En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tremblement de temps

        Super 8
        EAN : 9782370561046
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 200 mm
        Nouveauté
        Tremblement de temps

        Aude Pasquier (Traducteur)
        Date de parution : 06/09/2018
        La réalité ? Quelle réalité ?
        Le dernier roman inédit du trublion génial des lettres américaines.
         
        2001 : un « tremblement de terre temporel » renvoie tout le monde en 1991. Un nouveau départ ? Pas vraiment. L’histoire recommence à l’identique. Les gens commettent des erreurs déjà commises, les mêmes catastrophes se produisent encore et encore. Qui délivrera l’humanité de son infernale apathie ? Kilgore Trout lui-même, l’alter ego littéraire de... 2001 : un « tremblement de terre temporel » renvoie tout le monde en 1991. Un nouveau départ ? Pas vraiment. L’histoire recommence à l’identique. Les gens commettent des erreurs déjà commises, les mêmes catastrophes se produisent encore et encore. Qui délivrera l’humanité de son infernale apathie ? Kilgore Trout lui-même, l’alter ego littéraire de l’auteur ?
        Tel aurait pu être le nouveau roman de Kurt Vonnegut, l’auteur culte d’Abattoir 5 et du Petit déjeuner des champions. Sauf que Kurt n’a pas envie de l’écrire. En tout cas, pas comme ça. À la place, il livre au lecteur la genèse de son récit avorté, et en profite pour l’embarquer dans un étourdissant voyage au pays de la fiction.
        Brillante méditation sur les États-Unis, la guerre, les amis, la famille et les choix qui nous composent – la vie, quoi d’autre ? –, Tremblement de temps est un objet littéraire unique, à mi-chemin entre le roman et l’autobiographie.
        Vonnegut s’y dévoile comme jamais, et livre les clés d’une œuvre dont le succès, ici comme ailleurs, ne s’est jamais démenti.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782370561046
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 200 mm
        Super 8
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • alberthenri Posté le 14 Octobre 2018
          Tremblement de temps, est la quatrième roman de Vonnegut que je lis. Je n'ai pas-encore- lu ses deux livres les plus connus : "Abattoir 5" et "Le pianiste déchainé". Mais, en revanche "Nuit mère", "Dieu vous bénisse, Mr Rosewater" et "Breakfast of champions", furent pour moi, des lectures jubilatoires, appréciées pour leur ton décalé, et pour le talent d'auteur de Vonnegut. Dans le présent ouvrage, édité en 1997, soit 10 ans avant la mort de l'auteur, mais seulement publié en 2018 en langue française, Vonnegut nous livre un vrai-faux récit de science-fiction (en gros une histoire de répétition temporelle, qui oblige l'humanité à revivre dix ans sans pouvoir rien n'y faire). Pitch, prétexte pour l'auteur à nous livrer ses réflexions, souvent drôles, toujours pertinentes, sur la vie en général, et celle d'un auteur de science-fiction loser sur les bords en particulier. L'auteur en question, se nomme Kilgore Trout, personnage déjà rencontré dans "Breakfast of champion", et alter-ego de Vonnegut. Vonnegut était un auteur bourré d'imagination, de verve et d'humour, en très grand talent, sans doute méconnu, car estampillé "auteur de genre", à découvrir quoiqu'il en soit ! Merci à Babelio et Sonatine/Super 8 pour ce livre reçu dans le cadre de Masse Critique, qui me permet... Tremblement de temps, est la quatrième roman de Vonnegut que je lis. Je n'ai pas-encore- lu ses deux livres les plus connus : "Abattoir 5" et "Le pianiste déchainé". Mais, en revanche "Nuit mère", "Dieu vous bénisse, Mr Rosewater" et "Breakfast of champions", furent pour moi, des lectures jubilatoires, appréciées pour leur ton décalé, et pour le talent d'auteur de Vonnegut. Dans le présent ouvrage, édité en 1997, soit 10 ans avant la mort de l'auteur, mais seulement publié en 2018 en langue française, Vonnegut nous livre un vrai-faux récit de science-fiction (en gros une histoire de répétition temporelle, qui oblige l'humanité à revivre dix ans sans pouvoir rien n'y faire). Pitch, prétexte pour l'auteur à nous livrer ses réflexions, souvent drôles, toujours pertinentes, sur la vie en général, et celle d'un auteur de science-fiction loser sur les bords en particulier. L'auteur en question, se nomme Kilgore Trout, personnage déjà rencontré dans "Breakfast of champion", et alter-ego de Vonnegut. Vonnegut était un auteur bourré d'imagination, de verve et d'humour, en très grand talent, sans doute méconnu, car estampillé "auteur de genre", à découvrir quoiqu'il en soit ! Merci à Babelio et Sonatine/Super 8 pour ce livre reçu dans le cadre de Masse Critique, qui me permet de vous soumettre mon cinq-centième billet !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Amnezik666 Posté le 3 Octobre 2018
          Je tiens à remercier les éditions Super 8 et la plateforme NetGalley pour la confiance qu’ils m’ont témoignée en acceptant ma sollicitation pour ce titre. Un roman (?) qui a bien failli ne jamais voir le jour comme nous l’explique Kurt Vonnegut dans son prologue : Et voilà que moi, à l’hiver 1996, je me trouvais être le créateur d’un roman qui ne tenait pas debout, qui n’allait nulle part et qui, pour commencer, n’avait jamais demandé à être écrit. Merde ! J’avais, si vous voulez, passé pas loin d’une décennie sur ce poisson ingrat. Et il n’était même pas bon à appâter les requins. (…) Mon gros poisson, qui puait pas mal, était intitulé Tremblement de temps. Baptisons-le Tremblement de temps I. Et baptisons celui-ci, ragoût concocté à partir des meilleurs morceaux du précédent et mélangé à des réflexions et expériences des sept derniers mois environ, Tremblement de temps II. Bien que le roman ait été publié en 1997 et que l’auteur jouisse d’une certaine notoriété, il faudra attendre 2018 pour qu’une version française soit publiée à l’initiative de Super 8. L’occasion pour les lecteurs français de découvrir un inédit édité à titre posthume (Kurt Vonnegut est mort en 2007, à l’âge de 84... Je tiens à remercier les éditions Super 8 et la plateforme NetGalley pour la confiance qu’ils m’ont témoignée en acceptant ma sollicitation pour ce titre. Un roman (?) qui a bien failli ne jamais voir le jour comme nous l’explique Kurt Vonnegut dans son prologue : Et voilà que moi, à l’hiver 1996, je me trouvais être le créateur d’un roman qui ne tenait pas debout, qui n’allait nulle part et qui, pour commencer, n’avait jamais demandé à être écrit. Merde ! J’avais, si vous voulez, passé pas loin d’une décennie sur ce poisson ingrat. Et il n’était même pas bon à appâter les requins. (…) Mon gros poisson, qui puait pas mal, était intitulé Tremblement de temps. Baptisons-le Tremblement de temps I. Et baptisons celui-ci, ragoût concocté à partir des meilleurs morceaux du précédent et mélangé à des réflexions et expériences des sept derniers mois environ, Tremblement de temps II. Bien que le roman ait été publié en 1997 et que l’auteur jouisse d’une certaine notoriété, il faudra attendre 2018 pour qu’une version française soit publiée à l’initiative de Super 8. L’occasion pour les lecteurs français de découvrir un inédit édité à titre posthume (Kurt Vonnegut est mort en 2007, à l’âge de 84 ans). Je ne sais pas si ce Tremblement De Temps est représentatif du travail de Kurt Vonnegut, mais c’est, de prime abord en tout cas, totalement déroutant comme lecture. Le pitch proposé n’est que très vaguement évoqué et sert surtout à l’auteur de prétexte pour nous parler de lui à travers diverses anecdotes le concernant lui ou ses proches et autres réflexions sur des sujets divers et variés. Son alter ego fictionnel (avec qui il échange beaucoup), Kilgore Trout, écrivain de SF qui a la particularité de jeter aux ordures ses nouvelles sans même chercher à les faire publier, intervient souvent pour nous faire part, lui aussi de ses réflexions et son vécu (?). J’avoue qu’au début de ma lecture je me suis demandé dans quel bourbier j’avais mis les pattes et quel pouvait bien être l’intérêt de la chose que j’étais en train de lire. La réponse s’est imposée d’elle-même après quelques chapitres ; tout l’intérêt de ce bouquin pour le moins atypique réside dans la plume de Kurt Vonnegut. Force est de reconnaître que l’auteur est un conteur hors pair, on boit littéralement ses phrases, c’est un véritable régal pour les yeux, le cœur et les neurones (mon athéisme viscéral m’interdit d’y ajouter l’âme… mais grande est la tentation de le faire). J’en profite d’ailleurs pour saluer le travail de la traductrice Aude Pasquier. Kurt Vonnegut a autant de gouaille que de talent, la langue de bois et le politiquement correct ne sont définitivement pas sa tasse de thé, il dit ce qu’il a à nous dire sans y aller par quatre chemins, pimentant même son propos d’un humour aussi ravageur que corrosif. Morceau choisi à propos de l’Église : « Quand ils ont découvert que j’étais divorcé, ai-je dit, ils m’ont prescrit toutes sortes de pénitences qu’il fallait que j’accomplisse avant de redevenir assez pur pour pouvoir me marier chez eux. — Eh bien, voilà, a dit Trout. Imaginez les pinailleries qu’il aurait fallu que vous surmontiez si vous aviez été un ancien taulard. Et puis, si ce pauvre enculé qui vous a écrit a vraiment trouvé une Église qui l’a accepté, il pourrait très bien être de retour en prison à l’heure actuelle. — Pourquoi ? ai-je demandé. Pour avoir piqué dans le tronc des pauvres ? — Non, a répondu Trout. Pour avoir plu au Christ en abattant un médecin qui se rendait à son boulot dans une usine à avortement. » Si l’auteur peut se targuer d’avoir eu une vie bien remplie ponctuée de nombreuses rencontres, mais aussi de deuils ; les interventions de Kilgore Trout quant à elles apportent un brin de folie à l’ensemble, à travers notamment des rencontres avec des personnages hauts en couleur et ses nouvelles aux histoires pour le moins ubuesques. Ce bouquin n’est à nul autre pareil, un véritable fourre-tout sans queue, ni tête, mais qui se lit malgré tout avec beaucoup de plaisir (et j’en ai été le premier surpris). Une lecture quasi expérimentale qui vaut son pesant de cacahuètes. A réserver toutefois aux amoureux des mots qui ont un peu de temps à perdre… Je ne peux pas dire, en refermant ce bouquin, que j’ai découvert l’univers littéraire de Kurt Vonnegut, par contre j’ai appris beaucoup de choses sur Kurt, non seulement l’auteur, mais aussi l’homme qu’il était. Une belle rencontre par écrits interposés qui m’a donné envie de découvrir ses « vrais » romans. Je laisse le mot de la fin à Kurt Vonnegut : Écoutez : nous sommes sur terre pour glandouiller. Ne laissez personne prétendre autre chose !
          Lire la suite
          En lire moins
        • jamiK Posté le 3 Octobre 2018
          Un tremblement de temps à lieu en 2001, tout le monde se retrouve de retour en 1991, pour recommencer ce qui a déjà été réalisé durant ces dix années, et tout va se passer exactement de la même façon, sans le moindre changement. Si, il y a un changement, Kurt Vonnegut Jr va réécrire son livre déjà écrit en faisant référence à celui écrit avant le replay, mais c'est tout… Vonnegut est-il un écrivain de science-fiction ? pas vraiment, il n'invente jamais d'anticipation, il se sert des stéréotypes et des clichés de la science-fiction pour en faire autre chose, pour construire un jeu d'allégorie. On est plus proche du réalisme magique voire même du Théâtre de l'Absurde, comme une rencontre entre Philip K. Dick et Alfred Jarry ou de Philippe Delerm avec Douglas Adams. C'est avant tout un roman autobiographique, une autobiographie schizophrène puisqu'intervient son alter ego, personnage de ses romans, écrivain lui aussi, Kilgore Trout. Parvenir a intégrer de la science-fiction fantastique dans une autobiographie, c'est là tout le sel du talent de Kurt Vonnegut Jr. Le récit est discontinu, une accumulation d'anecdotes loufoques sous forme d'aphorismes, de syllogismes de témoignages, de souvenirs, de contes… avec des personnages hauts en... Un tremblement de temps à lieu en 2001, tout le monde se retrouve de retour en 1991, pour recommencer ce qui a déjà été réalisé durant ces dix années, et tout va se passer exactement de la même façon, sans le moindre changement. Si, il y a un changement, Kurt Vonnegut Jr va réécrire son livre déjà écrit en faisant référence à celui écrit avant le replay, mais c'est tout… Vonnegut est-il un écrivain de science-fiction ? pas vraiment, il n'invente jamais d'anticipation, il se sert des stéréotypes et des clichés de la science-fiction pour en faire autre chose, pour construire un jeu d'allégorie. On est plus proche du réalisme magique voire même du Théâtre de l'Absurde, comme une rencontre entre Philip K. Dick et Alfred Jarry ou de Philippe Delerm avec Douglas Adams. C'est avant tout un roman autobiographique, une autobiographie schizophrène puisqu'intervient son alter ego, personnage de ses romans, écrivain lui aussi, Kilgore Trout. Parvenir a intégrer de la science-fiction fantastique dans une autobiographie, c'est là tout le sel du talent de Kurt Vonnegut Jr. Le récit est discontinu, une accumulation d'anecdotes loufoques sous forme d'aphorismes, de syllogismes de témoignages, de souvenirs, de contes… avec des personnages hauts en couleurs, le ton est sardonique, l'humour déjanté, c'est un ensemble de petites réflexions grinçantes sur la nature humaine, la création artistique, la culture américaine, la famille. Déjà dans Abattoir 5, son roman phare, il n'y avait pas vraiment d'aventure, le déroulé était déstructuré, et l'histoire était un prétexte pour une réflexion plus profonde, sur la guerre, la nature humaine, l'humour y était présent. Ici je retrouve cet esprit, dans un livre fait de petites notes additionnées qui constituent une sorte de testament littéraire de l'auteur. Tout cela en arrive à être touchant, drôle, parfois même hilarant. J'aime particulièrement chez cet auteur sa manière d'aborder des sujets profonds, lourds avec une désinvolture et un détachement subtil, jouant du second ou troisième degré, voire plus. Et ce roman se savoure comme un vin millésimé, il faut le l'observer, le humer, le déguster par petites gorgées et conserver le goût en bouche le plus longtemps possible et y débusquer les arôme cachés. Un livre qui va rester encore un moment sur mon chevet pour pouvoir le ré-ouvrir de temps en temps.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LeCombatOculaire Posté le 17 Septembre 2018
          Ok donc voilà le topo : Kurt Vonnegut Jr raconte qu'il a écrit un livre qui s'appelait Tremblement de temps I et qu'au final il valait mieux qu'il ne le publie pas - mais comme il y avait quand même des bonnes idées, ça valait le coup d'en parler. Nous avons donc ici un roman mi-autobiographique, retraçant quelques étapes de sa vie personnelle, mi-fictif, qui s'étend principalement sur son personnage alter-ego Kilgore Trout, lui-même écrivain. Des histoires dans les histoires et une trame principale légèrement en retrait : un glissement dans le temps qui a fait revivre à l'identique au monde entier une décennie entière, entre 1991 et 2001. Ce que ça m'a laissé comme impression, c'est que l'auteur en a surtout profité pour placer son point de vue sur plein de choses importantes pour lui, et sûrement déjà exploitées dans son œuvre : l'étrangeté de la race humaine, son besoin de tout détruire, les classes sociales, mais aussi l'art, dont la musique, les films, le théâtre, la peinture, et l'écriture. Bref, je pense que c'est un chouette livre à lire quand on est déjà bien en affinité avec l'auteur et qu'on a déjà tout lu et qu'on en veut encore.... Ok donc voilà le topo : Kurt Vonnegut Jr raconte qu'il a écrit un livre qui s'appelait Tremblement de temps I et qu'au final il valait mieux qu'il ne le publie pas - mais comme il y avait quand même des bonnes idées, ça valait le coup d'en parler. Nous avons donc ici un roman mi-autobiographique, retraçant quelques étapes de sa vie personnelle, mi-fictif, qui s'étend principalement sur son personnage alter-ego Kilgore Trout, lui-même écrivain. Des histoires dans les histoires et une trame principale légèrement en retrait : un glissement dans le temps qui a fait revivre à l'identique au monde entier une décennie entière, entre 1991 et 2001. Ce que ça m'a laissé comme impression, c'est que l'auteur en a surtout profité pour placer son point de vue sur plein de choses importantes pour lui, et sûrement déjà exploitées dans son œuvre : l'étrangeté de la race humaine, son besoin de tout détruire, les classes sociales, mais aussi l'art, dont la musique, les films, le théâtre, la peinture, et l'écriture. Bref, je pense que c'est un chouette livre à lire quand on est déjà bien en affinité avec l'auteur et qu'on a déjà tout lu et qu'on en veut encore. N'ayant lu de lui que Le petit déjeuner des champions et Nuit-mère, je dirai que ça s'inscrit bien en continuité, mais même si j'ai bien aimé, j'ai aussi souvent décroché par ce mélange un peu hétéroclite. Acerbe, critique, ironique et subversif, Tremblement de temps colle bien à son auteur qui connaît bien les guerres et a su décortiquer la société humaine. Mais ce qui le rend singulier, encore plus poussé et même drôle, c'est bien l'imaginaire de Kilgore Trout, dont les histoires sont géniales, même si le bonhomme est terriblement antipathique. Assez en marge pour écrire une science-fiction de qualité. Bien que je n'ai pas été emballée à 100%, je lui reconnais volontiers ceci : Kurt Vonnegut Jr écrit bien, vraiment bien, et ne manque pas d'humour, de répartie et d'imagination. Je ne pense pas que ce sera le livre que je retiendrai de lui (désolée si ça fait de moi un requin) parce que l'idée de base a beau être comique et inhabituelle elle n'aurait en effet pas fait un bon livre à cause de son manque d'intérêt global et de son évidente redondance. Cela dit, maintenant je suis plutôt déterminée à lire ses autres livres. À suivre, donc.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jeneen Posté le 14 Septembre 2018
          Que dire de ce livre -le dernier d'un auteur que je ne connaissais pas (chuuut)- sinon que ça a été pour moi un véritable ovni littéraire ! Sautant de sujet en diatribe, d'anecdotes de vie (vraies ? Inventées ?) à des réflexions plus poussées, parfois censées, passionnantes, souvent déroutantes, ce livre est...particulier ! Le postulat de départ me plaisait : l'idée que les gens aient à revivre les 10 dernières années écoulées sans rien pouvoir changer, si ce n'est leur façon de voir les choses au bout de cette seconde décennie, les nouveaux choix qui s'offrent  à eux suite à l'analyse de leur seconde "chance". Mais en fait, on comprend vite que cette idée de départ n'est qu'un prétexte pour l'auteur à de nombreuses digressions, à se lancer dans des réflexions, idées, anecdotes qui semblent le définir et être tirées de sa vie et ses expériences passées, dont certaines difficiles (guerre, suicide d'un proche). On sent à travers ce fouillis organisé une certaine gouaille chez l'auteur, une opposition à toutes ces technologies qui abrutissent nos civilisations occidentales, un certain humour décalé aussi. Et des cicatrices. Je ne sais pas trop quel était le but de l'auteur en écrivant ce livre mais après tout, qu'importe... Que dire de ce livre -le dernier d'un auteur que je ne connaissais pas (chuuut)- sinon que ça a été pour moi un véritable ovni littéraire ! Sautant de sujet en diatribe, d'anecdotes de vie (vraies ? Inventées ?) à des réflexions plus poussées, parfois censées, passionnantes, souvent déroutantes, ce livre est...particulier ! Le postulat de départ me plaisait : l'idée que les gens aient à revivre les 10 dernières années écoulées sans rien pouvoir changer, si ce n'est leur façon de voir les choses au bout de cette seconde décennie, les nouveaux choix qui s'offrent  à eux suite à l'analyse de leur seconde "chance". Mais en fait, on comprend vite que cette idée de départ n'est qu'un prétexte pour l'auteur à de nombreuses digressions, à se lancer dans des réflexions, idées, anecdotes qui semblent le définir et être tirées de sa vie et ses expériences passées, dont certaines difficiles (guerre, suicide d'un proche). On sent à travers ce fouillis organisé une certaine gouaille chez l'auteur, une opposition à toutes ces technologies qui abrutissent nos civilisations occidentales, un certain humour décalé aussi. Et des cicatrices. Je ne sais pas trop quel était le but de l'auteur en écrivant ce livre mais après tout, qu'importe : c'était suffisamment déroutant pour m'interpeller, un peu trop décalé par contre pour que j'adhère complètement. Malgré tout je ne regrette pas cette lecture qui m'a (largement,  oh oui !) fait sortir de mes types de lectures habituels. Et j'en remercie NetGalley et les éditions super 8.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Le plus grinçant des satiristes outre-atlantique, géant trop rare de la littérature américaine."
        François Busnel / La Grande Librairie
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com