Lisez! icon: Search engine

Au pays des terres hautes

Pocket
EAN : 9782266211772
Code sériel : 17402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm
Au pays des terres hautes

Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 07/02/2019
Anselme Baud, alpiniste et pionnier du ski extrême, né à Morzine en 1948, a multiplié les exploits et les premières avec comme seule devise « Tout ce qui est blanc se descend ».
Professeur à la légendaire ENSA, formant les guides en France, au Népal ou en Bolivie, il a skié...
Anselme Baud, alpiniste et pionnier du ski extrême, né à Morzine en 1948, a multiplié les exploits et les premières avec comme seule devise « Tout ce qui est blanc se descend ».
Professeur à la légendaire ENSA, formant les guides en France, au Népal ou en Bolivie, il a skié sur des sommets mythiques et conduit ses clients à travers tous les continents. Il a la montagne dans la peau : son père, Jacques Baud, était l’un des initiateurs d’Avoriaz, et son beau-père, James Couttet, champion du monde de descente.
Anselme Baud livre ici le récit de ses plus grandes aventures, ses plus belles rencontres, ses pires frayeurs... Une vie faite de passion et de dangers, puisque la montagne lui a pris un fils, beaucoup d’amis aussi. En dépit des épreuves ou des drames, l’envoûtement des sommets enneigés reste intact, comme au premier jour.
Bienvenue aux pays des terres hautes.

« Ce livre est un roman d’amour. Celui que l’homme peut avoir conçu pour la montagne. » Le Courrier

« Un beau témoignage qui possède la force d’un cri d’amour. » Bruxelles Culture

Cet ouvrage a reçu le Grand Prix du pays du Mont-Blanc
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266211772
Code sériel : 17402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Trois cents pages suffisent à peine pour dresser le récit des multiples sommets gravis au cours de sa carrière. » L’amour des livres
« Ce livre est un roman d’amour. Celui que l’homme peut avoir conçu pour la montagne. » Le Courrier
« Un beau témoignage qui possède la force d’un cri d’amour. » Bruxelles Culture
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • grimmy63 Posté le 22 Mars 2019
    Je cours, je nage mais je ne fais pas d'alpinisme, ni de ski. Et pourtant j'apprécie les randonnées en montagne. Alors, quand je vois passer des récits passionnés, des témoignages de guides alpins, je me jette dessus pour les lire. Anselme Baud, hormis pour les initiés d'un cercle restreint, n'est pas très connu. J'ai récupéré des infos par ci, par là sur ce pionnier de ski extrême, cet alpiniste chamoniard des années 60/70. Chapeau bas cher Anselme! Et puis aussi quelle humilité. Justement, dans ce court roman, il livre ses pensées, son enfance et adolescence heureuse, ses débuts en tant que guide, ses déconvenues (accident d'escalade), son trek au Népal et la survenue du décès d'un de ses fils. La montagne, comme il le dit si bien au début, n'est pas notre ennemie, ni notre amie. Elle est juste là. On ne vainc aucune montagne, elle peut se montrer accueillante, comme elle peut prendre une vie. Et Anselme est devant elle en toute humilité. Certes, avec la fougue de sa jeunesse comme il le raconte, il a brûlé des étapes. Mais la conquête est avant tout à l'intérieur de Soi. Et non sur un sommet enneigé (aussi haut et ardu soit-il). Ce... Je cours, je nage mais je ne fais pas d'alpinisme, ni de ski. Et pourtant j'apprécie les randonnées en montagne. Alors, quand je vois passer des récits passionnés, des témoignages de guides alpins, je me jette dessus pour les lire. Anselme Baud, hormis pour les initiés d'un cercle restreint, n'est pas très connu. J'ai récupéré des infos par ci, par là sur ce pionnier de ski extrême, cet alpiniste chamoniard des années 60/70. Chapeau bas cher Anselme! Et puis aussi quelle humilité. Justement, dans ce court roman, il livre ses pensées, son enfance et adolescence heureuse, ses débuts en tant que guide, ses déconvenues (accident d'escalade), son trek au Népal et la survenue du décès d'un de ses fils. La montagne, comme il le dit si bien au début, n'est pas notre ennemie, ni notre amie. Elle est juste là. On ne vainc aucune montagne, elle peut se montrer accueillante, comme elle peut prendre une vie. Et Anselme est devant elle en toute humilité. Certes, avec la fougue de sa jeunesse comme il le raconte, il a brûlé des étapes. Mais la conquête est avant tout à l'intérieur de Soi. Et non sur un sommet enneigé (aussi haut et ardu soit-il). Ce récit est émouvant puisqu'il parle d'humanité. Le chapitre sur la mort de son fils est concis, sec et rappelle à tous que l'alpiniste est à la merci du hasard. L'histoire du tremblement de terre au Nepal en 2015 est éprouvante et terrible. Et l'auteur s'y est impliqué avec beaucoup d'émotion. Je retiens qu'au crépuscule de sa vie, Anselme a toujours son amour inconditionnel pour la montagne malgré ses épreuves personnelles. Un homme inspirant!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nastie92 Posté le 17 Mars 2019
