Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749161686
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 220 mm

Talion

Justice ou vengeance ?

Karine LOUESDON (Traducteur)
Collection : Thriller
Date de parution : 19/03/2020
Œil pour œil, dent pour dent.
Marta Aguilera, journaliste investie et chevronnée, apprend une nouvelle qui va bouleverser son destin : atteinte d’une tumeur cérébrale, il ne lui reste que deux mois à vivre. Marta, qui n’a désormais plus rien à perdre ni de comptes à rendre, voit alors le monde comme un lieu chargé de menaces... Marta Aguilera, journaliste investie et chevronnée, apprend une nouvelle qui va bouleverser son destin : atteinte d’une tumeur cérébrale, il ne lui reste que deux mois à vivre. Marta, qui n’a désormais plus rien à perdre ni de comptes à rendre, voit alors le monde comme un lieu chargé de menaces et décide d’occuper le temps qui lui reste en faisant justice elle-même.
Lancée dans une course contre la montre pour sa propre vie, et face à l’inébranlable lieutenant de police Daniela Gutiérrez, Marta va tout faire pour appliquer sa propre loi du talion.

Un thriller marquant, trépidant et incontestablement différent, dont on ne sort pas indemne.
Un roman que vous lirez comme si vous en étiez vous-même le personnage principal.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749161686
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Santiago Diaz nous propose une histoire très actuelle, donnant lieu à des réflexions fort intéressantes.
Un des romans noirs les plus humains que j'ai pu lire parce qu'il fait justement appel à nos combats intérieurs les plus enfouis."
Céline / Librairie Trarieux

