En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Shanghai Club

        Robert Laffont
        EAN : 9782221113714
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 153 x 240 mm
        Shanghai Club

        Date de parution : 07/04/2011

        L'aventure et l'amour à l'autre bout du monde...
        La grande saga d'une famille française de Shanghai,

        la « Babylone de l'Asie », à la fin du XIXe siècle.

        En 1870, la toute jeune concession française de Shanghai ne compte qu'une centaine de négociants, entrepreneurs, missionnaires, employés des Messageries et quelques fonctionnaires du consulat. Trois fois moins que la concession anglaise qui lui fait face. Autant de chances, pour un aventurier déterminé, d'y faire fortune... Tel est le rêve...

        En 1870, la toute jeune concession française de Shanghai ne compte qu'une centaine de négociants, entrepreneurs, missionnaires, employés des Messageries et quelques fonctionnaires du consulat. Trois fois moins que la concession anglaise qui lui fait face. Autant de chances, pour un aventurier déterminé, d'y faire fortune... Tel est le rêve de Charles Esparnac lorsqu'il se lance dans le commerce sur le Yangzi, par où transitent jusqu'à Shanghai toutes les marchandises - soie, thé, porcelaines... - destinées à l'Europe. Activité risquée : les attaques incessantes de pirates sur le « Grand Fleuve » rendent la navigation périlleuse. Mais le danger est un challenge supplémentaire pour ce jeune homme au passé trouble qui sait se battre et se faire respecter. Aidé de Joseph Liu, son compradore, le premier Chinois à lui faire confiance, Charles va rapidement accumuler les succès : à peine deux ans plus tard, son « empire » pèse suffisamment pour qu'il bâtisse sur le Quai de France une demeure qui deviendra l'une des adresses les plus courues de la Concession tandis que lui-même s'impose comme une de ses figures emblématiques. Pour asseoir tout à fait sa position, il ne lui reste plus qu'à prendre femme et fonder une famille - une famille officielle, car il entretient une liaison clandestine et passionnée avec une prostituée chinoise qui attend un enfant de lui. Olympe de Crozes ne sait évidemment rien de tout cela quand elle quitte la France pour partir épouser Charles ; elle ne connaît d'ailleurs rien de lui... Ce qui lui convient très bien : son goût pour l'aventure, son rejet des conventions sociales et son imagination fertile parent de toutes les qualités ce vicomte de l'autre bout du monde. Cruelle déception à l'arrivée : pris dans le tourbillon de ses affaires et de ses amours secrètes, Charles lui accorde à peine un regard. Mais Olympe est de la trempe des véritables héroïnes, celles auxquelles la vie ne peut promettre qu'une grande histoire d'amour, celles qui ne se révèlent jamais aussi bien que dans l'adversité la plus cruelle. Car le destin, après leur avoir tout donné et fait d'eux les « princes » de Shanghai, n'épargnera pas les Esparnac...

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221113714
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 153 x 240 mm
        Robert Laffont
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • brigaldufenec Posté le 19 Août 2013
          A l'autre bout du monde, il y a Shanghaï, il y a la chine, pays mystérieux, interdit en 1870 aux blancs. La vie de Charles Esparnac se déroule cahotique, chargée d'aventures. Il ne recule devant rien et ne laisse personne lui dicter ce qu'il doit faire. C'est ainsi qu'il fait venir de France Olympe qui ne connait ni son futur mari ni ce pays lointain. C'est la saga de cette famille française qui intègre très vite les coutumes locales. C'est aussi l'histoire, la vie de cette enclave particulière du bout du monde . Très beau livre.
        • LunaZione Posté le 11 Novembre 2012
          L'histoire en elle-même n'est ni simple, ni compliquée. Shanghai Club fait parti de ce genre de livre que l'on ne croise pas souvent, auquel on n'est pas vraiment habitué. Un peu déstabilisant pour ceux qui découvre ce genre pour la première fois mais follement passionnant et d'autant plus que l'on connait bien le genre. On parle d'aventures qui nous sont dorénavant impossibles, d'une culture qui n'est pas la notre mélangée à la "bienséance européenne". On parle de trafics, de pirates, de "méchants", d'économie, de commerce. On parle de vengeance, de coups bas, de catastrophes naturelles, de chantage. On parle de sentiments, de jalousie, de maisons closes, d'enfants, d'amour. Jacques Baudouin nous parle de tout et de rien dans Shanghai Club, ça aurait pu être un point faible, mais c'est fait avec tellement de talent que ça en devient un point fort. Ce n'est pas un livre choquant, il ne fait pas non plus peur. J'aurais pu lire Shanghai Club en primaire et je ne pense pas que mon avis en aurait été différent. Shanghai Club alterne les passages racontés par "Olympe" et ceux par Charles. C'est très enrichissant, ça casse une monotonie qui aurait pu s'installer, mais bon du coup, on a pas... L'histoire en elle-même n'est ni simple, ni compliquée. Shanghai Club fait parti de ce genre de livre que l'on ne croise pas souvent, auquel on n'est pas vraiment habitué. Un peu déstabilisant pour ceux qui découvre ce genre pour la première fois mais follement passionnant et d'autant plus que l'on connait bien le genre. On parle d'aventures qui nous sont dorénavant impossibles, d'une culture qui n'est pas la notre mélangée à la "bienséance européenne". On parle de trafics, de pirates, de "méchants", d'économie, de commerce. On parle de vengeance, de coups bas, de catastrophes naturelles, de chantage. On parle de sentiments, de jalousie, de maisons closes, d'enfants, d'amour. Jacques Baudouin nous parle de tout et de rien dans Shanghai Club, ça aurait pu être un point faible, mais c'est fait avec tellement de talent que ça en devient un point fort. Ce n'est pas un livre choquant, il ne fait pas non plus peur. J'aurais pu lire Shanghai Club en primaire et je ne pense pas que mon avis en aurait été différent. Shanghai Club alterne les passages racontés par "Olympe" et ceux par Charles. C'est très enrichissant, ça casse une monotonie qui aurait pu s'installer, mais bon du coup, on a pas vraiment de suspense. C'est un peu dommage, mais ça ne m'a pas dérangée dans ma lecture. "Olympe" et Charles sont vraiment deux personnages très forts, de ceux qu'on ne croise que dans les livres. Ils sont attachants, avec un fort caractère : ce sont totalement le genre de personne auxquelles on voudrait ressembler. Mais bon, des fortes personnalités comme ces deux-là, on en croise pas souvent dans la vraie vie malheureusement... Cependant c'est ça qui fait la saveur surnaturelle du livre ! Joseph et Marie-Thérèse, ainsi que Lian sont également des personnages très attachants mais dans des styles différents. Joseph et Marie-Thérèse ont un côté parents-poules assez surprenant surtout chez cet homme aussi difficile en affaire. Quand à Lian, c'est le personnage le plus difficile à cerner dans l'histoire (de mon point de vue) : elle en a bavé, on ne sait pratiquement rien de ses sentiments, on en doute, mais je pense que pas mal de filles auraient agi de la même manière si elles s'étaient retrouvée à sa place. Elle fait les choses qu'elle doit faire.... En bref, si vous rêver d'aventures, de contrées étrangères éloignées, lisez Shanghai Club de Jacques Baudouin, vous ne serez pas déçus !
          Lire la suite
          En lire moins
        • denisdubois Posté le 21 Août 2011
          Cet ouvrage remarquablement bien écrit et documenté appelle (du moins on peut l'espérer...) une suite offrant aux lecteurs la possibilité de poursuivre une saga familiale dont Jacques Baudoin a décrit dans ce premier tome la vie romanesque et aventureuse. Je dois avouer avoir eu du mal à rentrer dans ce roman dont l'intrigue et le dénouement apparaissent tellement classiques, faute sans doute de ne pas avoir suffisamment décrit la complexité des différents personnages mis en scène à l'exception d'Elise, épouse de Charles et de son associé chinois Joseph. L'ouvrage aurait mérité plus de profondeur. Malgré tout le rythme reprenant de la vigueur dans la deuxième partie du roman fit que finalement sa lecture s'avère passionnante Formulons le souhait que le tome suivant - s'il existe - soit plus dense et plus vivant.
        • brigittelascombe Posté le 25 Juin 2011
          Jacques a dit : Shangaï, vole! Et Shangaï, l'éblouissante, a émergé au fil des pages de ce cinquième roman de Jacques Baudoin, écrivain et éditeur chez Lattes. Oh rien d'enfantin dans ce monde du passé sillonné de jonques et de chaises à porteur. Si peut être, le rêve d'enfant de l'auteur, celui de connaitre la Chine, celle dont ses grands parents avaient installé les merveilleuses porcelaines dans leur magasin d'art chinois. Shangaï, dernièrement saluée par le monde entier lors de l'exposition universelle, a toujours fait couler beaucoup d'encre, elle a inspiré de nombreux écrivains comme Claudel, Saint John Perse et Malraux. Dans "Shangaï club", dont le titre est tiré du nom de l'hotel où se réunissaient les européens en 1870 (date du récit), c'est une Shangaï à l'ancienne au charme désuet, ancienne concession française sur les rives du fleuve Huangpu, où les français, certains français, entreprenants et courageux, ont bâti leur richesse. Thé, riz, porcelaines, le marché chinois s'ouvre alors au commerce international! Charles Esparnac, le héros de Jacques Baudoin, beau, ambitieux, aventurier dans l'âme, a quitté son Périgord, pour la Chine, puis lieutenant démobilisé après la prise de Pékin, il va devenir une sorte de corsaire que Joseph Li, commerçant hors pair... Jacques a dit : Shangaï, vole! Et Shangaï, l'éblouissante, a émergé au fil des pages de ce cinquième roman de Jacques Baudoin, écrivain et éditeur chez Lattes. Oh rien d'enfantin dans ce monde du passé sillonné de jonques et de chaises à porteur. Si peut être, le rêve d'enfant de l'auteur, celui de connaitre la Chine, celle dont ses grands parents avaient installé les merveilleuses porcelaines dans leur magasin d'art chinois. Shangaï, dernièrement saluée par le monde entier lors de l'exposition universelle, a toujours fait couler beaucoup d'encre, elle a inspiré de nombreux écrivains comme Claudel, Saint John Perse et Malraux. Dans "Shangaï club", dont le titre est tiré du nom de l'hotel où se réunissaient les européens en 1870 (date du récit), c'est une Shangaï à l'ancienne au charme désuet, ancienne concession française sur les rives du fleuve Huangpu, où les français, certains français, entreprenants et courageux, ont bâti leur richesse. Thé, riz, porcelaines, le marché chinois s'ouvre alors au commerce international! Charles Esparnac, le héros de Jacques Baudoin, beau, ambitieux, aventurier dans l'âme, a quitté son Périgord, pour la Chine, puis lieutenant démobilisé après la prise de Pékin, il va devenir une sorte de corsaire que Joseph Li, commerçant hors pair mettra en contact avec moult fournisseurs mais qui affrontera les pirates comme au temps de Barberousse. Aventure et amour bien sûr pour parfaire ce voyage exotique aux parfums d'épices, d'encens et de jasmin. L'amour c'est la belle Olympe de Crozes qui, téméraire, quitte tout, sa Charente et sa famille, pour l'épouser sans jamais l'avoir vu. Un beau livre et une page d'histoire à découvrir. Autres moeurs, autre époque où les marchés conclus et les fortunes se défaisaient parfois aussi vite qu'ils ne s'étaient faits.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Plumeline Posté le 28 Mai 2011
          Shanghai club est une invitation au voyage vers des horizons lointains et mystérieux. La plume de Jacques Baudouin nous dévoile avec aisance les ruelles de cette grande ville. Il est facile de se laisser emporter sur une jonque dans les flots dangereux du Yangzi, de se promener dans la concession française ou encore de longer les Quais de France. Et si Shanghai et le Grand Fleuve sont des protagonistes importants de ce roman, c’est aussi parce qu’ils sont le centre de la vie de nos deux personnages principaux. Ils sont le point d’ancrage où leurs destins vont se révéler. Mais si j’ai apprécié l’écriture poétique de l’auteur, il m’a été difficile de rentrer dans l’histoire. Le personnage de Charles est difficilement accessible alors que c’est avec lui que l’on débarque dans le port français de Shanghai. Par ailleurs, certaines passages foisonnent de détails qui peuvent donner l’impression de ne pas avancer dans la trame. Idée qui est renforcée par les nombreuses références au passé de Charles. Bien sûr, cela offre de la profondeur à l’intrigue et au personnage mais rendent parfois la lecture laborieuse. Et puis, Shanghai Club est annoncé comme une... Shanghai club est une invitation au voyage vers des horizons lointains et mystérieux. La plume de Jacques Baudouin nous dévoile avec aisance les ruelles de cette grande ville. Il est facile de se laisser emporter sur une jonque dans les flots dangereux du Yangzi, de se promener dans la concession française ou encore de longer les Quais de France. Et si Shanghai et le Grand Fleuve sont des protagonistes importants de ce roman, c’est aussi parce qu’ils sont le centre de la vie de nos deux personnages principaux. Ils sont le point d’ancrage où leurs destins vont se révéler. Mais si j’ai apprécié l’écriture poétique de l’auteur, il m’a été difficile de rentrer dans l’histoire. Le personnage de Charles est difficilement accessible alors que c’est avec lui que l’on débarque dans le port français de Shanghai. Par ailleurs, certaines passages foisonnent de détails qui peuvent donner l’impression de ne pas avancer dans la trame. Idée qui est renforcée par les nombreuses références au passé de Charles. Bien sûr, cela offre de la profondeur à l’intrigue et au personnage mais rendent parfois la lecture laborieuse. Et puis, Shanghai Club est annoncé comme une saga familiale. Or, une grande partie de ce roman est consacré à nos deux héros. L’erreur me revient probablement car je ne pensais pas à ce roman comme le début d’une possible trilogie ce qui semble être le cas après quelques recherches sur Internet. C’est pourquoi si j’avais l’impression de découvrir une Shanghai si superbe dans ses contradictions, j’ai longtemps gardé la sensation de rester sur le seuil de la porte. Je pouvais regarder l’intérieur avec beaucoup de clarté, deviner le crépuscule sur le « Grand Fleuve », entrer dans le Shanghai Club, parcourir les ruelles sales et emplies de mendiants de la ville chinoise ou encore sentir la moiteur d’une chaude journée tout en dégustant une tasse de thé sans réussir à prendre part à l’aventure. Et cela sans pouvoir l’expliquer complétement. Et puis, la magie a opéré. L’intrigue s’est complexifiée et une parcelle d’intérêt m’a donné envie d’en savoir davantage. Et soudain, j’ai pu franchir le seuil et vivre la saga familiale comme je l’attendais. Je regrette simplement que cela ait pris du temps. (...)
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.