Lisez! icon: Search engine

Largo Callahan - Partie 1

12-21
EAN : 9782823856477
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Largo Callahan - Partie 1
Six petites gouttes de sang

Date de parution : 24/01/2019
Une quête au rythme des colts et des winchesters !
Largo Callahan vit sur le fil, écartelé entre le monde des Apaches et celui des Blancs. Le métis ne connaît qu’une loi, la sienne. Ses passions : les armes, les femmes, et la vengeance, car il a juré d’expédier en enfer les assassins de son père. Avec sa bande de... Largo Callahan vit sur le fil, écartelé entre le monde des Apaches et celui des Blancs. Le métis ne connaît qu’une loi, la sienne. Ses passions : les armes, les femmes, et la vengeance, car il a juré d’expédier en enfer les assassins de son père. Avec sa bande de hors-la-loi, il écume l’Ouest, toujours prêt à un mauvais coup, du moment que ça rapporte.
Jusqu’au jour où une comtesse italienne, aussi belle que mystérieuse, lui propose une mission dangereuse et bien payée.
Largo, ayant cruellement besoin de dollars, accepte. Mais cette aventure va l’entraîner bien plus loin qu’il n’aurait pu l’imaginer. Sur un territoire où le danger n’a rien d’humain.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823856477
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
12-21

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • belette2911 Posté le 11 Novembre 2019
    Un western, ça faisait longtemps, tiens… (juste un mois). Une petite chevauchée avec des Tuniques Bleues, même sans le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, ça ne se refuse pas, surtout que Josh Kendall avait tout l’air d’un gai luron, lui qui avait culbuté la fille du colonel Belker, commandant en second du Fort Riley… Alors que nous étions pris dans une embuscade avec les Apaches, je me suis rendue compte que j’avais joué le mauvais chameau et suivi un personnage secondaire qui n’allait plus intervenir ensuite. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Dans le titre, c’est le nom de Largo Callahan qui s’y trouve, pas celui de Josh Kendall. Sherlock Holmes se gausserait de moi, je n’avais pas observé et pire encore, je n’avais pas vu ! Les westerns, je les aime aussi avec le bruit des armes à feu, le tout durant de grande chevauchée, de bivouac dans la nature, d’attaques de train, ou d’autre chose car je n’ai rien contre les mauvaises fréquentations des hors-la-loi et des bandits. Là, j’ai été servie puisque maintenant je fais partie de la bande le Largo Callahan et ses membres sont devenus des copains. On a tout fait ensemble, alors, maintenant, c’est à la vie... Un western, ça faisait longtemps, tiens… (juste un mois). Une petite chevauchée avec des Tuniques Bleues, même sans le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, ça ne se refuse pas, surtout que Josh Kendall avait tout l’air d’un gai luron, lui qui avait culbuté la fille du colonel Belker, commandant en second du Fort Riley… Alors que nous étions pris dans une embuscade avec les Apaches, je me suis rendue compte que j’avais joué le mauvais chameau et suivi un personnage secondaire qui n’allait plus intervenir ensuite. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Dans le titre, c’est le nom de Largo Callahan qui s’y trouve, pas celui de Josh Kendall. Sherlock Holmes se gausserait de moi, je n’avais pas observé et pire encore, je n’avais pas vu ! Les westerns, je les aime aussi avec le bruit des armes à feu, le tout durant de grande chevauchée, de bivouac dans la nature, d’attaques de train, ou d’autre chose car je n’ai rien contre les mauvaises fréquentations des hors-la-loi et des bandits. Là, j’ai été servie puisque maintenant je fais partie de la bande le Largo Callahan et ses membres sont devenus des copains. On a tout fait ensemble, alors, maintenant, c’est à la vie à la mort. Reprenant tous les codes qui font les westerns, l’auteur a su pourtant marquer son territoire et ne pas reproduire ce que nous connaissons tous et toutes. Utiliser les règles tout en les cassant, tout en les changeant, c’était un pari osé et il est réussi car Largo est un métis né d’une mère Apache et d’un père Blanc Irlandais. Vous savez comme moi que la place du métis n’est pas aisée car il n’est pas considéré comme un Apache dans la nation du N’De (les Apaches) et si les Blancs savaient qu’il est moitié Indien, ils ne le verraient plus comme un Blanc mais comme un Homme Rouge. Bref, le cul entre deux chaises, ni l’un, ni l’autre. De quoi être vénère. Si la partie des aventures de hors-la-loi de la bande à Callahan sont trépidantes à suivre, j’ai aussi apprécié la partie où il retourne dans la ranchiera de son peuple, retrouvant sa sœur et ceux qu’il considère comme sa famille. Cette partie était riche en enseignement et j’aurais aimé qu’elle dure plus longtemps. Lorsque je disais que l’auteur suivait les codes du western tout en s’en affranchissant, notamment avec son métis comme personnage principal, il a osé franchir le Rubicon en sautant une barrière, de celle qui ne se franchi pas sans risque… Je n’en dis pas plus. Ça passe ou ça casse ! Ouf, on a passé l’obstacle sans faire tomber de barre. Cela aurait dommage de foirer son coup car l’univers était riche et rythmé, bourré de suspense, d’aventure, de personnages agréables (même s’ils auraient mérité un peu plus de nuances), ainsi que de descriptions de personnages qui donnent au roman un côté cinématographique. Heureusement, ma lecture n’a pas tourné au fiasco dans le final et j’ai même hâte de lire la suite de leurs aventures car le premier tome se termine sur un cliffhanger de malade, limite sadique, comme tout bon cliffhanger, entre nous. Donc, si vous aimez les westerns qui sortent un peu de l’ordinaire, des personnages intéressants, aux portraits qui auraient pu être plus nuancé, de la testostérone, une histoire de vengeance mais pas que ça, des aventures trépidantes, de l’amitié, du sexe (un peu), des Indiens, une attaque de train, des vols d’armes, une pincée d’Indiana Jones et un roman qui dépote, il est fait pour vous car il rempli sa mission de divertissement. On ne lui en demandera pas plus… Dommage qu’il n’y ait pas eu un ton un peu décalé pour apporter une note d’humour au récit, cela aurait ajouté du piment à tout cela. Mais bon, c’est minime comme bémol, ce n’en est même pas un vrai.
    Lire la suite
    En lire moins
  • colin22 Posté le 16 Septembre 2019
    Un western ou l on sent bien la griffe de Michel Robert avec du sexe et de la violence. Un héros un peu caricatural, mais on se laisse facilement entraîné par l histoire. Une lecture dans le style de l auteur avec un hommage à Clint eastwood.
  • maellelian Posté le 7 Mai 2019
    Pour cette critique, je préviens de suite que je risque d'être peu objective parce que j'aime beaucoup cet auteur. Avec Largo Callahan, Michel Robert nous montre un aspect totalement différent de l'univers dans lequel il nous transporte habituellement (en particulier avec l'Agent des Ombres) et c'est plutôt réussi. L'histoire est bien ficelée, même si elle n'est pas finie (vivement le tome 2 !), tout s'enchaîne très bien, presque logiquement mais sans qu'on puisse deviner où l'auteur nous embarque. Les différentes facettes de la personnalité de notre héros se dévoilent petit à petit, sans précipitation, avec quelques indices ponctuellement. Les descriptions sont très précises sans basculer dans l'excès, l'écriture très agréable. Ce que j'aime particulièrement chez Michel Robert et que je retrouve ici, c'est que ses histoires sont faites de plusieurs éléments, plusieurs chemins qui se croisent, s’entremêlent, se dévoilent au fil de notre lecture, qui n'ont pas forcément de rapports les uns avec les autres a priori mais qui finalement peuvent se regrouper pour nous mener au même point. En conclusion : j'adore !
  • Elliepamp Posté le 11 Avril 2019
    Vous me connaissez maintenant, vous savez à quel point le genre western est un de mes péchés mignons. Forcément, lorsque je suis tombée sur ce premier tome en me promenant en librairie, j’ai craqué directement. La couverture est superbe et le résumé envoie du lourd : du cow-boy badass, une histoire de vengeance, des chevauchés dans les plaines du grand Ouest… Bref tout pour me plaire. Si j’ai apprécié ma lecture, j’ai néanmoins été assez déçue par ce premier tome. Le principal défaut qui m’a gêné et qui malheureusement est assez important concerne le personnage principal. Largo Callahan est un métis mi indien mi blanc. Née d’une mère amérindienne et d’un père irlandais, Largo a vécu toute son enfance au sein de la tribu des Apaches dans laquelle il était malmené à cause de sa peau et de ses yeux trop clairs. Une fois adulte, Largo a rejoins les blancs et est devenu le chef d’une bande de brigands. Le soucis que j’ai eu avec ce personnage, c’est qu’il est trop parfait ! Largo est jeune (moins de 30 ans), il est incroyablement beau, il est bronzé et possède des yeux azur, c’est un gentleman, un tombeur de ses dames mais... Vous me connaissez maintenant, vous savez à quel point le genre western est un de mes péchés mignons. Forcément, lorsque je suis tombée sur ce premier tome en me promenant en librairie, j’ai craqué directement. La couverture est superbe et le résumé envoie du lourd : du cow-boy badass, une histoire de vengeance, des chevauchés dans les plaines du grand Ouest… Bref tout pour me plaire. Si j’ai apprécié ma lecture, j’ai néanmoins été assez déçue par ce premier tome. Le principal défaut qui m’a gêné et qui malheureusement est assez important concerne le personnage principal. Largo Callahan est un métis mi indien mi blanc. Née d’une mère amérindienne et d’un père irlandais, Largo a vécu toute son enfance au sein de la tribu des Apaches dans laquelle il était malmené à cause de sa peau et de ses yeux trop clairs. Une fois adulte, Largo a rejoins les blancs et est devenu le chef d’une bande de brigands. Le soucis que j’ai eu avec ce personnage, c’est qu’il est trop parfait ! Largo est jeune (moins de 30 ans), il est incroyablement beau, il est bronzé et possède des yeux azur, c’est un gentleman, un tombeur de ses dames mais aussi un pistolero hors pair. Il n’a AUCUN défaut ! Non seulement c’est assez agaçant, mais le personnage manque de substance pour le coup. Il est parfait et s’en sort toujours indemne, il n’est jamais blessé pendant un combat… Cela rend le personnage assez fade. L’autre défaut vient du style de l’auteur. On sent que celui-ci cherche à faire adapter son histoire en film ou en série. C’est très visuel mais du coup le récit manque de sentiment. C’est trop descriptif (et pourtant il n y a pas tant que ça de descriptions de paysage). L’auteur s’attarde beaucoup sur des détails sans importance comme les vêtements mais pas tant que ça sur les paysages d’Amérique. C’est un peu dommage du coup. Pour ce qui est des points positifs, j’ai apprécié le rythme dynamique de l’histoire. Pas le temps de s’ennuyer car il se passe énormément de choses dans ce premier volume ! On suit un trafic d’armes qui se passe mal, le séjour de Largo chez les Apaches, des tentatives d’assassinat, des vengeances… L’auteur introduit même du fantastique à son histoire. D’ailleurs je trouve que le résumé sur la 4ème de couverture est mensonger : ce qui est mentionnée dedans n’arrive que dans le dernier tiers du roman ! Et je n’exagère pas du tout ! En bref : J’ai passé un moment agréable avec cette lecture même si elle n’est pas mémorable du tout. C’est un western sympathique mais qui ne révolutionne pas le genre malgré de bonnes idées au départ. Malheureusement je ne sais pas si je lirais le deuxième tome.
    Lire la suite
    En lire moins
  • michaelfenris Posté le 11 Avril 2019
    Mi-Apache par sa mère, mi-Irlandais par son père, Largo Callahan est devenu hors-la loi par nécessité, après avoir été chassé de sa tribu. Il s’est mis en tête de retrouver les sept assassins de son père, tous éléments de l’armée américaine, pour le venger. En attendant, à la tête d’une bande d’Outlaws pur jus, il écume la région du Nouveau Mexique pour tenter de faire fortune. Après un gros revers de fortune, il accepte la mission d’une comtesse Italienne à qui il a sauvé la vie. Il ne sait pas encore dans quoi il s’est embarqué… Un Western ! Comme au cinéma, ce genre n’a plus vraiment la cote, ce qui est dommage, raison de plus pour ne pas bouder notre plaisir en découvrant le premier tome des aventures de Largo Callahan. Michel Robert, auteur multifacette, rend en prologue de son histoire un vibrant hommage à Clint Eastwood sans qui il ne serait pas devenu écrivain. Il cite en particulier Josey Wales, allant jusqu’à en faire une référence dans son roman. Le dernier western qu’il m’avait été donné lire jusque là était le chef d’oeuvre absolu en la matière, Lonesome Dove de Larry Mc Murtry, le livre qu’on devrait tous lire... Mi-Apache par sa mère, mi-Irlandais par son père, Largo Callahan est devenu hors-la loi par nécessité, après avoir été chassé de sa tribu. Il s’est mis en tête de retrouver les sept assassins de son père, tous éléments de l’armée américaine, pour le venger. En attendant, à la tête d’une bande d’Outlaws pur jus, il écume la région du Nouveau Mexique pour tenter de faire fortune. Après un gros revers de fortune, il accepte la mission d’une comtesse Italienne à qui il a sauvé la vie. Il ne sait pas encore dans quoi il s’est embarqué… Un Western ! Comme au cinéma, ce genre n’a plus vraiment la cote, ce qui est dommage, raison de plus pour ne pas bouder notre plaisir en découvrant le premier tome des aventures de Largo Callahan. Michel Robert, auteur multifacette, rend en prologue de son histoire un vibrant hommage à Clint Eastwood sans qui il ne serait pas devenu écrivain. Il cite en particulier Josey Wales, allant jusqu’à en faire une référence dans son roman. Le dernier western qu’il m’avait été donné lire jusque là était le chef d’oeuvre absolu en la matière, Lonesome Dove de Larry Mc Murtry, le livre qu’on devrait tous lire une fois dans sa vie. j’étais donc curieux de découvrir la vision du far-west qu’en donnait Michel Robert. Dès les premières pages, on sent le plaisir évident qu’a pris l’auteur pour mener son récit en nous transportant dans la poussière des plaines américaines, entre Apaches, Comancheros, Mexicains et Marshalls Fédéraux. L’équipe de Largo Callahan a ce côté 7 mercenaires, un peu disparate, avec le second Mexicain, l’Indien solitaire, les frères jumeaux, le Français expert à la carabine, puis plus tard le passionné des explosifs. Consciencieux, l’auteur sait jouer de ses références et les exploiter avec rigueur, entre les classiques Josey Wales et Nevada Smith, ceux de John Ford également avec une pointe de Peckinpah. C’est indiscutablement bien écrit même si parfois certaines remarques ou expressions font trop actuelles, les scènes de combat sont assez réalistes et ne font pas dans la surenchère, la description des paysages est bien rendue, donnant l’impression d’y être. En revanche, l’auteur se perd parfois à vouloir systématiquement décrire en détail les tenues de ses personnages, descriptions pas vraiment utiles pour le déroulement du récit (nous ne sommes pas dans un défilé de mode). Son héros passe un temps incalculable à se rouler des cigarettes au tabac blond de Virginie et à enterrer soigneusement ses mégots. Les quelques scènes de sexe assez explicites n’apportent là encore rien à l’histoire. Il s’agit du premier tome, le tome 2 est prévue pour octobre. La fin se termine dans une situation à suspens originale, et qui forcément pousse à attendre la suite…J’avoue par contre être un tantinet dubitatif sur l’orientation du roman dans la dernière partie. Sans spoiler, l’introduction du fantastique me laisse perplexe, le temple mexicain fait plus Indiana Jones que Josey Wales… À suivre donc… Je n’en dis pas plus, afin de ne pas gâcher votre plaisir de découvrir ce sympathique roman dont les quelques petits travers (pour moi) ne saurait effacer l’agréable moment que j’ai passé en le lisant. Rendez-vous en octobre pour le Tome 2!
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !