RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Rien n'est trop beau

            Presses de la cité
            EAN : 9782258092617
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Rien n'est trop beau

            Jean ROSENTHAL (Traducteur)
            Date de parution : 29/09/2011

            New York, début des années 1950. Elles sont jeunes et Manhattan leur tend les bras…


            Lorsqu’il fut publié, en 1958, le premier roman de Rona Jaffe provoqua l’engouement de millions de lectrices américaines. Elles s’identifièrent immédiatement à ses personnages, de jeunes secrétaires venues d’horizons différents employées dans une grande maison...

            New York, début des années 1950. Elles sont jeunes et Manhattan leur tend les bras…


            Lorsqu’il fut publié, en 1958, le premier roman de Rona Jaffe provoqua l’engouement de millions de lectrices américaines. Elles s’identifièrent immédiatement à ses personnages, de jeunes secrétaires venues d’horizons différents employées dans une grande maison d’édition new-yorkaise. Leurs rêves et leurs doutes reflétaient ceux de toute une génération de femmes.
            Il y a la brillante Caroline, dont l’ambition est de quitter la salle des dactylos pour occuper un poste éditorial. Mary Agnes, une collègue obnubilée par les préparatifs de son mariage. La naïve April, jeune provinciale du Colorado venue à New York pour faire carrière dans la chanson.
            Si la ville semble leur offrir d’infinies possibilités professionnelles et amoureuses, chacune doit se battre avec ses armes pour se faire une place dans un monde d’hommes.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258092617
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Presses de la cité
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • magireve Posté le 12 Février 2018
              Un excellent ouvrage sur la condition des femmes dans les États-Unis des années 1950, à l'époque où se développent les mouvements women's emancipation. Nous suivons le quotidien de Caroline Bender, April Morrison, Barbara Lamont et Gregg Adams, quatre jeunes femmes aux aspirations différentes qui font leur début au sein de la rédaction d'un magazine new-yorkais. L'auteur nous offre un agréable et subtil découpage des trajectoires qu'elles suivent: Gregg Adams est une jeune actrice fleur bleue, Barbara est une jeune mère divorcée que la vie n'a pas épargnée et qui lutte pour s'en sortir, Caroline veut gravir les échelons au plus vite afin d'avoir le poste d'Amanda Farrow, la tyrannique et impitoyable rédactrice en chef. La lecture de l'ouvrage est un véritable délice; quand j'étais lycéen, la condition de la femme américaine dans les années 1950 était un sujet qui m'intriguait beaucoup et je m'étais promis de me renseigner à ce sujet. Et puis un jour, j'ai découvert cet ouvrage parmi les livres de ma mère. Quelle surprise! Cette découverte était si inopinée! En me plongeant dans la lecture de ce roman, j'ai été transporté au cœur du tumulte dans lequel baignent les quatre héroïnes. Comme je suis un garçon, ce livre... Un excellent ouvrage sur la condition des femmes dans les États-Unis des années 1950, à l'époque où se développent les mouvements women's emancipation. Nous suivons le quotidien de Caroline Bender, April Morrison, Barbara Lamont et Gregg Adams, quatre jeunes femmes aux aspirations différentes qui font leur début au sein de la rédaction d'un magazine new-yorkais. L'auteur nous offre un agréable et subtil découpage des trajectoires qu'elles suivent: Gregg Adams est une jeune actrice fleur bleue, Barbara est une jeune mère divorcée que la vie n'a pas épargnée et qui lutte pour s'en sortir, Caroline veut gravir les échelons au plus vite afin d'avoir le poste d'Amanda Farrow, la tyrannique et impitoyable rédactrice en chef. La lecture de l'ouvrage est un véritable délice; quand j'étais lycéen, la condition de la femme américaine dans les années 1950 était un sujet qui m'intriguait beaucoup et je m'étais promis de me renseigner à ce sujet. Et puis un jour, j'ai découvert cet ouvrage parmi les livres de ma mère. Quelle surprise! Cette découverte était si inopinée! En me plongeant dans la lecture de ce roman, j'ai été transporté au cœur du tumulte dans lequel baignent les quatre héroïnes. Comme je suis un garçon, ce livre m'a appris d'innombrables choses sur les femmes. L'auteur explore chaque recoin de la vie de ses personnages, on en apprend toujours plus à chaque page. Ces quatre femmes qui découvrent New York font leur début dans la vie active, ainsi que leur éducation sentimentale; nous suivons leurs joies, leurs chagrins, leurs tourments et découvrons leurs espoirs. Ce document est une vraie mine d'or pour ceux qui s'intéressent à la sociologie, mais aussi pour les littéraires qui aiment les intrigues bien structurées mettant en scène des personnages aux personnalités denses.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sld09 Posté le 27 Juin 2017
              J'ai beaucoup aimé ce roman, bien écrit, sur un ton faussement léger.Le roman se passe dans les années 1950, mais il reste d'actualité car les préoccupations des jeunes femmes restent les mêmes même si la société et les mentalités ont évolué : quand faire confiance à un homme, quelle place lui laisser dans son existence, faut-il alors renoncer au reste, etc.J'ai juste trouvé dommage pour la fin en demi-teinte, voire carrément amère...
            • kateginger63 Posté le 27 Avril 2017