    Anselme Baud est savoyard. Il est skieur, alpiniste et guide. Il a bourlingué aux quatre coins du globe, a effectué de nombreuses descentes extrêmes, dans le massif du Mont-Blanc et toutes les Alpes, mais aussi dans les Andes, en Antarctique et dans l'Himalaya. "Ma devise est claire : là où c'est blanc, je passe !" illustre bien le personnage. Autant dire que la montagne n'a plus de secret pour lui. Il partage dans ce livre quelques souvenirs, les épisodes les plus marquants de sa vie de montagnard. Des aventures heureuses, et d'autres dramatiques. C'est à une fort jolie promenade en montagne qu'il nous convie. Anselme Baud se livre beaucoup, écrit généreusement et à coeur ouvert, ce qui donne un ensemble plein d'humanité et d'empathie. Dans un chapitre sobrement intitulé "Édouard", il raconte la mort de son fils, fauché sous ses yeux par une chute de sérac alors qu'il skiait. Pas de pleurnicheries, pas de volonté de faire s'apitoyer le lecteur, non. Il décrit simplement l'incrédulité, le refus naturel de croire ce que l'on voit, l'envie irrationnelle mais bien naturelle de revenir en arrière dans l'espoir fou de faire changer la fin. Ces pages serrent le coeur. Un chapitre m'a particulièrement émue : celui dans lequel... Anselme Baud est savoyard. Il est skieur, alpiniste et guide. Il a bourlingué aux quatre coins du globe, a effectué de nombreuses descentes extrêmes, dans le massif du Mont-Blanc et toutes les Alpes, mais aussi dans les Andes, en Antarctique et dans l'Himalaya. "Ma devise est claire : là où c'est blanc, je passe !" illustre bien le personnage. Autant dire que la montagne n'a plus de secret pour lui. Il partage dans ce livre quelques souvenirs, les épisodes les plus marquants de sa vie de montagnard. Des aventures heureuses, et d'autres dramatiques. C'est à une fort jolie promenade en montagne qu'il nous convie. Anselme Baud se livre beaucoup, écrit généreusement et à coeur ouvert, ce qui donne un ensemble plein d'humanité et d'empathie. Dans un chapitre sobrement intitulé "Édouard", il raconte la mort de son fils, fauché sous ses yeux par une chute de sérac alors qu'il skiait. Pas de pleurnicheries, pas de volonté de faire s'apitoyer le lecteur, non. Il décrit simplement l'incrédulité, le refus naturel de croire ce que l'on voit, l'envie irrationnelle mais bien naturelle de revenir en arrière dans l'espoir fou de faire changer la fin. Ces pages serrent le coeur. Un chapitre m'a particulièrement émue : celui dans lequel l'auteur parle du tremblement de terre qui a eu lieu au Népal en 2015. Dans les pages décrivant la vie avant la catastrophe, on sent tout l'amour d'Anselme Baud pour les Népalais, le respect de leur culture et de leurs traditions, une admiration certaine pour ce peuple travailleur et courageux, pauvre, digne et heureux. Le désarroi engendré par les ravages du séisme paraît d'autant plus grand. Ces villages entiers rayés de la carte le touchent de près. Ces victimes englouties, Anselme Baud les connaissait ; il avait noué de solides relations amicales avec nombre d'entre elles. Cette tragédie l'a frappé d'une façon très intime. Merci à Babelio pour son opération masse critique et aux éditions Kero pour l'envoi de ce livre. Un texte très touchant, écrit avec beaucoup de finesse par un auteur plein de sensibilité. Une jolie lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • celindanae Posté le 7 Mars 2019
    Le livre d’Anselme Baud, comme celui de nombreux alpinistes, présente l’itinéraire montagnard d’une vie, entre la biographie et le récit d’ascension. Au premier abord très classique, le récit s’éloigne très vite de nombreuses (auto)biographies d’alpinistes célèbres pour aller vers une narration beaucoup plus intimiste. L’auteur a ainsi choisi quelques épisodes marquants de sa vie, pas forcément les plus important au sens technique ou d’un intérêt pour la grande histoire de l’alpinisme, mais ce sont ceux qui l’ont construit, qui lui ont permis de tracer sa voie en montagne. Chaque épisode est ainsi touchant, souvent empli d’humilité et de simplicité, dans lequel transparait un côté à la fois très humaniste et aussi très épris de liberté. L’auteur est ainsi direct, et ne déviera pas beaucoup de sa voie dans ces épisodes montagnards, ne faisant appel aux moyens artificiels ou trop techniques que lorsqu’on ne peut pas faire autrement. Dans ce récit écrit après plus de 50 ans de pratique de montagne, on est balancé entre les belles réussites, les voyages splendides, et les nombreux drames qui ont émaillé la vie de l’auteur. Le chapitre sur son accident dans la face nord des Courtes est déjà impressionnant, mais celui sur la chute de son... Le livre d’Anselme Baud, comme celui de nombreux alpinistes, présente l’itinéraire montagnard d’une vie, entre la biographie et le récit d’ascension. Au premier abord très classique, le récit s’éloigne très vite de nombreuses (auto)biographies d’alpinistes célèbres pour aller vers une narration beaucoup plus intimiste. L’auteur a ainsi choisi quelques épisodes marquants de sa vie, pas forcément les plus important au sens technique ou d’un intérêt pour la grande histoire de l’alpinisme, mais ce sont ceux qui l’ont construit, qui lui ont permis de tracer sa voie en montagne. Chaque épisode est ainsi touchant, souvent empli d’humilité et de simplicité, dans lequel transparait un côté à la fois très humaniste et aussi très épris de liberté. L’auteur est ainsi direct, et ne déviera pas beaucoup de sa voie dans ces épisodes montagnards, ne faisant appel aux moyens artificiels ou trop techniques que lorsqu’on ne peut pas faire autrement. Dans ce récit écrit après plus de 50 ans de pratique de montagne, on est balancé entre les belles réussites, les voyages splendides, et les nombreux drames qui ont émaillé la vie de l’auteur. Le chapitre sur son accident dans la face nord des Courtes est déjà impressionnant, mais celui sur la chute de son fils est chargé d’une forte émotion et m’a touché dans mon corps de montagnarde et de mère. La relation père -fils est présente tout au long du livre, d’abord entre le père de l’auteur et Anselme, puis entre lui et son fils. Ce récit montre aussi l’évolution de l’alpinisme entre la jeunesse de l’auteur et la fin de carrière du guide qu’il est devenu : il traverse les époques et a côtoyé les noms plus connus de la vallée de Chamonix, mais toujours avec une grande pudeur. Au final on a affaire à un livre poignant, intéressant, sur le parcours d’un alpiniste et skieur exceptionnel, qui présente les grandes valeurs de la vie en montagne : l’effort, le partage, l’humanité, la transmission, moyens de progresser dans cet univers par définition hostile et dangereux. Seul le chapitre sur la conquête du Mont-Blanc est plus anecdotique et n’apporte pas grand-chose au propos. A noter que ce livre est déjà sorti chez l’éditeur Nevetica en 2014 sous le titre Chamois Clandestins (Histoire d'un guide à la veillée). Ce livre était nettement plus court, et ne comportait pas notamment les derniers chapitres sur le tremblement de terre de 2015 au Népal et sur la difficile reconstruction du pays.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laurence_nowandzen Posté le 6 Avril 2018
    « On ne vainc aucune montagne, on la gravit avec plus ou moins de brio, et parfois elle se montre accueillante, parfois au contraire elle rappelle tragiquement sa toute-puissance. Il n’y a là aucune cruauté, mais peut-être une représentation de la réalité face à nos croyances, à nos désirs, aux illusions que se forgent les hommes. La montagne est souveraine, imprévisible, magnifique, inhospitalière, infiniment précieuse, nécessaire, mortelle : elle est tout cela selon qui la regarde. Et les hommes qui l’aiment le savent au prix du deuil. » Ado, j’ai dévoré les livres Frison-Roche, pleuré sur la neige en deuil de Troyat et rêvé de hauts sommets. J’ai eu la chance de skier depuis ma plus tendre enfance et vivant au pied des Pyrénées, j’ai toujours été attirée par la montagne, randonnée, ski ou escalade faisant partie de mon quotidien … dans une toute autre mesure que celle d’Anselme Baud, mais la connaissance de la montagne m’a permis d’aborder ce livre avec beaucoup de facilité et de plaisir. Anselme Baud, guide de haute montagne, lui-même devenu formateur de guides a été un des pionniers du ski extrême. Partant du principe que «Tout ce qui est blanc se descend , il a dévalé... « On ne vainc aucune montagne, on la gravit avec plus ou moins de brio, et parfois elle se montre accueillante, parfois au contraire elle rappelle tragiquement sa toute-puissance. Il n’y a là aucune cruauté, mais peut-être une représentation de la réalité face à nos croyances, à nos désirs, aux illusions que se forgent les hommes. La montagne est souveraine, imprévisible, magnifique, inhospitalière, infiniment précieuse, nécessaire, mortelle : elle est tout cela selon qui la regarde. Et les hommes qui l’aiment le savent au prix du deuil. » Ado, j’ai dévoré les livres Frison-Roche, pleuré