RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Cueilleuse de thé

            Pocket
            EAN : 9782266285117
            Code sériel : 17205
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Cueilleuse de thé

            Date de parution : 05/04/2018
            Dix ans que, du matin au soir, dans la chaleur humide des plantations, Shemlaheila cueille le thé. Dix ans à subir la cruauté des contremaîtres et à rêver d’ailleurs. À la mort de sa mère, la jeune femme trouve assez de courage pour donner une chance à ses rêves. S’affranchir... Dix ans que, du matin au soir, dans la chaleur humide des plantations, Shemlaheila cueille le thé. Dix ans à subir la cruauté des contremaîtres et à rêver d’ailleurs. À la mort de sa mère, la jeune femme trouve assez de courage pour donner une chance à ses rêves. S’affranchir de sa condition. Quitter le Sri Lanka. Visa pour Londres en poche, Shemlaheila change d’horizon. Une autre culture, de nouveaux désirs s’ouvrent alors à elle. Avec leur lot de surprises, de solitude et de questions… Y trouvera-t-elle sa place ? La petite cueilleuse de thé parviendra-t-elle à se créer une nouvelle vie ?

            Cet ouvrage a reçu le Prix du Livre Romantique

            « Une héroïne lumineuse. » La Voix du Nord

            « Captivant. » La Provence
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266285117
            Code sériel : 17205
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.20 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Inspirant ! » ELLE
            « Un deuxième livre captivant. » La Provence
            « Une héroïne lumineuse et bourrée d'énergie. » La Voix du Nord

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • cdisaintemarguerite Posté le 26 Février 2019
              Shemlaheila, jeune indienne de 19 ans, effectue le travail difficile de cueilleuse de thé dans une plantation de la région de Nuwara Eliya au Sri Lanka. À la mort de sa mère, elle se retrouve sans protection face au contremaître, le kangani Datu-Guemi qui est un homme sadique et violent. Maintenant vulnérable, elle prend une décision courageuse : partir pour l’Angleterre avec dans son bagage un visa touristique, un jean, un dictionnaire hindi-anglais puis quelques économies. Une fois à Londres, la jeune femme est confrontée à la difficulté de l’émigration et doit s’adapter à une culture occidentale qui n’est pas la sienne. Elle se plonge méthodiquement dans le travail et l’apprentissage de l’anglais avec un rêve en tête : Retourner dans son pays natal en tant que femme libre et indépendante afin d‘y travailler comme vendeuse. Malgré bien des désillusions, elle croise sur sa route des personnes bienveillantes pour l’accompagner dans son changement de vie. Toutefois, Shemlaheila reste très attachée à ses racines et n’a pas oublié qu’à Nuwara Eliya, une jeune personne voit en elle un modèle et attend impatiemment son retour. Le récit fait des allers-retours entre l’Inde, les plantations de thé du Sri Lanka et L’Angleterre. Dans ses... Shemlaheila, jeune indienne de 19 ans, effectue le travail difficile de cueilleuse de thé dans une plantation de la région de Nuwara Eliya au Sri Lanka. À la mort de sa mère, elle se retrouve sans protection face au contremaître, le kangani Datu-Guemi qui est un homme sadique et violent. Maintenant vulnérable, elle prend une décision courageuse : partir pour l’Angleterre avec dans son bagage un visa touristique, un jean, un dictionnaire hindi-anglais puis quelques économies. Une fois à Londres, la jeune femme est confrontée à la difficulté de l’émigration et doit s’adapter à une culture occidentale qui n’est pas la sienne. Elle se plonge méthodiquement dans le travail et l’apprentissage de l’anglais avec un rêve en tête : Retourner dans son pays natal en tant que femme libre et indépendante afin d‘y travailler comme vendeuse. Malgré bien des désillusions, elle croise sur sa route des personnes bienveillantes pour l’accompagner dans son changement de vie. Toutefois, Shemlaheila reste très attachée à ses racines et n’a pas oublié qu’à Nuwara Eliya, une jeune personne voit en elle un modèle et attend impatiemment son retour. Le récit fait des allers-retours entre l’Inde, les plantations de thé du Sri Lanka et L’Angleterre. Dans ses épisodes indiens, le roman invite le lecteur à un voyage sensoriel dépaysant bien que celui-ci ne soit pas toujours idyllique. La romance occupe finalement une place secondaire dans ce livre féminin touchant et optimiste qui porte l’espoir d’une vie meilleure. L’auteure témoigne à travers ce roman de la condition des femmes en Inde, pays émergent où les viols et les mariages forcés font partie du quotidien. Marie Van Der Vynckt
              Lire la suite
              En lire moins
            • LiliRose2157 Posté le 7 Février 2019
              Une belle histoire enrichissante et touchante . On ne peut pas rester insensible face à la dure vie de ces cueilleuses de thé . La fin quand à elle est assez surprenante.
            • soniaboulimiquedeslivres Posté le 26 Janvier 2019
              J’avais découvert Jeanne-Marie avec son premier roman « Le printemps des femmes », et depuis je la suis fidèlement. Elle a participé deux fois à mon salon du livre, et c’est une personne charmante. « Cueilleuse de thé » était enfoui dans ma PAL depuis un moment, j’ai honte ! Ce livre est une ode au voyage. En quelques chapitres, Jeanne-Marie nous transporte au Sri Lanka, au milieu des effluves de poulet au curry et d’oignons frits, on revêt un sari coloré et on plonge dans l’exotisme. La vie et la condition sociale des cueilleuses de thé n’auront plus de secrets pour nous. Je me suis prise d’affection pour Shemla et son envie de se sortir de cet avenir tout tracé. Elle cache un terrible secret, et mue par une volonté de fer, elle va réussir son projet fou de se rendre en Angleterre pour étudier et apprendre, malgré le déracinement et sa peine d’abandonner son amie, Mohanty. L’Angleterre va lui offrir sa liberté, ainsi qu’un certain confort social. Peu à peu, Shemla va se construire, tenter de gagner sa vie, malgré le fait qu’à des milliers de kilomètres du kangani de la plantation de thé, elle se fait exploiter quand même par... J’avais découvert Jeanne-Marie avec son premier roman « Le printemps des femmes », et depuis je la suis fidèlement. Elle a participé deux fois à mon salon du livre, et c’est une personne charmante. « Cueilleuse de thé » était enfoui dans ma PAL depuis un moment, j’ai honte ! Ce livre est une ode au voyage. En quelques chapitres, Jeanne-Marie nous transporte au Sri Lanka, au milieu des effluves de poulet au curry et d’oignons frits, on revêt un sari coloré et on plonge dans l’exotisme. La vie et la condition sociale des cueilleuses de thé n’auront plus de secrets pour nous. Je me suis prise d’affection pour Shemla et son envie de se sortir de cet avenir tout tracé. Elle cache un terrible secret, et mue par une volonté de fer, elle va réussir son projet fou de se rendre en Angleterre pour étudier et apprendre, malgré le déracinement et sa peine d’abandonner son amie, Mohanty. L’Angleterre va lui offrir sa liberté, ainsi qu’un certain confort social. Peu à peu, Shemla va se construire, tenter de gagner sa vie, malgré le fait qu’à des milliers de kilomètres du