En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Déserts d'altitude

        Pocket
        EAN : 9782266264006
        Code sériel : 16507
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        Déserts d'altitude

        Collection : Aventure Humaine
        Date de parution : 19/05/2016
        Pour Sarah Marquis, sa longue marche sur le dos de la cordillère des Andes, du Chili au Pérou, est faite de rires, de magie, de lumière indescriptible, mais aussi de luttes contre la faim, le mal d’altitude. Le condor sera son guide, le vent son ennemi, et le silence l’enveloppera... Pour Sarah Marquis, sa longue marche sur le dos de la cordillère des Andes, du Chili au Pérou, est faite de rires, de magie, de lumière indescriptible, mais aussi de luttes contre la faim, le mal d’altitude. Le condor sera son guide, le vent son ennemi, et le silence l’enveloppera dans les nuits étoilées du désert d’Atacama.
        Sur les sentiers capricieux, avec son sac de 30 kilos sur le dos, chaque étape est une victoire, chaque rencontre une fête.
        Pour Sarah, la marche et la solitude ne sont pas des fuites, mais une façon de se connecter à l’essentiel. Et son regard, si différent, nous entraîne avec elle jusqu’au merveilleux Machu Picchu où plane encore la magie de l’Empire inca.

        Inclus un cahier photos
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266264006
        Code sériel : 16507
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • saphoo Posté le 22 Novembre 2017
          Après une première lecture avec Sauvage par nature, je m'étais promis de repartir aux côtés de Sarah dans les Andes, voilà chose faite. J'en ressors mitigée, j'ai apprécié le voyage, mais je n'ai pas autant découvert qu'avec Sauvage par nature, certes le voyage dure moins longtemps, et elle a que très peu rencontré ou partagé la vie des populations. J'ai trouvé ce récit moins pointu, moins fourni, plus aérien, avec des dessins, donc un peu léger à mon goût pour un voyage dont j'en attendais certainement plus comme : plus de description du paysage, du climat, des populations, des coutumes, plus sur les civilisations disparues comme les Incas. J'ai eu la nette impression que tout ceci y est mais survolé vite fait. Pas du tout approfondi comme le précédent ouvrage. J'ai bien aimé la partie avec le Lama, et aussi le moment de partage avec cette femmes sur les terrasses. "Assises sur le bord d'une de ces terrasses, les pieds dans le vide, on est silencieuses, on mange religieusement, mes mains sentent le lama, les siennes sont foncées. Mais peu importe, plus rien n'a d'importance. Ces deux femmes sur cette terrasse sont deux êtres que tout oppose, leur chemin de vie,... Après une première lecture avec Sauvage par nature, je m'étais promis de repartir aux côtés de Sarah dans les Andes, voilà chose faite. J'en ressors mitigée, j'ai apprécié le voyage, mais je n'ai pas autant découvert qu'avec Sauvage par nature, certes le voyage dure moins longtemps, et elle a que très peu rencontré ou partagé la vie des populations. J'ai trouvé ce récit moins pointu, moins fourni, plus aérien, avec des dessins, donc un peu léger à mon goût pour un voyage dont j'en attendais certainement plus comme : plus de description du paysage, du climat, des populations, des coutumes, plus sur les civilisations disparues comme les Incas. J'ai eu la nette impression que tout ceci y est mais survolé vite fait. Pas du tout approfondi comme le précédent ouvrage. J'ai bien aimé la partie avec le Lama, et aussi le moment de partage avec cette femmes sur les terrasses. "Assises sur le bord d'une de ces terrasses, les pieds dans le vide, on est silencieuses, on mange religieusement, mes mains sentent le lama, les siennes sont foncées. Mais peu importe, plus rien n'a d'importance. Ces deux femmes sur cette terrasse sont deux êtres que tout oppose, leur chemin de vie, leur appartenance ethnique, mais voilà qu'elles sont réunies. Le soleil, en face, pointe son nez câlinement." Il y a aussi plus de poésie dans ce récit, plus de réflexions je pense également sur elle-même. Je pense lire malgré tout son voyage en Australie, car elle sait nous faire partager des instants uniques, des émotions et un voyage hors du commun.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Booktrotteuse Posté le 6 Mai 2017
          Quelle expédition, quelle aventure, quelle prouesse physique et mentale! Sarah Marquis nous fait vibrer avec elle tout au long de ces 247 pages qui racontent son parcours le long de la Cordillère des Andes. On a le coeur qui s'accélère avec elle au cours des épreuves, on souffre avec elle du mal de l'altitude, le ventre qui se noue suivant les situations, une sorte de pincement quand l'arrivée au Machu Pichu approche, on ressent l'apaisement de ces moments d'extrême solitude en union avec la nature, on partage ce sentiment d'être connecté au TOUT et on s'emerveille avec elle de ces paysages à la beauté indescriptible.
        • Lou_16 Posté le 16 Mars 2017
          Ce livre est un grand bol d'air frais. Partir à l'aventure avec Sarah Marquis, c'est découvrir un autre monde, des paysages, des gens, les aléas de la nature. C'est un beau récit qui ne nous cache rien des difficultés mais aussi des bonheurs qu'apporte la marche, le voyage seul. C'est un cheminement physique et psychologique très bien mené même si l'on est parfois perdu dans les dates car l'auteur fait pas mal de retours en arrières sans prévenir. C'est un carnet de voyage qui nous embarque bien loin. J'ai voyagé, j'ai adoré. Un livre pour ceux qui ont soif de voyage, d'aventure et de solitude.
        • nadiouchka Posté le 26 Janvier 2017
          Née en Suisse, Sarah Marquis n’a de cesse de parcourir le monde à pied et en solitaire, depuis environ une vingtaine d’années. Dans ce livre paru en 2015, « Déserts d’altitude », elle raconte sa longue marche du Chili au Machu Picchu, soit huit mois sur la cordillère des Andes. Elle y est un peu aidée, pour le ravitaillement, par son frère Joël qui s’occupe également des formalités administratives pour lesquelles il lui faut énormément de persévérance afin d’obtenir les autorisations nécessaires, car il se heurte à de nombreuses difficultés et à la mauvaise volonté de la part des autorités locales qui voient les aventuriers d’un mauvais œil, surtout quand il s’agit d’une femme. Pour cette aventure, notre intrépide et infatigable marcheuse tient un carnet de bord où elle note son parcours mais aussi ses impressions personnelles tant au sujet des paysages que des quelques personnages aperçus ici ou là. Et ce n’est pas toujours très amical. Mais elle fait preuve de beaucoup de patience, d’humour et garde toujours le moral. Un petit rien la réconforte. Elle s’émerveille grandement lors de sa rencontre avec un condor, au moins quelqu’un qui ne se montre pas antipathique. Elle part donc du Chili pour une arrivée au Machu Picchu, en... Née en Suisse, Sarah Marquis n’a de cesse de parcourir le monde à pied et en solitaire, depuis environ une vingtaine d’années. Dans ce livre paru en 2015, « Déserts d’altitude », elle raconte sa longue marche du Chili au Machu Picchu, soit huit mois sur la cordillère des Andes. Elle y est un peu aidée, pour le ravitaillement, par son frère Joël qui s’occupe également des formalités administratives pour lesquelles il lui faut énormément de persévérance afin d’obtenir les autorisations nécessaires, car il se heurte à de nombreuses difficultés et à la mauvaise volonté de la part des autorités locales qui voient les aventuriers d’un mauvais œil, surtout quand il s’agit d’une femme. Pour cette aventure, notre intrépide et infatigable marcheuse tient un carnet de bord où elle note son parcours mais aussi ses impressions personnelles tant au sujet des paysages que des quelques personnages aperçus ici ou là. Et ce n’est pas toujours très amical. Mais elle fait preuve de beaucoup de patience, d’humour et garde toujours le moral. Un petit rien la réconforte. Elle s’émerveille grandement lors de sa rencontre avec un condor, au moins quelqu’un qui ne se montre pas antipathique. Elle part donc du Chili pour une arrivée au Machu Picchu, en découvrant plusieurs cultures comme celles des Aymaras, des Quechuas et des Incas. Nous traversons avec elle le désert d’Atacama et pour le lac Titicaca, au lieu de le contourner elle utilise un canoë (environ 220 km à ramer ! dans tous les sens du terme). Sarah nous décrit des environnements plutôt hostiles car de nombreux passages se trouvent à plus de 4000 mètres d’altitude, ce qui signifie des températures extrêmes… bref, un périple semé d’embûches mais tellement captivant. Avec son caractère bien trempé, sa volonté farouche, son expérience et son courage, elle laisse le lecteur admiratif. A noter que le livre comporte un petit cahier de photos, ce qui agrémente bien l’ouvrage. C’est un livre que l’on ne peut pas raconter, mais on peut simplement dire qu’il est passionnant, que l’on soutient notre marcheuse tout au long de son aventure et qu’il ne peut qu’être apprécié par les amateurs du genre, Aventure et Grands Espaces. Mais pas seulement pour ces lecteurs, car c’est une bonne leçon pour apprendre à se contenter de l’essentiel et savourer des merveilles que l’on n’a pas l’habitude de voir habituellement et puis, aussi, de voyager en lisant. De plus, c’est une expédition vraiment magique malgré toutes les épreuves imprévues – et surmontées. Il faut dire aussi que Sarah Marquis arrive à garder sa bonne humeur, avec son sac à dos de 30 kg et les descriptions de ses rencontres sont très amusantes. Dans ces Déserts d’altitude, elle réussit, une fois de plus, à nous la rendre très touchante et on ne peut que lui dire : Bravo pour cette performance.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BVIALLET Posté le 15 Novembre 2016
          L’expédition décrite dans ce livre consiste à longer à pied la Cordillère des Andes depuis Los Andes, non loin de Santiago du Chili, jusqu’au Machu Pichu. Soit 7000 km, 8 mois de marche en solitaire, trois pays traversés, le Chili, la Bolivie et le Pérou, trois cultures découvertes, celle des Aymaras, des Quechuas et des Incas, avec en prime la traversée du désert d’Atacama et celle du lac Titicaca en canoë, soit 220 km à la seule force des bras. Un environnement particulièrement hostile (nombreux passages à plus de 4000 mètres d’altitude, températures extrêmes, déserts, etc.) nécessite une logistique sans faille. C’est son frère Joël qui s’en charge. Ainsi disposera-t-il du ravitaillement de sa sœur grâce à des bidons enterrés tout le long du parcours. Ainsi l’accompagnera-t-il sur le lac avec un bateau plus important qui lui permettra de s’y reposer la nuit. Ainsi fera-t-il pendant des heures antichambre dans les administrations pour lui obtenir les laissez-passer indispensables… « Déserts d’altitude » est un récit de voyage présenté plus sous la forme de notes impressionnistes que de véritable carnet de bord racontant par le menu toutes les péripéties de ce périple. On y trouve cependant un joli cahier de photos particulièrement intéressant. La... L’expédition décrite dans ce livre consiste à longer à pied la Cordillère des Andes depuis Los Andes, non loin de Santiago du Chili, jusqu’au Machu Pichu. Soit 7000 km, 8 mois de marche en solitaire, trois pays traversés, le Chili, la Bolivie et le Pérou, trois cultures découvertes, celle des Aymaras, des Quechuas et des Incas, avec en prime la traversée du désert d’Atacama et celle du lac Titicaca en canoë, soit 220 km à la seule force des bras. Un environnement particulièrement hostile (nombreux passages à plus de 4000 mètres d’altitude, températures extrêmes, déserts, etc.) nécessite une logistique sans faille. C’est son frère Joël qui s’en charge. Ainsi disposera-t-il du ravitaillement de sa sœur grâce à des bidons enterrés tout le long du parcours. Ainsi l’accompagnera-t-il sur le lac avec un bateau plus important qui lui permettra de s’y reposer la nuit. Ainsi fera-t-il pendant des heures antichambre dans les administrations pour lui obtenir les laissez-passer indispensables… « Déserts d’altitude » est un récit de voyage présenté plus sous la forme de notes impressionnistes que de véritable carnet de bord racontant par le menu toutes les péripéties de ce périple. On y trouve cependant un joli cahier de photos particulièrement intéressant. La plus émouvante est sans doute celle de la marcheuse avec un sac à dos de 18 kg sur le dos tirant une charrette de 45 kg. Un temps intéressée par le voyage avec un lama, elle essaiera ce mode de transport, mais renoncera très vite en raison du caractère fantasque pour ne pas dire capricieux de l’animal. On remarquera un grand nombre de dessins d’illustration ainsi qu’un glossaire et une bibliographie sur les peuplades andines. Le lecteur ressort admiratif devant le courage et la ténacité de l’aventurière, agacé de découvrir qu’en territoire quechua, elle doit se cacher en permanence, éviter les villages pour ne pas être importunée et même se mettre en danger et un peu sur sa faim, car il se pose encore beaucoup de questions sur cette expédition, même si Sarah Marquis en dévoile un peu plus que dans « Sauvage par nature ». Livre à conseiller aux amateurs d’aventures et de grands espaces.
          Lire la suite
          En lire moins
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.