Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036607486
Façonnage normé : MP3
Durée : 236 min

Maigret et la jeune morte

Date de parution : 14/05/2020

.

Le cadavre d'une jeune fille est découvert place Vintimille, à Paris. Maigret parvient à identifier la victime : il s'agit de Louise Laboine, d'origine niçoise. En venant tenter sa chance à Paris quelques années plus tôt, elle se lie d’amitié dans le train avec Jeanine Armenieu, une jeune Lyonnaise. A...

Le cadavre d'une jeune fille est découvert place Vintimille, à Paris. Maigret parvient à identifier la victime : il s'agit de Louise Laboine, d'origine niçoise. En venant tenter sa chance à Paris quelques années plus tôt, elle se lie d’amitié dans le train avec Jeanine Armenieu, une jeune Lyonnaise. A Paris, tandis que Jeanine réussit à se faire ouvrir les portes de la haute société, Louise végète et sombre peu à peu dans la misère… 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036607486
Façonnage normé : MP3
Durée : 236 min
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
16.99 €
Acheter sur Lizzie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melodiesmall Posté le 28 Février 2020
    A l’occasion du trentième anniversaire de la disparition de Georges Simenon, les éditions Omnibus s’attèlent à exhumer l’intégrale des enquêtes du commissaire Maigret. Un travail de compilation qui s’étalera sur plusieurs mois et qui a débuté en janvier dernier. L’opportunité de revenir sur l’homme et son œuvre, tout en rappelant le rôle majeur qu’il a joué dans la littérature populaire, avec des romans empreints de mélancolie et d’une rare acuité lorsqu’il s’agit de décrire les gens d’en bas, les humbles, les sans-grades. Véritable légende du XXe siècle, Simenon a également été l’un des littérateurs les plus publiés, faisant de lui le Balzac ou le Zola de son époque. Il a enfin été le faiseur de livres le plus adapté au cinéma et à la télévision, défendu par des comédiens au talent notoire, dont Jean Gabin, Jean Richard et, parmi plusieurs autres, Bruno Cremer. A travers ses récits, toute notre société prend vie. Un monde d’excès (crimes, femmes de désir) et d’instants d’incertitude. Sans superhéros ni flic galvanisé par l’action, Simenon nous apprend à lire entre les lignes, décrit judicieusement tous les riens qui façonnent l’existence et parle de milieux sociaux jusqu’alors peu présents dans les polars. Lancée en 1930, la... A l’occasion du trentième anniversaire de la disparition de Georges Simenon, les éditions Omnibus s’attèlent à exhumer l’intégrale des enquêtes du commissaire Maigret. Un travail de compilation qui s’étalera sur plusieurs mois et qui a débuté en janvier dernier. L’opportunité de revenir sur l’homme et son œuvre, tout en rappelant le rôle majeur qu’il a joué dans la littérature populaire, avec des romans empreints de mélancolie et d’une rare acuité lorsqu’il s’agit de décrire les gens d’en bas, les humbles, les sans-grades. Véritable légende du XXe siècle, Simenon a également été l’un des littérateurs les plus publiés, faisant de lui le Balzac ou le Zola de son époque. Il a enfin été le faiseur de livres le plus adapté au cinéma et à la télévision, défendu par des comédiens au talent notoire, dont Jean Gabin, Jean Richard et, parmi plusieurs autres, Bruno Cremer. A travers ses récits, toute notre société prend vie. Un monde d’excès (crimes, femmes de désir) et d’instants d’incertitude. Sans superhéros ni flic galvanisé par l’action, Simenon nous apprend à lire entre les lignes, décrit judicieusement tous les riens qui façonnent l’existence et parle de milieux sociaux jusqu’alors peu présents dans les polars. Lancée en 1930, la série « Maigret » connaît fort vite un enthousiasme généralisé. Lorsque le célèbre commissaire entre dans sa vie, l’écrivain approche de la trentaine et connaît déjà un réel succès de librairie avec des fictions beaucoup plus travaillées que les habituels romans vendus en kiosques. Néanmoins, il hésite avant de proposer les quatre premiers manuscrits aux éditions Fayard, conscient qu’il se décale des clichés. Son personnage ne ressemble en rien à Sherlock Holmes et à Rouletabille. A quelques années de la retraite, Jules Maigret se veut plus massif que musclé, se complaît dans une existence de couple linéaire, ne vit aucune romance parallèle et est incapable de se passer d’une pipe qu’il bourre de tabac odorant. Ni jeune ni infaillible, il se sert essentiellement de son instinct pour résoudre les enquêtes qu’on lui oppose. Quant aux criminels (petits ou grands), il s’agit le plus souvent de quidams, animés de pulsions, ni sympathiques ni particulièrement rébarbatifs, incontrôlables au moment d’agir. Rarement de véritables crapules faisant partie d’un gang. Encouragé par un triomphe fulgurant, l’auteur s’astreint une cadence d’écriture qui pourrait tenir de la folie pure. Il s’engage à produire un tome mensuel. Pour le public, Maigret devient un visage récurrent, au point de ne pas laisser les cinéastes de marbre. Comme il faut s’en douter, Simenon se laisse lentement phagocyter par son personnage. Conscient de ce qui pourrait devenir un problème, il choisit de le délaisser durant huit longues années, afin de se consacrer à des livres plus sérieux, plus durs selon ses dires. Naturellement, il revient à son double de plume et offre une nouvelle fournée d’enquêtes aussi passionnantes que les précédentes. Saga qu’il achève en 1972 pour se consacrer à la rédaction de ses mémoires, laissant derrière lui près de quatre-vingts investigations du policier à l’allure la plus bourrue de France et qui adore humer l’atmosphère d’un lieu de crime plutôt que de foncer tête baissée. A raison de huit histoires réunies par volume, « Simenon – Tout Maigret » fait office de madeleine de Proust et nous régale avec des classiques jamais démodés. Pour la circonstance, chaque pièce a bénéficié d’une couverture dessinée par Loustal et se targue d’une préface inédite. Après les numéros 1, 2 et 3, voilà les numéros 4, 5 et 6 qui débarquent sur les étagères des librairies. Un must qui fleure le parfum d’antan et qui ravive les souvenirs pas si lointains de plaisirs découverts dans les salles de cinéma ou en s’adonnant à la lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Polars_urbains Posté le 15 Février 2019
    A l’exception des deux derniers, les romans du Tome VI d’Omnibus (période allant de 1953 à 1957) ont été écrits aux Etats-Unis. On trouve dans ce volume de très grands romans, Maigret et la jeune morte (où le commissaire agit en profileur avant l’heure pour reconstruire une personnalité et une vie), Maigret à l’école (l’hostilité d’un village vis-à-vis d’un étranger) ou Maigret et le corps sans tête (dans lequel est fasciné par le parcours d’un des suspects)… sans oublier Maigret tend un piège que l’on ne présente plus, certainement, grâce au cinéma, la plus célèbre des enquêtes du commissaire avec L’affaire Saint-Fiacre. Mes commentaires sont à retrouver sous le titre de chaque œuvre.
  • Woland Posté le 9 Mars 2015
    Bonjour à toutes et à tous. ;o) Pour les fiches des romans contenus dans ce tome VI, merci de voir à chaque titre, dans ma bibliothèque : 1) Maigret A Peur 2) Maigret Se Trompe 3) Maigret à l'Ecole 4) Maigret et la Jeune Morte 5) Maigret chez le Ministre 6) Maigret et le Corps Sans Tête 7) Maigret Tend Un Piège 8) Un Echec de Maigret. Bonne lecture ! ;o)
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.