Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266285117
Code sériel : 17205
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
Cueilleuse de thé
Date de parution : 05/04/2018
Éditeurs :
Pocket

Cueilleuse de thé

Date de parution : 05/04/2018
Dix ans que, du matin au soir, dans la chaleur humide des plantations, Shemlaheila cueille le thé. Dix ans à subir la cruauté des contremaîtres et à rêver d’ailleurs. À... Dix ans que, du matin au soir, dans la chaleur humide des plantations, Shemlaheila cueille le thé. Dix ans à subir la cruauté des contremaîtres et à rêver d’ailleurs. À la mort de sa mère, la jeune femme trouve assez de courage pour donner une chance à ses rêves. S’affranchir... Dix ans que, du matin au soir, dans la chaleur humide des plantations, Shemlaheila cueille le thé. Dix ans à subir la cruauté des contremaîtres et à rêver d’ailleurs. À la mort de sa mère, la jeune femme trouve assez de courage pour donner une chance à ses rêves. S’affranchir de sa condition. Quitter le Sri Lanka. Visa pour Londres en poche, Shemlaheila change d’horizon. Une autre culture, de nouveaux désirs s’ouvrent alors à elle. Avec leur lot de surprises, de solitude et de questions… Y trouvera-t-elle sa place ? La petite cueilleuse de thé parviendra-t-elle à se créer une nouvelle vie ?

Cet ouvrage a reçu le Prix du Livre Romantique

« Une héroïne lumineuse. » La Voix du Nord

« Captivant. » La Provence
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266285117
Code sériel : 17205
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Inspirant ! » ELLE
« Un deuxième livre captivant. » La Provence
« Une héroïne lumineuse et bourrée d'énergie. » La Voix du Nord

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sissie94500 Posté le 15 Janvier 2022
    Ça faisait longtemps que je n'avais pas été autant bouleversée par un livre ! C'est ébranlée et à la fois révoltée que je sors de cette lecture ! Les personnages même secondaires sont attachants, et l'héroïne est solaire ! C'est l'histoire de Sheimlaheila, une jeune cueilleuse de thé skri lankaise d'une grande beauté qui, du jour au lendemain, quitte sa condition difficile. Armée de patience, elle réalise son rêve, immigrer seule à Londres où de meilleures conditions l'attendent... Du moins c'est ce qu'elle croit... Sheimlaheila trouve un emploi dans un restaurant indien à côté de la FAC où elle rêve d'étudier. Grâce à son courage et sa détermination, elle réussira ses objectifs de façon différente de ce à quoi elle s'attendait, sans jamais rien regretter. L'auteur se lance dans le sujet de l'esclavagisme des temps moderne, même dans une grande ville comme Londres. Malheureusement, la jeune femme n'y échappera pas elle sera exploitée et sous payée par ses nouveaux employeurs. "Tu vois, Mohanty, ce n'est guère différent de ce qui se fait chez nous. Mais ici, les ordres sont donnés avec élégance". Malgré tout, elle suivra toujours ce que son cœur lui dit sans jamais fléchir. Elle fera aussi des rencontres bouleversantes et touchantes notamment... Ça faisait longtemps que je n'avais pas été autant bouleversée par un livre ! C'est ébranlée et à la fois révoltée que je sors de cette lecture ! Les personnages même secondaires sont attachants, et l'héroïne est solaire ! C'est l'histoire de Sheimlaheila, une jeune cueilleuse de thé skri lankaise d'une grande beauté qui, du jour au lendemain, quitte sa condition difficile. Armée de patience, elle réalise son rêve, immigrer seule à Londres où de meilleures conditions l'attendent... Du moins c'est ce qu'elle croit... Sheimlaheila trouve un emploi dans un restaurant indien à côté de la FAC où elle rêve d'étudier. Grâce à son courage et sa détermination, elle réussira ses objectifs de façon différente de ce à quoi elle s'attendait, sans jamais rien regretter. L'auteur se lance dans le sujet de l'esclavagisme des temps moderne, même dans une grande ville comme Londres. Malheureusement, la jeune femme n'y échappera pas elle sera exploitée et sous payée par ses nouveaux employeurs. "Tu vois, Mohanty, ce n'est guère différent de ce qui se fait chez nous. Mais ici, les ordres sont donnés avec élégance". Malgré tout, elle suivra toujours ce que son cœur lui dit sans jamais fléchir. Elle fera aussi des rencontres bouleversantes et touchantes notamment celle de Twinny, une vieille dame adorable qui perd la mémoire. Nous suivons également la triste histoire d'autres cueilleuses de thé, qui n'ont pas eu la chance de leur consœur. Les sacs trop lourds à porter, le soleil harassant, le dos courbé toutes la journée et le regard du Kangani (surveillant de la plantation) qui pèse un peu trop sur elles. Ces femmes se font rabrouer et violer (même une fillette de 12 ans) par un homme sans scrupule et dont la cruauté est sans limite. Les points négatifs : L'auteur utilise tout le temps le même procéder. Certaines scènes qu'on aurait aimer voir elle ne les mets que dans le souvenir, ce qui est bien, mais j'aurais préféré qu'elle varie cela pour que ce soit moins redondant. Le titre me pose problème car ce livres parle de plusieurs cueilleuses de thé et non d'une seule du coup j'aurais mis au pluriel. Et puis si elle voulait le mettre au singulier, j'aurais rajouter "la" devant ça aurait été mieux.
