Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286572
Code sériel : 17281
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Et si les chats disparaissaient du monde...

Diane DUROCHER (Traducteur)
Date de parution : 08/11/2018
À 30 ans, le narrateur de ce livre apprend par son médecin qu’il est condamné. Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Aussi lorsque le Diable, cet étonnant visiteur en short, lui propose un marché, n’hésite-t-il pas longtemps. Les clauses du contrat ? Effacer, à chaque jour... À 30 ans, le narrateur de ce livre apprend par son médecin qu’il est condamné. Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Aussi lorsque le Diable, cet étonnant visiteur en short, lui propose un marché, n’hésite-t-il pas longtemps. Les clauses du contrat ? Effacer, à chaque jour que Dieu fait, une chose de la surface de la Terre lui vaudra 24 heures de vie supplémentaires… Les téléphones, les montres : jusqu’ici, c’est à qui perd gagne… Mais lorsque le Diable lui propose de supprimer les chats, sa vie va alors basculer une deuxième fois...

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286572
Code sériel : 17281
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • karmax211 Posté le 2 Septembre 2020
    Ce livre est un présent qui m'a été fait. Ne l'ayant pas choisi, je l'ai laissé dans un coin de ma bibliothèque... avant de l'oublier. À la recherche hier d'un petit livre rapide à lire, je suis retombé dessus, l'ai ouvert et me suis dit : pourquoi pas ? Je ne regrette pas aujourd'hui, la lecture achevée, ces retrouvailles. Ce bouquin a le charme que l'on trouve dans la littérature nippone, ces histoires fantastiques... qui restent crédibles, vous entraînent dans un voyage intérieur, qui fait remonter à la surface de votre coeur toutes sortes d'émotions. Kawamura est un "enfant" de Murakami, de Murata, de Kawabata. C'est un cinéphile et un réalisateur de cinéma, et son livre a un peu une structure scénarique. D'ailleurs, sauf erreur d'interprétation, je crois que ce petit roman a ou va donner naissance à un film. Le "pitch", puisque j'ai parlé de scénario, c'est l'histoire d'un jeune homme trentenaire qui apprend qu'il souffre d'une tumeur cérébrale en phase terminale, auquel le Diable va proposer, en échange d'un jour gagné, la suppression d'une "chose" de la surface de la terre. Ce sont d'abord les montres, puis le téléphone, les films... jusqu'à ce que le Diable décide de faire disparaître les chats... Chaque disparition... Ce livre est un présent qui m'a été fait. Ne l'ayant pas choisi, je l'ai laissé dans un coin de ma bibliothèque... avant de l'oublier. À la recherche hier d'un petit livre rapide à lire, je suis retombé dessus, l'ai ouvert et me suis dit : pourquoi pas ? Je ne regrette pas aujourd'hui, la lecture achevée, ces retrouvailles. Ce bouquin a le charme que l'on trouve dans la littérature nippone, ces histoires fantastiques... qui restent crédibles, vous entraînent dans un voyage intérieur, qui fait remonter à la surface de votre coeur toutes sortes d'émotions. Kawamura est un "enfant" de Murakami, de Murata, de Kawabata. C'est un cinéphile et un réalisateur de cinéma, et son livre a un peu une structure scénarique. D'ailleurs, sauf erreur d'interprétation, je crois que ce petit roman a ou va donner naissance à un film. Le "pitch", puisque j'ai parlé de scénario, c'est l'histoire d'un jeune homme trentenaire qui apprend qu'il souffre d'une tumeur cérébrale en phase terminale, auquel le Diable va proposer, en échange d'un jour gagné, la suppression d'une "chose" de la surface de la terre. Ce sont d'abord les montres, puis le téléphone, les films... jusqu'à ce que le Diable décide de faire disparaître les chats... Chaque disparition est naturellement l'occasion d'une introspection, d'un questionnement et d'une remise en cause. Et chaque nouvelle disparition génère chez le jeune homme une prise de conscience. Sa vision du temps, de la vie, de la mort, de l'amour en est bien évidemment bouleversée... C'est cette gradation, ce crescendo qui font que l'on passe d'un protagoniste presque pas concerné au début du livre, à un être écorché vif et "rédempté" à la fin. Ce n'est pas une oeuvre majeure, mais elle a de la substance du charme, de l'émotion et est écrite de manière tout à fait convenable. Lu d'une traite et avec beaucoup de plaisir, je comprends l'accueil enthousiaste que lui a réservé le public.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaetiCat Posté le 1 Août 2020
