Lisez! icon: Search engine

Comment trouver la femme idéale

Pocket
EAN : 9782266244824
Code sériel : 16016
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Comment trouver la femme idéale
Le Théorème du homard

Odile DEMANGE (Traducteur)
Date de parution : 02/04/2015
Don Tillman a un gros problème. Ce n'est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c'est le « Problème Épouse ». Sur... Don Tillman a un gros problème. Ce n'est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c'est le « Problème Épouse ». Sur 100 individus de sexe féminin, 100 ne répondent absolument pas à la liste de critères scrupuleusement établie par lui – et Rosie, étudiante le jour, serveuse la nuit, encore moins que les autres... Et c'est bien là que le théorème se complique...

« De quiproquos en éclats de rire, on en pince pour Le Théorème du homard. » Madame Figaro

« Original, charmant, fascinant. » The Times

« Absurde à souhait. » Vanity Fair
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266244824
Code sériel : 16016
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« De quiproquos en éclats de rire, on en pince pour Le Théorème du homard
Madame Figaro
« Franchement hilarante, cette comédie sur l'amour est menée tambour battant. »
Ouest France
« Original, charmant, fascinant. » The Times
« Un vrai roman feel-good ! » Dominique Fidel - Happinez
« Un roman frais, drôle et tendre qui ravira aussi bien les lecteurs romantiques que les plus cartésiens. » Librairie Delvaux - La République de Seine-et-Marne
« Attention : l’éclat de rire guette à chaque page. » 24 Heures (Suisse)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AimElle26 Posté le 15 Octobre 2019
    Lecture jubilatoire. .... Merci
  • jl-coutelier Posté le 12 Septembre 2019
    J'ai beaucoup aimé ce livre. Il est facile à lire tellement il captive notre attention sur notre capacité à dépasser nos croyances limitantes sur ce qui peut ou non arriver. J'ai beaucoup appris sur ce qui peut rapprocher deux êtres très différents, sur les complicités entre deux univers doués de caractéristiques propres. La patience et l'écoute de son ruissellement intérieur mène sur le chemin de la rencontre de l'Amour. Tout est possible Merci
  • lisona Posté le 16 Août 2019
    Alors que tout semble les opposer et face à une série d'embuches, le destin et la théorie de la glace finiront par avoir raison de leur choix. Ecrit avec humour et legèreté c'est un roman d'un autre genre.
  • coffret Posté le 1 Juillet 2019
    Lu juste après Solitudes d'Anne Bragance, j'ai craint de retrouver dans Le théorème du homard le même genre de personnage : celui qui amuse au départ par son décalage, son folklore intérieur et ses manies, mais qui finit par déranger lorsque son obsession débouche sur une sorte de folie dans laquelle il ne perçoit plus la faute. Est-ce parce que Don reste un personnage social et n'est donc pas confronté à la double solitude d'âme et de faits ? Je ne sais pas. Toujours est-il que je ne me suis pas sentie oppressée. Au contraire, je me suis laissée séduire par cette histoire rafraichissante. De quoi est-il question ? Il s’agit d’une romance surfant sur l’ère des étiquettes de l’intelligence. Il est question d'un homme, Don, qui réfléchit beaucoup. Il réfléchit au point de ne laisser aucune part à l'émotion dans sa vie. Tout doit être rationnellement et logiquement compris. Alors il anticipe, compulse, classe, catégorise, documente. Sa vie est organisée de façon à lui éviter toute déperdition de temps en questionnements inutiles. La fantaisie n'est pas son rayon, mais il ne semble pas se sentir malheureux. Il reconnaît sa différence et son inaptitude aux interactions sociales – qu’il essaie... Lu juste après Solitudes d'Anne Bragance, j'ai craint de retrouver dans Le théorème du homard le même genre de personnage : celui qui amuse au départ par son décalage, son folklore intérieur et ses manies, mais qui finit par déranger lorsque son obsession débouche sur une sorte de folie dans laquelle il ne perçoit plus la faute. Est-ce parce que Don reste un personnage social et n'est donc pas confronté à la double solitude d'âme et de faits ? Je ne sais pas. Toujours est-il que je ne me suis pas sentie oppressée. Au contraire, je me suis laissée séduire par cette histoire rafraichissante. De quoi est-il question ? Il s’agit d’une romance surfant sur l’ère des étiquettes de l’intelligence. Il est question d'un homme, Don, qui réfléchit beaucoup. Il réfléchit au point de ne laisser aucune part à l'émotion dans sa vie. Tout doit être rationnellement et logiquement compris. Alors il anticipe, compulse, classe, catégorise, documente. Sa vie est organisée de façon à lui éviter toute déperdition de temps en questionnements inutiles. La fantaisie n'est pas son rayon, mais il ne semble pas se sentir malheureux. Il reconnaît sa différence et son inaptitude aux interactions sociales – qu’il essaie d’apprendre par cœur à défaut de les comprendre intuitivement, ce qui donne lieu à de réjouissants absurdes dialogues intérieurs. Lointain cousin de Monk, le moindre imprévu chamboule son emploi du temps millimétré et nécessite de re-processer l'ensemble des données impactées. Rien jusque-là ne lui a donné envie d'évoluer. A l'opposé, tout semble le conforter dans sa façon d'être et de vivre. Pourtant, même si extérieurement ses attitudes l'apparentent au robot sans émotion, capable d'ingurgiter des sommes d'informations considérables d'une façon qui frôle l'obsession, Don est attachant de sincérité. S'il recherche l'amour - ou plutôt une femme pour la vie -, l’élue devra correspondre en tout point à une interminable liste de critères qui, par leur nombre, leur précision et leur rigidité, en deviennent farfelus. Rien ne doit dépasser. Evidemment, et c'est classique dans toute romance dont le personnage principal se montre peu coincé - car la romance veut normaliser en réhabilitant aux yeux des autres - une femme à l'opposé de sa todo-list se présente. Touché par l'amour sans encore le savoir, Don va progressivement se remettre en question. Il va chercher comment rester lui-même tout en s'autorisant à vivre ce qui le surprend et le dépasse. Pour moi, c'est l'histoire d'un homme qui se découvre incomplet et qui accepte de s'ouvrir à une autre dimension de son être : le sentiment. C'est un chemin, un enrichissement intérieur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marple Posté le 1 Juin 2019
    Le théorème du homard est bourré de trouvailles stylistiques amusantes pour raconter la vie hyper normée de son héros, Don, prof de génétique, aussi handicapé du sentiment que doué du cerveau. Système de Repas Normalisés, Indice de Masse Corporelle de tous les nouveaux personnages, Opération Epouse... Car oui, l'objectif de Don au début de cette romance est de se trouver une compagne adéquate. Pas vraiment parce qu'il en a envie, juste parce que ça serait adéquat. Il élabore donc un questionnaire très précis et très scientifique, intégrant la question qui a donné son titre au livre 'Etes-vous prête à manger du homard tous les mardis soirs de votre vie à venir ?' Evidemment, tout ne se passera pas comme Don l'avait prévu. Il va donc vivre des aventures rocambolesques à base de soirées-cocktails, d'intrusions dans divers labos ou de relookings à New-York... C'est plein de bons sentiments, d'appels à la tolérance et de tendresse. Oui. Mais. A la lecture, j'ai ressenti à peut-être autant d'empathie pour Don qu'il en ressent pour les gens autour de lui. C'est-à-dire quasiment aucune. Difficile dans ce contexte de ressentir le théorème avec mon coeur... même si mon cerveau l'a compris et assimilé, pour parler en langage de... Le théorème du homard est bourré de trouvailles stylistiques amusantes pour raconter la vie hyper normée de son héros, Don, prof de génétique, aussi handicapé du sentiment que doué du cerveau. Système de Repas Normalisés, Indice de Masse Corporelle de tous les nouveaux personnages, Opération Epouse... Car oui, l'objectif de Don au début de cette romance est de se trouver une compagne adéquate. Pas vraiment parce qu'il en a envie, juste parce que ça serait adéquat. Il élabore donc un questionnaire très précis et très scientifique, intégrant la question qui a donné son titre au livre 'Etes-vous prête à manger du homard tous les mardis soirs de votre vie à venir ?' Evidemment, tout ne se passera pas comme Don l'avait prévu. Il va donc vivre des aventures rocambolesques à base de soirées-cocktails, d'intrusions dans divers labos ou de relookings à New-York... C'est plein de bons sentiments, d'appels à la tolérance et de tendresse. Oui. Mais. A la lecture, j'ai ressenti à peut-être autant d'empathie pour Don qu'il en ressent pour les gens autour de lui. C'est-à-dire quasiment aucune. Difficile dans ce contexte de ressentir le théorème avec mon coeur... même si mon cerveau l'a compris et assimilé, pour parler en langage de Don...
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.