RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La cathédrale de la mer

            12-21
            EAN : 9782823872644
            Code sériel : 13827
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            La cathédrale de la mer

            Anne PLANTAGENET (Traducteur)
            Date de parution : 06/06/2019

            Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s’enorgueillit d’un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s’élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages.
            Du haut de ses huit ans, le jeune Arnau Estanyol contemple le chantier. À l’image de ce chef-d’œuvre en devenir,...

            Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s’enorgueillit d’un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s’élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages.
            Du haut de ses huit ans, le jeune Arnau Estanyol contemple le chantier. À l’image de ce chef-d’œuvre en devenir, l’ascension de ce fils de paysan exilé, parti de rien, sera fulgurante. Devenu consul et proche du roi, humaniste et philanthrope, il n’oubliera jamais que son destin est placé, depuis sa naissance, sous le signe des tragédies : l’ombre de la Sainte Inquisition plane sur ses ambitions, et la Grande Peste s’apprête à fondre sur le Nord de l'Espagne…

            « Fureur et lumière, violences et amours, trahisons et rédemptions : le roman du Moyen Âge catalan mélange avec talent tous les ingrédients des grands récits picaresques. » La Vie

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782823872644
            Code sériel : 13827
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • cmpf Posté le 30 Septembre 2019
              J'avais lu il y a plusieurs années Les révoltés de Cordoue du même Ildefonso Falcones et j'avais infiniment aimé. Je m'étais toujours dit que je reviendrai à cet auteur. C'est enfin chose faite. Je crois que ce deuxième livre m'a un peu moins éblouie (trop d'attente, goût devenu différent ?) que le premier mais cela reste un excellent roman historique. Dans la Catalogne du XIVème siècle, nous suivons la construction de la cathédrale de la mer à Barcelone, mais surtout la vie bien remplie d'un enfant, Arnau Estanyol, né serf et qui deviendra un personnage important. Mais aussi le destins de beaucoup de personnages humbles comme la communauté des bastaixos qui plus que tout autre confrérie contribue à l'édification de cette cathédrale du peuple. le sort des femmes, riches ou pauvres, qui n'est pas enviable, l'époque veut que l'on dispose d'elles sans leur demander leur avis. Elles ont été créées pour servir l'homme, comme les pauvres ont été créés pour être soumis aux riches. Y contrevenir c'est s'opposer à la volonté de Dieu. de même le reproche toujours fait aux juifs d'avoir fait crucifier Jésus nous paraît aujourd'hui étonnant, puisque l'on est à notre époque responsable de ses seuls actes... J'avais lu il y a plusieurs années Les révoltés de Cordoue du même Ildefonso Falcones et j'avais infiniment aimé. Je m'étais toujours dit que je reviendrai à cet auteur. C'est enfin chose faite. Je crois que ce deuxième livre m'a un peu moins éblouie (trop d'attente, goût devenu différent ?) que le premier mais cela reste un excellent roman historique. Dans la Catalogne du XIVème siècle, nous suivons la construction de la cathédrale de la mer à Barcelone, mais surtout la vie bien remplie d'un enfant, Arnau Estanyol, né serf et qui deviendra un personnage important. Mais aussi le destins de beaucoup de personnages humbles comme la communauté des bastaixos qui plus que tout autre confrérie contribue à l'édification de cette cathédrale du peuple. le sort des femmes, riches ou pauvres, qui n'est pas enviable, l'époque veut que l'on dispose