Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258164093
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

La Danse de la tarentule

Date de parution : 21/01/2021
Bouleversante histoire sur l’amour d’une enfant pour sa mère aux lisières de la folie, ce roman d’une grande justesse nous entraîne dans le cercle infernal de la violence familiale…
« Ker Kroaz. Le manoir où j’ ai vécu enfant. Une demeure gigantesque avec une tourelle, entourée d’ un parc donnant sur une petite crique, des pièces partout, fermées à clé pour la plupart. Au milieu des années 1980, de l’ âge de cinq ans à l’ âge de neuf... « Ker Kroaz. Le manoir où j’ ai vécu enfant. Une demeure gigantesque avec une tourelle, entourée d’ un parc donnant sur une petite crique, des pièces partout, fermées à clé pour la plupart. Au milieu des années 1980, de l’ âge de cinq ans à l’ âge de neuf ans, j’ ai habité là avec ma grand-mère, Joséphine Vernois, mon petit frère, Jean-Baptiste, et tante Micheline, la soeur de ma mère.
Ma mère, si tant est qu’ on puisse l’appeler ainsi, nous avait pondus, mon frère et moi, pouf, pouf, à deux ans d’ intervalle, puis s’ était promenée à travers le monde, une fois qu’on n’ eut plus besoin de lui téter les mamelles, pour suivre mon père dans ses déplacements. On avait vécu tous ensemble à Palaiseau, mais un beau jour, ça y est, ça s’ était décidé du jour au lendemain, mes parents avaient disparu et je m’ étais retrouvée au Croisic avec mon frangin de trois ans. Ma mère nous avait confiés à ma grand-mère pour six mois, puis ces six mois s’ étaient changés en années. »

La Danse de la tarentule raconte l’ éveil douloureux d’ une enfant éperdue d’ adoration pour sa mère, monstre pervers au masque trop charmant. Dans ce roman, qui dit avec une grande justesse l’ enfance, Emilie émeut tout autant que sa volonté de rompre le cercle des violences familiales impressionne. Le jour où cette mère impose la tragédie, Emilie s’ échappe de ses rets et ne la reverra pas de son vivant.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258164093
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslecturesdetiphaine Posté le 16 Juillet 2021
    Une lecture qui tord le ventre. On se prend bien entendu de compassion pour Émilie et Jean-Baptiste qui vivent avec le manque d'amour maternel. Le sujet est intéressant bien qu'inconcevable. @claire_blanchard1 nous décrit parfaitement cette enfance ravagée par les mots, les coups, les cris, le manque d'amour, le rejet, les humiliations. Ce livre est fort, rageant....on est dans un huit clos intense. Difficile de rester insensible à ce livre. C'est l'histoire d'une vie de famille loin d'être ordinaire. Une histoire qui marque à coups sûrs.
  • LeslecturesdeLily Posté le 12 Avril 2021
    La danse de la tarentule nous raconte l'histoire d'Émilie Renard, 40 ans, accompagnée de ses deux enfants Grégoire et Lucas, elle revient en Bretagne, plus précisément au Croisic, dans la maison où elle a grandi : au Ker Kroaz. Émilie se remémore son enfance qui a été difficile et franchement dramatique, elle repense aux coups qu'elle a reçus, aux mots qui l'ont blessée, à sa famille, à sa mère. Cela fait vingt ans qu'Émilie est partie loin de Marie, loin de ses souffrances, loin de cette maison. Elle repense donc à son enfance, lorsque sa mère l'a laissée à sa grand-mère pour aller travailler en Inde. On apprend comment sa tante Micheline et sa grand-mère Joséphine l'ont élevée durement durant quatre années. Puis, à 9 ans, elle déménage à Paris avec ses parents et son enfer va continuer. Sa mère, Marie, est très dure avec Émilie, violente, méchante, c'est difficilement descriptible tant cela est douloureux. Certains passages du livre sont insoutenables, vraiment. La danse de la tarentule n'est pas qu'une histoire de maltraitance, c'est aussi une histoire d'amour, car Émilie aime sa mère, plus que tout. Ce roman est donc une histoire de vie, un récit extrêmement touchant qui ne... La danse de la tarentule nous raconte l'histoire d'Émilie Renard, 40 ans, accompagnée de ses deux enfants Grégoire et Lucas, elle revient en Bretagne, plus précisément au Croisic, dans la maison où elle a grandi : au Ker Kroaz. Émilie se remémore son enfance qui a été difficile et franchement dramatique, elle repense aux coups qu'elle a reçus, aux mots qui l'ont blessée, à sa famille, à sa mère. Cela fait vingt ans qu'Émilie est partie loin de Marie, loin de ses souffrances, loin de cette maison. Elle repense donc à son enfance, lorsque sa mère l'a laissée à sa grand-mère pour aller travailler en Inde. On apprend comment sa tante Micheline et sa grand-mère Joséphine l'ont élevée durement durant quatre années. Puis, à 9 ans, elle déménage à Paris avec ses parents et son enfer va continuer. Sa mère, Marie, est très dure avec Émilie, violente, méchante, c'est difficilement descriptible tant cela est douloureux. Certains passages du livre sont insoutenables, vraiment. La danse de la tarentule n'est pas qu'une histoire de maltraitance, c'est aussi une histoire d'amour, car Émilie aime sa mère, plus que tout. Ce roman est donc une histoire de vie, un récit extrêmement touchant qui ne peut que vous chambouler ! J'ai aimé le lire, d'abord parce qu'il est très bien écrit, mais aussi parce que ressentir les sentiments de cette petite fille pour sa maman est perturbant, l'histoire m'a bousculée, elle m'a sortie de ma zone de confort ! La suite de mon avis est disponible sur mon blog www.leslecturesdelily.com ou en suivant le lien direct vers mon billet http://www.leslecturesdelily.com/2021/04/la-danse-de-la-tarentule-ecrit-par.html#more
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesdemoe Posté le 3 Avril 2021
    C o u p d e C o e u r ! #9829;️ #9642;️ Je referme ce livre et je suis sans voix, le souffle coupé. Ce livre est d’une puissance phénoménale, une histoire absolument poignante, choquante et impossible à oublier ! #9642;️ « Comment éliminer l’amour sans limite pour une mère quand celle-ci est un être toxique? » Émilie et Jean-Baptiste sont confiés très tôt à leur grand-mère. Chez elle, ils vont subir l’autoritarisme de l’aïeule et la frustration de la tante, vieille fille et alcoolique. Seule source de bonheur pour Émilie, le retour de sa maman adorée deux fois par an. A la mort de la grand-mère, les enfants retournent vivre à Paris avec leurs parents. Mais derrière l’apparence d’une bonne famille bourgeoise, Émilie subira humiliations, manipulations, maltraitance et violence de la part de l’Instance Suprême : sa chère mère. Comment grandir sereinement dans un environnement si malsain? #9642;️ Ce livre m’a mis une claque, et j’en suis restée K.O. J’ai été choquée par les événements, c’est un réel drame familial. Comment est-ce possible d’être parfaite en apparence, mais complètement toxique en réalité ? Comment une mère peut-être elle aussi violente envers ses enfants, que ce soit physiquement ou verbalement? J’ai été prise d’une telle empathie pour... C o u p d e C o e u r ! #9829;️ #9642;️ Je referme ce livre et je suis sans voix, le souffle coupé. Ce livre est d’une puissance phénoménale, une histoire absolument poignante, choquante et impossible à oublier ! #9642;️ « Comment éliminer l’amour sans limite pour une mère quand celle-ci est un être toxique? » Émilie et Jean-Baptiste sont confiés très tôt à leur grand-mère. Chez elle, ils vont subir l’autoritarisme de l’aïeule et la frustration de la tante, vieille fille et alcoolique. Seule source de bonheur pour Émilie, le retour de sa maman adorée deux fois par an. A la mort de la grand-mère, les enfants retournent vivre à Paris avec leurs parents. Mais derrière l’apparence d’une bonne famille bourgeoise, Émilie subira humiliations, manipulations, maltraitance et violence de la part de l’Instance Suprême : sa chère mère. Comment grandir sereinement dans un environnement si malsain? #9642;️ Ce livre m’a mis une claque, et j’en suis restée K.O. J’ai été choquée par les événements, c’est un réel drame familial. Comment est-ce possible d’être parfaite en apparence, mais complètement toxique en réalité ? Comment une mère peut-être elle aussi violente envers ses enfants, que ce soit physiquement ou verbalement? J’ai été prise d’une telle empathie pour ces enfants qui n’ont pas demandé à naître dans leur famille, qui subissent leur parents qui semblent vouloir leur faire regretter d’être venus au monde. Et Émilie, cette enfant qui déborde d’énergie, studieuse et talentueuse, qui continue de travailler à l’école pour rendre sa mère fière d’elle, qui garde l’espoir d’être aimée par sa mère, tout simplement.. #9642;️ Je dois ajouter que j’ai absolument adoré la plume de l’auteure, qui a trouvé le parfait équilibre entre la dureté de l’histoire et la dose d’humour nécessaire ! C’est un livre incroyablement brillant et extrêmement déroutant. Le lecteur fini sa lecture la rage au ventre. Et pour ma part, les 400 pages de ce livre ont été englouties en 2 jours, c’est un énorme coup de cœur, vraiment, à lire absolument ! #9829;️
    Lire la suite
    En lire moins
  • clemaufildespages Posté le 1 Avril 2021
    INCROYABLE POIGNANT ! Coup de coeur ❤ Ça fait vingt ans qu'Emilie a coupé les ponts avec sa mère lorsqu'on lui annonce son décès. Elle revient alors sur les lieux de son enfance au Croisic. Elle se souvient... Quand elle avait quatre ans, qu'ils vivaient avec son frère chez leur grand mère dans un manoir glauque, leurs parents étant en voyage à travers le monde. Une enfance sans amour ni repères. Au retour de leurs géniteurs, c'est la promesse d'une vie meilleure et d'une famille reformée à Paris... En réalité c'est une vraie plongée dans l'enfer. Une mère telle une tarentule qui injecte quotidiennement son venin, qui ne lâche jamais sa proie dans une danse funeste... Comment se construire lorsque sa propre mère -adulée de tous- se révèle être capable d'une violence sournoise? Ce roman c'est un vrai uppercut au coeur de l'enfance, un histoire édifiante dont je me souviendrai longtemps. Impossible de le lâcher, ni d'en ressortir indemne... 😱 Malgré le thème difficile, j'ai trouvé cette lecture passionnante grâce à la plume de Claire Blanchard, et grâce aux petites touches d'humour qui rendent le tout plus digeste. En donnant la parole à une enfant, l'auteure a su trouver les mots pour... INCROYABLE POIGNANT ! Coup de coeur ❤ Ça fait vingt ans qu'Emilie a coupé les ponts avec sa mère lorsqu'on lui annonce son décès. Elle revient alors sur les lieux de son enfance au Croisic. Elle se souvient... Quand elle avait quatre ans, qu'ils vivaient avec son frère chez leur grand mère dans un manoir glauque, leurs parents étant en voyage à travers le monde. Une enfance sans amour ni repères. Au retour de leurs géniteurs, c'est la promesse d'une vie meilleure et d'une famille reformée à Paris... En réalité c'est une vraie plongée dans l'enfer. Une mère telle une tarentule qui injecte quotidiennement son venin, qui ne lâche jamais sa proie dans une danse funeste... Comment se construire lorsque sa propre mère -adulée de tous- se révèle être capable d'une violence sournoise? Ce roman c'est un vrai uppercut au coeur de l'enfance, un histoire édifiante dont je me souviendrai longtemps. Impossible de le lâcher, ni d'en ressortir indemne... 😱 Malgré le thème difficile, j'ai trouvé cette lecture passionnante grâce à la plume de Claire Blanchard, et grâce aux petites touches d'humour qui rendent le tout plus digeste. En donnant la parole à une enfant, l'auteure a su trouver les mots pour décrire l'enfer. Pour décrire l'indescriptible. On s'attache immédiatement à cette petite Emilie, un personnage incroyable qui a du répondant et ne manque pas d'humour ni de sarcasme. On admire sa force, sa capacité à capter des moments lumineux dans le pire, sa volonté de vivre. 💫 Une mère instable complètement folle. Un père totalement invisible. Des enfants qui vont tenter de grandir alors qu'ils sont piégés dans les filets de la tarentule. Une mère qui harcèle physiquement et psychologiquement. Qui souffle sans cesse le chaud puis le froid, qui exerce son emprise. Entre humour et drame, l'écriture est envoûtante et poétique. C'est un roman choc que j'ai lu la gorge serrée. Je n'avais qu'une envie: plonger dans le roman et aider Emilie à se sortir des griffes de sa mère ! Bref, vous l'aurez compris, je vous le recommande grandement ! 🤩 Si vous l'avez lu, qu'est ce que vous en avez pensé? Sinon, vous êtes tentés? 😇
    Lire la suite
    En lire moins
  • Valmyvoyou_lit Posté le 25 Mars 2021
