Lisez! icon: Search engine
La Belgariade - Tome 4 - La tour des maléfices
Dominique Haas (traduit par)
Date de parution : 08/04/2021
Éditeurs :
Lizzie
En savoir plus
PRIX CONSEILLÉ
23.99 €

La Belgariade - Tome 4 - La tour des maléfices

Dominique Haas (traduit par)
Date de parution : 08/04/2021

Garion monta sur le trône de basalte et plaça l'Orbe sur le pommeau de l'énorme épée. Il y eut un déclic ; la force vive de la pierre fusa dans...

Garion monta sur le trône de basalte et plaça l'Orbe sur le pommeau de l'énorme épée. Il y eut un déclic ; la force vive de la pierre fusa dans la garde. La lame se mit à luire et se détacha du mur. Il la rattrapa des deux mains. La...

Garion monta sur le trône de basalte et plaça l'Orbe sur le pommeau de l'énorme épée. Il y eut un déclic ; la force vive de la pierre fusa dans la garde. La lame se mit à luire et se détacha du mur. Il la rattrapa des deux mains. La foule dans la salle réprima un halètement.
Garion sidéré vit l'Orbe jeter une formidable langue de feu bleu. Sans trop savoir pourquoi, il souleva le glaive.
« Ô joie, le roi est revenu, la prophétie s'accomplit ! clama Belgarath. Inclinons-nous devant Belgarion, roi de Riva, suzerain du Ponant ! »
Et la prophétie suivit son cours.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036612640
Façonnage normé : MP3
Durée : 869 min
Lizzie
En savoir plus
PRIX CONSEILLÉ
23.99 €
EAN : 9791036612640
Façonnage normé : MP3
Durée : 869 min

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Link85 04/06/2022
    Je viens de mettre à profit mes vacances pour dévorer le quatrième tome de la Belgariade (en troisième lecture, vingt ans après les premières !). L'histoire dans "La Tour des Maléfices" reprend exactement là où elle s'est arrêtée au tome précédent - en queue de poisson il faut bien le dire. Le voyage des héros se poursuit, et leur groupe s'étoffe encore un peu, mais l'intrigue est un peu moins (uniquement) itinérante que jusque-là, ce qui n'est pas un mal. En effet, cela donne l'occasion de développer un peu les personnages (Ce'Nedra et Garion, qui se comportent de plus en plus en adultes ; Belgarath, dont on découvre une certaine fragilité, tout comme Silk ). Un peu avant la moitié du tome arrive toute une série d'événements que l'on attend depuis bien longtemps et que l'on voit enfin se produire avec plaisir. Dommage que l'auteur n'ait pas su ménager un peu mieux son suspense, et que tout cela soit annoncé avec des indices tellement gros qu'il est impossible de les manquer...! La toute dernière partie est plutôt originale et bien amenée, avec - ce qui change là aussi - une toile de fond y est plutôt sombre (je ne peux pas en dire... Je viens de mettre à profit mes vacances pour dévorer le quatrième tome de la Belgariade (en troisième lecture, vingt ans après les premières !). L'histoire dans "La Tour des Maléfices" reprend exactement là où elle s'est arrêtée au tome précédent - en queue de poisson il faut bien le dire. Le voyage des héros se poursuit, et leur groupe s'étoffe encore un peu, mais l'intrigue est un peu moins (uniquement) itinérante que jusque-là, ce qui n'est pas un mal. En effet, cela donne l'occasion de développer un peu les personnages (Ce'Nedra et Garion, qui se comportent de plus en plus en adultes ; Belgarath, dont on découvre une certaine fragilité, tout comme Silk ). Un peu avant la moitié du tome arrive toute une série d'événements que l'on attend depuis bien longtemps et que l'on voit enfin se produire avec plaisir. Dommage que l'auteur n'ait pas su ménager un peu mieux son suspense, et que tout cela soit annoncé avec des indices tellement gros qu'il est impossible de les manquer...! La toute dernière partie est plutôt originale et bien amenée, avec - ce qui change là aussi - une toile de fond y est plutôt sombre (je ne peux pas en dire plus sans spoiler !). Ce qui me perturbe le plus, à ce niveau de l'intrigue, est le fait que les sorciers n'utilisent au final que très peu leurs pouvoirs... Et le fait qu'une idée vraiment structurante émane au final de Garion et non de Belgarath. Belgarath et Polgara sont mis depuis le début sur un piédestal pour leur rôle dans l'Histoire, mais on se demande parfois un peu pourquoi...! Au final, la lecture de ce tome est toute aussi plaisante que celle des tomes précédents, et comme sa structure change un peu, que l'intrigue générale avance beaucoup... C'est du tout bon ! Une seule question me reste : quelle est cette "Tour des Maléfices" qu'évoque le titre ?!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tinaju 01/05/2022
    C'est avec une certaine avidité que j'ai ouvert ce 4e tome des aventures de Garion. J'ai envie de progresser dans la quête de nos héros. Les aventures sont encore une fois multiples et rocambolesques. Dans ce tome, on a aussi plusieurs passages teintés de politique et de diplomatie. Un roi doit aussi savoir gouverner et cela s'apprend en écoutant les conseils de personnes avisées. Certains personnages passent au 2e plan et c'est un peu dommage. J'aurais aimé que le groupe reste entier comme lors de leur voyage. Mais on voit l'éclosion de Ce'Nedra qui s'impose en tant que reine. Elle a grandi et muri et commence à comprendre ce qu'on attend d'elle. Bref, un excellent tome qui amorce la conclusion qui va être apportée par le 5e (que j'ai hate de lire bien-sur).
  • Symphonie42 11/08/2021
    L’Algarie On avait déjà effleuré l’Algarie, mais cette fois, on va y rester un peu plus longtemps. Suite aux évènements du tome précédent, Belgarath, le pilier de l’équipe, n’est pas très en forme. Pour tout dire, sa survie et la persistance de ses pouvoirs sont incertaines. L’intérêt de ce passage, c’est surtout que, Polgara étant occupée, il faut un nouveau dirigeant pour nos compagnons, et Garion est désigné volontaire. Contrairement au lecteur qui aura deviné depuis longtemps la véritable identité de Garion, les personnages secondaires l’ignorent, mais se doutent bien qu’il n’est pas un simple garçon de ferme, et qu’il aura un rôle à jouer avant la fin de cette aventure. Du coup, c’est l’occasion d’avoir une idée si Garion se montrera à la hauteur ou se défilera (bon, il chouine toujours un peu, mais beaucoup moins. Lui aussi se doute depuis un moment qu’il y a anguille sous roche, même s’il ne sait pas trop quoi) On rencontrera aussi Adara, un personnage secondaire cousine de Garion, qui n’a… pas vraiment d’intérêt, et je trouve que c’est l’un des personnages féminins les moins réussis. Elle avait tout pour être une cavalière badass, mais elle ne se définit que par l’amour qu’elle porte à... L’Algarie On avait déjà effleuré l’Algarie, mais cette fois, on va y rester un peu plus longtemps. Suite aux évènements du tome précédent, Belgarath, le pilier de l’équipe, n’est pas très en forme. Pour tout dire, sa survie et la persistance de ses pouvoirs sont incertaines. L’intérêt de ce passage, c’est surtout que, Polgara étant occupée, il faut un nouveau dirigeant pour nos compagnons, et Garion est désigné volontaire. Contrairement au lecteur qui aura deviné depuis longtemps la véritable identité de Garion, les personnages secondaires l’ignorent, mais se doutent bien qu’il n’est pas un simple garçon de ferme, et qu’il aura un rôle à jouer avant la fin de cette aventure. Du coup, c’est l’occasion d’avoir une idée si Garion se montrera à la hauteur ou se défilera (bon, il chouine toujours un peu, mais beaucoup moins. Lui aussi se doute depuis un moment qu’il y a anguille sous roche, même s’il ne sait pas trop quoi) On rencontrera aussi Adara, un personnage secondaire cousine de Garion, qui n’a… pas vraiment d’intérêt, et je trouve que c’est l’un des personnages féminins les moins réussis. Elle avait tout pour être une cavalière badass, mais elle ne se définit que par l’amour qu’elle porte à un autre personnage secondaire. Meh. Le couple Eddings nous avait habitués à mieux. Riva Ca y est ! C’est le moment qu’on attendait tous ! Garion entre enfin en possession de son héritage et découvre le rôle qu’on attend de lui. Même si ça n’a rien d’une surprise, je ne vous en dirai pas trop. Je trouve quand même que Garion le prend un peu trop bien, on aurait pu s’attendre à davantage de déni, même si son héritage de magicien a servi de d’exercice d’entraînement en la matière. Garion va du coup prendre une décision capitale qui va entraîner le cycle sur un chemin plus sérieux. La Drasnie Pas la partie la plus intéressante du cycle, mais bon, on n’avait pas encore fini notre tour des royaumes du Ponent, et puis pour se rendre au tome 5, il fallait bien passer par là. Par contre, j’aime décidemment beaucoup la reine Porenn de Drasnie. Le monde de la Belgariade est patriarcal, mais la Drasnie accorde (quasiment) autant de pouvoirs à leur roi qu’à leur reine, de sorte que Porenn se retrouve à la tête des services secrets. (Un exemple pour les autres reines, d’ailleurs, qui sont plus en retrait, mais qui voient aussi en elle un exemple à suivre). La Reine de Riva Première partie du cycle sans Garion en point de vue, puisqu’on suit Ce’Nedra. Je crois que c’est la partie du tome que j’aime le plus. J’aime beaucoup Ce’Nedra, déjà, je trouve qu’elle change des héroïnes habituelles : elle a un sale caractère, elle est pourrie gâtée, capricieuse etc… Mais elle n’a pas que des défauts. Pour les personnes qu’elle aime, elle est prête à tout mettre de côté et à déplacer des montagnes. Ou en l’occurrence, des armées. Ce’Nedra n’est pas censée prendre un rôle actif dans cette guerre contre Torak, en tout cas c’est ce que considèrent les autres monarques, et en particulier les hommes. Ben oui, hors de question qu’une gamine de 16 ans interfère dans ces trucs de bonhommes. Sauf que Ce’Nedra est aussi têtue, et elle n’a aucunement l’intention de servir de plante verte. Il faut une armée pour ces bonhommes ? Eh bien elle leur lèvera la plus grande armée qu’on ait jamais vu. Heureusement, à côté de pots de fleurs comme Adara ou Arianna, on a aussi des Porenn, des Ce’Nedra et des Polgara (bon, par contre faudra m’expliquer pourquoi elles cassent tout le mobilier chaque fois qu’elles sont en colère). Bilan Même s’il y a toujours pas mal d’humour, ce tome prend un tour davantage sérieux : l’heure est grave, l’ennemi s’est réveillé, plus question de folâtrer dans la campagne. L’équipe se divise, on a accès désormais au point de vue de Ce’Nedra, qui accède a un vrai rôle actif dans l’histoire et n’est plus un simple love interest. Quant à Garion, il a grandi et même s’il n’a pas du tout envie de devenir un héros en armure, il embrasse complètement sa destinée. Les ingrédients des tomes précédents sont toujours là, mais cette fois, Garion et Ce’Nedra ne peuvent plus se cacher derrière Belgarath et Polgara.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AuriAma 03/03/2021
    Le tome 4 de la Belgariade se lit bien mais c'est loin d'être mon tome préféré. Même si les éléments relatés sont nécessaires pour le développement des personnages et l'avancée de l'histoire, le fait est qu'il ne se passe pas grand chose. Après les péripéties des trois premiers tomes, je me suis presque ennuyée. [masquer]L'histoire est en quatre parties cette fois-ci. Dans la première, l'Algarie, Garion rencontre sa cousine qu'il aime instantanément parce qu'elle est de sa famille. Si je peux comprendre la joie de rencontrer un cousin jusqu'alors inconnu, encore plus pour un orphelin, ce n'est pas "d'un seul coup" comme s'ils avaient grandi ensembles... Or c'est ce qu'il se passe. Aucune mention n'est faite de la famille d'Adara pour forcer leur rapprochement. A Riva se produit ce que tout le monde savait depuis longtemps : Garion est roi de Riva et monte sur le trône. Et comme on peut s'en douter, il n'y est pas du tout prêt. On se demande vraiment pourquoi Polgara ne lui a jamais donné la moindre éducation... La seule partie que j'ai trouvé intéressante se déroule en Drasnie. Garion, Silk et Belgarath ont repris la route. Silk étant mon personnage préféré de l'histoire, il n'est... Le tome 4 de la Belgariade se lit bien mais c'est loin d'être mon tome préféré. Même si les éléments relatés sont nécessaires pour le développement des personnages et l'avancée de l'histoire, le fait est qu'il ne se passe pas grand chose. Après les péripéties des trois premiers tomes, je me suis presque ennuyée. [masquer]L'histoire est en quatre parties cette fois-ci. Dans la première, l'Algarie, Garion rencontre sa cousine qu'il aime instantanément parce qu'elle est de sa famille. Si je peux comprendre la joie de rencontrer un cousin jusqu'alors inconnu, encore plus pour un orphelin, ce n'est pas "d'un seul coup" comme s'ils avaient grandi ensembles... Or c'est ce qu'il se passe. Aucune mention n'est faite de la famille d'Adara pour forcer leur rapprochement. A Riva se produit ce que tout le monde savait depuis longtemps : Garion est roi de Riva et monte sur le trône. Et comme on peut s'en douter, il n'y est pas du tout prêt. On se demande vraiment pourquoi Polgara ne lui a jamais donné la moindre éducation... La seule partie que j'ai trouvé intéressante se déroule en Drasnie. Garion, Silk et Belgarath ont repris la route. Silk étant mon personnage préféré de l'histoire, il n'est pas très étonnant que j'apprécie d'en découvrir plus sur lui. La Drasnie avec ses espions et son cynisme est aussi très rafraichissante. Enfin, et c'est là où le livre m'est presque tombé des mains (heureusement que c'est bien écrit!), Ce Nedra se transforme en Jeanne d'Arc, soudain prête à tout pour Garion, et lève une armée d'Arendais en quête de gloire avant de voler les légions tolnédraines à son père. Ce Nedra est le personnage que j'apprécie le moins de l'histoire et je la trouve insupportable depuis le début. C'est un des seuls personnages féminin et elle n'a aucun mérite propre : même ici elle ne lève pas les armées par un talent quelconque, la prophétie se charge de tout.[/masquer] Plus qu'un tome pour le dénouement, j'espère qu'il aura un rythme un peu plus soutenu !
    Lire la suite
    En lire moins
  • mauriceandre 17/01/2021
    Salut les Babelionautes Ce Quatrième tome de "la Belgariade" révèle enfin le destin de Garion ou plutôt Belgarion qui est son nom de Magicien. Ayant ramené l'Orbe et l'avoir remise à sa place, sur le pommeau de l'épée, Belgarion croit en avoir fini. Mais il ne s'attendait pas à ce qui lui tombe tout d'un coup sur le paletot, comment allait il s'en sortir devant les responsabilités dont son nouveau statut le charge? La Guerre se profile, tous les peuples mobilisent leur armées, mais c'est Ce'Nedra qui va réussir a les rallier sous sa bannière, car Belgarion aidé de Belgarath et du rusé Silk, a prit la seule décision qui pourrait empêcher des milliers de morts inutiles, affronté le Dieu Torak. Le couple Eddings, avec cette Saga, a réussi la difficile alchimie qui permet a nous autres lecteurs de s'immerger dans l'Univers qu'ils ont créés, sans pour autant s'y perdre, quand on voit la multitudes de Personnages qu'ils font intervenir. C'est toujours Dominique Haas qui a eu le plaisir de traduire ce tome, sans son travail, je n'aurai pas pus suivre Garion dans sa Quête, encore Merci pour ça.
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.