En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une nuit, Markovitch

        Presses de la cité
        EAN : 9782258138520
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Une nuit, Markovitch

        Ziva AVRAN (Traducteur), Arlette PIERROT (Traducteur), Laurence SENDROWICZ (Traducteur)
        Date de parution : 25/08/2016
        « Une nuit, Markovitch. Une seule et unique nuit, nous dormirons ensemble comme mari et femme. »
         
        1939. Zeev Feinberg et Yaacov Markovitch quittent leur petit village de Palestine, direction l’Allemagne, où ils ont pour mission d’épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l’intention de retrouver... 1939. Zeev Feinberg et Yaacov Markovitch quittent leur petit village de Palestine, direction l’Allemagne, où ils ont pour mission d’épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l’intention de retrouver la femme qu’il aime et son enivrant parfum d’orange, Yaacov, lui, ne tient pas à laisser partir Bella, « la plus belle femme qu’il ait vue de sa vie ». Cette dernière est pourtant déterminée à se séparer de lui…
        « Un premier roman luxuriant, qui n’est pas sans nous rappeler ceux de Gabriel García Márquez et d’Isabel Allende. » The Guardian
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258138520
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Presses de la cité
        13.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Apoapo Posté le 24 Septembre 2018
          Entrent dans l'alchimie magnifique et superbe de ce premier roman de la jeune écrivaine psychologue israélienne Ayelet Gundar-Goshen plusieurs ingrédients déjà très savamment maîtrisés : - un fond historique intéressant : la Palestine des années 30, où les Juifs d'Europe immigraient clandestinement et luttaient contre les forces mandataires britanniques outre que contre les Arabes ; composé aussi de l'action dramatique principale : l'organisation de mariages blancs, en 1939, entre des hommes célibataires établis et des jeunes juives allemandes fuyant les nazis par l'émigration légale ; composé enfin de la guerre qui aboutit à la création de l'État d'Israël en 1948 ; - pourtant, il ne s'agit pas là d'un roman historique ; - le drame de l'amour contrarié par le manque de réciprocité : Yaacov Markovitch refuse d'accorder le divorce à Bella, « la plus belle femme qu'il ait vue de sa vie », tout en se condamnant, en même temps qu'elle, à une irrémédiable peine, à une double frustration irréparable ; - pourtant, il ne s'agit pas là d'un roman d'amour, à moins de dissocier l'amour du bonheur ainsi que du malheur, de l'espoir ainsi que du désespoir... ; - une réflexion psychologique passionnante sur le poids des apparences : Yaacov, au physique « extraordinairement banal », est constamment pénalisé par le regard qu'autrui porte, ou plutôt... Entrent dans l'alchimie magnifique et superbe de ce premier roman de la jeune écrivaine psychologue israélienne Ayelet Gundar-Goshen plusieurs ingrédients déjà très savamment maîtrisés : - un fond historique intéressant : la Palestine des années 30, où les Juifs d'Europe immigraient clandestinement et luttaient contre les forces mandataires britanniques outre que contre les Arabes ; composé aussi de l'action dramatique principale : l'organisation de mariages blancs, en 1939, entre des hommes célibataires établis et des jeunes juives allemandes fuyant les nazis par l'émigration légale ; composé enfin de la guerre qui aboutit à la création de l'État d'Israël en 1948 ; - pourtant, il ne s'agit pas là d'un roman historique ; - le drame de l'amour contrarié par le manque de réciprocité : Yaacov Markovitch refuse d'accorder le divorce à Bella, « la plus belle femme qu'il ait vue de sa vie », tout en se condamnant, en même temps qu'elle, à une irrémédiable peine, à une double frustration irréparable ; - pourtant, il ne s'agit pas là d'un roman d'amour, à moins de dissocier l'amour du bonheur ainsi que du malheur, de l'espoir ainsi que du désespoir... ; - une réflexion psychologique passionnante sur le poids des apparences : Yaacov, au physique « extraordinairement banal », est constamment pénalisé par le regard qu'autrui porte, ou plutôt ne sait même pas porter sur lui ; son aspect provoque des préjugés moraux à son désavantage, le contraignant sans doute aux actes les plus vertueux et parfois à l'héroïsme ; la beauté de Bella, avant qu'elle ne se fane, l'absout de bien des écarts mais ne lui apporte ni satisfaction ni consolation ; il en est partiellement de même pour les autres personnages masculins, beaux et virils, notamment quant au succès de leur paternité... ; - une prose caractérisée par la plus subtile ironie chaque fois que la narration le permet, par la plus grande vivacité ailleurs, et toujours par une très agréable originalité – cf. surtout la chute –, rendue de manière absolument admirable par la traduction à six mains ; - mais par-dessus tout, et c'est magistral, des portraits de personnages très profonds, complexes, dynamiques, nuancés, porteurs d'actions imprévisibles, et se soustrayant à toute tentative de jugement moral ; ils sont construits selon une géométrie de prismes triangulaires à parois réflechissantes (la forme du kaléidoscope, à y songer!) : ainsi, on pourrait s'attendre plutôt banalement à ce que les deux personnages principaux des premiers chapitres, Yaacov Markovitch et son fraternel ami Zeev Feinberg ne représentent juste que l'opposé l'un de l'autre – mais ce serait minorer le rôle fondamental du troisième élément de la triade masculine : Efraïm Froïke, « le numéro deux de l'Organisation » ; va s'ensuivre une triade féminine composée de Bella, de Rachel, la femme du boucher, et de Sonia : il est plus compliqué (et cela imposerait de révéler trop de rebondissements de l'histoire) de saisir l'enchevêtrement des personnalités de ce trio de femmes, ainsi que leurs reflets réciproques, mais l'on peut s'y aider par l'observation de leurs trois manières d'être adultères et d'être mères et enfin par leurs relations à la parole. Enfin, est tout à fait essentielle, pour la dynamique narrative mais aussi pour mieux parfaire les portraits des personnages, la triade des enfants : Yaïr, le fils de Sonia, Zvi, le fils de Bella, et Naama, la fille adoptive de Zeev. Depuis longtemps, plus d'un an assurément, je n'ai pas été aussi séduit par un roman. Sa lecture, pourtant bien rapide, me laissera, j'en suis certain, une marque durable et un plaisir prolongé (outre la vive curiosité pour les œuvres successives de l'auteure).
          Lire la suite
          En lire moins
        • paroles Posté le 26 Juin 2018
          1939. Palestine ou Eretz-Israël (terme employé avant la création de l’Etat d’Israël en 1948) J’aime les contes, il y a tant de magie en eux. Yaacov Markovitch est un jeune homme d’une étonnante banalité. Le croise-t’on que sitôt on l’oublie. Ce qui n’est pas le cas de son ami Zeev Feinberg, beau, grand et moustachu, doté d’un rire immense et communicatif. Alors comment ces deux-là ont-ils pu se lier d’amitié ? C’est à cause d’une histoire de femme bien sûr, mais je n’en dirai pas plus. Tiens, à propos de femmes, il y a Sonia qui pourrait presque être belle si ce n’était cet écart juste un peu trop grand entre les deux yeux. Mais ce qui la sauve, non ce n’est pas son talent de cuisinière (de ce côté-là, c’est plutôt un désastre), mais son odeur, son odeur envoûtante d’oranges. Et puis, il y a Bella, la plus belle femme jamais vue, adoratrice de poésie et de poètes. Mais sur elles non plus, je n’en dirai pas plus. Bien d’autres personnages tourbillonnent autour de ceux-là comme Rachel Mandelbaum aux seins merveilleusement symétriques et son mari Abraham, le boucher du village dont on dit qu’il n’étripe pas que les... 1939. Palestine ou Eretz-Israël (terme employé avant la création de l’Etat d’Israël en 1948) J’aime les contes, il y a tant de magie en eux. Yaacov Markovitch est un jeune homme d’une étonnante banalité. Le croise-t’on que sitôt on l’oublie. Ce qui n’est pas le cas de son ami Zeev Feinberg, beau, grand et moustachu, doté d’un rire immense et communicatif. Alors comment ces deux-là ont-ils pu se lier d’amitié ? C’est à cause d’une histoire de femme bien sûr, mais je n’en dirai pas plus. Tiens, à propos de femmes, il y a Sonia qui pourrait presque être belle si ce n’était cet écart juste un peu trop grand entre les deux yeux. Mais ce qui la sauve, non ce n’est pas son talent de cuisinière (de ce côté-là, c’est plutôt un désastre), mais son odeur, son odeur envoûtante d’oranges. Et puis, il y a Bella, la plus belle femme jamais vue, adoratrice de poésie et de poètes. Mais sur elles non plus, je n’en dirai pas plus. Bien d’autres personnages tourbillonnent autour de ceux-là comme Rachel Mandelbaum aux seins merveilleusement symétriques et son mari Abraham, le boucher du village dont on dit qu’il n’étripe pas que les animaux. Mais allez savoir ! Il y a encore le numéro deux de l’Organisation, Efraïm Froïke, complètement subjugué par les fragrances d’agrumes ou plutôt de celle qui les porte. Et je ne vous dirai pas non plus comment se termine son histoire. Non, je ne vous dirai rien de ce conte extraordinaire. Ce serait l’abîmer que de le découper ainsi en tranches. La seule chose que j’évoquerai pour vous, c’est le début de cette histoire : Yaacov and Zeev ont quitté la Palestine pour aller épouser des juives en Allemagne, afin que celles-ci soient sauvées des griffes des nazis. Voilà la blessure de ce conte, la guerre est là, sous-jacente. Les hommes sont ainsi faits, la violence les accompagne depuis la nuit des temps... Bien sûr en découvrant cette histoire au fil des pages, je n’ai pu m’empêcher de penser à un autre conte foisonnant lui aussi de vie, de mort, d’amour, de trahison, d'humour, de péripéties, de personnages, d’ordinaire et d’extraordinaire, celui de Gabriel Garcia Marquez : Cent ans de solitude. Un conte qui vous fait voyager loin des contrées habituelles, et j’aime ça !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bogusia Posté le 24 Mars 2018
          En 1938, Yaacov Markovitch et Zeev Feinberg font partie des vingt Palestiniens choisis pour une opération de sauvetage des Juives allemandes - ils doivent les épouser en mariage blanc et les ramener en Palestine. Divorcées par la suite, les femmes retrouvent la liberté. Zeev, un séducteur-né, ne fléchit pas devant Yafa, une jeune fille pas trop gracieuse tandis que, Yaacov, au départ réticent à cette aventure, tombe immédiatement sous le charme de Bella Zeigermann, "la plus belle femme qu'il ait jamais vue de sa vie". Le coup de foudre est, malheureusement unilatéral : Yaacov est agriculteur et plutôt maladroit et refuse le divorce ne souhaitant pas que l'amour de sa vie lui soit retiré. Patient, il reste persuadé que la jeune femme changera d'avis un jour. Pour Bella, la Palestine est une terre des orangers, du bonheur, de la poésie, c'était écrit dans le poème gravé sur son médaillon. Elle part à la recherche de son rêve... Ce roman dont la trame se déroule pendant les moments-clés de l'Israël comme la création de l’État, la guerre en Galilée, aurait pu être purement historique, il n'en est rien ! L'auteure, pourtant consciente de l'importance de l'Histoire, a su créer un roman... En 1938, Yaacov Markovitch et Zeev Feinberg font partie des vingt Palestiniens choisis pour une opération de sauvetage des Juives allemandes - ils doivent les épouser en mariage blanc et les ramener en Palestine. Divorcées par la suite, les femmes retrouvent la liberté. Zeev, un séducteur-né, ne fléchit pas devant Yafa, une jeune fille pas trop gracieuse tandis que, Yaacov, au départ réticent à cette aventure, tombe immédiatement sous le charme de Bella Zeigermann, "la plus belle femme qu'il ait jamais vue de sa vie". Le coup de foudre est, malheureusement unilatéral : Yaacov est agriculteur et plutôt maladroit et refuse le divorce ne souhaitant pas que l'amour de sa vie lui soit retiré. Patient, il reste persuadé que la jeune femme changera d'avis un jour. Pour Bella, la Palestine est une terre des orangers, du bonheur, de la poésie, c'était écrit dans le poème gravé sur son médaillon. Elle part à la recherche de son rêve... Ce roman dont la trame se déroule pendant les moments-clés de l'Israël comme la création de l’État, la guerre en Galilée, aurait pu être purement historique, il n'en est rien ! L'auteure, pourtant consciente de l'importance de l'Histoire, a su créer un roman des personnages hauts en couleur, drôles et tragiques à la fois. Markovitch, tel un Juif errant, participera à la guerre en Galilée et en sortira abîmé par l'absurdité des décisions qu'il devra prendre. Il ne comprendra jamais le but d'avoir tué des innocents, dans ses lettres, il ne parlera pas des moments sanglants qu'il est en train de vivre. Le héros se trompe souvent de combat, déterminé dans ses convictions et pourtant pas assez "sioniste", se bat au nom d'une passion qui n'est pas celle qu'on attend de lui. Le roman est une grande désillusion racontée avec de l'humour décalé, absurde. Il se lit d'une traite. Magistral !
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAPATOU Posté le 2 Décembre 2017
          Basé sur des faits réels, « Une nuit, Markovitch » nous entraîne en Palestine en 1939 dans un petit village construit par des pionniers venus d’Europe. Parmi les jeunes hommes encore célibataires, on trouve Zeev Feinberg à la personnalité charismatique et à la moustache frémissante, particulièrement devant la gent féminine. Son meilleur ami, Yaacov Markovitch « n’était pas laid. Il ne faut cependant pas en déduire qu’il était beau. Disons qu’il était d’une extraordinaire banalité. Ou plutôt, il avait un visage tellement quelconque que les yeux ne parvenaient jamais à se fixer sur lui, s’échappaient vers d’autres horizons. » Alors que les bruits de la fureur allemande parviennent jusqu’en Palestine, il est décidé que de jeunes célibataires se rendront en Allemagne afin d’épouser de jeunes Juives pour les soustraire aux atrocités commises par les nazis. Dès leur retour au village, le rabbin prononcera leurs divorces, les jeunes femmes pouvant ensuite s’installer là où bon leur semblera. Zee et Yaacov font partie du voyage. Les couples sont constitués par tirage au sort. Yaacov se retrouve marié à la plus belle femme qu’il ait jamais vue, Bella. « Tant qu’elle se propageait en ville, la beauté de Bella Zeigermann n’avait aucun pouvoir néfaste, il... Basé sur des faits réels, « Une nuit, Markovitch » nous entraîne en Palestine en 1939 dans un petit village construit par des pionniers venus d’Europe. Parmi les jeunes hommes encore célibataires, on trouve Zeev Feinberg à la personnalité charismatique et à la moustache frémissante, particulièrement devant la gent féminine. Son meilleur ami, Yaacov Markovitch « n’était pas laid. Il ne faut cependant pas en déduire qu’il était beau. Disons qu’il était d’une extraordinaire banalité. Ou plutôt, il avait un visage tellement quelconque que les yeux ne parvenaient jamais à se fixer sur lui, s’échappaient vers d’autres horizons. » Alors que les bruits de la fureur allemande parviennent jusqu’en Palestine, il est décidé que de jeunes célibataires se rendront en Allemagne afin d’épouser de jeunes Juives pour les soustraire aux atrocités commises par les nazis. Dès leur retour au village, le rabbin prononcera leurs divorces, les jeunes femmes pouvant ensuite s’installer là où bon leur semblera. Zee et Yaacov font partie du voyage. Les couples sont constitués par tirage au sort. Yaacov se retrouve marié à la plus belle femme qu’il ait jamais vue, Bella. « Tant qu’elle se propageait en ville, la beauté de Bella Zeigermann n’avait aucun pouvoir néfaste, il y avait suffisamment d’espace pour que son venin se disperse dans les rues sans dommage. Mais, plaie béante au coeur d’une embarcation en bois, elle attirait les jeunes hommes comme des mouches et rongeait les jeunes femmes comme de la vermine « . Yacov Markovitch est tellement ensorcelé par la beauté de Bella, qui l’ignore pourtant superbement, qu’il refuse de lui accorder le divorce. Sa décision sera lourde de conséquences pour leurs vies entières. D’une façon remarquable, Ayelet Gundar-Goshen nous raconte les vies des individus peuplant ce petit village : les femmes ayant fui les atrocités et ayant décidé de ne plus jamais parler un mot d’allemand ; les unions mal assorties mais qui étaient la seule chance d’avoir une vie matérielle correcte ;les relations amour-haine de Yaacov et Bella, l’amour fou entre Zeev et Sonia cachant toutefois un lourd secret; et aussi les luttes avec les Arabes pour les repousser à l’extérieur du pays. Ce roman m’a passionnée, ses personnages m’ont touchée. Excellent moment de lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Annette55 Posté le 5 Novembre 2016
          Comment ne pas être époustouflé par l'énergie, le souffle et le bouillonnement de vie qui animent ce conte à la virtuosité qui décoiffe ? Un premier roman ..... En 1939 , Israël ne s'appelle pas encore Israël .......la Palestine est encore sous mandat britannique. Les deux protagonistes habitent le même village. D'un côté , Yaacov Markovitch ni beau ni laid ,en fait , d'une extraordinaire banalité, ne croyait pas en grand- chose..... Il s'occupait de ses pigeons et avait parfois recours aux services d'une prostituée. Son ami, Zeev Feinberg, à la moustache conquérante et flamboyante est un séducteur né qui croit en lui et passe de bras en bras. Notamment dans ceux de la pulpeuse Rachel Mandelbaum, l'épouse du Boucher extrêmement jaloux, en fait un sensible sous des dehors frustres et rustres..... Deux personnalités complémentaires et opposées, ces amis! Mankovitch et Feinberg prêtent main- forte à "L'Organisation" .. Ils passent des armes au nez et à la barbe des Britanniques. Le lieutenant - Colonel Froike , le numéro 2 de l'organisation les charge d'une mission bien particulière . Ils doivent épouser quelques jeunes femmes juives afin de les sauver des griffes de l'ennemi : Les Nazis..... Il s'agit de Mariages Blancs et les nouveaux mariés auront la possibilité de divorcer... Comment ne pas être époustouflé par l'énergie, le souffle et le bouillonnement de vie qui animent ce conte à la virtuosité qui décoiffe ? Un premier roman ..... En 1939 , Israël ne s'appelle pas encore Israël .......la Palestine est encore sous mandat britannique. Les deux protagonistes habitent le même village. D'un côté , Yaacov Markovitch ni beau ni laid ,en fait , d'une extraordinaire banalité, ne croyait pas en grand- chose..... Il s'occupait de ses pigeons et avait parfois recours aux services d'une prostituée. Son ami, Zeev Feinberg, à la moustache conquérante et flamboyante est un séducteur né qui croit en lui et passe de bras en bras. Notamment dans ceux de la pulpeuse Rachel Mandelbaum, l'épouse du Boucher extrêmement jaloux, en fait un sensible sous des dehors frustres et rustres..... Deux personnalités complémentaires et opposées, ces amis! Mankovitch et Feinberg prêtent main- forte à "L'Organisation" .. Ils passent des armes au nez et à la barbe des Britanniques. Le lieutenant - Colonel Froike , le numéro 2 de l'organisation les charge d'une mission bien particulière . Ils doivent épouser quelques jeunes femmes juives afin de les sauver des griffes de l'ennemi : Les Nazis..... Il s'agit de Mariages Blancs et les nouveaux mariés auront la possibilité de divorcer dés leur retour! Seulement , Yaacov, le tendre et discret, tombe amoureux de la femme attribuée et refuse de divorcer.......Je n'en dirai pas plus..... Quel humour, quelle autodérision dans cette fable drôle et touchante, tragi-comique, une épopée où la douceur,la violence et la poésie cohabitent harmonieusement . Difficile de résumer cet ouvrage captivant et virevoltant où , grâce à un style simple et plaisant, à l'apparente légèreté des thèmes très forts sont pourtant évoqués : l'exil, le déracinement , les violences et les guerres ........ L'auteur met en parallèle la création de l'état juif et fait la part belle à ceux qui l'ont vécu, tant espéré , et redouté. La mort,la filiation et l'amitié ponctuent cette flamboyante histoire d'amour parental, conjugal et charnel grâce à une langue riche, travaillée, imagée et surtout humoristique ! Coups de foudre, colére, adultère , passion, jalousie , haine , suicide, jalonnent cette fable poétique, burlesque parfois, facétieuse, en un mot :la Vie , Quoi ! Le temps qui passe, désillusions et espoirs, rancoeurs, joies, amertume .Avec des personnages hauts en couleurs ! Un souffle puissant et une vraie maîtrise ! Une découverte bien agréable !
          Lire la suite
          En lire moins
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com