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Alexmotamots Posté le 12 Juillet 2020
    J’ai aimé suivre Marta : ses rencontres avec une prostituée roumaine, avec un beau serveur métis. J’ai aimé découvrir Daniela : son mari et son fils ainé mort lors d’un attentat d’ETA, ses problèmes avec son second fils qui l’entraine du côté des néo-nazis. J’ai aimé que les deux femmes se croisent et se recroisent au gré du récit, sans se connaître, jusqu’à ce que la lieutenant de police mettre un nom et un visage derrière le personnage de Talion. J’ai aimé les personnages secondaires : Pichichi star de foot mais qui plonge dans la drogue à cause de sa famille ; Nicoletta jeune prostituée roumaine dont on suit le calvaire depuis son village natal jusqu’à Madrid. Un roman qui débute dans la capitale espagnole et m’a emmené à Malaga et au pays basque. Et bien sûr, un roman qui pose la question : est-ce moral de tuer les tueurs ? L’image que je retiendrai : Celle de Pichichi trainant une palette en bois vers ses dealers pour se faire quelques sous et acheter sa drogue.
  • thebooktaster Posté le 18 Juin 2020
    J’ai toujours eu un peu de mal avec la loi du Talion, la justice que l’on fait soit même, surtout si pour s’en convaincre on se dit qu’on va tuer de mauvaises personnes. Coucou Dexter. J’étais donc sceptique quant à la lecture de cet ouvrage où une femme diagnostiquée avec une tumeur incurable décide de faire justice soit même pendant les deux mois qui lui reste à vivre. Et bien j’ai été agréablement surprise par ce roman. Bien sûr on reste sur le côté loi du Talion mais c’est fait intelligemment presque dans une soif de vengeance, même si elle est un peu à discuter, elle est parfois très jouissive ( dans la culture populaire pas en vrai hein 😅) Je ne peux que repenser à Dogville de Lars Von Trier. Si vous ne l’avez pas vu je vous le recommande, les autres comprendrons pourquoi je fais référence à ce film 😉 Enfin je m’égare, l’histoire est bien construite, avec beaucoup de rebondissements, on ne s’ennuie pas une minute, c’est très visuel. Une écriture cinématographique pour un thriller espagnol survolté. Bon le personnage principal, est malheureusement très antipathique ( oui c’est fait exprès ) et un brin cliché ( bonjour la bombasse... J’ai toujours eu un peu de mal avec la loi du Talion, la justice que l’on fait soit même, surtout si pour s’en convaincre on se dit qu’on va tuer de mauvaises personnes. Coucou Dexter. J’étais donc sceptique quant à la lecture de cet ouvrage où une femme diagnostiquée avec une tumeur incurable décide de faire justice soit même pendant les deux mois qui lui reste à vivre. Et bien j’ai été agréablement surprise par ce roman. Bien sûr on reste sur le côté loi du Talion mais c’est fait intelligemment presque dans une soif de vengeance, même si elle est un peu à discuter, elle est parfois très jouissive ( dans la culture populaire pas en vrai hein 😅) Je ne peux que repenser à Dogville de Lars Von Trier. Si vous ne l’avez pas vu je vous le recommande, les autres comprendrons pourquoi je fais référence à ce film 😉 Enfin je m’égare, l’histoire est bien construite, avec beaucoup de rebondissements, on ne s’ennuie pas une minute, c’est très visuel. Une écriture cinématographique pour un thriller espagnol survolté. Bon le personnage principal, est malheureusement très antipathique ( oui c’est fait exprès ) et un brin cliché ( bonjour la bombasse justicière ) mais néanmoins elle était de moins en moins désagréable au fil de la lecture. ( si si c’est un compliment 😅) Bien que ces choix soit discutables et que certaines situations paraissent trop faciles et trop grosses, on se prend au jeu de cette histoire complètement explosive qui donne à réflexion. Notamment sur la justice, la violence et l’incarcération. Si vous voulez passer un bon moment avec un thriller qui envoie, je ne peux que vous conseiller ce livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • unbrindesyboulette Posté le 18 Mai 2020
    Ce thriller est vraiment bien écrit et nous rend accro à sa lecture, à Marta, à son désir de justice. Pourtant Marta n’a rien à voir avec les héroïnes: elle est insociable, elle fait partie des 2% de la population dépourvue totalement d’empathie. Et malgré cela, Marta, je m’y suis attachée. Évidemment, le thème de « dent pour dent » est connu mais là, l’auteur, Santiago Díaz a mis un soupçon de quelque chose qui a rendu l’histoire captivante. Et ce quelque chose, ce sont les personnages secondaires, ceux qui sont là au début du récit, ceux pour qui Marta va ressentir des sentiments, ceux qui ont une histoire, une histoire tragique qui va être les points de départ dans sa quête de justice. De ce fait, l’auteur aborde plusieurs sujets: la prostitution forcée, le terrorisme avec l’Eta et la drogue. Marta va faire justice mais pour des causes qui lui tiennent à coeur, pour des personnes qu’elle connaît. Dans « Talion », l’auteur donne dans la violence, le sang, le sexe, les larmes. Un seul passage du livre que je n’ai pas pu lire:le combat de chien, trop difficile pour moi… Santiago Díaz a su donner un rythme soutenu, sans longueur... Ce thriller est vraiment bien écrit et nous rend accro à sa lecture, à Marta, à son désir de justice. Pourtant Marta n’a rien à voir avec les héroïnes: elle est insociable, elle fait partie des 2% de la population dépourvue totalement d’empathie. Et malgré cela, Marta, je m’y suis attachée. Évidemment, le thème de « dent pour dent » est connu mais là, l’auteur, Santiago Díaz a mis un soupçon de quelque chose qui a rendu l’histoire captivante. Et ce quelque chose, ce sont les personnages secondaires, ceux qui sont là au début du récit, ceux pour qui Marta va ressentir des sentiments, ceux qui ont une histoire, une histoire tragique qui va être les points de départ dans sa quête de justice. De ce fait, l’auteur aborde plusieurs sujets: la prostitution forcée, le terrorisme avec l’Eta et la drogue. Marta va faire justice mais pour des causes qui lui tiennent à coeur, pour des personnes qu’elle connaît. Dans « Talion », l’auteur donne dans la violence, le sang, le sexe, les larmes. Un seul passage du livre que je n’ai pas pu lire:le combat de chien, trop difficile pour moi… Santiago Díaz a su donner un rythme soutenu, sans longueur pour moi. J’ai tourné les pages encore et encore. Je voulais savoir, je voulais croire, je voulais accompagner Marta dans sa soif de justice. « Talion » ne fait pas l’éloge de la justice soi-même mais donne les clés pour comprendre pourquoi Marta le fait. « Talion » pointe du doigt les incohérences de la justice. « Talion » met en avant des drames trop courant. « Talion » est un bon thriller mené à la virgule prêt par un auteur dont son côté scénariste apparaît bien dans les détails et qui fait la force de ce roman!!!
    Lire la suite
    En lire moins
