Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
La Régulation
Un roman d'anticipation terrifiant - Nouveauté science-fiction 2024
Collection : Outre Fleuve
Date de parution : 07/05/2024
Éditeurs :
Fleuve éditions
Nouveauté

La Régulation

Un roman d'anticipation terrifiant - Nouveauté science-fiction 2024

Collection : Outre Fleuve
Date de parution : 07/05/2024
Il n’en restera qu’un.
2300, quelque part dans le monde.
Une enclave entourée de murs abrite les survivants d’un cataclysme. Coupés de tout, ils vivent en autarcie dans une société gérée par les DIX, de...
2300, quelque part dans le monde.
Une enclave entourée de murs abrite les survivants d’un cataclysme. Coupés de tout, ils vivent en autarcie dans une société gérée par les DIX, de mystérieux dirigeants que personne ne voit en dehors des écrans tapissant les murs de la ville.
Dès que la surpopulation menace...
2300, quelque part dans le monde.
Une enclave entourée de murs abrite les survivants d’un cataclysme. Coupés de tout, ils vivent en autarcie dans une société gérée par les DIX, de mystérieux dirigeants que personne ne voit en dehors des écrans tapissant les murs de la ville.
Dès que la surpopulation menace la cité, les DIX annoncent la Régulation : huit régulateurs reçoivent une liste de quatre noms. Quatre personnes à abattre sans se faire tuer à son tour. Car devenir régulateur, c’est savoir que son nom s’est affiché sur la liste d’un adversaire.
Une seule règle : tuer ou être tué.
Lorsque le jour de la Régulation arrive, la population sait que la chasse a débuté. Et la peur s’installe.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265158139
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782265158139
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Des_livres_plein_les_yeux 18/05/2024
    Ebook reçu en service presse grâce à @netgalleyfrance. Merci à @fleuve_editions ! Je ne connaissais pas du tout ce roman avant de le voir passer sur Netgalley et je trouve que les dystopies, cela donne toujours envie. Me voilà donc plongée dans cette histoire qui démarre tout doucement puis accélère bien vite pour ne plus s’arrêter… Le livre est assez court, il ne fait que 224 pages mais cela nous permet d’être directement dedans sans temps morts et de profiter des évènements. Les premiers chapitres permettent de comprendre qui seront les régulateurs et quelles relations les lient avant qu’arrive le début de l’enfer. On voit les esprits changer face à ce qu’ils sont obligés de faire ; tuer un proche ou un être qui n’a rien demandé ne peut que les bouleverser même s’ils étaient préparés pour ça… À force de lire de la SF, j’avais deviné le plot twist mais cela ne m’a pas dérangé. Je suis contente d’avoir suivi ces personnages et pu découvrir comment ils ont pris leur vie en main. C’était amusant d’essayer de deviner les choses et de voir comment tout allait se passer ou même comment ils allaient se retrouver ensemble. L’histoire était bien prenante en tout cas et la fin ouverte était intéressante.Ebook reçu en service presse grâce à @netgalleyfrance. Merci à @fleuve_editions ! Je ne connaissais pas du tout ce roman avant de le voir passer sur Netgalley et je trouve que les dystopies, cela donne toujours envie. Me voilà donc plongée dans cette histoire qui démarre tout doucement puis accélère bien vite pour ne plus s’arrêter… Le livre est assez court, il ne fait que 224 pages mais cela nous permet d’être directement dedans sans temps morts et de profiter des évènements. Les premiers chapitres permettent de comprendre qui seront les régulateurs et quelles relations les lient avant qu’arrive le début de l’enfer. On voit les esprits changer face à ce qu’ils sont obligés de faire ; tuer un proche ou un être qui n’a rien demandé ne peut que les bouleverser même s’ils étaient préparés pour ça… À force de lire de la SF, j’avais deviné le plot twist mais cela ne m’a pas dérangé. Je suis contente d’avoir suivi ces personnages et pu découvrir comment ils ont pris leur vie en main. C’était amusant d’essayer de deviner les choses et de voir comment tout allait se passer ou même comment ils allaient se retrouver ensemble. L’histoire était bien prenante en tout...
