RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Et je serai toujours avec toi

            Robert Laffont
            EAN : 9782221191736
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Et je serai toujours avec toi

            Date de parution : 11/02/2016

            Roman à la mécanique implacable, conte à la morale subtile, Et je serai toujours avec toi impose Armel Job comme un maître du suspense.
            Automne 1995. Victime d’un incident mécanique, un homme vient demander de l’aide dans la maison la plus proche. Teresa, la jeune veuve et catholique fervente qui...

            Roman à la mécanique implacable, conte à la morale subtile, Et je serai toujours avec toi impose Armel Job comme un maître du suspense.
            Automne 1995. Victime d’un incident mécanique, un homme vient demander de l’aide dans la maison la plus proche. Teresa, la jeune veuve et catholique fervente qui lui donne asile le temps de faire réparer son véhicule, se convainc très vite que cet homme lui est, en réalité, envoyé par Dieu en réponse à la promesse de son défunt mari. « Et je serai toujours avec toi » n’est-elle pas l’épitaphe que ce dernier a demandé que l’on grave sur sa tombe ?
            Tadeusz et André, les fils de Teresa, âgés tous deux d’une vingtaine d’années, voient pour leur part d’un mauvais oeil l’irruption de cet inconnu qui vient troubler le deuil familial. Un fait divers tragique ne va pas tarder à révéler que celui qui se dit réfugié croate n’est pas tout à fait celui qu’il prétend être…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221191736
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            9.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Shabanou Posté le 30 Janvier 2019
              Bonjour les lecteurs…. Saperlipopette .. un livre d'Armel Job qui était perdu au fin fond de ma Pal gargantuesque!!! Il était temps que je le fasse remonter à la surface! C'est avec délice que je me suis plongée dans ce huis-clos familial. Les Ardennes belges 1995. Thérèsa, est une jeune veuve d'origine polonaise. Elle est la mère de deux jeunes hommes d'une vingtaine d'année et s'accroche à une phrase prononcée par le défunt pour continuer à donner un sens à sa vie. Ces quelques mots " Et je serai toujours avec toi" lui permettent de se maintenir la tête hors de l'eau et de guetter un signe de l'au-delà. Ce signe apparait un jour d'automne sous la forme d'un Croate qui tombe en panne devant chez elle et vient lui demander l'asile. La jeune veuve y voit immédiatement un signe. Ces deux fils par contre voient d'un mauvais œil l'apparition de cet intrus. Peu de temps après, un meurtre est commis au village que l'on s'empresse de mettre sur le dos de l'étranger … c'est tellement facile… mais le livre ne serait pas signé Armel Job si il n'y avait pas quelques subtilités au détour de chaque pages. L'histoire est racontée par André et Tadeusz, les deux... Bonjour les lecteurs…. Saperlipopette .. un livre d'Armel Job qui était perdu au fin fond de ma Pal gargantuesque!!! Il était temps que je le fasse remonter à la surface! C'est avec délice que je me suis plongée dans ce huis-clos familial. Les Ardennes belges 1995. Thérèsa, est une jeune veuve d'origine polonaise. Elle est la mère de deux jeunes hommes d'une vingtaine d'année et s'accroche à une phrase prononcée par le défunt pour continuer à donner un sens à sa vie. Ces quelques mots " Et je serai toujours avec toi" lui permettent de se maintenir la tête hors de l'eau et de guetter un signe de l'au-delà. Ce signe apparait un jour d'automne sous la forme d'un Croate qui tombe en panne devant chez elle et vient lui demander l'asile. La jeune veuve y voit immédiatement un signe. Ces deux fils par contre voient d'un mauvais œil l'apparition de cet intrus. Peu de temps après, un meurtre est commis au village que l'on s'empresse de mettre sur le dos de l'étranger … c'est tellement facile… mais le livre ne serait pas signé Armel Job si il n'y avait pas quelques subtilités au détour de chaque pages. L'histoire est racontée par André et Tadeusz, les deux fils de Thérèsa. Chacun donnant son point de vue des évènements qui vont découler de cette rencontre. C'est bon.. c'est du Armel Job dans toute sa puissance. Nous sommes happés dès les premières pages de ce roman noir. Le lecteur s'engouffre dans une brèche, suis une piste et puis non… un détail, on s'égare, on repart vers d'autres orientations. Telle est la subtilité de l'écriture de ce grand auteur belge qui sous le couvert d'une écriture simple et bien de " chez nous" , distille un conte complexe. On y retrouve les relations " mère / enfants" , des réflexions sur la religion encore bien présente dans nos petits villages, des réflexions sur nos regards par rapport à l'autre, l'étranger, le pouvoir de pardonner et enfin une pincée de référence à la guerre et ses violences. Un très bon suspens psychologique mais pas que … A LIRE
              Lire la suite
              En lire moins
            • Labelettedusud Posté le 9 Décembre 2018
              Oui, j’avoue et j’ai honte … l’adage « nul n’est prophète en son pays » est vrai. Car, voyez-vous, Armel Job habite dans ma région et cela fait des lustres que je n’avais pas lu un de ses livres. Je répète … j’ai honte. Pour ma défense, mon besoin d’évasion loin des paysages de l’Ardenne belge est sans doute à l’origine de ce blocage. Tout cela pour vous dire qu’il aura fallu un challenge lecture pour que je renoue avec son écriture. Et donc. J’ai trouvé dans « Et je serai toujours avec toi » un récit très profond et nuancé sous ses airs d’enquête policière régionale. Armel Job apporte tant de soin à la psychologie de tous ses personnages que l’empathie est presque immédiate. Il m’a offert un magnifique portrait de mère mais aussi une fine analyse des relations entre frères. Bref, j’ai plongé avec bonheur dans ce huis-clos familial, y reconnaissant les codes de ce qui fait la vie de famille au sein d’une région que je connais bien. Ce qui m’a définitivement conquise, c’est la deuxième couche …. La réflexion philosophique qu’Armel Job veut provoquer chez son lecteur. De manière détournée, Il pointe les défauts de ses compatriotes... Oui, j’avoue et j’ai honte … l’adage « nul n’est prophète en son pays » est vrai. Car, voyez-vous, Armel Job habite dans ma région et cela fait des lustres que je n’avais pas lu un de ses livres. Je répète … j’ai honte. Pour ma défense, mon besoin d’évasion loin des paysages de l’Ardenne belge est sans doute à l’origine de ce blocage. Tout cela pour vous dire qu’il aura fallu un challenge lecture pour que je renoue avec son écriture. Et donc. J’ai trouvé dans « Et je serai toujours avec toi » un récit très profond et nuancé sous ses airs d’enquête policière régionale. Armel Job apporte tant de soin à la psychologie de tous ses personnages que l’empathie est presque immédiate. Il m’a offert un magnifique portrait de mère mais aussi une fine analyse des relations entre frères. Bref, j’ai plongé avec bonheur dans ce huis-clos familial, y reconnaissant les codes de ce qui fait la vie de famille au sein d’une région que je connais bien. Ce qui m’a définitivement conquise, c’est la deuxième couche …. La réflexion philosophique qu’Armel Job veut provoquer chez son lecteur. De manière détournée, Il pointe les défauts de ses compatriotes et met en garde contre le jugement au premier regard, les idées toutes faites. Il pose aussi la question de la deuxième chance. « Sommes-nous une seule et même personne de la naissance à la mort ou sommes-nous peut-être plusieurs personnes successives qui sortent l’une de l’autre. Et c’est la dernière – la moins moche bien souvent – qui doit prendre en charge bon gré mal gré les répugnantes chrysalides qui l’ont précédée. » (page 190). Question hautement intéressante. Je vous laisse réfléchir là-dessus ….. Armel Job ramasse les copies dans trois heures !
              Lire la suite
              En lire moins
            • latina Posté le 6 Novembre 2018
              Qui n’a jamais eu envie que la personne chère qui s’en va pour toujours ne dise : « Je te ferai un signe, je serai toujours avec toi » ? Teresa, la belle et encore jeune veuve, mère de deux grands jeunes hommes, s’accroche à cette phrase prononcée par son mari le dernier jour de sa vie. Atteint d’un cancer, il peut enfin prouver son amour par cette promesse. C’est toujours quand il est trop tard qu’on se rend compte qu’on n’a pas assez aimé...Cela vaut pour les deux membres de ce couple belgo-polonais (Teresa est une Polonaise arrivée en Belgique il y a longtemps en vue de se marier avec un autochtone, ce qu’elle a fait dès sa venue). Et quand un Croate arrive de manière inopinée après un an de veuvage, des « signes » - du moins, interprétés comme tels - font croire à Teresa que son mari l’a envoyé auprès d’elle. C’est sans compter avec les deux grands fils pas très heureux d’assister, impuissants, à l’incrustation de ce bel étranger non dépourvu de charme que les femmes trouvent bien séduisant... La narration alternée d’André, le fils intellectuel, étudiant en mathématiques, assez froid en apparence, et de Tadeusz,... Qui n’a jamais eu envie que la personne chère qui s’en va pour toujours ne dise : « Je te ferai un signe, je serai toujours avec toi » ? Teresa, la belle et encore jeune veuve, mère de deux grands jeunes hommes, s’accroche à cette phrase prononcée par son mari le dernier jour de sa vie. Atteint d’un cancer, il peut enfin prouver son amour par cette promesse. C’est toujours quand il est trop tard qu’on se rend compte qu’on n’a pas assez aimé...Cela vaut pour les deux membres de ce couple belgo-polonais (Teresa est une Polonaise arrivée en Belgique il y a longtemps en vue de se marier avec un autochtone, ce qu’elle a fait dès sa venue). Et quand un Croate arrive de manière inopinée après un an de veuvage, des « signes » - du moins, interprétés comme tels - font croire à Teresa que son mari l’a envoyé auprès d’elle. C’est sans compter avec les deux grands fils pas très heureux d’assister, impuissants, à l’incrustation de ce bel étranger non dépourvu de charme que les femmes trouvent bien séduisant... La narration alternée d’André, le fils intellectuel, étudiant en mathématiques, assez froid en apparence, et de Tadeusz, l’ainé, celui qui a repris la brasserie paternelle, coureur de jupons et bon vivant, cette narration rythme heureusement les faits qui s’enchainent sans grand suspens. L’analyse psychologique est présente, l’ambiance est bien ardennaise, avec son café, son église et son curé (nous sommes en 1996 et les bonnes gens se rendent encore à la messe dominicale). Il y a un meurtre, comme souvent dans les romans d’Armel Job, et le coupable n’est jamais celui qu’on croit. L’auteur pose aussi les jalons d’une réflexion sur la justice, et je ne résiste pas à citer sa phrase-choc : « Tu braques un bijoutier, tu es un criminel. Tu rases Hiroshima, tu es un héros ». Petite intrigue policière mâtinée de relents religieux et brassée dans l’entreprise familiale, cette histoire se lit facilement et sans grande prise de tête, sauf pour les personnages qui eux, sont bien dans la mélasse. Tout ça à cause d’une phrase inopportune d’un pater familias voulant se donner bonne conscience. « Et je serai toujours avec toi », dans la vie et dans la mort, pour le bonheur et pour le pire...
              Lire la suite
              En lire moins
            • spleen Posté le 30 Mai 2018
              Lorsque Jacques Broncard va mourir , il cite à Tereza , sa femme, fervente catholique cette phrase de la Bible: Et je serai toujours avec toi en lui promettant de lui envoyer un signe de sa présence. Pour Tereza, polonaise arrivée en France pour épouser Jacques , l'attente commence donc avec la mort de son époux . Nous sommes en 1995 . Lorsque un Croate tombe en panne devant sa maison , plusieurs événements la conduisent à croire que cet homme est celui que Jacques lui envoie ... L'histoire est racontée par les deux fils : Tadeusz, l'ainé, le fils préféré , celui qui a repris la brasserie de son père et André, celui qui part faire des études . Chacun raconte à son point de vue la rencontre entre Tereza et Branco et la suite d'événements qui vont faire éclater le cercle familial . Un meurtre est commis, rapidement mis sur le dos de l'étranger, ce Croate qui a fait la guerre et dont on ne sait rien . Cet excellent roman, assez court nous plonge dans une Belgique provinciale, cela aurait pu être la France aussi , avec ses préjugés , son parti pris contre ceux que l'on ne connait pas ,... Lorsque Jacques Broncard va mourir , il cite à Tereza , sa femme, fervente catholique cette phrase de la Bible: Et je serai toujours avec toi en lui promettant de lui envoyer un signe de sa présence. Pour Tereza, polonaise arrivée en France pour épouser Jacques , l'attente commence donc avec la mort de son époux . Nous sommes en 1995 . Lorsque un Croate tombe en panne devant sa maison , plusieurs événements la conduisent à croire que cet homme est celui que Jacques lui envoie ... L'histoire est racontée par les deux fils : Tadeusz, l'ainé, le fils préféré , celui qui a repris la brasserie de son père et André, celui qui part faire des études . Chacun raconte à son point de vue la rencontre entre Tereza et Branco et la suite d'événements qui vont faire éclater le cercle familial . Un meurtre est commis, rapidement mis sur le dos de l'étranger, ce Croate qui a fait la guerre et dont on ne sait rien . Cet excellent roman, assez court nous plonge dans une Belgique provinciale, cela aurait pu être la France aussi , avec ses préjugés , son parti pris contre ceux que l'on ne connait pas , les étrangers , vite accusés de tous les maux, cela n'a guère changé peut-on remarquer ... Mais la réflexion va bien au delà , elle touche les relations entre frères, liens puissants mais avec une pointe de jalousie et une compétition souvent latentes , elle aborde de façon directe le regard sévère que les enfants , même devenus grands , pose sur les relations amoureuses de leurs parents , en particulier de leur mère avec la gène d'être témoin de gestes d'amour surtout s'il s'agit d'un autre homme que leur géniteur . La force de la foi est également évoquée car elle rend aveugle ou alors elle franchit les montagnes, suivant sa propre croyance ou pas . Les deux derniers points et non des moindres que ce roman met en exergue sont la capacité à pardonner, et la possibilité de vivre en résilience avec soi même et avec les autres lorsque l'on a commis des atrocités . Armel Job, un écrivain que j'apprécie beaucoup va au plus profond de l'âme des hommes et laisse le lecteur longtemps avec ses interrogations sur ses propres valeurs et la force de ses préjugés .
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tuclasakoi Posté le 28 Mai 2018
              Une parfaite analyse des relations entre une mère et ses deux fils.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.