d'elles sans leur demander leur avis. Elles ont été créées pour servir l'homme, comme les pauvres ont été créés pour être soumis aux riches. Y contrevenir c'est s'opposer à la volonté de Dieu. de même le reproche toujours fait aux juifs d'avoir fait crucifier Jésus nous paraît aujourd'hui étonnant, puisque l'on est à notre époque responsable de ses seuls actes et non de ceux perpétrés par des ancêtres lointains. Il faut vraiment sortir de notre système de pensée pour essayer d'entrer dans celui de ce XIVe siècle. C'est également nécessaire pour comprendre la pensée de Joan, cruel sans s'en rendre compte, tout rempli qu'il est de la pensée de cette période. Je me suis d'ailleurs demandé si Arnaud et son père Bernat n'étaient pas un peu trop en avance sur leur temps, leurs opinions n'étant pas les plus répandues. J'ai trouvé certains passages sur l'édification de la nouvelle église sur le lieu même de l'ancienne peu clairs, c'est aussi le cas des démêlés entre les rois ou des dispositions financières. Il faut dire que j'étais beaucoup moins intéressée par cet aspect là que par l'histoire de ce personnage attachant, contrairement à mon habitude où l'histoire est surtout prétexte à apprendre sur le domaine ou l'époque. Par ailleurs erreur de traduction ou inadvertance de l'auteur j'ai été assez surprise de lire “infrastructures de Barcelone”, terme qui convient d'autant moins que l'auteur se sert de temps en temps de mots avec une graphie moyenâgeuse comme “utsaitge” Comme toujours dans ce genre de texte j'ai apprécié le petit mot de l'auteur faisant la part de l'Histoire et celle de la fiction. Challenge ABC 2019 - 2020
              Lire la suite
              En lire moins
            • Norlane Posté le 29 Août 2019
              Un pavé historique qui nous fait vivre, facilement, à Barcelone au Moyen-Age, ville catalane indépendante et féodale, en construction (église, cathédrale...), pleine de règles (aux avantages des riches et des hommes), de confréries, et de gens au sort peu enviable (serfs, esclaves, femmes, pauvres, juifs...) entre pouvoir des nobles et de l'Inquisition. Le livre est facile, la vie dans le livre l'est nettement moins pour les héros, mais le romancier se contente de dire les violences sans se complaire dans les détails sordides, ouf. Le destin romanesque d'Arnau, enfant sauvé par un père prêt à tout pour lui, a tout d'un film flamboyant, en plus d'informer sur le passé de notre monde (Catalogne, antisémitisme, chrétienté, liberté des choix de vie...)
            • Tiguidou Posté le 17 Août 2019
              Livre emprunté à la bibliothèque sur une inspiration. Je peux dire que c'était une bonne inspiration. L'histoire se déroule au quatorzième siècle à Barcelone. Le contexte est celui du Moyen-Age avec toutes ses dérives et abus de pouvoir que ce soit par le roi, la noblesse, ou le clergé. On retrouve Arnau alors qu'il est enfant et on le suit tout au long de sa vie et de ses nombreuses péripéties quelques unes heureuses et d'autres cruelles. L'auteur fait preuve d'imagination à ce chapitre mais c'est agréable et ça nous tient en haleine tout en instruisant sur L'histoire de Barcelone en particulier et sur la Catalogne en général. J'ai beaucoup aimé l'aspect historique du roman moi qui suis totalement ignorant de L'histoire de l'Espagne et qui me suis toujours demandé qu'elle était l'origine de la volonté d'indépendance de la Catalogne. Dans ce roman je n'ai pas toutes les réponses mais j'ai un début de réponse. Tout l'aspect du régime féodal est aussi très instructif et je me suis surpris à être scandalisé et révolté de lire le traitement réservé aux serfs. Au final je donne une très bonne note à ce roman pour... Livre emprunté à la bibliothèque sur une inspiration. Je peux dire que c'était une bonne inspiration. L'histoire se déroule au quatorzième siècle à Barcelone. Le contexte est celui du Moyen-Age avec toutes ses dérives et abus de pouvoir que ce soit par le roi, la noblesse, ou le clergé. On retrouve Arnau alors qu'il est enfant et on le suit tout au long de sa vie et de ses nombreuses péripéties quelques unes heureuses et d'autres cruelles. L'auteur fait preuve d'imagination à ce chapitre mais c'est agréable et ça nous tient en haleine tout en instruisant sur L'histoire de Barcelone en particulier et sur la Catalogne en général. J'ai beaucoup aimé l'aspect historique du roman moi qui suis totalement ignorant de L'histoire de l'Espagne et qui me suis toujours demandé qu'elle était l'origine de la volonté d'indépendance de la Catalogne. Dans ce roman je n'ai pas toutes les réponses mais j'ai un début de réponse. Tout l'aspect du régime féodal est aussi très instructif et je me suis surpris à être scandalisé et révolté de lire le traitement réservé aux serfs. Au final je donne une très bonne note à ce roman pour son intérêt historique et pour la très belle façon dont l'auteur mène ses intrigues et pour l'enchaînement des sous-chapitres. De plus quand on prend fait et cause pour les héros du roman, c'est que L'auteur a bien fait son travail de nous embarquer dans son histoire. J'ai trouvé particulièrement intense la partie sur l'inquisition, mais toutes les parties du livre sont intéressantes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Archie Posté le 8 Mai 2019
              Ce livre réunit tous les ingrédients qui font un best-seller. Et il fut effectivement un best-seller mondial ! Publié il y a une quinzaine d'années, La Cathédrale de la Mer est une longue fresque historique, romanesque et humaniste, dont l'action se situe en Catalogne, au Moyen-Age. Oeuvre d'Ildefonso Falcones, un avocat médiéviste barcelonais qui mit plusieurs années à l'écrire, le livre comporte sept à huit cents pages selon les éditions. Ancré autour de la construction d'une cathédrale, le roman s'apparente plus aux Piliers de la Terre qu'à Notre-Dame de Paris. Mais à la différence de la cathédrale fictive de Ken Follett, la Cathédrale de la Mer existe réellement. Elle se dresse à Barcelone, dans le vieux quartier aujourd'hui branché de la Ribera. C'est un vaste édifice de conception gothique, mais d'aspect massif, sobre, sans ornementation flamboyante. Ainsi la voulait la population locale, qui avait activement contribué à sa construction, en la finançant et en y travaillant. Le roman évoque notamment le rôle clé de centaines de « bataixos » – on dirait aujourd'hui en français des débardeurs – qui, à dos d'homme, avaient apporté un à un sur le site les blocs de pierre extraits dans les carrières avoisinantes. Alors... Ce livre réunit tous les ingrédients qui font un best-seller. Et il fut effectivement un best-seller mondial ! Publié il y a une quinzaine d'années, La Cathédrale de la Mer est une longue fresque historique, romanesque et humaniste, dont l'action se situe en Catalogne, au Moyen-Age. Oeuvre d'Ildefonso Falcones, un avocat médiéviste barcelonais qui mit plusieurs années à l'écrire, le livre comporte sept à huit cents pages selon les éditions. Ancré autour de la construction d'une cathédrale, le roman s'apparente plus aux Piliers de la Terre qu'à Notre-Dame de Paris. Mais à la différence de la cathédrale fictive de Ken Follett, la Cathédrale de la Mer existe réellement. Elle se dresse à Barcelone, dans le vieux quartier aujourd'hui branché de la Ribera. C'est un vaste édifice de conception gothique, mais d'aspect massif, sobre, sans ornementation flamboyante. Ainsi la voulait la population locale, qui avait activement contribué à sa construction, en la finançant et en y travaillant. Le roman évoque notamment le rôle clé de centaines