Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266253970
Code sériel : 16141
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Celui dont le nom n'est plus

Date de parution : 10/09/2015
Et si les tueurs étaient en fait les victimes ?
 
« Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de...
« Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu'ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n'en est qu'à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l'horreur...

« Un polar dense. Une intrigue captivante. » L'Express

« Un thriller haletant... dont le lecteur n'oubliera pas le nom. » Ouest France
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266253970
Code sériel : 16141
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un polar dense. Une intrigue captivante. » L'Express

« Un authentique page-turner. » Antoine de Caunes, Canal +

« Un thriller à couper le souffle. » L'Est républicain

« C'est une des réussites de l'année. J'adore ce polar ! » Gérard Collard, La Griffe Noire

« Un thriller haletant... dont le lecteur n'oubliera pas le nom. » Ouest France
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sweethydark Posté le 2 Août 2020
    Un très bon polar, qui nous tiens en haleine jusqu'à la fin ; à laquelle je ne m'attendais pas.
  • Jardinssecrets Posté le 15 Juillet 2020
    Bonjour à toutes et à tous… Après avoir lu “Dans les brumes du mal” et “Apocryphe” du même auteur, je n’ai pas été déçu du tout par “Celui dont le nom n'est plus”. Quel voyage ! Grâce à sa plume parfaitement maîtrisée, René Manzor signe un polar original avec une intrigue intense et prenante sur fond d'ésotérisme, aux frontières de l’amour et de la mort… Dès les premières pages, le ton sanglant est donné. J’ai adoré ! Pas de temps morts, du rythme, des chapitres courts, un scénario très bien construit. Le suspense est maintenu constamment. On plonge dans le domaine de l’hypnose, de l’égyptologie, de la greffe d’organes. Je me suis posé beaucoup de questions tout le long de ma lecture entre compassion, tristesse, impuissance, horreur et malaise. René ne nous ménage pas. Un page turner, qui ferait un excellent film, grâce à son côté psychologique très bien dépeint. Une enquête prenante, menée par un inspecteur de Scotland Yard et une profiler américaine. Un tueur insaisissable, même une fois interpellé. Une quête haletante… Je me suis laissé prendre jusqu'au bout par ce récit ne sachant pas du tout où l'auteur nous mènerait. Une histoire émouvante, passionnante, des personnages attachants, dans une ambiance très sombre... Bonjour à toutes et à tous… Après avoir lu “Dans les brumes du mal” et “Apocryphe” du même auteur, je n’ai pas été déçu du tout par “Celui dont le nom n'est plus”. Quel voyage ! Grâce à sa plume parfaitement maîtrisée, René Manzor signe un polar original avec une intrigue intense et prenante sur fond d'ésotérisme, aux frontières de l’amour et de la mort… Dès les premières pages, le ton sanglant est donné. J’ai adoré ! Pas de temps morts, du rythme, des chapitres courts, un scénario très bien construit. Le suspense est maintenu constamment. On plonge dans le domaine de l’hypnose, de l’égyptologie, de la greffe d’organes. Je me suis posé beaucoup de questions tout le long de ma lecture entre compassion, tristesse, impuissance, horreur et malaise. René ne nous ménage pas. Un page turner, qui ferait un excellent film, grâce à son côté psychologique très bien dépeint. Une enquête prenante, menée par un inspecteur de Scotland Yard et une profiler américaine. Un tueur insaisissable, même une fois interpellé. Une quête haletante… Je me suis laissé prendre jusqu'au bout par ce récit ne sachant pas du tout où l'auteur nous mènerait. Une histoire émouvante, passionnante, des personnages attachants, dans une ambiance très sombre et un final qui m'a beaucoup marqué… Je vous le conseille vraiment. Retrouvez toute l'actualité de l'auteur sur : www.renemanzor.com ou https://www.facebook.com/rmanzorlink ÷÷÷÷÷÷÷ Extrait : « C'est fou comme l'esprit reste convaincu que le corps lui ment en permanence. On s'imagine avoir vingt ans à soixante, on s'offusque quand les jeunes vous appellent "monsieur" ou "madame" à cause de je ne sais quelle différence physique et, pendant ce temps, nos rêves et nos fantasmes ne prennent pas une ride. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • penepuce Posté le 9 Mai 2020