  • ValerieLacaille Posté le 11 Mai 2020
    « Quand j'étais en dernière année de fac de journalisme, j'assistais aux conférences que donnait un criminologue réputé, et j'ai découvert à cette occasion que je présentais toutes les caractéristiques des deux pour cent de la population mondiale incapables de ressentir de l'empathie pour leurs semblables. » En plus de cette insensibilité pathologique, la journaliste Martha Aguilera apprend qu’une tumeur au cerveau ne lui laisse plus que deux petits mois à vivre. Qu’en faire ? La jolie quadragénaire va choisir de se transformer en justicière… Armée jusqu’aux dents, la voilà qui traque les pédophiles, les proxénètes, les trafiquants de drogue et les terroristes. Le sang coule à flot, mais c’est le sang de la gangue qui pullule dans les bas- fonds de Madrid, alors celle qui signe ses méfaits du nom de Talion est très vite encensée par le public, au désespoir de l’enquêtrice Daniela Guttierrez ; quoique… L’auteur mène son récit à un rythme effréné, croisant la narration de Marta et un point de vue externe de manière originale et efficace. J’ai été emportée par les 300 premières pages, captivée par la force du récit, puis j’ai commencé à douter, à trouver des incohérences de- ci de- là, pour enfin... « Quand j'étais en dernière année de fac de journalisme, j'assistais aux conférences que donnait un criminologue réputé, et j'ai découvert à cette occasion que je présentais toutes les caractéristiques des deux pour cent de la population mondiale incapables de ressentir de l'empathie pour leurs semblables. » En plus de cette insensibilité pathologique, la journaliste Martha Aguilera apprend qu’une tumeur au cerveau ne lui laisse plus que deux petits mois à vivre. Qu’en faire ? La jolie quadragénaire va choisir de se transformer en justicière… Armée jusqu’aux dents, la voilà qui traque les pédophiles, les proxénètes, les trafiquants de drogue et les terroristes. Le sang coule à flot, mais c’est le sang de la gangue qui pullule dans les bas- fonds de Madrid, alors celle qui signe ses méfaits du nom de Talion est très vite encensée par le public, au désespoir de l’enquêtrice Daniela Guttierrez ; quoique… L’auteur mène son récit à un rythme effréné, croisant la narration de Marta et un point de vue externe de manière originale et efficace. J’ai été emportée par les 300 premières pages, captivée par la force du récit, puis j’ai commencé à douter, à trouver des incohérences de- ci de- là, pour enfin me désintéresser du récit à partir du moment où l’ETA est entré dans l’intrigue. Sans cette partie du roman, je pense que cela aurait été pour moi un coup de cœur ; ceci dit c’est tout de même un très bon thriller !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kloliane Posté le 6 Avril 2020
    Deux mois… Juste deux petits mois. Voilà le temps qu’il reste à vivre pour Marta Aguilera. Que pourrait-elle faire? Essayer de trouver n’importe quel traitement, même expérimental, pour guérir? Renouer avec le peu de famille qu’il lui reste? Profiter de ce délai pour vivre à fond et partir quand elle aura décidé ? Toutes ces questions vont s’évanouir un soir, face à un acte imprévisible… Elle n’a plus rien à perdre, non? Si elle doit mourir, autant emmener avec elle quelques pourritures qui sont passées sous le radar de la justice… Son choix était fait… Avec une double narration, à la première personne pour Marta et à la troisième pour les personnages secondaires, nous suivons les dernières semaines de cette nouvelle justicière qui, tel un ange de la mort, fera subir son courroux sur des criminels abjects. Un choix des plus pertinents de la part de l’auteur, car tout en voyant les différentes actions menées par l’instigatrice par ses propres pensées, nous avons une diversité de réactions face aux actes de la jeune femme par les autres. Concernant l’intrigue, celle-ci est bien menée avec une tension qui devient de plus en plus dense au fil des pages et ponctuées de quelques scènes violentes qui pourront... Deux mois… Juste deux petits mois. Voilà le temps qu’il reste à vivre pour Marta Aguilera. Que pourrait-elle faire? Essayer de trouver n’importe quel traitement, même expérimental, pour guérir? Renouer avec le peu de famille qu’il lui reste? Profiter de ce délai pour vivre à fond et partir quand elle aura décidé ? Toutes ces questions vont s’évanouir un soir, face à un acte imprévisible… Elle n’a plus rien à perdre, non? Si elle doit mourir, autant emmener avec elle quelques pourritures qui sont passées sous le radar de la justice… Son choix était fait… Avec une double narration, à la première personne pour Marta et à la troisième pour les personnages secondaires, nous suivons les dernières semaines de cette nouvelle justicière qui, tel un ange de la mort, fera subir son courroux sur des criminels abjects. Un choix des plus pertinents de la part de l’auteur, car tout en voyant les différentes actions menées par l’instigatrice par ses propres pensées, nous avons une diversité de réactions face aux actes de la jeune femme par les autres. Concernant l’intrigue, celle-ci est bien menée avec une tension qui devient de plus en plus dense au fil des pages et ponctuées de quelques scènes violentes qui pourront heurter les plus sensibles. Pour ma part, je n’ai pas lâché le roman avant de connaître la chute de la protagoniste: Marta pense être un être au sang-froid, voir peut-être même sociopathe. Pourtant bien qu’elle agît de façon radicale et sanglante, toutes ses actions prennent source dans l’empathie qu’elle ressent pour les personnes qui l’entourent. Et c’est à travers elle que se cristallise mon tiraillement tout au long de ma lecture : – je ne peux pas être en accord avec ces choix, car sans justice et sans limites, les dérives peuvent être terribles… Pourtant, cela ne m’empêche pas d’apprécier, d’une certaine façon, ce personnage. Le seul reproche que je pourrais lui faire, c’est que je la trouve bien trop chanceuse: vu les personnes auxquelles elle va s’affronter, elle réussit à les approcher et à appliquer « sa justice » sans trop de difficultés. Quant aux autres protagonistes dont leurs intrigues secondaires vont se nouer à la cavalcade de Marta, ils vont ou se sont déjà trouvés face au même choix moral. L’un de ses personnages m’a d’ailleurs beaucoup touché: Nicoleta, une jeune femme envoyée en Espagne et obligée de se prostituer. L’évolution de ce personnage est aussi intéressante que celle de Marta. Conclusion: Justice ou Vengeance ? Égoïsme ou Empathie ? Héroïne ou Antagoniste ? Tout en jouant sur la notion d’ambivalence par son thème et ses personnages, l’auteur nous offre un thriller haletant dont la chute ne peut qu’être explosive. C’est maintenant à votre tour de faire votre choix: – Si vous n’avez plus rien à perdre… Justice ou vengeance ?
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !