Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221121276
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le Camp des saints
précédé de Big other
Date de parution : 20/12/2012
Éditeurs :
Robert Laffont

Le Camp des saints

précédé de Big other

Date de parution : 20/12/2012

« Dans la nuit, au midi de notre pays, cent navires se sont échoués, chargés d’un million d’immigrants. Ils viennent chercher l’espérance. Ils inspirent la pitié. Ils sont faibles... Ils...

« Dans la nuit, au midi de notre pays, cent navires se sont échoués, chargés d’un million d’immigrants. Ils viennent chercher l’espérance. Ils inspirent la pitié. Ils sont faibles... Ils ont la puissance du nombre. Ils sont l’Autre, c’est-à-dire multitude, l’avant-garde de la multitude. À tous les niveaux de la...

« Dans la nuit, au midi de notre pays, cent navires se sont échoués, chargés d’un million d’immigrants. Ils viennent chercher l’espérance. Ils inspirent la pitié. Ils sont faibles... Ils ont la puissance du nombre. Ils sont l’Autre, c’est-à-dire multitude, l’avant-garde de la multitude. À tous les niveaux de la conscience universelle, on se pose alors la question : que faire ? Il est trop tard.
Paru pour la première fois en 1973, Le Camp des Saints, qui est un roman, relève en 2011 de la réalité. Nous sommes, tous, les acteurs du Camp des Saints. C’est notre destin que ce livre raconte, notre inconscience et notre acquiescement à ce qui va nous dissoudre.
C’est pourquoi, en guise de préface à cette nouvelle édition, dans un texte intitulé Big Other, j’ai voulu, une dernière fois, mettre un certain nombre de points sur les i. » J.R.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221121276
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Blok 14/11/2021
    On a déjà souligné le caractère prophétique de ce livre, qui est indéniable depuis la crise migratoire en Méditerranée, provoquée par le renversement de Khadafi suite à une absurde intervention française, d'autant plus idiote que Khadafi rappelé aux Occidentaux qu'il protégeait leur frontière sud. Certains en contestent le caractère prémonitoire en raison de l'origine différente des migrants. C'est un peu léger. Je reconnais que pour le moment le désastre ne s'est pas produit malgré les évènements de la Gare de Cologne, systématiquement occultés ou minimisés. A croire que la gravité d'un crime dépend de la personnalité de son auteur. Comme le disait Andrew Mellon, un bienfait ne reste pas longtemps impuni ( Cf le million de réfugiés de la bonne Angela) Je précise quand-même que pour moi la race n'a rien à y voir. C'est une question de culture. D'ailleurs les détracteurs de l'auteur n'ont peut-etre pas lu le livre à fond. Sinon ils auraient peut-être remarqué la présence parmi le dernier carré de résistants d'un Indien de Pondichéry. Au temps pour le racismey. J'ai parlé de la gare de Cologne. On peut aussi penser au Liban qui accueillit les Palestiniens après septembre noir, le paya cher et n'a pas fini de le payer. Et... On a déjà souligné le caractère prophétique de ce livre, qui est indéniable depuis la crise migratoire en Méditerranée, provoquée par le renversement de Khadafi suite à une absurde intervention française, d'autant plus idiote que Khadafi rappelé aux Occidentaux qu'il protégeait leur frontière sud. Certains en contestent le caractère prémonitoire en raison de l'origine différente des migrants. C'est un peu léger. Je reconnais que pour le moment le désastre ne s'est pas produit malgré les évènements de la Gare de Cologne, systématiquement occultés ou minimisés. A croire que la gravité d'un crime dépend de la personnalité de son auteur. Comme le disait Andrew Mellon, un bienfait ne reste pas longtemps impuni ( Cf le million de réfugiés de la bonne Angela) Je précise quand-même que pour moi la race n'a rien à y voir. C'est une question de culture. D'ailleurs les détracteurs de l'auteur n'ont peut-etre pas lu le livre à fond. Sinon ils auraient peut-être remarqué la présence parmi le dernier carré de résistants d'un Indien de Pondichéry. Au temps pour le racismey. J'ai parlé de la gare de Cologne. On peut aussi penser au Liban qui accueillit les Palestiniens après septembre noir, le paya cher et n'a pas fini de le payer. Et aussi à une petite anecdote bien intéressante, et qui mériterait d'être plus connue : en 395 les Goths, pressés par les Huns, demandèrent à l'Empereur Romain d'Orient l'asile (tiens, tiens) dans les frontières de l'Empire. On ne leur accorda et l'Empire fournit les bateaux (tiens !) pour franchir le Danube. Quelques années plus tard, les Goths se révoltèrent et vainquirent l'armée romaine à Andrinople. L'empereur réussit à les convaincre de passer dans l'Empire romain d'Occident. Et ce fut le début de la fin. Au début du cinquième siècle, l'historien romain Ammien Marcellin écrivit que l'on avait fait en sorte qu'aucun des futurs destructeurs de l'Empire ne restât sur l'autre rive. Il eut le mauvais goût de s'en indigner. Cet homme ne comprenait rien à " l'état de droit". Il est vrai qu'il n'avait pas encore été inventé. Et le wokisme non plus. Certes je pourrais me dire comme dit-on Louis XV que tout cela durera bien autant que moi. Certes. Mais j'ai des petits enfants et j'ai la faiblesse de les faire passer avant les enfants des autres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • PCV87 14/09/2021
    Comme ce livre est dérangeant ... Prophétique je ne sais pas, enfin j'espère que non. Sérieux, mais aussi burlesque, finalement inclassable. Pessimiste assurément. Et avoir deviné en 1973 le nom du pape élu en en 2005, quel art là encore de la divination. Pourtant l'Eglise catholique n'est pas épagnée ! Il parait que ce livre est très prisé par la droite et l'extrême droite. Il me semble que les idées contenues vont bien au-delà de ce clivage un peu archaïque. A lire, chacun doit se faire son opinion.
  • GaletteSaucisse 26/08/2021
    En général, quand tu commences à apprendre la guitare, c’est pour un objectif bien précis. - Tu veux emballer les jolies damoiselles en reprenant Francis Cabrel (« Waah, tu joues trop bien... ») - Tu veux avoir un minimum d’attention à l’occasion des réunions au coin du feu, pour reprendre Oasis au milieu des cadavres de Kronembourg, t’inquiète je connais, j’ai fait des cousinades sur la plage. - Ou tu veux trouver une occupation quelconque, et pourquoi pas la guitare, Bonne-Maman m’a bien dit que j’ai une âme d’artiste. Donc, me voici, guitare entre les mains (Bernadette, de son petit nom), et mon papa, élevé par des soixante-huitards communistes pour finir électeur FN, me fait ses suggestions : - Il faut que tu reprennes Jeux Interdits ! - Hors de question, papa. - Alors, Dalida ? - N’y pense pas. - Göttingen ? - Quel conformisme. Pourquoi pas Les gens qui doutent ? - Oh oui, quelle bonne idée ! - Oui, non. - Euh... Dire Straits ? - Non, papa. - Mötorhead ! - A la guitare sèche ? - Bon, t’as gagné, t’as qu’à chanter Brassens... Mais mon grand-père, être exceptionnel que je n’ai pas eu encore l’occasion de mentionner au cours de mes billets, mon grand-père, dis-je, m’a proposée des chansons à reprendre pour changer de registre tout en faisant plaisir à Papa. - Ma galette, chante-lui donc l’Internationale... ! Jamais un homme eut... En général, quand tu commences à apprendre la guitare, c’est pour un objectif bien précis. - Tu veux emballer les jolies damoiselles en reprenant Francis Cabrel (« Waah, tu joues trop bien... ») - Tu veux avoir un minimum d’attention à l’occasion des réunions au coin du feu, pour reprendre Oasis au milieu des cadavres de Kronembourg, t’inquiète je connais, j’ai fait des cousinades sur la plage. - Ou tu veux trouver une occupation quelconque, et pourquoi pas la guitare, Bonne-Maman m’a bien dit que j’ai une âme d’artiste. Donc, me voici, guitare entre les mains (Bernadette, de son petit nom), et mon papa, élevé par des soixante-huitards communistes pour finir électeur FN, me fait ses suggestions : - Il faut que tu reprennes Jeux Interdits ! - Hors de question, papa. - Alors, Dalida ? - N’y pense pas. - Göttingen ? - Quel conformisme. Pourquoi pas Les gens qui doutent ? - Oh oui, quelle bonne idée ! - Oui, non. - Euh... Dire Straits ? - Non, papa. - Mötorhead ! - A la guitare sèche ? - Bon, t’as gagné, t’as qu’à chanter Brassens... Mais mon grand-père, être exceptionnel que je n’ai pas eu encore l’occasion de mentionner au cours de mes billets, mon grand-père, dis-je, m’a proposée des chansons à reprendre pour changer de registre tout en faisant plaisir à Papa. - Ma galette, chante-lui donc l’Internationale... ! Jamais un homme eut meilleure idée. Et donc, la semaine suivante, je me suis empressée d’entonner fièrement ce chant qui faisait frétiller les moustaches de Monsieur Chabance, prof de lettres brassensophile communiste de son état, à mon cher petit père. La réaction, tu la devines. Mon chien Philippe a aimé. Ma belle-mère a tapé dans les mains sans vraisemblablement comprendre les paroles. Quant à papa, il m’a simplement dit : - Tu as la voix trop douce pour un chant aussi violent. Reste aux chansons mignonnes d’Anne Sylvestre et de Brassens. Le lendemain, alors que je lisais un article très intéressant sur la pédagogie et le réchauffement climatique selon Yann Arthus-Bertrand, aka le mec qui fait sponsoriser ses films par Total mais je dis ça je dis rien, Papa, parti acheter ses clopes, revient avec un paquet. - Tiens, ouvre, c’est pour toi. - C’est sympa, mais mon anniversaire, c’était en mars. - C’est par rapport à ce que tu as chanté hier soir. - Si la solution pour que tu m’offres un truc, c’est de reprendre des chants communistes et pacifistes, demain je te joues la Chanson de Craonne ; y’a une anthologie de Popeck qui me fait de l’œil. - Allez, arrête de dire des conneries, ouvre. Je m’exécute. C’est Le Camp des Saints, de Raspail. - Ah, bah, merci. Quitte à parler moustaches, j’aurais préféré Popeck. - Il est temps que tu comprennes que le gauchisme n’a pas sa place dans ce monde de putes. - Je vois. - Après je te ferai lire Soral. - Oui, mais non. - J’ai les mémoires de Le Pen à te faire découvrir, aussi. Le Tribun du Peuple. C’est bien mieux que ces torchons de Charlie des années 90 que tu lis chez ta grand’mère. - Alors, puisque tu en parles... - Et il faut que je te fasse voir Hold-Up. Tu t’es faite vacciner, je crois, hein ? - Euh, ouais, mais... - Tss, tu n’écoutes pas ce que dit Pascal Praud ? - Ouais, mais j’suis vulnérab... - A ton âge, on n’est pas vulnérable, on ne meurt pas du Covid. C’est Pascal qui le dit. - Bon, allez, lâche-moi... - Et ce soir, on sortira Philippe ensemble. Il est temps qu’on ait une discussion, tous les deux. Tu grandis. Je ne veux pas que tu deviennes gauchiste. - Mais, papa... - Déjà que tu apprécies José Bové... - C’était pour ses moustaches que j’ai dit ça. Mais c’est vrai que ses idées méritent réflexion... - Tu chantes Brassens sous prétexte que c’est poétique, mais en vrai, ce sont ses idées qui te séduisent. - Evidemment ! - Je n’aime pas non plus que tu lises Cavanna. Il te pervertit. - Ouais, mais... - Lis Raspail, c’est mieux. Il te fera entrer dans le « droit » chemin. - ... - Tu as compris, le « droit » chemin ? La droite, tout ça. C’est de l’humour. - ... - Je t’aime ma chérie. Et puis il est reparti à ses mémoires de breton-qui-dessert-la-Bretagne-comme-Hitler-dessert-les-Allemands. Quant à moi, une fois achevée la lecture de l’article sur l’autre écologiste de mes deux, je me suis attelée au bouquin de l’ami Jean. Bonne fifille. Je sais. Pour ma part, il s’agit d’une réédition, avec une préface rédigée par Jean himself, où il explique pourquoi son livre est trop bien et prophétique, eh t’as vu comme je suis trop fort, je vous l’avais bien dit. Et à la fin, dans l’annexe, les passages du livre qui, aujourd’hui, devraient être supprimés parce que susceptibles d’encourir des poursuites judiciaires. (Là, je voulais mettre un exemple, mais vu qu’il faudrait que je fasse une mise en contexte et que j’ai la flemme, je vais m’abstenir.) Et puis, entre la préface et l’annexe, bien sûr, il y a le roman. - Alors, qu’est-ce donc que l’histoire de ce roman ? me demandes-tu, car tu n’as jamais lu ce chef-d’œuvre. C’est un convoi de quatre-vingt-dix-neuf navires – enfin, cent, mais y en a un qui coule en route –, mené par un Indien vaguement scatophile (on l’appelle le « coprophage », alors, hein) qui part du Gange pour arriver sur les côtes méditerranéennes. - C’est tout ? En théorie, oui. Mais tu te doutes que, plus qu’une critique de la politique d’immigration, il s’agit surtout d’une fresque détaillant les comportements de chaque Occidental pétri de sentiments plus ou moins humanistes. Les politiques font de la récupération même si derrière ils n’en pensent pas moins, comme de juste, les artistes plaignent les malheureux et font appel à la solidarité... Et certains tentent de tirer la sonnette d’alarme. A l’instar d’un journaliste, Mâchefer, mon préféré mais c’est parce qu’il a une « moustache blanche à la gauloise. » Admire mon implication, je cite le texte. J’ai cherché dix minutes ce putain de passage. Mâchefer, c’est le journaliste que personne n’écoute et qui pourtant dit tout haut ce que les autres pensent tout bas. Un journaliste « ni à gauche, ni à droite, pas même au centre mou ». En bref, un journaliste que j’aime. (Retiens cette dernière phrase, je ne l’écris pas souvent.) - Et pourquoi c’est si bien, alors que Raspail, clérical comme il était, est à l’opposé de tes opinions, hein, tu peux me l’dire ? Ce que je cherche, chez un auteur, un politique, un zig quelconque, c’est qu’il ait ses idées, et qu’il me les serve avec des arguments construits, pas comme cette critique que tu es en train de lire. J’écoute les idées nauséabondes de Soral chez Egalité et Réconciliation – pas de mon plein gré, seulement quand j’accompagne Papa dans la voiture –, comme j’écoute celles de Cavanna, et j’y prends ce qu’il me plaît. Exemple : Chez ER, j’ai bien aimé l’émission donnée l’année dernière sur Brassens. Ici, Raspail a ses idées qui ne sont pas les miennes, mais il les sert correctement. Son style est agréable à lire, et déjà à dix ans j’y avais rencontré un conteur remarquable dans Sire. Les années ont passé, j’ai rencontré d’autres courants de pensées diamétralement opposés, et pourtant j’ai lu et aimé Le Camp des Saints, à un point tel que j’ai été très enthousiaste quand Papa a récidivé et m’a offert plusieurs mois plus tard La Miséricorde, tout aussi excellent et traitant d’un sujet complètement différent. Tellement excellent qu’il y a quelques mois je lui consacrai un peu de mon temps et de ma plume. Quelques jours plus tard, lorsque j’eus terminé le Camp des Saints, j’appelai mon père. - Tu l’as déjà fini ? - Ouais, ça y est. - Alors ? Qu’en as-tu pensé ? - Tu te moquais de Monsieur Gunes en disant qu’il était le premier Kurde raciste et pourtant communiste que tu rencontrais ? - Ah oui ! Quel personnage, celui-là ! - Eh bien, je ne suis peut-être ni Kurde, ni raciste et encore moins communiste, mais au niveau des opinions divergentes, dis-toi qu’on peut lire Raspail et chanter Brassens sans renier ses idées. - Donc tu es toujours comme avant, tu as toujours la même pensée. - Oui. Anarchiste du week-end, et vieille réac’ le reste de la semaine. Mais comme je fais la semaine anglaise... - A gauche de la droite et à droite de la gauche, comme disait ton grand-père ? - Si tu le dis. Petit silence de cinq secondes. - Bon, je te ferai voir Hold-Up, quand même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Xiep 07/12/2019
    Lu en une nuit. L'édition de 1973 bien sur, la non-censurée. La nouvelle version par exemple a supprimé le passage sur l'effondrement de l'URSS, en même temps que la France
  • anton 19/02/2019
    Une lecture prophétique qui décrit avec anticipation les démocraties en déclins, une médiocratie de politique spectacle donc avec ses politiciens carriéristes, comédiens et menteurs. Des élites bobos, l'Eglise conciliaire existent maintenant bel et bien aujourd'hui en 2019...et l'histoire est captivante de bout en bout. Un livre qui ouvre les yeux sur notre civilisation à l'agonie.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.