En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une forêt obscure

        Robert Laffont
        EAN : 9782221188729
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Une forêt obscure

        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 15/09/2016

        « Je n’ai rien d’un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l’esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d’Anchorage.
        À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu’il torture, puis celles...

        « Je n’ai rien d’un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l’esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d’Anchorage.
        À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu’il torture, puis celles de son amant qu’il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
        En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
        Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin… Jusqu’à la forêt de Tongass, là où le mensonge corrode tout, là où les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.
        Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.

        « Un talent immense. » Gérard Collard, librairie La Griffe noire, Saint-Maur.
        « Une vraie bombe dans l’univers du thriller français ! » Sandra Bonnélie, blog « Passion Thrillers ».

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221188729
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Robert Laffont
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • GhostReaderInvestigation Posté le 29 Janvier 2018
          Une forêt obscure a tout du conte macabre et sanglant. Les deux antagonistes de cette histoire sont deux tueurs en série. Librement inspiré du meurtre de Luka Rocco Magnotta ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen qui a violé assassiné 17 femmes. Charmant non ? Plantons le décor de cette lugubre histoire où on plonge directement dans l’horreur. A Montréal, Luka diffuse sur internet les images d’animaux torturés, celles de son amant assassiné à coups de pic à glace. En Alaska, des jeunes filles qui sont découvertes en état de choc… Puis au cœur de ce récit, il y a la forêt de Tongass qui détient de nombreux secrets… Sans oublier, Daniel Singleton, un tueur en série, qui au fond de sa cellule, tisse un jeu machiavélique, digne d’un Hannibal Lecter. Ce décor lugubre instaure une ambiance froide, pesante et dérangeante mais nous offre aussi un contraste saisissant entre la beauté des lieux et la noirceur de l’âme humaine. Cette noirceur est manié habillement, entre faits réels et fictions. On se retrouve facilement happé par les esprits tortueux de nos tueurs. Malheureusement Fabio M.Mitchelli m’a habitué à mieux concernant l’horreur de ces êtres. La compassion du diable avait été un... Une forêt obscure a tout du conte macabre et sanglant. Les deux antagonistes de cette histoire sont deux tueurs en série. Librement inspiré du meurtre de Luka Rocco Magnotta ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen qui a violé assassiné 17 femmes. Charmant non ? Plantons le décor de cette lugubre histoire où on plonge directement dans l’horreur. A Montréal, Luka diffuse sur internet les images d’animaux torturés, celles de son amant assassiné à coups de pic à glace. En Alaska, des jeunes filles qui sont découvertes en état de choc… Puis au cœur de ce récit, il y a la forêt de Tongass qui détient de nombreux secrets… Sans oublier, Daniel Singleton, un tueur en série, qui au fond de sa cellule, tisse un jeu machiavélique, digne d’un Hannibal Lecter. Ce décor lugubre instaure une ambiance froide, pesante et dérangeante mais nous offre aussi un contraste saisissant entre la beauté des lieux et la noirceur de l’âme humaine. Cette noirceur est manié habillement, entre faits réels et fictions. On se retrouve facilement happé par les esprits tortueux de nos tueurs. Malheureusement Fabio M.Mitchelli m’a habitué à mieux concernant l’horreur de ces êtres. La compassion du diable avait été un roman effroyable, une certaine cruauté émanée de ce roman. Une forêt obscure est moins sombre, moins glauque. Nos deux tueurs sont beaucoup moins terrifiants. De plus, j’ai vraiment eu l’impression que Luka servait juste de prétexte à l’intrigue, juste là pour nous présenter un flic un peu borderline Louise Beaulieu. J’aime beaucoup le travail de Fabio M.Mitchelli pour nous montrer les fêlures de l’âme humaine. Que cela soit à travers les personnalités des tueurs ou des enquêteurs, cela nous laisse pas insensible. Par contre j’ai trouvé que Louise Beaulieu et Carrie Callan ont été trop chargés sur le plan émotionnel. Trop de passif au point de les rendre pas spécialement attachantes. Je vous rassure, elles le sont d’une certaine manière, je ne suis pas sans cœur. Par exemple Carrie a une fille gravement malade pour le coup c’est vraiment original. Beaulieu aussi, c’est peut-être dû à la relation malsaine qui s’instaure avec Singleton. L’excursion dans cette forêt obscure a été très prenante et addictive, ne laissant aucun répit à ses personnages, ni à son lecteur. L’atmosphère froide et dérangeante nous permet d’immerger facilement dans cette histoire. Une aura sombre mais pas effroyable nous berce. Je retrouverais avec plaisir la plume, les tueurs dont Fabio Mitchelli s’inspirent.
          Lire la suite
          En lire moins
        • RChris Posté le 15 Janvier 2018
          D'abord j'aime bien le narratif et les dialogues où pointent quelques niaiseries québécoises - voir citation- D'aucuns décrieront la mise en scène de criminels réels médiatisés, les références à "basic instinct" ou à la théorie de la résilience de B. Cyrulnik. Pour ma part, ce fut plutôt un atout. Les fils de plusieurs histoires se nouent progressivement en une toile tentaculaire qui nous enveloppe de la noirceur de l'âme humaine. Ses fliquettes (féminisation du genre oblige) traînent les plaies de leur vie. Les révélations distillées tout au long du roman tiennent le lecteur en haleine et font de ce thriller une bougre de réussite, tabarnak!
        • BlackKat Posté le 22 Décembre 2017
          J’ai retrouvé avec plaisir la plume acérée et vive de Fabio M. Mitchelli que j’avais découvert avec la trilogie des Verticales. En fait, j’avoue tout: j’ai démarré Le tueur au miroir, une sollicitation effectuée auprès de NetGalley, pour m’apercevoir très vite qu’un autre polar précédait: La forêt obscure. Donc, pause sur miroir et vite, on pénètre dans La forêt obscure! Ce roman se veut très dense en entremêlant plusieurs enquêtes qui, a priori n’avaient rien en commun. Deux enquêtes, deux meneurs de jeu dans le camp des gentils avec deux femmes, Louise Beaulieu et Carrie Callan. L’une est canadienne, l’autre est américaine. Il y a du beau monde au portillon, avec chacun un passé traumatisé, une personnalité qui claque, des soucis avec la hiérarchie et des petites faiblesses handicapantes. L’action se partage entre l’Alaska, à Juneau et Montréal au Canada. Donc là aussi, aucun moyen de s’ennuyer, faut s’accrocher! Ce polar est inspiré de faits bien réels et des exactions commises par Luka Magnotta, le tueur de Lin Jun en 2012 dont la cavale a été largement médiatisée à l’époque pour cause de passage des frontières et d’un petit séjour sur notre territoire français; et le tueur en série, Robert Christian Hansen, ayant œuvré... J’ai retrouvé avec plaisir la plume acérée et vive de Fabio M. Mitchelli que j’avais découvert avec la trilogie des Verticales. En fait, j’avoue tout: j’ai démarré Le tueur au miroir, une sollicitation effectuée auprès de NetGalley, pour m’apercevoir très vite qu’un autre polar précédait: La forêt obscure. Donc, pause sur miroir et vite, on pénètre dans La forêt obscure! Ce roman se veut très dense en entremêlant plusieurs enquêtes qui, a priori n’avaient rien en commun. Deux enquêtes, deux meneurs de jeu dans le camp des gentils avec deux femmes, Louise Beaulieu et Carrie Callan. L’une est canadienne, l’autre est américaine. Il y a du beau monde au portillon, avec chacun un passé traumatisé, une personnalité qui claque, des soucis avec la hiérarchie et des petites faiblesses handicapantes. L’action se partage entre l’Alaska, à Juneau et Montréal au Canada. Donc là aussi, aucun moyen de s’ennuyer, faut s’accrocher! Ce polar est inspiré de faits bien réels et des exactions commises par Luka Magnotta, le tueur de Lin Jun en 2012 dont la cavale a été largement médiatisée à l’époque pour cause de passage des frontières et d’un petit séjour sur notre territoire français; et le tueur en série, Robert Christian Hansen, ayant œuvré dans les années 70 et 80 entre les États-Unis et le Canada. La réalité était déjà bien horrifique et la fiction alimente diaboliquement une intrigue au scalpel. Le rythme est soutenu, à l’exception d’un démarrage un peu difficile pour situer les uns et les autres et replacer tout ce petit monde à sa place. On en prend plein les tripes, nouées par un suspens captivant, et un final détonant. Le plus de ce roman bien noir n’est pas de découvrir les coupables, bien évidemment, mais d’appréhender leur mode de pensées, de réflexions et leurs mobiles. L’aspect psychologique est très efficacement mené et vous happe dans un sombre voyage dans l’esprit de ces sadiques. Polar super efficace qui mêle avec brio action et une analyse psychologique bien flippante à vous tenir éveillé le soir! L’accent de Louise et les expressions canadiennes apportent une touche d’originalité et d’authenticité et rendent son personnage passionnant. C’est de la lecture mais rien ne vous empêche également de coller à la bande son qui transpire au grès des chapitres. C’est très sympa! Bon, la surprise n’est pas de mise, étant en possession de la suite, mais Louise et Carrie sont deux personnages que je vais avoir plaisir à suivre!
          Lire la suite
          En lire moins
        • mamantulisquoi Posté le 20 Décembre 2017
          J’ai tellement aimé ce roman mais un petit quelque chose manque pour qu’il devienne un coup de cœur. L’auteur a une plume du tonnerre, je n’ai pas vu passer les 400 pages du roman même si nous faisions une lecture commune avec Charlène (Un bon livre à lire) et qu’il fallait s’en tenir à 6 chapitres par jour. L’intrigue est bien posée et malgré la quantité de personnages présents au début de l’histoire, l’étau se resserre et le nombre de personnages aussi. J’ai adorée suivre Louise et Carrie et j’ai encore plus adoré le moment ou enfin celles-ci vont travailler ensemble. Ces deux enquêtes qui se rejoigne pour n’en faire qu’une était rondement menée. J’ai beaucoup aimée le personnage de Daniel Singleton (tueur en série) et la relation qui s’instaure entre lui et Louise qui m’a beaucoup fait pensée au Silence des agneaux. Mes seuls points négatifs sont que j’aurai voulu en savoir plus sur Singleton et moins sur Luka et que je ne suis pas contre faire des flics torturés mais là j’ai trouvé que c’était un peu trop. A part ça le roman est un vrai bonheur de lecture, l’auteur nous laisse entrevoir une belle suite à l’épilogue et il me... J’ai tellement aimé ce roman mais un petit quelque chose manque pour qu’il devienne un coup de cœur. L’auteur a une plume du tonnerre, je n’ai pas vu passer les 400 pages du roman même si nous faisions une lecture commune avec Charlène (Un bon livre à lire) et qu’il fallait s’en tenir à 6 chapitres par jour. L’intrigue est bien posée et malgré la quantité de personnages présents au début de l’histoire, l’étau se resserre et le nombre de personnages aussi. J’ai adorée suivre Louise et Carrie et j’ai encore plus adoré le moment ou enfin celles-ci vont travailler ensemble. Ces deux enquêtes qui se rejoigne pour n’en faire qu’une était rondement menée. J’ai beaucoup aimée le personnage de Daniel Singleton (tueur en série) et la relation qui s’instaure entre lui et Louise qui m’a beaucoup fait pensée au Silence des agneaux. Mes seuls points négatifs sont que j’aurai voulu en savoir plus sur Singleton et moins sur Luka et que je ne suis pas contre faire des flics torturés mais là j’ai trouvé que c’était un peu trop. A part ça le roman est un vrai bonheur de lecture, l’auteur nous laisse entrevoir une belle suite à l’épilogue et il me tarde de recroiser le chemin de Louise et de Singleton.
          Lire la suite
          En lire moins
        • nat76170 Posté le 6 Décembre 2017
          Très bon thriller. On se laisse très vite embarquer dans cette histoire où tous les personnages sont liés d'une manière ou d'une autre. L'esprit de famille y est beaucoup présent et la perte d'un être cher également. Dans ce roman, on se penche surtout sur le côté psychologique de l'être humain et tout ce que cela comporte de plus noir. Ce livre est addictif. En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture.
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.