RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Croire aux forces de l'esprit

            Pocket
            EAN : 9782266278430
            Code sériel : 17050
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 160
            Format : 108 x 177 mm
            Croire aux forces de l'esprit

            Collection : Évolution
            Date de parution : 18/01/2018
            « “Je crois aux forces de l’esprit. ” Éclairer cette phrase, je pouvais tenter de le faire, puisque j’ai eu la chance d’être témoin pendant douze ans de la soif spirituelle de François Mitterrand. Un témoin privilégié, qu’il avait choisi lui-même. »
            En retraçant son étonnant dialogue avec l’ancien président de...
            « “Je crois aux forces de l’esprit. ” Éclairer cette phrase, je pouvais tenter de le faire, puisque j’ai eu la chance d’être témoin pendant douze ans de la soif spirituelle de François Mitterrand. Un témoin privilégié, qu’il avait choisi lui-même. »
            En retraçant son étonnant dialogue avec l’ancien président de la République, Marie de Hennezel répond aux grandes questions spirituelles que nous nous posons tous. Et nous montre que l’engagement dans le monde n’est pas opposé à une quête du sens profond de la vie, et peut même s’en nourrir.

            Marie de HENNEZEL est psychologue clinicienne. Pionnière du développement et de la reconnaissance des soins palliatifs, elle a travaillé dix ans auprès des malades avant d'être chargée de mission au ministère de la Santé sur les questions de la fin de vie. Elle a reçu les insignes de chevalier de la Légion d'honneur.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266278430
            Code sériel : 17050
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 160
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • frandj Posté le 29 Avril 2017
              Marie de Hennezel révèle tardivement les entretiens privés qu'elle a eus avec le président Mitterand pendant douze années, c'est-à-dire pendant qu'il était malade (ce que la France ignorait). On savait que François Mitterand était un homme extrêmement complexe: politique ambitieux et souvent sans scrupule, laïc et marqué à gauche, homme à femmes, grand lecteur devant l'Eternel, maîtrisant une culture large et profonde. Mais presque personne ne se doutait qu'il était aussi, secrètement, un chercheur spirituel. le seul indice qu'il a donné, c'est cette phrase « Je crois aux forces de l'esprit » qu'il a prononcée à l'occasion de ses derniers voeux adressés à la nation, au début de 1995. Dès qu'il se sentait motivé et disponible, il convoquait à l'Elysée Marie de Hennezel. Ses échanges avec elle font clairement apparaître sa finesse d'esprit et une vraie sincérité dans sa quête spirituelle. Au début, il évoque sa mère qui, juste avant sa mort, a dit: « J'offre mes souffrances pour l'âme de François » et on sent bien que, adulte, il n'a jamais oublié cette "offre". Mais surtout, il réfléchit à haute voix sur ses nombreuses lectures, par exemple celle de Maurice Zundel ou d'Etty Hillesum; à ce propos, il relève cette... Marie de Hennezel révèle tardivement les entretiens privés qu'elle a eus avec le président Mitterand pendant douze années, c'est-à-dire pendant qu'il était malade (ce que la France ignorait). On savait que François Mitterand était un homme extrêmement complexe: politique ambitieux et souvent sans scrupule, laïc et marqué à gauche, homme à femmes, grand lecteur devant l'Eternel, maîtrisant une culture large et profonde. Mais presque personne ne se doutait qu'il était aussi, secrètement, un chercheur spirituel. le seul indice qu'il a donné, c'est cette phrase « Je crois aux forces de l'esprit » qu'il a prononcée à l'occasion de ses derniers voeux adressés à la nation, au début de 1995. Dès qu'il se sentait motivé et disponible, il convoquait à l'Elysée Marie de Hennezel. Ses échanges avec elle font clairement apparaître sa finesse d'esprit et une vraie sincérité dans sa quête spirituelle. Au début, il évoque sa mère qui, juste avant sa mort, a dit: « J'offre mes souffrances pour l'âme de François » et on sent bien que, adulte, il n'a jamais oublié cette "offre". Mais surtout, il réfléchit à haute voix sur ses nombreuses lectures, par exemple celle de Maurice Zundel ou d'Etty Hillesum; à ce propos, il relève cette petite phrase « Si Dieu ne m'aide pas, c'est moi qui vais l'aider », qui donne beaucoup à méditer. Ailleurs, le président compare intelligemment la religion « qui divise » et la spiritualité « qui rassemble »; le mysticisme est une expérience physique (« Dieu se respire ») qu'on peut rencontrer dans toutes les religions. François Mitterand énonce aussi ce jugement hardi: « La France n'est pas prête pour la laïcité, parce qu'elle n'a pas encore fait le chemin de l'intériorité ». Mais il n'est pas question pour moi de développer tous les aspects de ce livre particulièrement riche. Il mériterait notre attention, même si le principal personnage n'avait pas été chef de l'Etat. Quant à Marie de Hennezel, pionnière des soins palliatifs en France et auteure du livre "La mort intime" (paru en 1995 et préfacé par… Mitterand), elle a joué un rôle décisif pour permettre au président d'exprimer ses préoccupations spirituelles pendant douze ans.
              Lire la suite
              En lire moins
            Vivez mieux avec Pocket
            Inscrivez-vous à la newsletter pour découvrir des conseils qui répondent aux grandes et petites questions que chacun peut se poser.