourne la question autrement : « Dites-nous ce qu’on en a fait ? » En effet, Robespierre est l’un de ces hommes dans la figure réelle se confond tellement avec la légende qu’il est devenu extrêmement difficile de dissocier l’une de l’autre. Depuis des siècles, les chercheurs de tout poil s’entredéchirent sauvagement pour trancher entre le tyran et l’humaniste, le boucher et le martyr, le monstre et le saint (au passage, je ne peux pas m’empêcher de vous raconter l’anecdote de cet historien communiste qui déchira rageusement sa carte du parti en apprenant que Staline préférait Danton à Robespierre. Comment osait-il, cet ignoble moustachu ?!). L’ouvrage de Jean-Clément Martin sera-t-il celui qui mettra fin à des décennies de polémiques ? Grave question. A laquelle je serai infoutue de répondre d’ailleurs. A mon avis, il y a quelque chose de si profondément viscéral dont le lien entre Robespierre et l’écrasante majorité de ses biographes que les amateurs d’eau tiède peuvent aller au diable : contre vents et marées, les robespierristes resteront robespierristes et les antirobespierristes idem. Les autres liront sans doute avec intérêt cette courte biographie qui tente de replacer l’homme dans son siècle en le comparant à ses pairs et à leurs idées, dont il se distingue finalement assez peu – du moins pendant les premières années de la Révolution. Repoussant tout jugement anachronique, Martin montre que la légende du « Révolutionnaire monstrueux » a été en majeure partie forgée par les Thermidoriens, soucieux de justifier leur prise du pouvoir et de trouver un bouc-émissaire à la Terreur. Il considère également que la légende dorée découle directement de la légende noire : si Robespierre est présenté comme l’unique responsable de la Terreur, pourquoi ne serait-il pas également responsable de tout ce que la Révolution a produit de beau et de bon ? Idées intéressantes auxquelles on adhérera ou pas, mais qui ont le mérite d’être exposées avec clarté et de façon convaincante. Reste que la biographie m’a paru assez difficile d’accès. Jean-Clément Martin s’adresse clairement à un public averti, connaissant déjà les événements clés de la Révolution et ses très nombreux protagonistes. Si la période m’intéresse beaucoup, mes connaissances viennent presque intégralement de la lecture d’Alexandre Dumas (qui, comme on le sait, nourrissait un rapport très décomplexé à la vérité historique) et j’ai été rapidement un peu perdue sous cette avalanche de dates et de faits assénés à toute vitesse et sans s’embarrasser d’explications. « Les fédérés ? Gné ? C’est qui les fédérés ? Et les sections ? Mais quelles sections ? Et c’est quoi encore ce nouveau comité ? Ils en n’ont pas ras-le-bol d’inventer des comités ? ». Autre problème à mon goût : « Robespierre – la fabrication d’un monstre » est une biographie politique. Si les opinions de Robespierre y sont disséquées en détail, l’homme lui-même reste un mystère devant lequel l’auteur avoue parfois son impuissance. A force de vouloir éviter la psychanalyse de bazar et peut-être par excès de prudence (surtout ne pas se classer dans un camp ou dans l’autre…), Martin construit finalement un portrait sans relief et échoue à donner une dimension humaine à son sujet. A la fin de cette biographie, je suis comme Marc Bloch : je ne sais toujours pas qui était Robespierre. Mais j’ai peut-être effleuré du doigt ce qu’il n’était pas, c’est déjà un progrès…
          Lire la suite
          En lire moins
        • Audrey56 Posté le 11 Avril 2016
          Maximilien Robespierre, voilà un personnage qui laisse l’historien bien pantois. Comment le qualifier ? Le mot venant le plus rapidement à l’esprit semble être : tyran ! Vraiment ? Jean-Clément Martin, Professeur émérite de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, publie, aux éditions Perrin, ce remarquable, instructif, et presque touchant Robespierre. La fabrication d’un monstre. « La fabrication »… là est l’une des clés de notre perception de ce personnage adulé puis décrié (le mot est faible). Finalement la chanson est connue, une fois l’homme de pouvoir tombé, il est toujours de bon ton de nier que nous ayons été en accord avec lui. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Et si en plus nous pouvons le rendre responsable de toutes les misères du monde, pourquoi s’en priver ? Nous ne le répéterons jamais assez, le travail de l’historien est de se fonder sur des sources ! Concernant Robespierre elles sont assez peu nombreuses et ont été minutieusement décortiquées, trop même ! Et de ce fait l’auteur n’a « pas cru bon de traquer les mystères supposés de sa personnalité, estimant par exemple, que son goût pour... Maximilien Robespierre, voilà un personnage qui laisse l’historien bien pantois. Comment le qualifier ? Le mot venant le plus rapidement à l’esprit semble être : tyran ! Vraiment ? Jean-Clément Martin, Professeur émérite de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, publie, aux éditions Perrin, ce remarquable, instructif, et presque touchant Robespierre. La fabrication d’un monstre. « La fabrication »… là est l’une des clés de notre perception de ce personnage adulé puis décrié (le mot est faible). Finalement la chanson est connue, une fois l’homme de pouvoir tombé, il est toujours de bon ton de nier que nous ayons été en accord avec lui. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Et si en plus nous pouvons le rendre responsable de toutes les misères du monde, pourquoi s’en priver ? Nous ne le répéterons jamais assez, le travail de l’historien est de se fonder sur des sources ! Concernant Robespierre elles sont assez peu nombreuses et ont été minutieusement décortiquées, trop même ! Et de ce fait l’auteur n’a « pas cru bon de traquer les mystères supposés de sa personnalité, estimant par exemple, que son goût pour les oranges et son habitude de boire de l’eau rougie n’expliquaient rien de son action politique. » Et de ça, nous le remercions. Mais nous voilà bien avancés. Comment pouvons-nous essayer d’en dresser un portrait le plus fidèle possible sans donner foi aux « racontars » d’après 1794 ? La suite sur : www.actualitte.com
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        " La démonstration de Jean-Clément Martin est impeccable et son livre brillant. derrière l'invention de la figure diabolique du terroriste se cache un mélancolique." 
        Laurent Lemire / Livres hebdo
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.