RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Perrin, publié le 25/04/2019
            6 livres de référence sur Charles de Gaulle et Georges Pompidou

            Il y a 50 ans, le 27 avril 1969, une dépêche annonçait la démission du général de Gaulle du pouvoir. Un peu plus d’un mois plus tard, le 15 juin, Georges Pompidou était élu président des Français. A l’occasion de cet anniversaire, nous vous proposons la lecture d’ouvrages de référence sur ces deux figures emblématiques de la France du XXè siècle.

            1 – De Gaulle 1969, Arnaud Teyssier

            Résumé : Le 27 avril 1969, Charles de Gaulle perd le référendum qu’il avait organisé sur la Région et la réforme du Sénat, il annonce aussitôt sa démission et quitte le pouvoir après onze ans de règne qui ont profondément transformé la France. Il se retire définitivement à Colombey et rédige ses Mémoires d’espoir. Ces derniers mois ont souvent été présentés comme une succession attribuées pour l’essentiel à la vieillesse, ainsi qu’à une incompréhension de la modernité dont mai 68 venait d’annoncer l’avènement. Ce livre dit tout autre chose : de Gaulle, en ses derniers temps, avait pleinement pris conscience qu’il faisait face à un personnage nouveau, la société moderne, libérée du souvenir de la guerre, traversée de besoins et de désirs, et pour qui la puissante organisation de gouvernement qu’il avait mise en place était devenue trop lourde. Il appréhendait la venue de temps nouveaux, porteurs des illusions du bien-être, mais chargés de difficultés, de menaces. C’est pour y préparer la France que De Gaulle entreprit, dans ses derniers mois, une révolution de grande ampleur. Pour lui, dans sa vision solitaire des choses, la réalité du monde était mouvante, imprégnée d’histoire et de tragédie. Elle était donc dangereuse, mais aussi porteuse d’espoir :  si on pouvait la saisir dans sa profondeur, alors « un grand élan emporterait les êtres et les choses ». De Gaulle, en 1969, pressent déjà les angoisses, la peur de l’inconnu, la tentation du renoncement et du nihilisme qui s’empareront cinquante ans plus tard de nos démocraties : aujourd’hui, en 2019, ses intuitions nous aident plus que jamais à corriger la myopie de notre civilisation.

             

            2 – Le nœud gordien, Georges Pompidou (en librairie le 16 mai) 

            Résumé : Rédigé dans la foulée de mai 1968, interrompu par son élection à la présidence de la République, cet essai politique d’envergure ne fut publié qu’après la mort de Georges Pompidou en 1974. Alors en disgrâce, le dauphin du général De Gaulle s’y livre à une réflexion puissante et souvent novatrice sur la France qu’il sait au croisement de son destin. Partant d’une analyse de mai 68, il offre une série de chapitres thématiques (sur le gouvernement, le crépuscule du marxisme, l’économie, la politique sociale, la société moderne…) avant de conclure par un manifeste volontariste mais lucide face à l’érosion annoncée des libertés fondamentales, corollaire d’une souveraineté individuelle sans tabous, et fondamentalement égoïste, dont il redoute l’avènement. Un tableau fort et d’une réelle actualité, comme le montre ces citations : « Gouverner, c’est contraindre », « Il suffit de regarder vivre les Français pour prendre conscience de leur inaptitude naturelle profonde à accepter d’être gouvernés. » Ce grand livre méritait une édition critique de référence. Elle sera publiée le 16 mai 2019 et sera préfacée par Eric Roussel, le meilleur biographe de Georges Pompidou.

            3 -  De Gaulle 1890 - 1945 et De Gaulle 1946 -1970 ,  Eric Roussel

              

             Résumé : La mort du général de Gaulle, le 9 novembre 1970, a marqué non seulement la fin d’une époque, mais une césure encore plus profonde. Après lui, on ne voyait plus alors sur la scène que des personnages de moindre stature et rien n’indiquait qu’il pût en être autrement dans un avenir prévisible. Une trentaine d’années plus tard, ce constat désenchanté se vérifie. C’est pourquoi sans doute la vie du Général, ses faits et gestes éveillent aujourd’hui une irrépressible nostalgie. Le temps est venu d’une vision plus précise et plus équilibrée. Telle est l’ambition d’Eric Roussel. Des interprétations communément acceptées se trouvent mises en cause ; et bien des épisodes sont éclairés d’un jour nouveau par des pièces inédites, d’autant plus irréfutables qu’elles sont, pour certaines d’entre elles, de la main du Général. Mais de Gaulle ne prend toute sa dimension que si on le replace, comme le fait Eric Roussel, dans une perspective historique. Avec le recul, il apparaît comme un résumé et comme un aboutissement de tout le passé national. Plus proche assurément de Richelieu, de Louis XIV, de Napoléon que d' Henri IV, il est le type même de ces personnages, à présent disparus, entièrement dévoués à la grandeur de la nation et fervents de la raison d’Etat. « La vérité du général de Gaulle est dans sa légende », a dit Alain Peyrefitte. La légende ne perd pas toujours à être confrontée à l’Histoire. Ce livre montre même que parfois, elle y gagne.

            4 - Un autre regard sur mon grand-père Charles de Gaulle, Yves de Gaulle

            Résumé : « Je venais d’avoir dix-neuf ans quand il est parti. Il n’y a pas eu, depuis, un seul jour sans que je pense à ce héros qui était aussi mon grand-père, lointain mais si proche, au hasard d’un souvenir. J’ai voulu écrire ce témoignage non pour raconter mais pour donner mon regard : celui évidemment d’un petit-fils sur son grand-père, Charles de Gaulle, personnage aux multiples aspects, mais aussi celui de quelqu’un qui s’interroge encore. Ce que j’ai vu, senti, compris de lui achoppe toujours sur un mystère, non de ce qu’il a fait, mais celui de sa manière de réfléchir. Cette grille de lecture est particulière. Elle n’a rien d’une biographie commentée et ne se veut ni historique ni politicienne. Pas davantage une collection de souvenirs personnels. J’avais devant moi beaucoup mieux : un personnage plein de tragédie, qui allait plus loin que la littérature car je pouvais le toucher ; un rebelle permanent sans cesse confronté à l’inachevé ; un romantique raisonné qui ne croyait pas à la mort de la France, et l’a réveillée par l’énorme transgression du discours ; un homme tout simplement, à qui j’ai pu souvent parler, pas assez mais sans détour. » Yves de Gaulle

            5 - Georges Pompidou, Eric Roussel

            Résumé :  La trace laissée dans l'histoire se mesure aussi dans le vocabulaire courant : aujourd'hui encore on parle des « années Pompidou » pour qualifier une France prospère, en même temps que modernisée à marche forcée. Certes le destin présidentiel de Georges Pompidou demeura inachevé, mais pendant une décennie, ce petit-fils de paysans auvergnats, exemple de la méritocratie républicaine, a modelé le pays. Premier à pouvoir accéder aux archives Pompidou, Eric Roussel a utilisé de multiples témoignages : amis d'adolescence (Léopold Senghor), compagnons de route (Pierre Messmer, Jacques Chaban-Delmas), collaborateurs (Pierre Juillet, Michel Jobert, Jacques Chirac), adversaires (François Mitterrand, Pierre Mendès France). Son livre est toujours la seule biographie de référence.

            Perrin