kangani de la plantation de thé, elle se fait exploiter quand même par une riche famille londonienne. Sa rencontre avec Twinny, qui sera son ange gardien, va l’enrichir à tous les points de vue. En s’occupant de cette vieille dame encore dynamique malgré la maladie d’Alzheimer, elle va s’ouvrir des portes vers un peu plus de connaissance et d’autonomie. La condition des femmes est une valeur qui tient à cœur à l’auteur, et le contraste entre la vie au Sri Lanka et celle en Angleterre est saisissant. Shemla aura d’ailleurs du mal à s’adapter à cette légèreté et cette liberté, vestimentaire notamment. Tout au cours de la lecture, nous avons le comparatif entre Shemla et sa nouvelle vie anglaise, et Pokonaruga et Mohanty, et leur calvaire sri lankais. La plume de Jeanne-Marie sait être tantôt poétique, légère, mais aussi dure et claquante. J’ai passé un excellent moment de lecture, à la fois dépaysant et instructif, mais aussi addictif, le genre de roman dont on a besoin pour se vider la tête et penser à autre chose. Sur fond de divertissement, Jeanne-Marie nous ouvre les yeux sur la condition de ces femmes, du coup, je serai plus vigilante dans mes choix de thé, et j’aurai dorénavant une pensée pour la jeune fille qui a cueilli les feuilles que je fais infuser. Un roman qui se lit avec un bon thé parfumé, forcément !
              Lire la suite
              En lire moins
            • MissMarple160 Posté le 17 Janvier 2019
              J’ai acheté ce livre sur les conseils d’une bloggeuse sur le site tongetsrilanka.com. Cette love story – l’ouvrage a reçu le Prix du Livre Romantique- est bien plus que cela ; il décrit aussi les dures conditions de vie des cueilleuses de thé au Sri Lanka, souvent d’origine Indiennes, nous découvrons les longues journées de labeur pour un maigre salaire, les baraquements où elles dorment, sans leur mari, la promiscuité, les vols, les violences et risques d’agressions sexuelles perpétrés par les collègues hommes ou le kangami, le contremaître, quasi impunis . L’héroïne, Shemhaheila, est une jeune fille belle, intelligente et volontaire. Devenue orpheline, elle décide de partir en Angleterre pour apprendre l’anglais afin d’assouvir son rêve : être vendeuse dans une boutique de thé. Elle découvre une nouvelle culture, la liberté et le respect des femmes, l’amitié, l’amour mais aussi une autre forme d’exploitation des immigrés qui lui rappelle le système des castes en Inde. En parallèle nous suivons quelques personnages féminins secondaires vivant autour de la plantation de thé : Pokonaruya, femme maltraitée du kangani et de sa mère, et Mohanty, jeune fille adolescente et déjà cueilleuse de thé, amie de Shemhaheila. Au final ce roman porté par une héroïne positive... J’ai acheté ce livre sur les conseils d’une bloggeuse sur le site tongetsrilanka.com. Cette love story – l’ouvrage a reçu le Prix du Livre Romantique- est bien plus que cela ; il décrit aussi les dures conditions de vie des cueilleuses de thé au Sri Lanka, souvent d’origine Indiennes, nous découvrons les longues journées de labeur pour un maigre salaire, les baraquements où elles dorment, sans leur mari, la promiscuité, les vols, les violences et risques d’agressions sexuelles perpétrés par les collègues hommes ou le kangami, le contremaître, quasi impunis . L’héroïne, Shemhaheila, est une jeune fille belle, intelligente et volontaire. Devenue orpheline, elle décide de partir en Angleterre pour apprendre l’anglais afin d’assouvir son rêve : être vendeuse dans une boutique de thé. Elle découvre une nouvelle culture, la liberté et le respect des femmes, l’amitié, l’amour mais aussi une autre forme d’exploitation des immigrés qui lui rappelle le système des castes en Inde. En parallèle nous suivons quelques personnages féminins secondaires vivant autour de la plantation de thé : Pokonaruya, femme maltraitée du kangani et de sa mère, et Mohanty, jeune fille adolescente et déjà cueilleuse de thé, amie de Shemhaheila. Au final ce roman porté par une héroïne positive et lumineuse se lit avec plaisir et on ne peut qu’encourager les ONG qui luttent pour mettre fin à la violence contre les femmes au Sri Lanka et en Inde.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MissCroqBook Posté le 5 Décembre 2018
              Je profite de ce mois de décembre où peu de sorties retiennent mon intérêt pour vider un peu ma PAL. Pour ma première lecture j’ai choisi de découvrir ce roman qui a reçu le Prix du Livre Romantique Charleston l’an dernier. Une lecture qui s’annonçait poétique, passionnée, sensible. (...) Je viens de finir ce livre et j’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser. J’ai aimé suivre l’histoire de Shemlaheila sans pour autant être transportée. Tout d’abord, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire et à identifier tous les personnages. Entre les indiens et sri-lankais aux noms imprononçables et parfois identifier par leur statut plutôt que par leurs noms et les nombreux personnages de nationalité anglaise, je me suis un peu perdue. Il m’a fallu atteindre la moitié du roman pour bien tous les cerner et véritablement entrer dans le cœur de l’histoire. J’ai aussi été dérangée par la chronologie ou plutôt son absence. Impossible pour moi de savoir combien de temps se déroule entre chaque chapitre. (...) En revanche, j’ai beaucoup aimé les thèmes évoqués dans ce livre. Sous couvert d’une histoire romancée, l’auteure aborde des thèmes difficiles tels que l’esclavagisme moderne, l’abus sexuel ou l’immigration. La suite sur :
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

            Lisez maintenant, tout de suite !