    Lire la suite
    En lire moins
  • EminentGris 18/05/2024
    Je suis assez mitigé sur cette lecture, elle a un potentiel pour être très captivante, mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y attacher pleinement On commence avec un chapitre narrant l'effondrement de l'humanité à travers les ondes radios de 2018 jusqu'en 2043. Le monde va mal, il se détériore et c'est notre faute Les personnages, qui prennent racine en 2300, sont remarquablement introduits. Leurs journées s'entremêlent, nous montrant leurs occupations et leurs rôles dans cette dictature. Ça permet au lecteur de s'immerger dans la société des DIX et d'en comprendre les rouages. Le monde semble être un mélange réussi entre "Le Labyrinthe" et "Hunger Games" Les scènes de régulation montrent l'horreur la cruauté dont peuvent faire preuve ceux dont la vie est en jeu, tuant sans hésitation, n'ayant plus peur de rien, moral et valeurs humaines n'ayant plus leur place ici. Ces moments saisissants renforcent l'atmosphère oppressante de cet univers dystopique Puis vint le moment où les personnages essayent légitimement de s'affranchir de cette cruauté, de devenir libre en affrontant ceux qui les dirigeant depuis leur tour d'ivoire, et là malheureusement ça coince À partir de ce moment, l'immersion devient plus difficile. On a l'impression que le livre soulève des questions auxquelles il n'arrive pas à répondre, je n'ai pas compris clairement le but des DIX, pas compris pourquoi le récit est projeté 300 ans dans le futur, et les personnages deviennent plus fades. Trop d'éléments semblent ne pas tenir debout. Trop d'incompréhension qui donne l'impression que l'univers n'est pas maîtrisé C'est un peu rattrapé par le personnage de Bettany qui fort de son caractère guide le récit et apporte une touche de romance bienvenue ; grâce à elle, on s'immerge dans l'histoire par son humanité dans ce monde de bête Si une suite est prévue, ce qui semble possible au vu de la fin, je me ferai quand même un plaisir de la lire, car on termine avec une scène au potentiel immense 𝙉𝙤𝙩𝙚 : 🔪#9823;️/ 𝟮𝟬Je suis assez mitigé sur cette lecture, elle a un potentiel pour être très captivante, mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y attacher pleinement On commence avec un chapitre narrant l'effondrement de l'humanité à travers les ondes radios de 2018 jusqu'en 2043. Le monde va mal, il se détériore et c'est notre faute Les personnages, qui prennent racine en 2300, sont remarquablement introduits. Leurs journées s'entremêlent, nous montrant leurs occupations et leurs rôles dans cette dictature. Ça permet au lecteur de s'immerger dans la société des DIX et d'en comprendre les rouages. Le monde semble être un mélange réussi entre "Le Labyrinthe" et "Hunger Games" Les scènes de régulation montrent l'horreur la cruauté dont peuvent faire preuve ceux dont la vie est en jeu, tuant sans hésitation, n'ayant plus peur de rien, moral et valeurs humaines n'ayant plus leur place ici. Ces moments saisissants renforcent l'atmosphère oppressante de cet univers dystopique Puis vint le moment où les personnages essayent légitimement de s'affranchir de cette cruauté, de devenir libre en affrontant ceux qui les dirigeant depuis leur tour d'ivoire, et là malheureusement ça coince À partir de ce moment, l'immersion devient plus difficile. On a l'impression que le livre soulève des questions auxquelles il...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shan_Ze 16/05/2024
    Dans un futur lointain (vers 2300), une communauté vit dans une enclave entourée de murs. Pour éviter la surpopulation, les DIX ont mis en plus la Régulation : 8 régulateurs reçoivent une liste de 4 personnes. Ils doivent tuer les personnes de cette liste. Un régulateur est aussi le régulé d'un autre régulateur et il ne doit surtout pas le faire savoir... Une gigantesque partie de chasse débute. En commençant ce roman, on pense très vite à la série jeunesse Hunger games même si par la suite, on part sur un autre aspect. L'aspect survie à tout prix est mis en avant. Evidemment, ce sont les plus jeunes qui sont choisis pour cette Régulation. La population se cache de peur d'être une cible potentielle, les Régulateurs essaient de se fondre au milieu des autres habitants. On suit quelques uns de ces Régulateurs, on sent leur mental qui évolue rapidement, c'est terrifiant. C'est une lecture assez stressante, on s'attache aux personnages, on voudrait qu'ils s'en sortent. Le sujet de la surpopulation, l'évocation d'un futur condamné sont intéressant mais le traitement de l'histoire est parfois un peu complexe sur un roman très court. J'ai été un peu frustrée d'en finir si vite avec une histoire qui semblait prometteuse, peut-être une suite ? En tout cas, j'ai beaucoup apprécié ce roman, on se laisse surprendre par l'histoire d'un peuple opprimé par l'enfermement et des règles absurdes. #LaRégulation #NetGalleyFrance Dans un futur lointain (vers 2300), une communauté vit dans une enclave entourée de murs. Pour éviter la surpopulation, les DIX ont mis en plus la Régulation : 8 régulateurs reçoivent une liste de 4 personnes. Ils doivent tuer les personnes de cette liste. Un régulateur est aussi le régulé d'un autre régulateur et il ne doit surtout pas le faire savoir... Une gigantesque partie de chasse débute. En commençant ce roman, on pense très vite à la série jeunesse Hunger games même si par la suite, on part sur un autre aspect. L'aspect survie à tout prix est mis en avant. Evidemment, ce sont les plus jeunes qui sont choisis pour cette Régulation. La population se cache de peur d'être une cible potentielle, les Régulateurs essaient de se fondre au milieu des autres habitants. On suit quelques uns de ces Régulateurs, on sent leur mental qui évolue rapidement, c'est terrifiant. C'est une lecture assez stressante, on s'attache aux personnages, on voudrait qu'ils s'en sortent. Le sujet de la surpopulation, l'évocation d'un futur condamné sont intéressant mais le traitement de l'histoire est parfois un peu complexe sur un roman très court. J'ai été un peu frustrée d'en finir si vite avec...
    Lire la suite
    En lire moins
  • audelagandre 14/05/2024
    «#8201;La Régulation#8201;» s’ouvre sur une énumération glaçante de toutes les aberrations que l’homme a fait subir à la Terre et des réponses de celle-ci : augmentation des températures, inondations et coulées de boues, incendies, cyclone, montées des eaux, virus libérés du permafrost, krach boursier, tempête solaire qui met à terre Internet. En 2031, «#8201;le monde coule littéralement#8201;». En 2043, les moyens de communication sont coupés. Sale temps sur la planète… Trois cent ans plus tard, focus sur une cité protégée par des murs épais. Personne n’en sort, personne n’y entre. L’Effondrement a eu lieu, de nouvelles règles sont désormais en place comme ce couvre-feu à partir de 19 h surveillé par une armée de drones qui n’hésite pas à tirer. Lorsque Gaëlle Perrin-Guillet présente ses personnages, c’est aussi l’heure où «#8201;La Régulation#8201;» sonne. Les règles sont simples : plusieurs personnes trouvent sur leur smartphone une liste d’individus à assassiner. «#8201;La Régulation a été déclenchée hier soir suite à une augmentation de la population que les décès n’ont pas pu équilibrer. (…) Huit d’entre vous ont reçu le nom de quatre habitants de cette ville. Parmi ces quatre noms, un seul sait qu’il est en danger. Les autres ne le savent pas.#8201;» Il faut chasser avant de devenir proie, localiser les personnes de sa liste et les éliminer. Surtout, ne jamais dévoiler la teneur de sa mission, et tuer avant d’être tué. Ambiance «#8201;Hunger Games#8201;», mais sur un terrain de jeu plus vaste. Comme dans Koh Lanta, à la fin de «#8201;La Régulation#8201;», il n’en restera qu’un… sauf que tous les autres seront morts. Une mystérieuse organisation, les DIX, est à l’origine de toutes les nouvelles normes sociales, règlements et lois de la cité. Ce sont eux qui ont mis en place «#8201;La Régulation#8201;» pour maintenir un équilibre dans la population et la nourrir décemment. Sauf que… sur la liste envoyée à chaque Régulateur, peut figurer le nom de votre meilleur ami, de vos parents, de vos compagnons. Sadisme orchestré ou pure coïncidence#8201;? En tout cas, droit