    Au décès de sa mère qu’elle n’a pas vue depuis vingt ans, Émilie se rend sur les lieux de son enfance, au Croisic. C’est là que le corps de sa mère repose. Ce pèlerinage fait remonter, en elle, tous ses souvenirs de petite fille et d’adolescente. Quand Émilie et son frère, Jean-Baptiste, étaient, respectivement, âgés de cinq ans et trois ans, ils ont été confiés à la garde de leur grand-mère et de leur tante. Les deux femmes leur ont donné une éducation très stricte, autorisant peu de plaisirs, dans un climat de violence. Les petits souffraient de l’absence de leur mère, qu’ils ne voyaient que tous les six mois, leurs parents vivant en Inde. Ils vivaient, depuis quatre ans, dans le manoir de Ker Kroaz, quand un évènement a modifié cette situation. Le père et la mère sont, alors, revenus en France et les enfants ont, enfin, habité avec eux. Une nouvelle vie, pleine de promesses, commence pour Émilie et Jean-Baptiste : une nouvelle école, des cours de piano au Conservatoire pour la petite fille et surtout l’amour de leur maman qu’ils aiment et admirent. Ils ont tant manqué de câlins, de bisous et de la présence maternelle, qu’ils comptent... Au décès de sa mère qu’elle n’a pas vue depuis vingt ans, Émilie se rend sur les lieux de son enfance, au Croisic. C’est là que le corps de sa mère repose. Ce pèlerinage fait remonter, en elle, tous ses souvenirs de petite fille et d’adolescente. Quand Émilie et son frère, Jean-Baptiste, étaient, respectivement, âgés de cinq ans et trois ans, ils ont été confiés à la garde de leur grand-mère et de leur tante. Les deux femmes leur ont donné une éducation très stricte, autorisant peu de plaisirs, dans un climat de violence. Les petits souffraient de l’absence de leur mère, qu’ils ne voyaient que tous les six mois, leurs parents vivant en Inde. Ils vivaient, depuis quatre ans, dans le manoir de Ker Kroaz, quand un évènement a modifié cette situation. Le père et la mère sont, alors, revenus en France et les enfants ont, enfin, habité avec eux. Une nouvelle vie, pleine de promesses, commence pour Émilie et Jean-Baptiste : une nouvelle école, des cours de piano au Conservatoire pour la petite fille et surtout l’amour de leur maman qu’ils aiment et admirent. Ils ont tant manqué de câlins, de bisous et de la présence maternelle, qu’ils comptent rattraper le temps perdu. Pour Jean-Baptiste, les choses se compliquent très vite : ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur de ce qu’attend leur mère, professeur de mathématiques. « ma mère se devait de lui faire rattraper son retard, question d’honneur » (p. 139). Pour Émilie, la situation a évolué insidieusement. La petite n’a aucun repère. Une nuit, après une crise d’angoisse, sa mère l’a câlinée et rassurée. Lorsque la même situation s’est répétée, Émilie a été rejetée violemment, avec des menaces de coups. La violence est au cœur de la famille : conjugale et parentale. Les enfants grandissent entre l’indifférence de leur père et les revirements de la mère, passant des gestes d’amour à la haine, en un claquement de doigts. Pour qui ne connaît pas cette maltraitance psychologique, le mélange de chaud-froid peut être surprenant : les insultes, puis les mots, doux, les câlins après les coups, etc. Et pourtant, c’est ainsi que se comportent les parents toxiques. Souvent, les personnes extérieures à la cellule familiale pensent que l’enfant est rebelle. Le parent parvient à donner une belle image de lui et à se faire plaindre. Mais les apparences sont trompeuses. L’araignée tisse sa toile autour de sa proie pour l’aspirer. Des adultes ont vu des signes : personne n’a agi. Même après le premier drame, les enfants n’ont pas été protégés… J’avais lu La Danse de la tarentule, lorsqu’il était paru en auto-édition. J’avais écrit : « je suis sortie essorée de cette lecture. Je n’ai pas vécu tous les drames que la petite Émilie a eus, elle n’a pas vécu certaines épreuves que j’ai subies, mais j’ai reconnu mon passé dans la grande majorité des pages. » Deux ans séparent mes lectures et cela m’a permis de prendre conscience que j’avais évolué. Depuis, j’ai, moi aussi, coupé toute relation avec une de mes araignées. Aussi, […] La suite sur mon blog...
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !