Lisez! icon: Search engine
Le Dragon du Muveran
Date de parution : 07/06/2018
Éditeurs :
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
19.99 €

Le Dragon du Muveran

Date de parution : 07/06/2018
Le village de Gryon, dans les Alpes vaudoises, est en émoi : dans le temple gît un cadavre, nu, allongé sur la table sainte à l'image du Christ crucifié. À l'extrémité... Le village de Gryon, dans les Alpes vaudoises, est en émoi : dans le temple gît un cadavre, nu, allongé sur la table sainte à l'image du Christ crucifié. À l'extrémité du couteau qui lui a transpercé le cœur, un message : « Si donc la lumière qui est en toi... Le village de Gryon, dans les Alpes vaudoises, est en émoi : dans le temple gît un cadavre, nu, allongé sur la table sainte à l'image du Christ crucifié. À l'extrémité du couteau qui lui a transpercé le cœur, un message : « Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres ! » L'inspecteur Andreas Auer est convaincu que ce meurtre est le premier acte d'une mise en scène macabre et symbolique. Peu à peu, les secrets que certains villageois auraient préféré garder enfouis refont surface et viennent semer le trouble dans ce lieu d'habitude si paisible...

« Bourré de références au genre, Le Dragon du Muveran offre un huis clos policier haletant. » Direct Matin

« Marc Voltenauer réussit avec son premier thriller un sacré tour de force. Une révélation ! » L'Illustré (Suisse)

« Un thriller redoutable dans la veine des polars nordiques. » Ciné Télé Revue (Belgique)
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036600210
Façonnage normé : MP3
Durée : 743 min
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
19.99 €
EAN : 9791036600210
Façonnage normé : MP3
Durée : 743 min