              Les New-Yorkaises des années 50. * Un roman choral se déroulant à New-York dans les années 50. Les (fabuleux !) destins de 4 jeunes femmes se trouvant à New-York , qui essaient tant bien que mal à vivre dans ce monde encore très masculin. Ce livre interpelle car certaines idées féminines sont encore très "vieux jeu". L'aboutissement ultime est le mariage, la jolie maison et les joies de la maternité. Pour une autre tout de même, qui arrive à se hisser dans la hiérarchie dans l'entreprise , c'est une autre histoire, celle de la désillusion. * Le rythme est assez lent, des situations sans surprise. Au long de ce roman, j'ai souvent pensé à la très bonne série "Mad men" qui se passe à la même époque, même endroit, presque même type d'entreprise. Sauf qu'ici c'est vu par les femmes. Il manque un peu de discernement, de légèreté, et surtout de modernité.
            • Bill Posté le 21 Janvier 2017
              J'avais déjà lu ce roman lors de sa première parution en France dans les années 70 ... L'histoire se déroule à New York, au début des années 50, et raconte la vie de trois jeunes filles embauchées le même jour dans le pool de dactylos d'une maison d'édition (magazines et livres de poche) Amitiés, amours, (pas de sexe, nous sommes au temps où, hors mariage, cela ne se faisait pas, ... quoique ...), travail, repas alcoolisés et enfumés ... Bref, juste avant les héros et héroïnes de Mad men, on partage la vie, l'amour, les rêves des vingtenaires intemporels ... Un bon roman; même s'il parait daté par endroits (les prix des steaks, des suites d'hôtels et des salaires) et qui fait rêver du temps idyllique des classes moyennes ...
            • Northanger Posté le 18 Août 2016
              New York, 2 janvier 1952. Caroline Bender prend ses fonctions au sein d'une prestigieuse maison d'édition au Rockfeller Center. Elle y rencontre d'autres jeunes femmes, obligées de travailler comme elle (Barbara Lemont, jeune divorcée, qui doit subvenir aux besoins de son bébé) ou pleines d'espoir comme April et Gregg, ou encore Mary Agnes, qui prépare son mariage deux ans à l'avance. Pendant plusieurs années, le lecteur va suivre leur parcours semé d'embûches, tant professionnel que sentimental. Les chapitres se succèdent rapidement et nous dévoilent le quotidien des différentes jeunes femmes qui évoluent à New York et font leur apprentissage de la vie, en particulier amoureux. Et de fait, les unions se font et se défont rapidement. Les figures masculines sont assez négatives, à quelques exceptions près. Quarantenaires qui considèrent les nouvelles recrues comme des objets, maris infidèles ou jeunes hommes ambitieux et volages. Non seulement ils ne tiennent pas compte des sentiments des autres mais en outre, le travail des jeunes femmes est sous-estimé. Au mieux, c'est un passe-temps en attendant de trouver un mari, passe-temps qui sera abandonné aussitôt pour élever une nombreuse progéniture. Une position que Caroline n'envie pas. Pourtant, j'ai aimé me promener dans les rues de New York,... New York, 2 janvier 1952. Caroline Bender prend ses fonctions au sein d'une prestigieuse maison d'édition au Rockfeller Center. Elle y rencontre d'autres jeunes femmes, obligées de travailler comme elle (Barbara Lemont, jeune divorcée, qui doit subvenir aux besoins de son bébé) ou pleines d'espoir comme April et Gregg, ou encore Mary Agnes, qui prépare son mariage deux ans à l'avance. Pendant plusieurs années, le lecteur va suivre leur parcours semé d'embûches, tant professionnel que sentimental. Les chapitres se succèdent rapidement et nous dévoilent le quotidien des différentes jeunes femmes qui évoluent à New York et font leur apprentissage de la vie, en particulier amoureux. Et de fait, les unions se font et se défont rapidement. Les figures masculines sont assez négatives, à quelques exceptions près. Quarantenaires qui considèrent les nouvelles recrues comme des objets, maris infidèles ou jeunes hommes ambitieux et volages. Non seulement ils ne tiennent pas compte des sentiments des autres mais en outre, le travail des jeunes femmes est sous-estimé. Au mieux, c'est un passe-temps en attendant de trouver un mari, passe-temps qui sera abandonné aussitôt pour élever une nombreuse progéniture. Une position que Caroline n'envie pas. Pourtant, j'ai aimé me promener dans les rues de New York, m'insurger contre la misogynie ambiante et croiser les doigts pour l'idylle de Barbara Lemont. Le personnage central, Caroline, est certainement le plus charismatique. Abandonnée par son fiancé Eddie, elle prend son destin en main et s'investit dans son nouveau travail. Posée et lucide, elle ne s'en laisse pas conter. On peut même avancer l'idée qu'elle intègre progressivement les règles du jeu imposées par les hommes – et d'ailleurs on peut trouver contestable son attitude vis-à-vis de Paul. Mais malgré son indépendance et son intelligence, Caroline reste un coeur tendre et donc vulnérable... J'ai beaucoup apprécié cette chronique de la vie new yorkaise des années cinquante. Les couleurs des arbres, l'ensoleillement, les petites coutumes, sont souvent convoqués en début de chapitre, donnant au lecteur l'occasion d'un contact intimiste avec la ville. le cadre, les appartements décrits, font penser aux films d'Hitchcock, notamment Fenêtre sur cour. L'ensemble se lit comme un feuilleton prenant. Dommage peut-être que la romance finisse par l'emporter alors que les premiers chapitres étaient consacrés à Caroline et à ses premières armes dans le monde de l'édition. D'autant plus que l'on peut les considérer comme des témoignages d'époque puisque la romancière elle-même, Rona Jaffe y a travaillé et s'est donc inspirée de son propre parcours. Mais c'est là ma seule réserve !
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.