Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782259252348
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Autobiographie d'une Courgette
Date de parution : 06/10/2016
Éditeurs :
Plon

Autobiographie d'une Courgette

Date de parution : 06/10/2016
Une nouvelle édition du roman à l'occasion de la sortie du film d'animation "Ma vie de courgette" qui a fait sensation au Festival de Cannes et qui a déjà reçu des prix prestigieux aux festivals d'Angoulême, Annecy et Melbourne. Il est aussi sélectionné pour les Oscars !
« Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent : - Le ciel, ma Courgette, c’est grand pour nous rappeler qu’on est... « Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent : - Le ciel, ma Courgette, c’est grand pour nous rappeler qu’on est pas grand-chose dessous. - La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ces saloperies de... « Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent : - Le ciel, ma Courgette, c’est grand pour nous rappeler qu’on est pas grand-chose dessous. - La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ces saloperies de nuages qui pissent que du malheur. - Tous les hommes ont la tête dans les nuages. Qu’ils y restent donc, comme ton abruti de père qui est parti faire le tour du monde avec une poule. Des fois, maman dit n’importe quoi…»
Ainsi commence l’histoire de Courgette, un petit garçon de neuf ans, qui à défaut de tuer le ciel, tue accidentellement sa mère. Placé dans une maison d’accueil, il découvre l’amitié et les prémices des amours enfantines. Entre fous rires et larmes, naïveté et émotion, l’apprentissage d’une vie…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259252348
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • carnetdelecture Posté le 19 Décembre 2021
    Il s’agit d’un roman d’une grande humanité. On ne peut que s’attendrir et s’attacher à ces petits bouts déjà écorchés par la vie et trainant un passé difficile (maltraitance, violences, viol, abandon…). Personnellement, j’ai été particulièrement touchée par la naïveté de Courgette, qui trouve dans ce foyer une nouvelle famille, plus aimante que sa mère. Et même si les chamailleries sont légion, tous ces petits s’aiment comme des frères, entourés d’adultes bienveillants, qui tentent de panser leurs blessures de cœur. Un roman plein de tendresse mais aussi triste tant on se met à la place de ces enfants maltraités par la vie. Pourtant, c’est aussi un roman plein d’espoir et d’humour, qui démontre qu’une famille de cœur est parfois bien plus aimante que la famille de sang.
  • ManonCarpentier Posté le 24 Novembre 2021
    Petit roman fantastique. Il ne faut pas s'arrêter à la forme de ce livre. En effet le choix de l'auteur de donner la voix à un enfant de 8 ans pour la narration est particulier. Et ce langage enfantin peut rebuter au premier abord. Mais quelle histoire tragiquement splendide ! Il ne faut absolument pas passer à côté. Courgette est un petit garçon un peu lent, dont la vie peu évidente va tourner au drame. Mais il y a toujours de la lumière à trouver dans l'obscurité. Et Icare (de son vrai nom) sait comment repérer les petits bonheurs et en profiter. > C'est un livre plein de beauté, un véritable classique. A lire, relire et étudier
  • jalleks Posté le 31 Mai 2021
    Quel plaisir de retrouver Icare, prénommé Courgette, dans cette version BD. Nous avons déjà à la maison deux exemplaires du roman, et avons visionné avec les enfants moult fois la version animée à l'écran. Cette BD fut donc un beau cadeau pour toute la famille, tant nous aimons ce personnage si aimant, si sensible. Ce gamin qui, n'ayant plus de père, se retrouve accidentellement sans maman non plus. Direction l'orphelinat. Pour apprendre avec les autres, parfois contre eux, car les ennemis ont leur chasse gardée. Mais la sensibilité peut être masculine, et je ne remercierai jamais assez l'auteur, Gilles Paris, d'avoir mis à l'honneur ce môme, perdu, qui a le droit de pleurer, qui a le droit d'avoir des envies d'affection. C'est qu'à l'orphelinat, on est face à sa solitude, mais on y fait aussi des rencontres belles et attachantes. La BD est drôle aussi, comme le roman, avec des gros mots, et ça, ça fait plaisir aux enfants, évidemment ! Cette adaptation est fidèle au roman, quoique allégée, évidemment, par rapport à l'originale. Les couleurs des dessins sont pétillantes ! On est ravis à la maison d'avoir cette BD de Courgette ! Merci à Babelio et à l'éditeur pour cette masse critique.
  • chantalfichou Posté le 1 Février 2021
    Une brassée de bonheur ,d'émotion sans guimauve que de cotoyer ces enfants malmenés par la vie confiés à un foyer et une poignés de zéducs bienveillants et vigilants .Dans un style dépouillé et un vocabulaire restreint comme celui des enfants ,ce l ivre fait du bien et nous rend humain.
  • Celise Posté le 21 Janvier 2021
    Icare, 9 ans, surnommé Courgette, est envoyé dans un foyer de l'enfance après avoir accidentellement tué sa mère, handicapée et alcoolique. Il va y nouer de jolies amitiés avec d'autres enfants, tout aussi cabossés que lui par la vie et tomber amoureux de la mignonne Camille, orpheline comme lui. Dit comme cela, on pourrait croire que l'histoire va être triste et pleine de pathos. Mais c'est en fait tout le contraire. La narration, qui est faite du point de vue du petit Icare, est drôle, pleine d'humour et de fraîcheur. Les mots d'enfants donnent un sens particulier au texte, une tendresse qui permet d'aller au delà de ce sujet difficile. Il ya quelque chose du Petit Nicolas dans ce livre, ce mélange entre une candeur extrême et une profondeur confondante. Tous ces enfants sont attachants, drôles et attendrissants, on a envie de les prendre dans les bras et de les aimer. Et les adultes qui s'en occupent sont bienveillants et tout aussi touchants. Je ne pensais pas autant accrocher à l'histoire, plutôt destinée à la base à un public de collégiens, mais ça passe bien, même pour un adulte. Cette lecture a été une bouffée d'air frais et de bonne humeur et j'ai trouvé la fin... Icare, 9 ans, surnommé Courgette, est envoyé dans un foyer de l'enfance après avoir accidentellement tué sa mère, handicapée et alcoolique. Il va y nouer de jolies amitiés avec d'autres enfants, tout aussi cabossés que lui par la vie et tomber amoureux de la mignonne Camille, orpheline comme lui. Dit comme cela, on pourrait croire que l'histoire va être triste et pleine de pathos. Mais c'est en fait tout le contraire. La narration, qui est faite du point de vue du petit Icare, est drôle, pleine d'humour et de fraîcheur. Les mots d'enfants donnent un sens particulier au texte, une tendresse qui permet d'aller au delà de ce sujet difficile. Il ya quelque chose du Petit Nicolas dans ce livre, ce mélange entre une candeur extrême et une profondeur confondante. Tous ces enfants sont attachants, drôles et attendrissants, on a envie de les prendre dans les bras et de les aimer. Et les adultes qui s'en occupent sont bienveillants et tout aussi touchants. Je ne pensais pas autant accrocher à l'histoire, plutôt destinée à la base à un public de collégiens, mais ça passe bien, même pour un adulte. Cette lecture a été une bouffée d'air frais et de bonne humeur et j'ai trouvé la fin très émouvante.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…