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Oxiane 05/12/2023
    Gros pavé de près de 600 pages (format pocket) mais qu’est-ce qu’il est prenant ! Je n’ai pas pu le lâcher et j’ai adoré le rythme du livre. Les scènes sont décrites en détail et on apprend même des choses sur les procédés médico-légaux ainsi que sur la religion qui est le fil conducteur du livre dans les meurtres. L’histoire est en huis-clos à Gryon et on se rend compte que le tueur est parmi les 1'200 âmes mais on ne sait pas qui réellement. C’est intriguant et captivant à la fois. J’ai également apprécié les décors et on arrive à se placer dans les ruelles du village sans problèmes. L’intrigue est intéressante et je ne peux que le conseiller, même si le pavé peut faire peur. C’est bien d’avoir de courts chapitres pour faire des pauses quand on a envie.
  • Alys_lecture 26/11/2023
    Gryon, Suisse, septembre 2012. Un homme est retrouvé mort dans le temple, nu, dans la position du Christ, un couteau dans le cœur. Dans ce petit village des Alpes Vaudoises, c’est le choc ! Qui a pu faire ça ? S’agit-il d’un meurtre satanique ? Andreas Auer et sa binôme Karine vont mener l'enquête, aidé par Mikaël, l’ami d’Andreas. J’ai failli abandonner ! Sur 600 pages, j’ai trouvé les 400 premières longues, très longues, avec énormément de personnages (j’ai été obligée de les lister car je me perdais, 24 personnages sur les 400 pages), et beaucoup (trop) de références religieuses à mon goût. Mais je voulais persévérer car j’avais vu de bons retours sur ce livre et je ne voulais pas passer à côté d’une fin extra. Que j’ai bien fait ! Les 200 dernières ont été lues rapidement, avec une réelle envie, non pas de le terminer, mais de découvrir qui était le tueur. Car du suspense, il y en a. Je n’ai rien vu venir, normal, les autres non plus, en tout cas pas de suite. Au global c’est donc un super polar qui m’a donné envie de continuer à découvrir les enquêtes d’Andreas car c’est un personnage qui m’a plu. Et l’écriture est, malgré les longueurs du début, fluide. Quand je parle des longueurs, cela ne concerne pas l’écriture car les chapitres sont courts, les phrases sont fluides mais c’est en fait que l’histoire se pose gentiment (moi, impatiente ??? ). C’est donc une belle découverte, un auteur que je vais continuer à découvrir avec grand plaisir. Gryon, Suisse, septembre 2012. Un homme est retrouvé mort dans le temple, nu, dans la position du Christ, un couteau dans le cœur. Dans ce petit village des Alpes Vaudoises, c’est le choc ! Qui a pu faire ça ? S’agit-il d’un meurtre satanique ? Andreas Auer et sa binôme Karine vont mener l'enquête, aidé par Mikaël, l’ami d’Andreas. J’ai failli abandonner ! Sur 600 pages, j’ai trouvé les 400 premières longues, très longues, avec énormément de personnages (j’ai été obligée de les lister car je me perdais, 24 personnages sur les 400 pages), et beaucoup (trop) de références religieuses à mon goût. Mais je voulais persévérer car j’avais vu de bons retours sur ce livre et je ne voulais pas passer à côté d’une fin extra. Que j’ai bien fait ! Les 200 dernières ont été lues rapidement, avec une réelle envie, non pas de le terminer, mais de découvrir qui était le tueur. Car du suspense, il y en a. Je n’ai rien vu venir, normal, les autres non plus, en tout cas pas de suite. Au global c’est donc un super polar qui m’a donné envie de continuer à découvrir les enquêtes d’Andreas car c’est un personnage qui m’a plu. Et l’écriture est, malgré les longueurs du début,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Brust 25/11/2023
    Dimanche 9 septembre 2012 Gryon, dans les Alpes Suisses La pasteur protestante Erica Ferraud découvre sur l’autel du temple le cadavre d’un homme nu, les bras en croix, les orbites vides et un couteau transperce son cœur. Accroché à ce couteau, un petit bout de papier avec un message. L’inspecteur Andreas Auer, qui vit dans un charmant petit chalet avec son ami Mikael, journaliste ; va chercher à élucider ce meurtre, et même ces meurtres, car il y en aura plusieurs et toujours avec le même mode opératoire. Ces meurtres sanglants ne seraient-ce pas une histoire de vengeance ? J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le 1er polar de cet série et de cet auteur. On est très vite immergé dans ce petit village Suisse. Les interrogatoires des villageois, nous plongent très rapidement dans leur quotidien. À tel point , qu’on se retrouve assis à leur table pour déguster un bon repas accompagné d’un bon verre de vin. On s’y sent bien… la majeure partie du livre est là pour nous faire apprécier ce cocon villageois avec ses histoires anciennes, tout le monde se connaît, tout le monde s’observe… J’ai apprécié cette lenteur dans l’avancée de l’histoire La plénitude du lieu est reposante et anime la peur et les suspicions vis à vis de tout le monde. Je me suis faite avoir par l’identité du tueur… L’enquête est admirablement menée… L’alternance des chapitres entre l’avancée de l’enquête et le passé du tueur permet petit à petit de répondre à nos nombreux questionnement… J’ai beaucoup aimé les personnages principaux mais également secondaires. Une vraie réussite ce polar Et je serais ravie de retrouver ce mignon petit trio : Andreas, Mikael et leur chien Minus dans le 2ème tome « qui a tué Heidi? »Dimanche 9 septembre 2012 Gryon, dans les Alpes Suisses La pasteur protestante Erica Ferraud découvre sur l’autel du temple le cadavre d’un homme nu, les bras en croix, les orbites vides et un couteau transperce son cœur. Accroché à ce couteau, un petit bout de papier avec un message. L’inspecteur Andreas Auer, qui vit dans un charmant petit chalet avec son ami Mikael, journaliste ; va chercher à élucider ce meurtre, et même ces meurtres, car il y en aura plusieurs et toujours avec le même mode opératoire. Ces meurtres sanglants ne seraient-ce pas une histoire de vengeance ? J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le 1er polar de cet série et de cet auteur. On est très vite immergé dans ce petit village Suisse. Les interrogatoires des villageois, nous plongent très rapidement dans leur quotidien. À tel point , qu’on se retrouve assis à leur table pour déguster un bon repas accompagné d’un bon verre de vin. On s’y sent bien… la majeure partie du livre est là pour nous faire apprécier ce cocon villageois avec ses histoires anciennes, tout le monde se connaît, tout le monde s’observe… J’ai apprécié cette lenteur dans l’avancée de l’histoire La plénitude du lieu est reposante et anime la peur et les...
    Lire la suite
    En lire moins
  • BMR 19/10/2023
    L'auteur, le livre (608 pages, 2016) : En 2016, Le dragon de Muveran fut le premier roman de Marc Voltenauer, un auteur suisse francophone au parcours original : une mère suédoise, un père allemand, un grand-père pasteur luthérien et des études de théologie à Genève. Ce fan de polars nordiques lit les auteurs suédois dans leur langue originale : des intrigues dont il a adopté le style, fausse lenteur et vraie profondeur, pour ses propres romans qu'il situe à Gryon, petit village du canton de Vaud au pied du Grand Muveran et des Alpes suisses. On aime un peu : ❤️ On aime bien sûr l'exotisme de la langue de nos voisins, le café renversé, les "faites seulement", quand ça joue ou ça joue pas, ... ❤️ Habituellement on est plutôt allergique au décorum ecclésial mais là, on a pu apprécier la richesse de la symbolique biblique utilisé par le tueur et mise en scène sans prosélytisme par un auteur qui faillit bien être prêtre. Un petit parfum exotique en somme ! #9660; Bien sûr, il s'agit d'un premier roman : l'écriture manque encore de régularité, de personnalité et la mise en scène n'échappe pas aux tenaces clichés du genre (le médecin légiste, le whisky et les cigares au coin du feu, ...). Il faut également un peu de temps pour que les personnages prennent de l'épaisseur au fil de courts chapitres qui retracent l'enquête et les interrogatoires : l'inspecteur Auer et Marc Voltenauer prennent leur temps, sans trop se soucier de la vraisemblance, plus attachés à dresser les portraits successifs des différents habitants du village, tour à tour témoins ou suspects. Paradoxalement, ce sont les héros, les enquêteurs autour d'Auer, un peu stéréotypés, qui semblent les moins bien dessinés. #9660; Tout cela est évidemment un peu long (600 pages !) et l'on regrette que l'auteur n'ait pas cru bon d'en profiter pour consacrer plus que quelques lignes page 614 à un scandale d'état qui secoua la Suisse bien-pensante : l'affaire de ces [milliers d'enfants placés de force en Suisse jusque dans les années 1980, auxquels la Confédération a rendu hommage postérieurement en leur présentant ses excuses] ... en 2013, une affaire assez similaire à celle de nos enfants de la Creuse qu'un autre livre évoquait récemment. L'intrigue : Au petit matin, dans le temple protestant du village de Gryon, un cadavre est retrouvé en croix sur l'autel, dénudé, poignardé, énucléé, un verset de la Bible sur la poitrine. Voilà de quoi bouleverser la population des lieux jusqu'ici tranquilles et mobiliser la police judiciaire de Lausanne : l'inspecteur Andreas Auer a justement élu domicile dans ce village où il vit avec son compagnon journaliste. La mise en scène pourrait laisser croire que nous sommes tombés [en plein Da Vinci Code] mais plus prosaïquement, le cadavre était celui d'un agent immobilier connu pour quelques vices et pour tremper dans quelques affaires louches. Mais cela ressemble un peu trop à [un homicide digne d'une série télévisée mêlant pouvoir, argent et sexe - les ingrédients indispensables d'un bon audimat] : la vérité sera plus complexe et il faudra fouiller le passé de ce petit village où tout le monde se connait. Il y aura même quelques petits coups de théâtre pour un dénouement intéressant ! Pour celles et ceux qui aiment les montagnes suisses. L'auteur, le livre (608 pages, 2016) : En 2016, Le dragon de Muveran fut le premier roman de Marc Voltenauer, un auteur suisse francophone au parcours original : une mère suédoise, un père allemand, un grand-père pasteur luthérien et des études de théologie à Genève. Ce fan de polars nordiques lit les auteurs suédois dans leur langue originale : des intrigues dont il a adopté le style, fausse lenteur et vraie profondeur, pour ses propres romans qu'il situe à Gryon, petit village du canton de Vaud au pied du Grand Muveran et des Alpes suisses. On aime un peu : ❤️ On aime bien sûr l'exotisme de la langue de nos voisins, le café renversé, les "faites seulement", quand ça joue ou ça joue pas, ... ❤️ Habituellement on est plutôt allergique au décorum ecclésial mais là, on a pu apprécier la richesse de la symbolique biblique utilisé par le tueur et mise en scène sans prosélytisme par un auteur qui faillit bien être prêtre. Un petit parfum exotique en somme ! #9660; Bien sûr, il s'agit d'un premier roman : l'écriture manque encore de régularité, de personnalité et la mise en scène n'échappe pas aux tenaces clichés...
    Lire la suite
    En lire moins
  • danielina 15/09/2023
    Je ne connaissais pas encore cet auteur, j'ai beaucoup aimé ce roman captivant dès le début. Une mise en scène des crimes angoissante à souhait, un assassin qui se rend invisible et un dénouement complètement inattendu qui nous transporte loin du petit village suisse. Des personnages attachants et humains, de l'angoisse, du suspens, en résumé un très bon thriller!
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.