    Excellent policier. Personnages attachants et charismatiques, fil de l'histoire bien trouvé , l'auteur nous emporte avec facilité dans son imagination. Des meurtres sont perpétrés dans Londres. On retrouve des victimes éventrées, les organes prélevés ... l'assassin est à chaque fois la personne la plus proche, celle qui a le plus de sentiment. Comment est ce possible ? A lire ...
  • CatherineCollet Posté le 16 Août 2019
    Super livre ! On se plonge tout de suite dans cette intrigue rocambolesque et ... y a qu'à le lire et vous saurez ! Des personnages glauques, une intrigue pas banale, tout est en place pour un roman assez noir mais dont j'avais hâte de connaître le dénouement. Un très bon moment en compagnie de ce roman.Merci pour ce moment !
  • Charliebbtl Posté le 24 Juin 2019
    Un polar ésotérique sans tomber dans l’encyclopédisme Très vite, on comprend que la série de crimes qui sévit dans ce roman relève presque de l’ordre du sacrifice car, comme l’explique le personne de Rhymes, la mise en scène du corps de chaque victime renvoie systématiquement à des cultures païennes. Manzor réussit ainsi à nous faire découvrir certains rituels mortuaires de civilisations passées sans pour autant nous perdre dans des descriptions ou des théories de spécialistes. J’ai trouvé la manière dont ces allusions sont faites dans le roman extrêmement subtile. L’auteur saupoudre plus qu’il ne plaque ces références donnant ainsi l’impression au lecteur de ne pas être totalement inculte. En gros, on sort de ce roman moins bête qu’on ne l’était en y entrant et ce sans pour autant avoir eu à subir un cours de théorie religieuse. Et pour cela, un grand merci à M. Manzor ! Des héros écorchés vifs Il n’en fallait pas moins pour un roman où l’éventration est au cœur de l’intrigue. McKenna évolue dans un contexte familial totalement anéanti suite à la mort accidentelle de son épouse. Rhymes a subi, toute son enfance, la folie d’un père pasteur sectaire et quasi possédé par sa foi. Quant à Nils... Un polar ésotérique sans tomber dans l’encyclopédisme Très vite, on comprend que la série de crimes qui sévit dans ce roman relève presque de l’ordre du sacrifice car, comme l’explique le personne de Rhymes, la mise en scène du corps de chaque victime renvoie systématiquement à des cultures païennes. Manzor réussit ainsi à nous faire découvrir certains rituels mortuaires de civilisations passées sans pour autant nous perdre dans des descriptions ou des théories de spécialistes. J’ai trouvé la manière dont ces allusions sont faites dans le roman extrêmement subtile. L’auteur saupoudre plus qu’il ne plaque ces références donnant ainsi l’impression au lecteur de ne pas être totalement inculte. En gros, on sort de ce roman moins bête qu’on ne l’était en y entrant et ce sans pour autant avoir eu à subir un cours de théorie religieuse. Et pour cela, un grand merci à M. Manzor ! Des héros écorchés vifs Il n’en fallait pas moins pour un roman où l’éventration est au cœur de l’intrigue. McKenna évolue dans un contexte familial totalement anéanti suite à la mort accidentelle de son épouse. Rhymes a subi, toute son enfance, la folie d’un père pasteur sectaire et quasi possédé par sa foi. Quant à Nils Blake, l’avocat chargé de défendre les meurtriers amnésiques, c’est dans sa chair qu’on retrouvera cette souffrance qui ne le lâche pas. Nos trois héros semblent ainsi se jeter dans cette affaire comme pour oublier voire exorciser leurs démons intérieurs mais les démons sont parfois plus coriaces qu’ils n’y paraissent. Mon Chouchou Comme souvent, c’est le flic qui remporte la palme et McKenna n’échappe pas à la règle. J’ai apprécié notamment la relation qu’il entretient avec ses quatre fils et la manière dont il essaye d’affronter la mort de son épouse. C’est difficile d’évoquer ici cette partie du roman car il ne s’agirait pas de vous révéler le fin mot de l’histoire mais le dernier chapitre vous mettra presque les larmes aux yeux si vous êtes une pauvre petite chose comme moi. C’est d’ailleurs étrange de constater qu’une de mes précédentes lectures reprenait le même type d’intrigue qui fendrait le cœur à toute personne un tant soit peu sensible. En définitive, un polar efficace et au rythme haletant que je recommande très fortement. Je ne devrais pas trop tarder avant de me replonger dans un Manzor.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.