En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Wonder

        Pocket jeunesse
        EAN : 9782266232616
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Wonder

        Juliette LÊ (Traducteur)
        Collection : Wonder
        Série : Wonder
        Date de parution : 03/01/2013

        Ne jugez pas un livre sur sa couverture.
        Ne jugez pas un garçon sur son apparence.

        « Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. »
        Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd'hui, pour la première...

        Ne jugez pas un livre sur sa couverture.
        Ne jugez pas un garçon sur son apparence.

        « Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire. »
        Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd'hui, pour la première
        fois, ses parents l'envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266232616
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Pocket jeunesse
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • lilibookncook Posté le 30 Août 2018
          Au détour du rayon jeunesse de la médiathèque, je suis tombé sur Wonder. Ayant entendu parler de l'ouvrage à renfort de bande-annonce ciné et conseillé par la sympathique bibliothécaire Lauriane, je me suis dit : et pourquoi pas ? Et bien merci Lauriane, car ce fut une belle et fulgurante lecture ! Juste, drôle et touchant, le roman est un condensé de vie mené par une construction habile au style simple et sincère. Mettre en scène un enfant au visage difforme dans une société où la différence est mal acceptée est un choix audacieux de la part de l'auteure qui en fait une leçon de vie tout à fait saisissante. Le pitch ? August Pullman n'est pas un garçon comme les autres. Atteint d'une malformation faciale depuis sa naissance, celui-ci provoque une forme de dégoût chez les autres. Entouré et choyé par ses parents et sa sœur Olivia, il manque néanmoins de rapports sociaux. Scolarisé à domicile, est venu le temps du collège... Amitiés, désillusions, violences, le quotidien d'Auggie va subir de grands bouleversements ! Les élèves seront-ils à la hauteur ? August Pullman, alias Auggie est atteint d'une malformation faciale, c'est un fait. L'autre est qu'à sa vue, il... Au détour du rayon jeunesse de la médiathèque, je suis tombé sur Wonder. Ayant entendu parler de l'ouvrage à renfort de bande-annonce ciné et conseillé par la sympathique bibliothécaire Lauriane, je me suis dit : et pourquoi pas ? Et bien merci Lauriane, car ce fut une belle et fulgurante lecture ! Juste, drôle et touchant, le roman est un condensé de vie mené par une construction habile au style simple et sincère. Mettre en scène un enfant au visage difforme dans une société où la différence est mal acceptée est un choix audacieux de la part de l'auteure qui en fait une leçon de vie tout à fait saisissante. Le pitch ? August Pullman n'est pas un garçon comme les autres. Atteint d'une malformation faciale depuis sa naissance, celui-ci provoque une forme de dégoût chez les autres. Entouré et choyé par ses parents et sa sœur Olivia, il manque néanmoins de rapports sociaux. Scolarisé à domicile, est venu le temps du collège... Amitiés, désillusions, violences, le quotidien d'Auggie va subir de grands bouleversements ! Les élèves seront-ils à la hauteur ? August Pullman, alias Auggie est atteint d'une malformation faciale, c'est un fait. L'autre est qu'à sa vue, il provoque une réaction certes humaine, mais stupide : le dégoût. Ayant subi pas loin d'une trentaine d'interventions chirurgicales, celui-ci mène la vie presque normal d'un gamin de onze ans. Choyé et protégé par ses parents et sa grande sœur Olivia, il a néanmoins un meilleur ami qui malheureusement ne vit plus à Manhattan. Scolarisé à domicile, cette année ses parents l'inscrivent au collège... August, réussira-t-il à se faire accepter ? Se faire des amis ? Dans la douleur, Auggie va devoir grandir et s'affirmer. Roman jeunesse sur la différence, celui-ci m'a tout simplement impressionné par sa fluidité, sa simplicité et sa forme, révélant un message universel : la tolérance. En abordant différents sujets comme la différence, l'amitié mais aussi l'amour filiale, R.J Palacio les subliment à travers une construction narrative à laquelle je ne m'attendais pas. Roman choral, l'auteure a fait le choix de donner la parole non seulement à Auggie, mais aussi à sa sœur et ses amis, renforçant ainsi l'empathie. De ces différents points de vue sur cette année collégiale, les regards portés sur August permettent de mieux fouiller la psychologie des personnages sans tomber dans le pathos, et ça c'est plutôt cool ! Vous l'aurez compris, Auggie va connaître des joies comme des peines, des victoires comme des défaites et subir la cruauté des enfants, mais aussi de leurs parents. De cette émouvante histoire, on en retient surtout l'humour désarmant et la solidarité qui au fil des pages prouve que l'entrée au collège, avant de symboliser la perte de l'enfance incarne dans le cas d'Auggie, le renouveau. Alors non, je n'ai pas encore vu le film, mais ça ne serais tarder ! Alléchante, la bande-annonce semble être plutôt fidèle...bientôt un article ciné ? En attendant, passons au choses sérieuses...gourmandises ! Pour ce livre, j'ai choisi des thumb (petits gâteaux américains à la confiture ou pâte à tartiner) afin de coller au mieux aux différents protagonistes. Accompagnés d'un chocolat froid, vous voilà paré pour quelques heures de bonheur et d'émotions. A vos marque-pages !
          Lire la suite
          En lire moins
        • ZeroJanvier79 Posté le 28 Août 2018
          J'ai découvert ce livre grâce à un entretien avec l’auteur(e) publié sur Slate.fr. Dès que j’ai lu l’article, j’ai su que j’allais lire ce livre. Je n’étais pas sûr qu’il me plaise, mais j’étais certain que j’allais le lire et qu’il ne me laisserait pas indifférent. Tout tenait en quelques lignes, dans le résumé du roman tel qu’il était décrit dans l’article : L’ouvrage raconte l’histoire d’August Pullman, un garçon de dix ans au visage très différent – conséquence d’une maladie causée par une malformation chromosomique – et son parcours, qui le fait quitter le cocon protecteur de la scolarisation à domicile pour atterrir au collège et affronter ses hordes de sauvages. Cette histoire allait forcément me parler. Ce n’est pas mon histoire., mon histoire n’est pas celle-ci, mais j’allais forcément me sentir proche de ce garçon qui ne passe pas inaperçu. J’ai acheté ce livre le 6 janvier 2013, si j’en crois l’historique de mes achats sur Amazon. Le lendemain de la publication de l’article sur Slate, c’est dire si j’ai eu un coup de coeur pour ce roman. Pourtant, j'ai attendu mi-juin de la même année pour le lire. Il m’a fallu cinq mois pour me décider à le lire. A... J'ai découvert ce livre grâce à un entretien avec l’auteur(e) publié sur Slate.fr. Dès que j’ai lu l’article, j’ai su que j’allais lire ce livre. Je n’étais pas sûr qu’il me plaise, mais j’étais certain que j’allais le lire et qu’il ne me laisserait pas indifférent. Tout tenait en quelques lignes, dans le résumé du roman tel qu’il était décrit dans l’article : L’ouvrage raconte l’histoire d’August Pullman, un garçon de dix ans au visage très différent – conséquence d’une maladie causée par une malformation chromosomique – et son parcours, qui le fait quitter le cocon protecteur de la scolarisation à domicile pour atterrir au collège et affronter ses hordes de sauvages. Cette histoire allait forcément me parler. Ce n’est pas mon histoire., mon histoire n’est pas celle-ci, mais j’allais forcément me sentir proche de ce garçon qui ne passe pas inaperçu. J’ai acheté ce livre le 6 janvier 2013, si j’en crois l’historique de mes achats sur Amazon. Le lendemain de la publication de l’article sur Slate, c’est dire si j’ai eu un coup de coeur pour ce roman. Pourtant, j'ai attendu mi-juin de la même année pour le lire. Il m’a fallu cinq mois pour me décider à le lire. A chaque fois que j’ai achevé un livre cette année-là, j’ai hésité à lire celui-ci, avant d’en choisir un autre, comme si je tenais à repousser l’échéance. Après la saga Hypérion, après une longue série de romans et de nouvelles de Stefan Zweig, après l’excellent "Let the right one in" qui a inspiré le meilleur film de vampires depuis bien longtemps (Morse), j’ai fini par m’y mettre. J’en suis ressorti ému et changé. Il m’arrive souvent d’être ému par un livre. Il m’arrive parfois d’être bouleversé par un livre ; certains romans de Philippe Besson dont j’ai parlés ici en sont de bons exemples. Il