    Lire la suite
    En lire moins
  • domi_troizarsouilles Posté le 9 Septembre 2021
    C’est une offre éclair Kindle, ces offres quotidiennes où certains ebooks du géant américain sont proposés à prix réduit, qui m’a fait choisir ce livre, que je n’aurais probablement jamais repéré autrement. Comme en plus il va pouvoir entrer dans au moins un challenge en cours, je n’ai pas trop hésité à le prendre… C’est l’histoire de Shemlaheila, jeune femme indienne travaillant dans une plantation de thé au Sri Lanka depuis l’âge de 12 ans, qui marque aussi la fin de la scolarité (et la recherche d’un mari, accessoirement) pour tant d’autres jeunes fille dans son cas. A la mort de sa mère, qui la protégeait de tous les dangers et notamment de la lubricité des hommes, elle décide de tout mettre en œuvre pour atteindre son rêve : devenir vendeuse dans une boutique de thé, plutôt que ce travail éreintant de cueilleuse… et pour cela, elle décide d’aller faire des études de secrétariat / compta, sans trop savoir ce que c’est exactement, en Angleterre ! Alors, peut-être l’avez-vous compris d’emblée : l’autrice s’est tellement attachée à rendre Shemla touchante, comme une amie que l’on suivrait pas à pas dans son périple, qu’elle a un peu mis de côté un certain souci... C’est une offre éclair Kindle, ces offres quotidiennes où certains ebooks du géant américain sont proposés à prix réduit, qui m’a fait choisir ce livre, que je n’aurais probablement jamais repéré autrement. Comme en plus il va pouvoir entrer dans au moins un challenge en cours, je n’ai pas trop hésité à le prendre… C’est l’histoire de Shemlaheila, jeune femme indienne travaillant dans une plantation de thé au Sri Lanka depuis l’âge de 12 ans, qui marque aussi la fin de la scolarité (et la recherche d’un mari, accessoirement) pour tant d’autres jeunes fille dans son cas. A la mort de sa mère, qui la protégeait de tous les dangers et notamment de la lubricité des hommes, elle décide de tout mettre en œuvre pour atteindre son rêve : devenir vendeuse dans une boutique de thé, plutôt que ce travail éreintant de cueilleuse… et pour cela, elle décide d’aller faire des études de secrétariat / compta, sans trop savoir ce que c’est exactement, en Angleterre ! Alors, peut-être l’avez-vous compris d’emblée : l’autrice s’est tellement attachée à rendre Shemla touchante, comme une amie que l’on suivrait pas à pas dans son périple, qu’elle a un peu mis de côté un certain souci de réalisme. Qu’une jeune femme assez intelligente, mais sans réelle culture puisqu’elle n’a eu qu’une instruction limitée et ne connaît rien d’autre que son univers de cueilleuse de thé, ait l’idée saugrenue d’aller à l’université en Angleterre, soit… Mais en plus qu’on nous y amène, que Shemla obtienne un visa touristique de 6 mois (ce n’est pas l’espace Schengen qui donnerait ça ! mais l’Angleterre a toujours fait autrement, même avant le brexit, alors disons que ça peut être possible) et qu’elle accède effectivement à la fac – je n’en dirai pas plus sous peine de divulgâcher – c’est tout de suite moins crédible, et pourtant l’autrice nous mène sur cette voie sans sourciller ! En outre, ladite Shemla est présentée sans l’être tout à fait ; on sait qu’elle est très belle (évidemment !), ce qui est une malédiction en Inde comme au Sri Lanka semble-t-il, qu’elle traîne un lourd secret (qu’on devine à travers les pages) et qu’elle est une femme forte qui veut arriver à son objectif quoi qu’il arrive. Pour le reste, on ne connaît pas trop son caractère. On va la découvrir tour à tour hyper-naïve et combative, farouchement pudique et puis capable de faire tourner la tête d’un homme sans gêne et presque sans en avoir vraiment conscience ; extrêmement gentille et même un peu bécasse et pourtant fonceuse ; bref, elle est un lot de contradictions, de telle sorte que je serais bien incapable de décrire le caractère de cette femme réellement attachante et que l’on voudrait avoir pour amie… mais dont on se méfierait bien un peu tant elle semble évanescente. Cela dit, indéniablement, avec elle on est presque dans le roman de développement personnel, où il « suffit » de le vouloir pour le pouvoir, avec certes des difficultés, des gens qui vont profiter d’elle (et elle, qui reste extrêmement naïve par ailleurs, se laisse faire les yeux fermés), mais tout est bien qui finit bien n’est-ce pas ? ll y a d’autres aspects de l’histoire d’où le réalisme est cruellement absent, mais je ne peux pas en dire plus sous peine de trop dévoiler. Ainsi, il faut vraiment passer outre un certain besoin spontané de réalisme, pour apprécier ce livre « autrement ». Car il y a aussi de très bons points ! Si on le lit comme un récit à la limite d’un joli conte, alors on ne peut qu’admirer la vie de Shemla : on frémit avec elle dans son expérience difficile de cueilleuse de thé, qui n’est pas hyper-approfondie, pourtant on a presque l’impression d’être avec elle en train de cueillir les feuilles, et de peser le sac devenu si lourd en fin de journée, mais c’est ce poids qui définira le salaire quotidien ; sa naïveté dans tant et tant de situations, mais qui est aussi une forme de fraîcheur qui la rend agréable. J’ai particulièrement aimé sa comparaison des sociétés indienne et anglaise – la première ayant rayé les castes de sa législation, alors qu’elles continuent d’exister dans les faits ; la seconde prétendant une totale absence de ségrégation, mais engluée dans ses traditions où les différents classes sociales ne se mélangent quand même pas trop, et mieux vaut être bien blanc… En outre, le synopsis ne le dit pas, mais on a en fait trois histoires qui s’entrecroisent plus ou moins : il y a bien sûr celle de Shemla, qui est la principale et la plus attachante, mais on a aussi Pokonaruya, la femme délaissée et battue du kangani, le contremaître de la plantation : aura-t-elle les enfants qu’elle désire plus que tout ? pourra-t-elle échapper au malheur de ce mariage où mari et belle-mère l’exploitent sans aucun amour ? et on a Mohanty, jeune fille de 13 ans à qui Shemla s’est fort attachée, car elle se revoit en elle ; Mohanty rêve de devenir médecin, elle qui a à son tour dû arrêter l’école pour aller cueillir le thé, et voudrait bien accompagner son aînée en Angleterre – comment vivra-t-elle le départ de son « modèle » Shemla, qui lui a promis de revenir pour lui offrir un avenir meilleur ? pourra-t-elle jamais vraiment devenir médecin ? Au début on ne comprend pas très bien le pourquoi de ces trois histoires, dont le seul point commun semble être ce fameux et affreux kangani. Puis, au fil des pages, on comprend (et on s’y attache) que ce sont surtout trois portraits de femmes fortes, jeunes et moins jeunes, qui tentent de sortir d’un avenir prédestiné synonyme de malheur, avec leurs propres moyens, leurs faiblesses, et toutes les limitations qu’une société sri-lankaise (où elles vivent) ou indienne (d’où Shemla et Mohany sont issues) leur impose depuis la nuit des temps. C’est donc un roman très féministe, sans l’afficher de manière combative, et sans pathos, mais qui montre par quelques exemples imaginaires, à la limite du conte tirant sur le romantique, sans jamais devenir tout à fait une romance, que tout est possible même quand on part de rien, à condition de le vouloir, et avec l’un ou l’autre coup de pouce de la vie même quand on croit que tout est perdu. La fin particulièrement jouissive, et assez inattendue (quoique…) vient clôturer les trois histoires en un tout qui laissera planer un petit goût de bonheur lié à ce livre. Ce n’est pas de la grande littérature, et le réalisme n’est pas tout à fait au rendez-vous, mais c’est un réel feel good bien appréciable !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mylea45 Posté le 23 Août 2021
    Une belle découverte pour moi de cette autrice à travers ce roman qui se lit assez bien Une histoire sur la femme, ces condition de vie et sa liberté
  • Mousse74 Posté le 15 Août 2021
    Le titre aurait pu être écrit au pluriel car si le roman nous conte avant tout l’histoire de Shelma, jeune cueilleuses de thé, il nous fait également suivre le destin de 2 autres jeunes femmes qui travaillent dans cette même plantation. C’est un roman facile à lire, une lecture plaisante et intéressante qui permet de découvrir la vie de ces femmes indiennes, déracinées, serviles et soumises, proies et victimes… J’ai découvert (après « La tresse ») une nouvelle facette sombre de ce pays où les femmes n’ont aucun droit, souvent aucun avenir sinon celui de devenir femme puis mère. Et pourtant, je suis partagée après cette lecture : j’ai pris plaisir à parcourir ce roman et en même temps, il ne m’a pas convaincue comme je l’aurais souhaité ! Parce qu’au-delà de son caractère informatif, de ses descriptions réalistes, j’ai trouvé l’histoire trop fade, sans véritable relief. Certes, on suit Shelma avec plaisir à Londres mais malgré quelques difficultés rencontrées par la jeune femme immigrée, tout semble si simple, trop simple : son voyage, son arrivée en Angleterre, son parcours, ses rencontres… J’avoue avoir eu du mal à y croire par moments, dommage ! Je me suis pourtant demandé à la lecture des dernières... Le titre aurait pu être écrit au pluriel car si le roman nous conte avant tout l’histoire de Shelma, jeune cueilleuses de thé, il nous fait également suivre le destin de 2 autres jeunes femmes qui travaillent dans cette même plantation. C’est un roman facile à lire, une lecture plaisante et intéressante qui permet de découvrir la vie de ces femmes indiennes, déracinées, serviles et soumises, proies et victimes… J’ai découvert (après « La tresse ») une nouvelle facette sombre de ce pays où les femmes n’ont aucun droit, souvent aucun avenir sinon celui de devenir femme puis mère. Et pourtant, je suis partagée après cette lecture : j’ai pris plaisir à parcourir ce roman et en même temps, il ne m’a pas convaincue comme je l’aurais souhaité ! Parce qu’au-delà de son caractère informatif, de ses descriptions réalistes, j’ai trouvé l’histoire trop fade, sans véritable relief. Certes, on suit Shelma avec plaisir à Londres mais malgré quelques difficultés rencontrées par la jeune femme immigrée, tout semble si simple, trop simple : son voyage, son arrivée en Angleterre, son parcours, ses rencontres… J’avoue avoir eu du mal à y croire par moments, dommage ! Je me suis pourtant demandé à la lecture des dernières lignes s’il ne s’agissait pas d’une histoire vraie, toutefois romancée par l’auteure ; il faudra que je vérifie…
    Lire la suite
    En lire moins
  • bina Posté le 19 Juin 2021
    Shemlaheila se bat pour quitter le Sri Lanka à vingt ans, au décès de sa mère, car sans la protection de celle-ci, elle n'est plus en sécurité. Et Shemla est encore célibataire. Or, très souvent les jeunes filles sont mariées dès 12 ou 13 ans. Petit à petit, on découvre son parcours, son passé. En parallèle de ce personnage, le plus présent, se croise les parcours de Pokonaruha, la femme de Datu Guemi qu'une marieuse lui a trouvée. Il est kangani dans une plantation de thé au Sri Lanka, en quelque sorte le supérieur hiérarchique des cueilleuses de thé. Et il s'arroge tous les droits, y compris sexuels, sur les jeunes femmes, voire même les très jeunes filles. Shemla cherche à fuir le Sri Lanka pour l'Angleterre, pour faire des études de gestion et ensuite revenir au pays ouvrir une boutique. Ainsi voit-elle son avenir. Mais quand on est une cueilleuse de thé sans argent, rejoindre l'Angleterre est un parcours du combattant. Justement, Shemla est une battante, et même si l'avenir n'est pas tout tracé, elle se battra. Et c'est à travers l’œil de la cueilleuse de thé du tiers monde qu'on découvre la vie en Angleterre, le choc des cultures... Shemlaheila se bat pour quitter le Sri Lanka à vingt ans, au décès de sa mère, car sans la protection de celle-ci, elle n'est plus en sécurité. Et Shemla est encore célibataire. Or, très souvent les jeunes filles sont mariées dès 12 ou 13 ans. Petit à petit, on découvre son parcours, son passé. En parallèle de ce personnage, le plus présent, se croise les parcours de Pokonaruha, la femme de Datu Guemi qu'une marieuse lui a trouvée. Il est kangani dans une plantation de thé au Sri Lanka, en quelque sorte le supérieur hiérarchique des cueilleuses de thé. Et il s'arroge tous les droits, y compris sexuels, sur les jeunes femmes, voire même les très jeunes filles. Shemla cherche à fuir le Sri Lanka pour l'Angleterre, pour faire des études de gestion et ensuite revenir au pays ouvrir une boutique. Ainsi voit-elle son avenir. Mais quand on est une cueilleuse de thé sans argent, rejoindre l'Angleterre est un parcours du combattant. Justement, Shemla est une battante, et même si l'avenir n'est pas tout tracé, elle se battra. Et c'est à travers l’œil de la cueilleuse de thé du tiers monde qu'on découvre la vie en Angleterre, le choc des cultures et son analyse du mode de vie et des rapports sociaux britanniques. C'est un livre que j'avais offert à ma mère, et elle me l'a prêté après l'avoir lu, une lecture qui marque par ses observations sur la condition de la femme, observations largement inspirées d'un mémoire d'une étudiante, mémoire que je viens de trouver sur internet et qui sera un jour ou l'autre une de mes lectures à venir...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !