Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225267
Code sériel : 12358
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Colonel Chabert

Marc-Henri ARFEUX (Préface)
Date de parution : 29/11/2012

Le Colonel Chabert est l’histoire d’un revenant. Enseveli sous un monceau de cadavres, il meurt une première fois à la bataille d’Eylau. Déterré vivant, il n’est plus, dix ans plus tard, qu’un fantôme, un survivant de l’épopée napoléonienne. Humilié, chassé de partout, la société, la France de la Restauration, personne...

Le Colonel Chabert est l’histoire d’un revenant. Enseveli sous un monceau de cadavres, il meurt une première fois à la bataille d’Eylau. Déterré vivant, il n’est plus, dix ans plus tard, qu’un fantôme, un survivant de l’épopée napoléonienne. Humilié, chassé de partout, la société, la France de la Restauration, personne ne veut plus de lui. Sa femme elle-même, une ancienne « fille » du Palais-Royal remariée à un aristocrate, refuse de reconnaître ce vaincu. Elle l’assassine pour la seconde fois. Comment obtenir qu’on lui rende son épouse, sa dignité, son rang ? Telle est la tragédie de Chabert, face à la trahison et à l’infamie.

Ce drame d’un homme tiraillé entre sa force d’âme et sa faiblesse de cœur est de tous les temps. Si le Colonel Chabert avait été tué à Eylau, il serait devenu un héros parmi d’autres. Ressuscité et misérable, tel que le génie de Balzac le montre, il entre dans l’immortalité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225267
Code sériel : 12358
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • myrtigal Posté le 9 Avril 2020
    Quelle histoire, quelle plume, quelle force ! Le colonel Chabert est un illustre membre de l’armée de Napoléon, ayant combattu sur les champs de bataille les plus importants, fait chevalier de la légion d’honneur et j’en passe. Puis un jour il est laissé pour mort à Eylau... Tout le monde le croit effectivement mort. Mais il ne l’est pas et après une traversée du désert de 10 ans, il va tenter revenir et de retrouver son ancienne vie et sa femme à Paris... Balzac nous plonge avec émotion et un très grand réalisme dans cette vie de misère que va connaître le colonel, la misère des soldats oubliés par leur pays, par leur pairs et par leurs familles. La pauvreté et la déchéance qui ne vont que crescendo... Malgré tout cela le colonel garde une belle âme et toute sa bonté, c’est ce que j’ai trouvé être le plus touchant. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Derville et surtout sa dernière réplique marquante à la fin du livre. J’ai (re)découvert Balzac et j’y ai trouvé un énorme coup coeur pour son style sa plume et sa poésie. Je n’ai qu’une hâte c’est découvrir ses autres œuvres !
  • Tbilissi Posté le 13 Décembre 2019
    Le colonel Chabart, Hyacinthe de son prénom, est laissé pour mort à la bataille d'Eylau. Sa femme se remarie, a des enfants, la vie suit son cours... Sauf que le colonel n'est pas décédé, et revient littéralement d'entre les morts, sous lesquels il avait été enseveli. Le crâne fendu, méconnaissable, il entame une procédure pour retrouver sa vie et sa femme, son identité et... son argent. L'argent c'est bien le nœud du problème ; sa démarche va se transformer en parcours du combattant, et il y a fort à parier qu'il aurait préféré combattre sur le champ de bataille que dans les cabinets d'avoués. Son cri du cœur lorsqu'il se rend compte qu'il ne retrouvera pas sa vie si aisément en est tout à fait révélateur : "J'ai été enterré sous les morts ; mais, maintenant, je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre ! " Sa femme se montre machiavélique, et bien qu'avoir instantanément pensé "c'est lui" en le retrouvant, tant d'années après, elle déploie des trésors d'inventivité pour préserver le patrimoine acquis grâce à la mort de son premier époux. Le colonel finira... Le colonel Chabart, Hyacinthe de son prénom, est laissé pour mort à la bataille d'Eylau. Sa femme se remarie, a des enfants, la vie suit son cours... Sauf que le colonel n'est pas décédé, et revient littéralement d'entre les morts, sous lesquels il avait été enseveli. Le crâne fendu, méconnaissable, il entame une procédure pour retrouver sa vie et sa femme, son identité et... son argent. L'argent c'est bien le nœud du problème ; sa démarche va se transformer en parcours du combattant, et il y a fort à parier qu'il aurait préféré combattre sur le champ de bataille que dans les cabinets d'avoués. Son cri du cœur lorsqu'il se rend compte qu'il ne retrouvera pas sa vie si aisément en est tout à fait révélateur : "J'ai été enterré sous les morts ; mais, maintenant, je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre ! " Sa femme se montre machiavélique, et bien qu'avoir instantanément pensé "c'est lui" en le retrouvant, tant d'années après, elle déploie des trésors d'inventivité pour préserver le patrimoine acquis grâce à la mort de son premier époux. Le colonel finira seul et dépourvu de tout. Après un début un peu poussif, Balzac livre ici un chef d'œuvre de psychologie humaine, décryptant et critiquant les rouages de son époque et de la manière de fonctionner des hommes en général. La tirade finale de l'avoué est bouleversante et effrayante à la fois. Un petit livre de très grande qualité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 26 Novembre 2019
    Un livre que j'ai etudié au lycee !Mon premier livre que j'ai lu de Balzac et qui n'est pas le meilleur selon moi meme si le style du maitre sauve le tout ! l'histoire est credible, les personnages detaillés comme toujours avec Balzac et l'ensemble est tres agreable !
  • CharlesEdouard Posté le 7 Novembre 2019
    Comment n'ais-je pu connaître avant Balzac et "le Colonel Chabert".. Et pourtant, j'ai lu "La Peau de chagrin" ayant un peu goûté à ce génie littéraire pourquoi n'ais-je pas persévéré.. Et là "Le Colonel Chabert". J'entre dans l'histoire, puis quelques pages, et ça y est je suis happé, ne faisant plus attention à mon environnement, quand c'est ainsi, c'est que le livre m’intéresse beaucoup. Je le conseille, décidément, j'aime beaucoup ce XIXe siècle littéraire :-)
  • Lucilou Posté le 6 Octobre 2019
    On pourrait dire du Colonel Chabert une platitude telle que "petit par la taille, grand par l'esprit". C'est surfait, cela frôle le ridicule, mais comme dirait ce cher Perceval: "c'est pas faux!". Le fait est que "Le Colonel Chabert" est un roman assez court mais d'une remarquable intensité, ciselé en maître par un Balzac au mieux de sa plume et que je trouve particulièrement émouvant. Le roman commence et nous entrons en compagnie du narrateur dans une étude d'avoués où les jeunes clercs rivalisent de mots d'esprit et de plaisanteries. Leur quiétude toute relative est troublée par l'arrivée d'un vieillard qui attire sur lui les moqueries des clercs et pour cause: il porte des vêtements à la coupe plus qu'antique! Digne et douloureux, l'inconnu demande à voir Maître Derville, avoué. Comme il s'entend répondre que le maître ne reçoit ses clients qu'à minuit passé, il s'en retourne tristement sous les quolibets des clercs qui ne s'attendent pas à le voir revenir. Et pourtant... Comme dans les contes, l'homme s'en revient à la minuit et raconte son incroyable histoire à un maître Derville ébahi. L'inconnu prétend être le colonel Chabert, déclaré mort lors de la bataille d'Eylau en 1807. Il aurait survécu, enfoui sous... On pourrait dire du Colonel Chabert une platitude telle que "petit par la taille, grand par l'esprit". C'est surfait, cela frôle le ridicule, mais comme dirait ce cher Perceval: "c'est pas faux!". Le fait est que "Le Colonel Chabert" est un roman assez court mais d'une remarquable intensité, ciselé en maître par un Balzac au mieux de sa plume et que je trouve particulièrement émouvant. Le roman commence et nous entrons en compagnie du narrateur dans une étude d'avoués où les jeunes clercs rivalisent de mots d'esprit et de plaisanteries. Leur quiétude toute relative est troublée par l'arrivée d'un vieillard qui attire sur lui les moqueries des clercs et pour cause: il porte des vêtements à la coupe plus qu'antique! Digne et douloureux, l'inconnu demande à voir Maître Derville, avoué. Comme il s'entend répondre que le maître ne reçoit ses clients qu'à minuit passé, il s'en retourne tristement sous les quolibets des clercs qui ne s'attendent pas à le voir revenir. Et pourtant... Comme dans les contes, l'homme s'en revient à la minuit et raconte son incroyable histoire à un maître Derville ébahi. L'inconnu prétend être le colonel Chabert, déclaré mort lors de la bataille d'Eylau en 1807. Il aurait survécu, enfoui sous les cadavres des soldats. D'autres batailles surviennent alors: se faire reconnaître outre-Rhin puis et surtout se faire reconnaître en France, afin de recouvrer son nom, son patrimoine, ses possessions, sa femme. Il y a une certaine candeur chez ce vieux colonel qui ne se rend pas compte que les temps ont changé, que l'Empire a été relégué dans les oubliettes de l'Histoire... Il y a la société et il y a son épouse qui a hérité de ses biens et qui s'est remariée avec un aristocrate qui lui a donné deux enfants. Celle-ci se passerait volontiers d'un fantôme encombrant et toutes les manœuvres, toute l'astuce et l'humanité de maître Derville n'y pourront rien. Jusqu'au bout, Chabert sera digne, noble, fier et peut-être battu d'avance, et c'est sans doute ce qui le rend si grand et si triste à la fois. Mon cœur se serre toujours un peu quand je pense à lui. Avec ce récit d'un destin particulier, Balzac offre une place à tous les oubliés de l'Empire, les sacrifiés, ceux que l'Histoire relègue dans les hospices et une peinture pessimiste, crue et sans concession de la société en pleine mutation, de cette société sans gloire de l'ambition, de l'argent et de la bourgeoisie. Ce n'est pas une lecture qui remonte le moral mais elle n'en est que plus belle.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !