Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266316323
Code sériel : 01823
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
Douce, douce vengeance
Laurence Mennerich (traduit par)
Date de parution : 29/09/2022
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
Nouveauté

Douce, douce vengeance

Laurence Mennerich (traduit par)
Date de parution : 29/09/2022
Quand une entreprise se lance dans la vengeance à tout prix, les laissés pour compte se retrouvent emportés dans une aventure loufoque.
« Vous souhaitez venger un affront sans vous salir les mains ? Nous avons la solution ! Des milliers de clients satisfaits dans le monde entier. »
Vous êtes plutôt œil...
« Vous souhaitez venger un affront sans vous salir les mains ? Nous avons la solution ! Des milliers de clients satisfaits dans le monde entier. »
Vous êtes plutôt œil pour œil ? Plutôt dent pour dent ? Froide ou brûlante, la vengeance est un plat qui se mange à la carte....
« Vous souhaitez venger un affront sans vous salir les mains ? Nous avons la solution ! Des milliers de clients satisfaits dans le monde entier. »
Vous êtes plutôt œil pour œil ? Plutôt dent pour dent ? Froide ou brûlante, la vengeance est un plat qui se mange à la carte. Depuis que l’ex-publicitaire Hugo Hamlin a fondé sa société de vendettas personnalisées, ses affaires florissent. Il y a, cependant, des affaires plus épineuses que d’autres… Des galeries d’art Suédoises aux villages Massaï des hauts plateaux kenyans, cette vengeance-là sera son chef-d’œuvre. Et pourvu qu’elle soit douce !
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266316323
Code sériel : 01823
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

« Un coup de maître. Pur régal d’humour noir. » 
Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cleophas35 29/08/2022
    C'est en lisant Douce, Douce Vengeance que j'ai découvert Jonas Jonasson, lequel semble avoir un lectorat partagé entre les inconditionnels et ceux qui restent imperméable à son humour. En ce qui me concerne, l'humour de l'auteur, qui joue allégrement avec l'absurde m'a séduit. Je me serai bien passé en revanche de ses allusions politiques, très correctes et peu originales, qui viennent mettre un sérieux de pacotille dans un récit qui n'en avait pas besoin et ne s'y prête guère. Avis mitigé donc pour se roman - un peu longuet aussi, mais je relirai cet auteur pour le bonheur de sourire et de savourer un peu de détente.
  • Mousquetaire11 06/08/2022
    Quel plaisir de retrouver la plume si singulière de Jonas Jonasson qui arrive toujours à créer ses histoires à partir de rencontres fortuites entre des personnages atypiques qui n'auraient jamais dû se rencontrer... Dans ce nouvel ouvrage, nous suivrons le destin d'un homme medecine kenyan, d'un galeriste véreux suédois, d'un professionnel de la vengeance, d'une peintre expressionniste, d'un homme tombé du ciel et d'une jeune ingénue... Alors que des milliers de kilomètres les séparent, il ne faudra pas grand chose pour qu'ils se rencontrent... et que l'on se délecte des conséquences... Comme pour chacun de ses livres, Jonas Jonasson arrive à m'emporter dans ces histoires rocambolesques qui ne peuvent que faire sourire! Je tiens à remercier Les Presses de la Cité et Netgalley pour cette lecture agréable et si plaisante qu'il serait une grave erreur de s'en priver!
  • tripackbyron 30/07/2022
    J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce livre, j'ai même été à deux doigts d'abandonner au bout d'une centaine de pages, mais comme j'avais bien aimé un autre roman du même auteur (" L'analphabète qui savait compter"), j'ai persévéré et je n'en suis pas mécontent, car certains passages m'ont fait rire, d'autre sourire, et au final, la lecture fut plutôt agréable, facilitée par les chapitres courts et le style assez vif. Mais le comique de répétition est parfois un peu trop lourd. Bref, un livre plaisant, distrayant, bien pour une lecture sur la plage à l'ombre d'un parasol, mais qui ne me laissera pas beaucoup de souvenirs je pense.
  • NLOXOL 30/06/2022
    Comme toujours, et avec son style inimitable, Jonas Jonasson réussit à nous faire aimer son livre, son univers. Le mécanisme est le même: des personnages hauts en couleur, des situations simples et pourtant inédites, voir cocasses, des voyages, de la tolérances et une grande ouverture d'esprit...et pourtant cet auteur semble se renouveler chaque fois. Toujours aussi positif. Merci
  • Cancie 24/04/2022
    La vengeance est un plat qui se mange froid et, qui n'a pas rêvé un jour, de se venger et de nuire à une autre personne ou à un groupe dans le but de punir ou d'obtenir réparation d'un acte considéré comme offensant. Voilà le thème de cette comédie facétieuse et déjantée. J'ai été un peu déroutée par les premiers chapitres situés dans la savane africaine où nous faisons connaissance avec Ole Mbatian, un homme-médecine qui souffre de ne pas avoir de fils mais je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer bien longtemps car bien vite, nous nous retrouvons à plus de 10 000 kilomètres au nord du territoire Massaï, dans la banlieue de la capitale suédoise. Hugo Hamlin, publicitaire de renommée internationale, pense à « changer de voie avant de se faire doubler ». Suite à des différends avec son voisin, une idée visionnaire germe dans son cerveau au cours d'une soirée festive : la vengeance. La vengeance, un produit. La vengeance, une idée commerciale. Créer une société de vengeance à la carte, destinée à laver camouflets, coups bas et autres vexations. En temps qu'as du packaging pour toutes sortes de produits, pourquoi pas la vengeance, se dit-il ? La... La vengeance est un plat qui se mange froid et, qui n'a pas rêvé un jour, de se venger et de nuire à une autre personne ou à un groupe dans le but de punir ou d'obtenir réparation d'un acte considéré comme offensant. Voilà le thème de cette comédie facétieuse et déjantée. J'ai été un peu déroutée par les premiers chapitres situés dans la savane africaine où nous faisons connaissance avec Ole Mbatian, un homme-médecine qui souffre de ne pas avoir de fils mais je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer bien longtemps car bien vite, nous nous retrouvons à plus de 10 000 kilomètres au nord du territoire Massaï, dans la banlieue de la capitale suédoise. Hugo Hamlin, publicitaire de renommée internationale, pense à « changer de voie avant de se faire doubler ». Suite à des différends avec son voisin, une idée visionnaire germe dans son cerveau au cours d'une soirée festive : la vengeance. La vengeance, un produit. La vengeance, une idée commerciale. Créer une société de vengeance à la carte, destinée à laver camouflets, coups bas et autres vexations. En temps qu'as du packaging pour toutes sortes de produits, pourquoi pas la vengeance, se dit-il ? La Vengeance est douce SA naît ainsi et Hugo planche sur son pitch « Vous souhaitez venger un affront sans vous salir les mains ? Nous avons la solution ! Des milliers de clients satisfaits dans le monde entier. » Jenny, jeune femme ingénue abandonnée par son époux, et Kevin, cet orphelin que le père a voulu jeter en pâture aux lions au Kenya mais revenu sain et sauf partagent une même envie de vengeance, le mari de l'une et le père de l'autre se révélant être le même personnage, un certain Victor, marchand d'art cynique et sans scrupules. Pensant que cet homme méritait d'être tourmenté comme il tourmentait les autres, en découvrant l'enseigne La vengeance est douce SA, tous deux décident d'entrer dans la boutique… Il convient d'ajouter Ole Mbatian, l'homme-médecine, redoutable guerrier massaï à ses heures en quête de celui qu'il nomme son fils qui, après avoir quitté son village du Masai Mara se retrouve lui aussi sur le sol suédois vêtu de son shúkà, va lui aussi coopérer avec Hugo, Jenny, Kevin pour peaufiner cette douce vengeance qui se révélera plus ardue que prévu à mettre en place : cette rencontre plutôt atypique et hautement improbable va réjouir le lecteur ! Mais le personnage central de ce roman suédois est sans doute Irma Stern, cette peintre sud-africaine, associée au mouvement des expressionnistes allemands et qui est l'une des premières artistes sud-africaines contemporaines à insérer dans ses peintures les habitants noirs d'Afrique du Sud. L'association de ces personnages, hautement aléatoire, certains touchants, sympathiques et attachants, d'autres très désagréables et détestables, tous savamment analysés psychologiquement, crée un univers des plus loufoque qui réserve des surprises nombreuses et imprévues. Les dialogues sont particulièrement réussis et hilarants et pleins de bon sens. Douce, douce vengeance de cet auteur suédois Jonas Jonasson, que je qualifierais de fou, tant ses comédies sont déjantées, est une comédie désopilante très contemporaine qui nous fait voyager de la Suède au Kenya, qui tourne en ridicule le comportement humain et certains maux de notre société tout en livrant des éléments très intéressants sur l'art et le colonialisme. Entre appât du gain, choc des cultures, haine de l'autre et amour de l'art, ce roman sociétal plein d'humour et de cynisme dans lequel Jonas Jonasson tourne tout en dérision, appelle à réflexion sur de nombreux sujets et notamment sur l'évolution de notre société et la montée des extrêmes. Si vous avez aimé le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ou L'assassin qui rêvait d'une place au paradis, nul doute que vous serez conquis à nouveau par Douce, douce vengeance : truculent, succulent et intelligent ! Un très bon moment de lecture sans prise de tête !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.