m’arrive beaucoup plus rarement de sortir changé de la lecture d’un livre. J’ai été ému, sans surprise. Je me suis évidemment retrouvé dans ce petit garçon dont la malformation attire les regards surpris, craintifs, et parfois dégoutés. Ce roman n’est pas parfait, il y a quelques facilités, des stéréotypes un peu forcés, une intrigue sans vraiment de surprise. Mais cela reste un très bon roman. Même au moment du happy-end tellement prévisible, et dont je doute malheureusement du réalisme, je n’ai pas pu retenir mon émotion. J’ai surtout lu ce roman dans les transports en commun et je pense que certains voyageurs auraient pu s’interroger s’ils avaient vus mes yeux s’embuer parfois au milieu d’une page, lorsque je lisais une phrase que j’aurais pu dire pour mot pour mot quand j’étais petit, ou même aujourd’hui encore. Un exemple, lu dès les premières pages, qui m’a fait comprendre très vite que ce livre allait me plaire : And I feel ordinary. Inside. But I know ordinary kids don’t make other ordinary kids run away screaming in playgrounds. I know ordinary kids don’t get stared at wherever they go. If I found a magic lamp and I could make one wish, I would wish that I had a normal face that no one ever noticed at all. I would wish that I could walk down the street without people seeing me and then doing that look-away thing. Here’s what I think : the only reason I’m not ordinary is that no one else sees me that way. But I’m kind of used to how I look by now. I know how to pretend I don’t see the faces people make." Je sors changé par cette lecture, et c’est plus surprenant. La grande réussite, pour moi, de ce roman c’est de donner la parole aux autres. August est le principal narrateur mais dans certaines parties du roman l’auteur donne également la parole à d’autres personnages : la soeur d’August, son meilleur ami, le petit ami de soeur, une camarade de classe, etc. Ce sont autant de points de vue différents sur August et sa particularité. Pour moi, c’est une ouverture vers ce que peuvent ressentir mes proches, ce qu’a pu vivre ma famille quand j’étais petit. Je n’ai pas attendu ce livre pour apprendre sur moi, sur ma façon de vivre ma malformation, de la surmonter et parfois d’en faire une force, comme me l’avait dit quelqu’un un jour. Par contre, j’avais rarement eu l’occasion de me mettre à la place de mes proches. Ca, c’est une vraie découverte pour moi, et je pense que cela restera ancré en moi. C’est en cela que j’ai changé en lisant ce roman. Emu, donc, comme je le pressentais. Changé, de façon plus surprenante. Et bouleversé, enfin, dans les dernières pages. Au milieu d’un final qui sent la guimauve, il y a ce discours du professeur principal d’August qui m’a tiré des larmes : But the best way to measure how much you’ve grown isn’t by inches or the number of laps you can run around the track, or even your grade point average – though these things are important, to be sure. It’s what you’ve done with your time, how you’ve chosen to spend your days, and whom you have touched this year. That, to me, is the greatest measure of success. Shall we make a new rule of life … always to be a little kinder than is necessary ? [...] Kinder that is necessary. Because it’s not enough to be kind. One should be kinder than needed. Why I love that line, that concept, is that it reminds me that we carry with us, as human beings, not just the capacity to be kind, but the very choice of kindness. [...] Such a simple thing, kindness. Such a simple thing. A nice word of encouragement given when needed. An act of friendship. A passing smile. Et finalement les pensées d’August quand il reçoit une médaille pour récompenser son courage à la fin de l’année scolaire : I wasn’t even sure why I was getting this medal, really. No that’s not true. I knew why. It’s like people you see sometimes, and you can’t imagine what it would be like to be that person, whether it’s somebody in a wheelchair or somebody who can’t talk. Only, I know I’m that person to other people, maybe to every single person in that whole auditorium. To me, though, I’m just me. An ordinary kid. But hey, if they want to give me a medal for being me, that’s okay. I’ll take it. I didn’t destroy a Death Star or anything like that, but I did just get through the fifth grade. And that’s not easy, even if you’re not me. Difficile pour moi de ne pas être touché par le chemin parcouru par ce gamin au fil de l’année scolaire. Difficile de ne pas m’identifier à lui et en même temps de l’admirer, même s’il reste un personnage de fiction. Il m’a fallu plus de trente ans pour accomplir ce que ce gamin a fait à dix ans, mais ce n’est qu’un roman. Et quoi qu’il en soit, ça fait se sentir fort. Fragile parfois, mais irrésistiblement fort. Parce qu’on sait que quelque part il y a des amis, des proches qui ont pensé ou qui pensent la même chose que Jack, le meilleur ami d’August : He’s just a kid. The weirdest-looking kid I’ve ever seen, yes. But just a kid. Merci à tous les "Jack".
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sevanna Posté le 21 Août 2018
          Voilà un livre très attachant, avec une belle histoire universelle. J'avoue que les premières pages m'ont un peu décontenancées de par l'écriture très enfantine. Je ne suis pas très habituée moi qui ne lis que de la littérature adulte...et puis finalement je me suis vite laissée attendrir par August. En effet, le personnage de Wonder (August de son prénom) nous offre une belle leçon de vie. Il fait preuve de tellement de courage et d'une grande maturité pour son âge. Un livre plein d'espoir que tous les jeunes, et les moins jeunes devraient lire. Pour la tolérance qui y prône, et la remise en question de la normalité que nous impose la société d'aujourd'hui. Le thème du handicap, de surcroît physique, est difficile mais il est abordé avec beaucoup d'humour et d'amour surtout! La lecture est rapide grâce aux petits chapitres et aux différents points de vue des principaux personnages, ainsi qu'à l'écriture fluide et légère. En résumé, ce n'est pas un coup de coeur, mais j'ai beaucoup aimé! C'est donc un livre jeunesse que je recommande aux petits comme grands lecteurs!
        • PetiteNoisette Posté le 17 Août 2018
          Wonder est un roman que l'on voit partout, notamment depuis la sortie récente du film avec Julia Roberts (dans le rôle de la mère). J'ai attendu les vacances pour le lire, j'avais un peu peur qu'il soit long à lire (500 pages), mais en fait c'est vraiment un roman accessible dès le début du collège (voire avant je pense pour les très bons lecteurs). Le début a été compliqué pour moi, j'ai failli abandonner (parce qu'il me parlait bien trop de mon expérience personnelle), mais une fois bien lancée je me suis laissée porter et j'ai lu d'une traite ce roman passionnant. Il y est question d'amitié, de respect de l'autre, d'ouverture à la différence, mais également d'adolescence et des changements que cela induit avec le personnage de la soeur. Le roman ne tombe pas du tout dans le pathos, il y a beaucoup d'humour, de moments joyeux, même si parfois c'est plus compliqué. Une vraie pépite à faire découvrir !
        • Onirique13 Posté le 15 Août 2018
          Un roman qui peut être lu à partir de 10 ans, selon la couverture, donc il faut s'attendre à une lecture rapide, fluide et un vocabulaire assez simple. Étant particulièrement prise par le travail, je recherchais ce type de lecture, sans fioritures littéraires. Je précise que j'adore, habituellement, les fioritures littéraires, mais seulement quand j'ai le temps et l'énergie de réfléchir à ce que je lis et actuellement, ce n'est pas franchement le cas. Toutefois, détrompez-vous si vous pensez que ce livre sera une lecture facile, sans attache particulière. Elle nous fait réfléchir, même si nous sommes adultes (peut-être encore plus parce que nous sommes adultes). J'ai beaucoup apprécié le fait d'avoir les pensées d'autres personnages qu'August, notamment celles de Summer qui m'a beaucoup impressionné par sa maturité malgré le fait qu'elle conserve son âme d'enfant. Mais, honnêtement, j'ai été agréablement surprise par les pensées, les actions, les réflexions des uns et des autres. L'évolution des comportements me semble réaliste bien que, certainement et très malheureusement, un peu utopiste. Ce livre a été un véritable coup de cœur et dès que j'en aurais l'occasion, je regarderais le film qui en a découlé.

        les contenus multimédias

        Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
        À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com