    Le titre m'a interpellée, je n'imagine pas un monde sans chat ! De plus ce chat noir peint selon la technique aquarelle japonaise est trop chou. Enfin le récit sur la 4ème de couverture m'a donné très envie de me plonger dans cette lecture. C'est un roman assez court (moins de 200 pages) qui se lit très facilement. Avec pour point de départ un sujet grave (la fin de vie), on y retrouve une note de surnaturel ainsi qu'une pointe d'humour. Ici l'auteur sait que sa mort est imminente et pour prolonger sa vie il accepte de passer un accord avec le diable ; à savoir supprimer chaque jour une chose de la vie terrestre pour prolonger sa vie de 24 heures. Evidemment, c'est le diable qui va orienter les choix du jeune homme qui aura le droit d'utiliser une dernière fois chaque chose avant sa suppression définitive. Et un jour, le diable propose de supprimer les chats de la surface de la Terre ... Ce roman se veut une véritable réflexion sur nos vies quotidiennes à travers le chemin introspectif mené par l'auteur quant à son passé (choix amoureux, famille, amis, etc ...) ainsi que par la suppression de certaines choses... Le titre m'a interpellée, je n'imagine pas un monde sans chat ! De plus ce chat noir peint selon la technique aquarelle japonaise est trop chou. Enfin le récit sur la 4ème de couverture m'a donné très envie de me plonger dans cette lecture. C'est un roman assez court (moins de 200 pages) qui se lit très facilement. Avec pour point de départ un sujet grave (la fin de vie), on y retrouve une note de surnaturel ainsi qu'une pointe d'humour. Ici l'auteur sait que sa mort est imminente et pour prolonger sa vie il accepte de passer un accord avec le diable ; à savoir supprimer chaque jour une chose de la vie terrestre pour prolonger sa vie de 24 heures. Evidemment, c'est le diable qui va orienter les choix du jeune homme qui aura le droit d'utiliser une dernière fois chaque chose avant sa suppression définitive. Et un jour, le diable propose de supprimer les chats de la surface de la Terre ... Ce roman se veut une véritable réflexion sur nos vies quotidiennes à travers le chemin introspectif mené par l'auteur quant à son passé (choix amoureux, famille, amis, etc ...) ainsi que par la suppression de certaines choses de notre existence. Enfin ce récit nous incite à nous questionner sur l'utilité ou la futilité de certaines choses de notre quotidien, l'incidence de leur présence mais aussi de leur absence, les regrets qu'on peut tous éprouver au moment de quitter cette vie et à réfléchir à ce qui compte vraiment dans nos vies, à l'amour. La plume de Genki Kawamura est poétique, mais on peut regretter qu'il ne dévoile pas plus ses émotions, mais n'oublions pas qu'il est Japonais et que dans cette culture il est d'usage d'être pudique sur ce point. Et vous, seriez-vous prêt à supprimer des choses de votre vie pour vivre plus longtemps ? Et s'il ne vous restait qu'un coup de fil à passer dans votre vie qui appelleriez-vous ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • jfponge Posté le 5 Juillet 2020
    Et si, et si… Avec des si on peut refaire le monde à sa façon, plus joli ou plus laid, une affaire de goût. Genki Kawamura, dans cette jolie fable douce-amère, revisite le mythe de Faust. Ici, le Malin ne promet pas la jeunesse éternelle mais, devenu pingre, il échange un jour de plus à vivre contre une perte, terrible pour l’humanité tout entière. Un court roman chargé de tendresse, qui fait du bien mais fait aussi réfléchir, tant à la vanité des choses matérielles qu’à l’importance éternelle de l’amour…
  • soniaboulimiquedeslivres Posté le 3 Juin 2020
    Il faut savoir que ce roman est sorti en novembre 2018 chez Pocket sous le titre : « Et si les chats disparaissaient du monde… ». Perso, je préfère le titre initial. Je me suis plongée avec envie entre les pages de ce roman. Notre narrateur, 30 ans, apprend qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau incurable, de stade avancé et que ses jours sont plus que comptés. Abasourdi, sous le choc, il rentre chez lui, trouver un peu de réconfort auprès de son chat, Chou (ne vous moquez pas, le précédent se prénommait Salade). Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il se retrouve nez à nez avec son sosie, en version déjantée. Ce double n’est autre que le Diable, venu lui proposer un marché pour le moins étrange : supprimer un objet d’utilisation courante chaque jour pour lui permettre de gagner un jour de vie supplémentaire. Notre narrateur accepte sans hésiter. Ce roman est une véritable réflexion sur la vie, notre narrateur va peu à peu prendre conscience de ce qui est important pour lui, de ce qui est futile. Il va commencer un chemin introspectif sur son existence, ses choix, son passé, sa famille. La plume est poétique, les concepts criant... Il faut savoir que ce roman est sorti en novembre 2018 chez Pocket sous le titre : « Et si les chats disparaissaient du monde… ». Perso, je préfère le titre initial. Je me suis plongée avec envie entre les pages de ce roman. Notre narrateur, 30 ans, apprend qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau incurable, de stade avancé et que ses jours sont plus que comptés. Abasourdi, sous le choc, il rentre chez lui, trouver un peu de réconfort auprès de son chat, Chou (ne vous moquez pas, le précédent se prénommait Salade). Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il se retrouve nez à nez avec son sosie, en version déjantée. Ce double n’est autre que le Diable, venu lui proposer un marché pour le moins étrange : supprimer un objet d’utilisation courante chaque jour pour lui permettre de gagner un jour de vie supplémentaire. Notre narrateur accepte sans hésiter. Ce roman est une véritable réflexion sur la vie, notre narrateur va peu à peu prendre conscience de ce qui est important pour lui, de ce qui est futile. Il va commencer un chemin introspectif sur son existence, ses choix, son passé, sa famille. La plume est poétique, les concepts criant de vérité. L’humour est présent et apporte de la légèreté à l’ensemble, nous décrochant un sourire tout le long de cette improbable histoire. Imaginez le Diable vêtu d’une chemise hawaïenne et d’un bermuda coloré ? Je sens un sourire étirer vos lèvres, je me trompe ? Il en serait sympathique et nous oublierions presque qui il est. Nous sommes tous accroc à notre smartphone, le regard collé à son écran toute la journée, comment réagirions-nous s’il disparaissait tout bonnement de notre vie ? A quoi nous sert le téléphone ? Quels sont les meilleurs moments de notre vie passés au bout du fil ? Je me souviens les heures passées au téléphone lorsque j’étais ado avec mon petit ami de l’époque. L’achat d’une rallonge conséquente pour pouvoir m’enfermer dans ma chambre et discuter tranquille. Qui appellerions-nous s’il ne nous restait qu’un coup de fil à donner ? Voilà le genre de réflexions amenés par l’auteur. Il est vrai que le narrateur ne laisse pas paraître ses émotions, ou très peu, mais n’oublions pas que l’auteur est japonais et que ce n’est pas dans la culture japonaise que nous trouverons l’extériorisation des sentiments. Un livre qui se lit vite, recommandé pour tous les lecteurs qui ont envie de se plonger sur le sens et la qualité de la vie, et pour les amoureux des chats aussi ! « Etais-je heureux ? Etais-je malheureux ? Difficile à dire. Il suffit de songer que l’on est l’un ou l’autre pour le devenir. » « L’amour finit toujours. Les gens ont beau le savoir, ils continuent de tomber amoureux. Quand on y réfléchit, la vie, c’est pareil. On vit tout en sachant qu’un jour on ne sera plus. Et tout comme l’amour, c’est son impermanence qui la fait briller avec tant d’éclat. » #FleuveÉditions #DeuxMilliardsDeBattementsDeCœur #GenkiKawamura
    Lire la suite
    En lire moins
  • WCassiopee Posté le 17 Avril 2020
    Voici un petit livre assez surprenant, drôle et dramatique à la fois. On suit le narrateur qui apprend qu'il est condamné. Le diable va alors lui proposer un pacte pour gagner un jour de vie en échange de l'élimination pure et simple de quelque chose se trouvant sur terre. Ce roman pousse à la réflexion, à ce que représente les objets ou les personnes. Au fil des jours passés avec le héros, on peut se poser les questions sur les influences qu'ont pu ou peuvent encore avoir les personnes dans nos vies. Comment les gens que nous avons côtoyés nous ont façonné, mais aussi découvrir les conséquences de leur présence et leurs actes dans nos vies. Quant aux objets, quels sont leur place dans nos existences ? Comment eux-mêmes nous ont amené là où nous sommes ? Quelle empreinte ont-ils laissé sur nous ? En plus de cela, nous suivons l'introspection du héros sur sa vie, les choix qu'il a fait, son passé, à travers ses yeux et les yeux de ses proches. Le roman se lit facilement, les touches d'humour bien dosées et surprenantes apportent un peu de légèreté dans cette histoire à la trame particulièrement triste. Le diable est fun et totalement... Voici un petit livre assez surprenant, drôle et dramatique à la fois. On suit le narrateur qui apprend qu'il est condamné. Le diable va alors lui proposer un pacte pour gagner un jour de vie en échange de l'élimination pure et simple de quelque chose se trouvant sur terre. Ce roman pousse à la réflexion, à ce que représente les objets ou les personnes. Au fil des jours passés avec le héros, on peut se poser les questions sur les influences qu'ont pu ou peuvent encore avoir les personnes dans nos vies. Comment les gens que nous avons côtoyés nous ont façonné, mais aussi découvrir les conséquences de leur présence et leurs actes dans nos vies. Quant aux objets, quels sont leur place dans nos existences ? Comment eux-mêmes nous ont amené là où nous sommes ? Quelle empreinte ont-ils laissé sur nous ? En plus de cela, nous suivons l'introspection du héros sur sa vie, les choix qu'il a fait, son passé, à travers ses yeux et les yeux de ses proches. Le roman se lit facilement, les touches d'humour bien dosées et surprenantes apportent un peu de légèreté dans cette histoire à la trame particulièrement triste. Le diable est fun et totalement extravagant et les passages avec lui sont savoureux. C'est une lecture intéressante et surprenante à bien des égards et qui ne laisse pas indifférent.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.