de vie ou de mort sur l’ensemble de la population, perversité absolue, cruauté sans nom. La peur de l’autre devient alors omniprésente. Quelle attitude adopter#8201;? Se cacher ou être pro-actif en exécutant le plus rapidement possible ceux qui se trouvent sur votre liste#8201;? Gaëlle Perrin-Guillet positionne le lecteur dans la peau de chaque Régulateur afin qu’il ressente ses émotions et la charge mentale qu’il éprouve. «#8201;La Régulation#8201;» sonne le glas d’une paix toute relative et fait naître la hantise d’être assassiné, et le cauchemar de devoir éliminer. Une forme de psychose s’installe, car «#8201;Un régulé qui tuerait son Régulateur deviendra de fait destinataire des noms restants sur la liste. Un Régulateur qui éliminerait un autre Régulateur avant que ce dernier n’ait fini sa liste héritera des noms supplémentaires.#8201;» Les personnages sont fort bien campés et le lecteur s’y attache instantanément. Certains individus choisissent de se conformer à la règle sans se poser de questions, d’autres expriment intérieurement leur désaccord et remettent en question l’autorité établie. Au-delà de la résilience des habitants de l’Enclave où tous semblent marcher dans la même direction, quelques individus cherchent à analyser le système pour tenter d’en exploiter les failles. Tous les Régulateurs sont nés avec la procédure de «#8201;La Régulation#8201;» sans rien savoir véritablement de sa création, une règle «#8201;Immuable depuis des décennies#8201;». Pourquoi l’accepter sans broncher#8201;? Qui sont les DIX et est-il possible de les détrôner pour reprendre en main le contrôle de sa vie#8201;? L’écrivaine dévoile peu à peu les arcanes de cette société, en emmenant les Régulateurs et le lecteur au cœur d’un fonctionnement qui n’est pas tout à fait ce qu’il paraît être… «#8201;La Régulation#8201;» est immersif, la tension constante et le suspense très bien maîtrisé. J’ai beaucoup aimé me plonger dans cet univers dystopique que j’affectionne particulièrement dans mes lectures en ce moment. Malgré le contexte sombre et souvent désespéré de ce type de roman, l’exploration de la nature humaine et des valeurs morales reste fascinante. Gaëlle Perrin-Guillet interroge, elle aussi, le monde qui nous entoure, pour mieux explorer de nouvelles formes de gouvernance, de structures sociales et de valeurs morales, offrant des parallèles subtils vers notre propre monde. Ainsi, la peur de l’autre, la résilience humaine, les forces et faiblesses d’un groupe, la perspective d’être acteur de sa propre existence malgré les contingences instaurées restent des points d’ancrage forts de «#8201;La Régulation#8201;». J’ai senti qu’elle avait pris beaucoup de plaisir à créer cet univers et cet enthousiasme est contagieux. «#8201;La Régulation#8201;» convient à tout type de public, n’hésitez pas à le faire lire également à vos adolescents. «#8201;La Régulation#8201;» s’ouvre sur une énumération glaçante de toutes les aberrations que l’homme a fait subir à la Terre et des réponses de celle-ci : augmentation des températures, inondations et coulées de boues, incendies, cyclone, montées des eaux, virus libérés du permafrost, krach boursier, tempête solaire qui met à terre Internet. En 2031, «#8201;le monde coule littéralement#8201;». En 2043, les moyens de communication sont coupés. Sale temps sur la planète… Trois cent ans plus tard, focus sur une cité protégée par des murs épais. Personne n’en sort, personne n’y entre. L’Effondrement a eu lieu, de nouvelles règles sont désormais en place comme ce couvre-feu à partir de 19 h surveillé par une armée de drones qui n’hésite pas à tirer. Lorsque Gaëlle Perrin-Guillet présente ses personnages, c’est aussi l’heure où «#8201;La Régulation#8201;» sonne. Les règles sont simples : plusieurs personnes trouvent sur leur smartphone une liste d’individus à assassiner. «#8201;La Régulation a été déclenchée hier soir suite à une augmentation de la population que les décès n’ont pas pu équilibrer. (…) Huit d’entre vous ont reçu le nom de quatre habitants de cette ville. Parmi ces quatre noms, un seul sait qu’il est en danger. Les autres ne le savent...
    Lire la suite
    En lire moins
  • gruz 10/05/2024
    Gaëlle Perrin-Guillet est une voyageuse temporelle. Après s’être penchée sur le passé, elle se tourne vers le futur avec La régulation. Du polar victorien, elle avait déjà glissé vers la dystopie matinée de SF en changeant le passé dans Temporis. La voilà qui pousse le curseur bien en avant, trois siècles après l’Effondrement. Les Hommes ont détruit leur planète, la nature s’est vengée et a rayé de la carte le monde tel que nous le connaissons. L’histoire se déroule dans une enclave protégeant de l’extérieur, où vivent certains survivants selon des règles de société qui ne sont plus les nôtres. Les DIX dirigent ce microcosme, chacun devant se montrer utile au bon fonctionnement du système. Jusqu’au moment où est lancée une nouvelle Régulation : des femmes et des hommes sont désignés, anonymement, pour tuer une liste de personnes, avec comme objectif de permettre à cette communauté de ne pas trop se multiplier. Ambiance Hunger games totalement assumée, même si personne ne meurt de faim dans cette histoire, ce qui me permet d’indiquer un point important : Gaëlle Perrin-Guillet est une lectrice assidue de romans Young Adult. Loin d’être de la sous-littérature, elle recèle nombre de pépites, dont la série susmentionnée. Avec des auteurs qui souvent osent et bousculent leurs lecteurs. A mon sens, même s’il n’est pas présenté ainsi, ce roman a des accointances avec cette mouvance. Mais au diable les catégorisations, tout le monde peut se passionner pour ce genre de récit ! Ce récit ne contentera peut-être pas totalement les die hard fans de SF, les spécialistes qui ont déjà tout lu. L’autrice vise un public large, a développé une dystopie qui s’appuie sur des bases connues, et est allée à l’essentiel en s’appuyant sur ses personnages. En racontant de manière fluide et rythmée un moment clé de cette société, un point de bascule. Ceux qui aiment se projeter vers un futur déréglé, tout en lisant des aventures qui s’appuient sur l’humain, à travers un récit tendu comme un thriller, prendront du plaisir à lire ce roman assez court. La dystopie est à la mode, mais c’est surtout un formidable terrain de jeu pour développer des intrigues, divertir en se faisant un peu peur, tout en faisant passer quelques messages. L’autrice maîtrise ces différents aspects, à l’image de l’introduction, et a su construire une vraie histoire avec une fin renversante. Gaëlle Perrin-Guillet est comme un poisson dans l’eau dans cet univers dystopique, dans ce monde qui se noie. La régulation est un divertissement intéressant, plein de surprises, et qui fait également sens.Gaëlle Perrin-Guillet est une voyageuse temporelle. Après s’être penchée sur le passé, elle se tourne vers le futur avec La régulation. Du polar victorien, elle avait déjà glissé vers la dystopie matinée de SF en changeant le passé dans Temporis. La voilà qui pousse le curseur bien en avant, trois siècles après l’Effondrement. Les Hommes ont détruit leur planète, la nature s’est vengée et a rayé de la carte le monde tel que nous le connaissons. L’histoire se déroule dans une enclave protégeant de l’extérieur, où vivent certains survivants selon des règles de société qui ne sont plus les nôtres. Les DIX dirigent ce microcosme, chacun devant se montrer utile au bon fonctionnement du système. Jusqu’au moment où est lancée une nouvelle Régulation : des femmes et des hommes sont désignés, anonymement, pour tuer une liste de personnes, avec comme objectif de permettre à cette communauté de ne pas trop se multiplier. Ambiance Hunger games totalement assumée, même si personne ne meurt de faim dans cette histoire, ce qui me permet d’indiquer un point important : Gaëlle Perrin-Guillet est une lectrice assidue de romans Young Adult. Loin d’être de la sous-littérature, elle recèle nombre de pépites, dont la série susmentionnée. Avec des auteurs...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Outrefleuve, la newsletter de l'imaginaire
Pour ne rien manquer de l'actualité Science-Fiction et Fantasy.