sur la neige en deuil de Troyat et rêvé de hauts sommets. J’ai eu la chance de skier depuis ma plus tendre enfance et vivant au pied des Pyrénées, j’ai toujours été attirée par la montagne, randonnée, ski ou escalade faisant partie de mon quotidien … dans une toute autre mesure que celle d’Anselme Baud, mais la connaissance de la montagne m’a permis d’aborder ce livre avec beaucoup de facilité et de plaisir. Anselme Baud, guide de haute montagne, lui-même devenu formateur de guides a été un des pionniers du ski extrême. Partant du principe que «Tout ce qui est blanc se descend , il a dévalé des pentes mythiques à travers tous les continents. Dans ce livre, il nous fait partager ses aventures, des rencontres incroyables … de sacrées frayeurs dont certaines dramatiques mais surtout un environnement envoutant. En commençant ce livre, le côté « récit » me faisait un peu peur mais il n’y a rien d’ennuyeux ici. Ce n’est pas non plus une autobiographie linéaire et encore moins un récit catastrophe dans le genre « Everest » (j’y pense car le film est passé sur petit écran il y a peu) mais des séquences qui se dégustent petit à petit, des histoires heureuses ou malheureuses qui rappellent à ceux qui ne le savent pas que la dure réalité de la montagne fait très rapidement oublier la beauté du spectacle. J’ai aimé le réalisme ce livre, le côté anti-sensationnel, les anecdotes, le récit d’équipées anciennes, la découverte du ski extrême … bref, une belle découverte ! Merci à Babelio pour cet envoi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apikrus Posté le 3 Mars 2018
    Anselme Baud, guide de montagne et professeur à l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme, témoigne de sa passion. Adepte de sensations fortes, il affiche sa devise : « Là où c'est blanc, je passe ». A lire son récit, elle semble aussi être : « Vivre plutôt qu'être en vie, ou bien mourir ! » (celle-ci est de moi 😉). En haute montagne, le ski et l'escalade sont périlleux, et l'auteur rencontre souvent la mort : il apprend régulièrement celles d'amis, y échappe de peu lors d'une chute de pierres, et assiste à celle de son fils de 24 ans fauché par un sérac. Lorsqu'un rocher lui fracasse la mâchoire, il se 'console' en pensant n'avoir commis aucune erreur, qu'un aléa en est responsable. Mais son erreur n'est-elle pas de s'être exposé à de tels risques ? Le 1er mai 1994, Ayrton Senna a en tout cas négligé la première loi de Newton : « Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n'agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d'état. » L'auteur nous explique pourquoi il s'expose aux dangers de la montagne. Ce... Anselme Baud, guide de montagne et professeur à l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme, témoigne de sa passion. Adepte de sensations fortes, il affiche sa devise : « Là où c'est blanc, je passe ». A lire son récit, elle semble aussi être : « Vivre plutôt qu'être en vie, ou bien mourir ! » (celle-ci est de moi 😉). En haute montagne, le ski et l'escalade sont périlleux, et l'auteur rencontre souvent la mort : il apprend régulièrement celles d'amis, y échappe de peu lors d'une chute de pierres, et assiste à celle de son fils de 24 ans fauché par un sérac. Lorsqu'un rocher lui fracasse la mâchoire, il se 'console' en pensant n'avoir commis aucune erreur, qu'un aléa en est responsable. Mais son erreur n'est-elle pas de s'être exposé à de tels risques ? Le 1er mai 1994, Ayrton Senna a en tout cas négligé la première loi de Newton : « Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n'agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d'état. » L'auteur nous explique pourquoi il s'expose aux dangers de la montagne. Ce lieu et la manière dont il le parcourt ont forgé sa conception de la vie, et lui ont apporté une sagesse qu'il met en avant : « Grimper en haute montagne est une métaphore de la vie - complexe, rude, risquée, traversée de fulgurances et d'éblouissements, d'épreuves aussi, je le sais mieux que personne ». Il explique ne pas avoir eu le choix, avoir simplement suivi ses inclinations et ne pas le regretter : « C'est comme si le vertige m'aspirait à l'envers, un appel à aller voir plus haut ! » J'aime beaucoup cette citation d'Henri Bergson qu'Anselme Baud reprend en exergue : « Je ne vois qu'un moyen de savoir jusqu'où on peut aller, c'est de se mettre en route et de marcher ». Non initié à l'escalade, quelques passages m'ont paru un peu trop techniques. Mais cet ouvrage est très agréable à livre, à la fois récit d'aventure et exposé d'une philosophie de vie. • Merci à Babelio et aux éditions Kero !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.