de « bataixos » – on dirait aujourd'hui en français des débardeurs – qui, à dos d'homme, avaient apporté un à un sur le site les blocs de pierre extraits dans les carrières avoisinantes. Alors qu'il avait fallu deux siècles pour construire Notre-Dame de Paris, une soixantaine d'années avaient suffi pour Santa-Maria del Mar. Le roman place ces soixante années sur l'échelle du temps d'un homme, né avec la pose de la première pierre, et dont la plénitude personnelle coïncidera avec la mise en place de la dernière clé de voute. Cet homme se nomme Arnau Estanyol. Fils d'un serf, il est dès l'adolescence coopté dans la confrérie des « bataixos ». Un rude métier ! Ses qualités et les circonstances lui valent de gravir rapidement les échelons de la société catalane. Devenu un notable riche et puissant, estimé par ses pairs, adulé par le peuple, il n'oublie pas d'où il vient et se pose en défenseur des esclaves et des pauvres. Il est aussi l'ami fidèle des Juifs qui, confinés dans leur « barrio », financent le roi de Catalogne… sans jamais être à l'abri de représailles soudaines et brutales ; il suffira d'une épidémie de peste ou d'une période de famine pour alimenter des rumeurs de sorcellerie et réveiller les bas instincts du peuple, transformé en meute sanguinaire. Arnau est l'archétype du héros de best-seller : beau, fort, courageux, intelligent, juste, honnête, bienveillant, humble … quoi d'autre, encore ?... J'aurais pu être agacé ! Mais non, je me suis attaché à son parcours, j'ai souffert des tourments et des humiliations qu'il n'a pas manqué de subir. Sa vie n'aura pas été un long fleuve tranquille. Dans la Catalogne médiévale, les seigneurs et les nobles bénéficient de privilèges hallucinants, révoltants, intimes, dont ils abusent sans vergogne dans leurs rapports avec les familles de leurs serfs. Mais il arrive qu'ils trouvent Arnau en travers de leur chemin ; ils lui en gardent alors une rancune et une haine tenaces. Notre héros devra faire face à de lâches machinations ourdies par ceux qui se sont sentis outragés. Il lui faudra aussi échapper aux griffes de l'implacable Inquisition et de ses affreux moines encapuchonnés dans leur robe noire. Dans ce genre de roman, les personnages sont généralement brossés de façon manichéenne. Face à Arnau, les méchants ; à ses côtés, les bons. Une exception toutefois avec Joanet, un être tourmenté, déchiré entre une affection fraternelle pour Arnau et une rigidité qui le conduira à une intolérance inquisitrice. Et l'amour, alors ? Les femmes séduisantes ne manquent pas, mais le sujet restera longtemps compliqué pour le bel Arnau, trop respectueux des coutumes restrictives du temps. Des coutumes dont les effets pervers font des victimes parmi les femmes du peuple, qui ne peuvent pas toujours échapper au viol, puis à la prostitution. Peu sympathique, cette Europe médiévale, morcelée en petites monarchies régionales qui se combattent, puis s'allient du jour au lendemain pour guerroyer contre une autre. Lois, monnaies et pratiques commerciales diffèrent d'un royaume à l'autre, parfois d'une seigneurie à l'autre. Elles se télescopent de surcroît avec les exigences de l'Eglise catholique, où le Pape et les Grands Inquisiteurs ont eux-mêmes des conflits d'intérêt. Tout cela dans un enchevêtrement peu clair de trahisons et d'arrangements financiers entre souverains, institutions, corporations professionnelles et communautés. On a beau dire, notre Europe d'aujourd'hui parait paradisiaque à côté. Quelques longueurs dans ce roman bien documenté, écrit d'une plume efficace sans ambition de style, qui se lit agréablement. L'auteur a habilement orchestré des péripéties variées dans le souci de captiver le lecteur. Un peu artificiel, diront certains. Du moment que cela fonctionne, qui s'en plaindra ?
              Lire la suite
              En lire moins
            • M_a_r_c Posté le 27 Avril 2019
              Premier roman de l’avocat (si, si !) Ildefonso Falcones, La Cathédrale De La Mer transporte le lecteur dans l’Espagne du XIVe siècle, sur les traces du jeune Arnau Estanyol. D’une plume qui mêle habilement toile de fond historique et intrigue romanesque, Ildefonso Falcones retrace la vie d’un fils de paysan perdu dans la ville de Barcelone qui s’est juré, en mémoire de son père, de s’affranchir de sa condition de serf de la terre et de devenir un homme libre. Hostilité des nobles. Trahison de ses proches. Peste noire. Inquisitions. Le parcours du jeune homme dans la Barcelone du XIVe siècle sera difficile et semé d’embûches diverses. Mais sa détermination, son courage et sa grandeur d’âme lui permettront de triompher de l’adversité et de réaliser son rêve. Même si les époques et les lieux sont différents, La Cathédrale De La Mer m’a fortement rappelé Les Piliers De La Terre, que j’ai lu – ou plus exactement dévoré – il y a une dizaine d’années ! En commençant La Cathédrale De La Mer, j’ai tout de suite eu le sentiment, délicieux, de replonger dans un monde similaire à celui du roman de Ken Follett. A l’une ou l’autre reprise pourtant dans la première... Premier roman de l’avocat (si, si !) Ildefonso Falcones, La Cathédrale De La Mer transporte le lecteur dans l’Espagne du XIVe siècle, sur les traces du jeune Arnau Estanyol. D’une plume qui mêle habilement toile de fond historique et intrigue romanesque, Ildefonso Falcones retrace la vie d’un fils de paysan perdu dans la ville de Barcelone qui s’est juré, en mémoire de son père, de s’affranchir de sa condition de serf de la terre et de devenir un homme libre. Hostilité des nobles. Trahison de ses proches. Peste noire. Inquisitions. Le parcours du jeune homme dans la Barcelone du XIVe siècle sera difficile et semé d’embûches diverses. Mais sa détermination, son courage et sa grandeur d’âme lui permettront de triompher de l’adversité et de réaliser son rêve. Même si les époques et les lieux sont différents, La Cathédrale De La Mer m’a fortement rappelé Les Piliers De La Terre, que j’ai lu – ou plus exactement dévoré – il y a une dizaine d’années ! En commençant La Cathédrale De La Mer, j’ai tout de suite eu le sentiment, délicieux, de replonger dans un monde similaire à celui du roman de Ken Follett. A l’une ou l’autre reprise pourtant dans la première moitié de l’ouvrage d’Ildefonso Falcones, j’ai soupiré, craignant, vu ce que je lisais, que l’intrigue ne sombre dans la facilité, que l’ensemble ne se délite brusquement et que La Cathédrale, après avoir brièvement fait illusion, ne soit qu’un ouvrage terne et ennuyeux. Je me trompais totalement ! Certes, l’un ou l’autre passage m’a un peu moins plus, voire même, je l’ai dit, fait soupirer, mais la deuxième partie du roman, qui commence une fois qu’Arnau est devenu un homme libre et surtout un marchand respecté, m’a captivé. Je l’ai dévorée en quelques jours, en ne refermant à chaque fois le livre qu’à grand peine, parce qu’il aurait été déraisonnable de passer une nuit blanche à le lire ! Mais quel roman ! Quel talent de conteur que celui d’Ildefonso Falcones ! Son intrigue n’est peut-être pas particulièrement originale, mais il crée des personnages tellement authentiques, tellement forts, que le lecteur ne peut que se laisser entraîner à leur suite et plonger tout entier dans un récit véritablement tourbillonnant. En un mot comme en cent, j’ai adoré La Cathédrale De La Mer comme j’avais adoré Les Piliers De La Terre. L’ouvrage fait quelques 800 pages, mais il est tellement prenant qu’une fois arrivé au bas de la dernière, on se surprend à s’exclamer « Qui ? Déjà fini ? ». Heureusement, depuis son premier ouvrage, Ildefonso Falcones en a publié deux autres, Les Révoltés De Cordoue et La Reine Aux Pieds Nus. Il ne reste plus à espérer qu’ils auront la même vibrante intensité que La Cathédrale De La Mer. Qui lira verra ! ;-)
              Lire la suite
              En lire moins
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !