Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259280709
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 135 x 210 mm

Si tu meurs, je te tue

,

Date de parution : 02/01/2020
Le 7 janvier 2015 explose tout en miettes.
« Ce soir là, comme à son habitude, il fabrique ses couleurs devant le JT. Et puis, saisi d’une impulsion, il se lève sans un bruit. Je le regarde du coin de l’œil. Il disparaît comme un chat. Il réapparait quelques longues minutes plus tard. Il me tend un galet,... « Ce soir là, comme à son habitude, il fabrique ses couleurs devant le JT. Et puis, saisi d’une impulsion, il se lève sans un bruit. Je le regarde du coin de l’œil. Il disparaît comme un chat. Il réapparait quelques longues minutes plus tard. Il me tend un galet, en me souriant doucement. On adore les galets. On en fait collection… Il me demande de le retourner. Il l’a signé au feutre.
Il me dit : « Tu as vu ? Je les ai tous signés. On ne sait jamais, ça pourra valoir très cher dans quelque temps. » C’était quelques jours avant l’attentat.
Ainsi commence le récit de Chloé. Épouse Verlhac. Mamma à la tête d’une petite tribu recomposée et pas mal de chats.
Par fragments, sensations, éclats de souvenir, Chloé Verlhac reconstitue le puzzle d’une vie fracassée, d’une vie qui n’est plus pareille mais d’une vie qui continue malgré tout, âpre, belle, mordante. Une sacrée vie Tignous.
Le récit narre peu à peu les coulisses  largement inconnues du grand public de l’attentat  et de l’après, et une lente reconstruction des proches.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259280709
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 135 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • HORUSFONCK Posté le 4 Mai 2020
    C'est avec ce livre en forme de cri d'amour, que Chloé peut dire au-revoir à Tignous. Un livre au titre curieux, en forme de boutade intime. Chloé va continuer de vivre, et non survivre. Chloé continuera l'oeuvre de son mari assassiné ce funeste 7 janvier 2015. Chloé n'a pas fini de trier les vingt mille dessins d'une vie de Tignous. Le chagrin habite ce livre, mais aussi la volonté de continuer à témoigner, à aimer, à se battre, à être heureuse. Chloé nous fait partager ce qu fut cet amour fusionnel, avec Tignous, qui se poursuit dans le souvenir, les enfants qui grandissent, les objets et les amis. Chloé nous rappelle, aussi et à propos, qu'il ne nous faut pas oublier et ne pas baisser la garde. Jamais. Que les morts de Charlie Hebdo nous signifient pourquoi nous sommes vivants. Tout ce sang... Le chagrin qui habite ce livre par endroit, me serre encore lorsque je me remémore l'horreur du 7 janvier 2015... et plus encore quand je me rappelle le Tignous d'il y a plus de quarante ans qui dessinait dans le mensuel Antirouille. Tignous qui avait déjà du mal à se rappeler les prénoms. Alors, merci infiniment à vous, Chloé. Et j'espère que vous nous raconterez... C'est avec ce livre en forme de cri d'amour, que Chloé peut dire au-revoir à Tignous. Un livre au titre curieux, en forme de boutade intime. Chloé va continuer de vivre, et non survivre. Chloé continuera l'oeuvre de son mari assassiné ce funeste 7 janvier 2015. Chloé n'a pas fini de trier les vingt mille dessins d'une vie de Tignous. Le chagrin habite ce livre, mais aussi la volonté de continuer à témoigner, à aimer, à se battre, à être heureuse. Chloé nous fait partager ce qu fut cet amour fusionnel, avec Tignous, qui se poursuit dans le souvenir, les enfants qui grandissent, les objets et les amis. Chloé nous rappelle, aussi et à propos, qu'il ne nous faut pas oublier et ne pas baisser la garde. Jamais. Que les morts de Charlie Hebdo nous signifient pourquoi nous sommes vivants. Tout ce sang... Le chagrin qui habite ce livre par endroit, me serre encore lorsque je me remémore l'horreur du 7 janvier 2015... et plus encore quand je me rappelle le Tignous d'il y a plus de quarante ans qui dessinait dans le mensuel Antirouille. Tignous qui avait déjà du mal à se rappeler les prénoms. Alors, merci infiniment à vous, Chloé. Et j'espère que vous nous raconterez , dans un prochain livre, cette grand-mère de qui vous nous dites tenir tout votre courage et votre énergie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeslecturesdeLily Posté le 9 Avril 2020
    #Chronique : Si tu meurs, je te tue de Chloé Verlhac - Éditions Plon#8203; Un témoignage bouleversant, rempli d'amour, touchant, inoubliable. « Sa bienveillance s’entendait dans son sourire. C’est la seule personne que j’ai entendu sourire. » Mon avis: http://www.leslecturesdelily.com/2020/04/si-tu-meurs-je-te-tue-ecrit-par-chloe.html#more Bonne lecture !
  • abfabetcie Posté le 17 Février 2020
    J’ai lu un certain nombre de livres ayant pour sujet les attentats de Charlie Hebdo ou du Bataclan, ceux d’Antoine Leiris notamment, ou récemment celui de Riss, mais aucun ne m’a touchée autant que Ce récit de Chloé Verlhac, au point d’en avoir les larmes. Ce témoignage est poignant, bouleversant. Au travers des mots simples et justes de C. Verlhac, on ressent toute la douleur et la profonde tristesse de la vie sans Tignous. La tristesse dans ces moments de fête, malgré tout, qu’elle évoque, lors des fêtes d’anniversaire des enfants notamment. « C’était une belle fête, mais c’était tellement triste. » Je crois que c’est ce sentiment que je ressens le plus, chaque fois que je repense à ce mercredi 7 janvier 2015 ou ce 13 novembre 2015. Chloé Verhlac nous parle du si beau sourire de Tignous et de sa bienveillance. « Sa bienveillance s’entendait dans son sourire. C’est la seule personne que j’ai entendu sourire » On ressent tout l’amour que ces deux-là se portaient. Comment vivre sans cet amour ? Elle l’avait dans la peau, au point de s’être fait tatouer tout cet amour depuis lors. Sa force réside néanmoins dans cet amour, mais aussi dans l’humour... J’ai lu un certain nombre de livres ayant pour sujet les attentats de Charlie Hebdo ou du Bataclan, ceux d’Antoine Leiris notamment, ou récemment celui de Riss, mais aucun ne m’a touchée autant que Ce récit de Chloé Verlhac, au point d’en avoir les larmes. Ce témoignage est poignant, bouleversant. Au travers des mots simples et justes de C. Verlhac, on ressent toute la douleur et la profonde tristesse de la vie sans Tignous. La tristesse dans ces moments de fête, malgré tout, qu’elle évoque, lors des fêtes d’anniversaire des enfants notamment. « C’était une belle fête, mais c’était tellement triste. » Je crois que c’est ce sentiment que je ressens le plus, chaque fois que je repense à ce mercredi 7 janvier 2015 ou ce 13 novembre 2015. Chloé Verhlac nous parle du si beau sourire de Tignous et de sa bienveillance. « Sa bienveillance s’entendait dans son sourire. C’est la seule personne que j’ai entendu sourire » On ressent tout l’amour que ces deux-là se portaient. Comment vivre sans cet amour ? Elle l’avait dans la peau, au point de s’être fait tatouer tout cet amour depuis lors. Sa force réside néanmoins dans cet amour, mais aussi dans l’humour et une certaine irrévérence qu’ils partageaient. « Ce n’est pas parce que papa est mort qu’on peut bouffer des MMS au petit déjeuner. N’importe quoi ! » La deuxième partie du livre est plus « revancharde » lorsqu’elle évoque l’esprit délétère qui règne à Charlie Hebdo après les événements. Cela fait d’ailleurs écho aux propos de Riss dans son propre livre. Deux points de vue différents, deux souffrances, deux vérités. Elle nous détaille également les méandres de l’administration, les rouages de l’indemnisation, et tout cela semble tellement ahurissant. Sa situation ne rentre dans aucune case et cela ne fait que rajouter de la peine à la peine, une double peine en quelque sorte. Tignous, malgré une reconnaissance au JORF, comme victime de terrorisme, est considéré par la CPAM comme un accidenté du travail. Il faut le lire pour le croire. Ce livre est le récit bouleversant d’une vie qui vole en éclats, d’une longue reconstruction et d’une infinie tristesse.
    Lire la suite
    En lire moins
  • JeannineOtte Posté le 22 Janvier 2020
    Je pleure, je ris, je fais éclater ma colère. Il y a la vie d'avant et celle d'après ! Témoignage douloureux de Chloé qui vient de perdre l'homme qu'elle aime, le père de ses enfants, Tignous , dessinateur de presse, assassiné avec l'équipe de Charlie Hebdo ! Assassinat politique ... comment continuer, vivre et faire vivre, comment se reconstruire et rassembler tous les morceaux ? Le 7 janvier 2015 ma vie n'est plus comme avant : j'ai perdu des amis ! Le monde a basculé dans la barbarie. En lisant le témoignage de Chloé je pleure avec elle. J'aurais envie de la prendre dans mes bras pour pleurer avec elle ! On peut partager le manque de Tignous et les autres, pleurer les chers disparus ... mais impossible de partager le déchirement de la perte de l'être aimé, du papa chéri !
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…