Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266071178
Code sériel : 4485
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Fatherland

Hubert GALLE (Traducteur)
Date de parution : 28/03/1996

Berlin, 1964. Les forces de l'Axe ont gagné la guerre, la paix nazie règne sur l'Europe. L'Amérique a refusé le joug. Mais, dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre.
Deux meurtres viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont...

Berlin, 1964. Les forces de l'Axe ont gagné la guerre, la paix nazie règne sur l'Europe. L'Amérique a refusé le joug. Mais, dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre.
Deux meurtres viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont d'anciens S.S. de haut rang jouissant d'une paisible retraite. Chargé de l'affaire, l'inspecteur March s'interroge. S'agit-il d'un règlement de comptes entre dignitaires ? Pourquoi la Gestapo s'intéresse-t-elle à l'enquête ? Quelle est cette vérité indicible qui semble menacer les fondations du régime ? Dans Berlin pavoisé, les bourreaux guettent, prêts à tout pour étouffer les dernières lueurs de la liberté.

« Le passé réinventé ! Une histoire à faire frémir. Des personnages et une intrigue totalement convaincants. » The Telegraph

« À donner la chair de poule ! » The Sunday Times

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266071178
Code sériel : 4485
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kahells Posté le 4 Septembre 2021
    Belle uchronie que voici, qui par moment m'a fortement rappelé "Le maître du Haut Château" de Phillip K.Dick. j'ai dû l'acheter dès sa sortie, pour mieux le dévorer. Dommage que celui-ci peu connu, alors que l'idée est effectivement présente : Et si les nazis avaient gagnés la seconde Guerre Mondiale ?
  • ManonMarcos Posté le 13 Juillet 2021
    Ici vous trouverez un roman uchronique très réaliste, pas d'effets de science fiction qui justifie cela, juste un twist différent de notre Histoire, l'Allemagne n'a pas perdu, et les nazis sont toujours au pouvoir 20 ans après le début de la guerre. Entre roman noir et policier, Fatherland se concentre sur un personnage des affaires criminelles qui cherche la vérité sur un meurtre. Ça se lit bien, le rythme est bon, j'ai particulièrement aimé les documents originaux qui viennent compléter le texte et les précisions de l'auteur à la fin du roman qui nous explique le destin de tous ces personnages qui ont fait vraiment parti de l'Histoire. J'ai passé un bon moment même si ça n'a pas été exceptionnel mais difficile d'être surprise quand on a lu beaucoup de livre d'histoire sur le sujet.
  • Papou64 Posté le 2 Juillet 2021
    Je ne suis pas amatrice du genre uchronie, ce roman était resté longtemps sur ma PAL. Quelle surprise quand je l'ai enfin découvert ! Tout d'abord, il y a beaucoup de suspense, un peu comme dans les romans de Philip Kerr. Mais ici, on a en plus la réflexion sur la relativité de la vérité, le formatage des esprits : il s'agit de toute une génération qui a grandi avec la propagande nazie. J'ai beaucoup aimé, c'est très intéressant, très bien écrit.
  • HQL Posté le 17 Avril 2021
    Je vais commencer par m'affranchir de ce qui semble être une formalité obligatoire lorsqu'on écrit quelque chose sur Fatherland et consorts : se la péter en français en glissant -l'air de rien- le mot uchronie dés les premières lignes, histoire de montrer qu'on en a dans le pantalon et qu'on sait de quoi on parle. Ce besoin impérieux étant assouvi, nous allons pouvoir passer aux choses sérieux... L'histoire se déroule donc dans un cadre entièrement imaginé, celui de l'Empire Nazi en 1963, vainqueur de la seconde guerre mondiale, ayant imposé au monde un ordre nouveau. C'est un empire pauvre, régit de la même manière que dans la réalité. March est un ancien policier devenu commandant SS au décours d'une fusion administrative, travaillant à la brigade criminelle. Il est le cliché des briscards de la police : un type sombre, divorcé, sans vie sociale, rongé par le travail, grillant clope sur clope, très bon flic mais pas vraiment reconnu comme tel. Ce flic de roman est universel, c'est un peu dommage, mais on s'y est attaché. March se retrouve avec une enquête suite à une mort que d'emblée il sent suspecte, surtout lorsque le corps est identifié comme un ancien dignitaire du Parti,... Je vais commencer par m'affranchir de ce qui semble être une formalité obligatoire lorsqu'on écrit quelque chose sur Fatherland et consorts : se la péter en français en glissant -l'air de rien- le mot uchronie dés les premières lignes, histoire de montrer qu'on en a dans le pantalon et qu'on sait de quoi on parle. Ce besoin impérieux étant assouvi, nous allons pouvoir passer aux choses sérieux... L'histoire se déroule donc dans un cadre entièrement imaginé, celui de l'Empire Nazi en 1963, vainqueur de la seconde guerre mondiale, ayant imposé au monde un ordre nouveau. C'est un empire pauvre, régit de la même manière que dans la réalité. March est un ancien policier devenu commandant SS au décours d'une fusion administrative, travaillant à la brigade criminelle. Il est le cliché des briscards de la police : un type sombre, divorcé, sans vie sociale, rongé par le travail, grillant clope sur clope, très bon flic mais pas vraiment reconnu comme tel. Ce flic de roman est universel, c'est un peu dommage, mais on s'y est attaché. March se retrouve avec une enquête suite à une mort que d'emblée il sent suspecte, surtout lorsque le corps est identifié comme un ancien dignitaire du Parti, compagnon de la première heure du Führer. L'affaire fait grand bruit en interne, et c'est le molosse de la Gestapo qui reprend l'enquête. Le même qu'un témoin a identifié comme étant l'assassin potentiel... Le reste du roman est un charmant duel entre un enquêteur isolé mais coriace et une brute ayant des pouvoirs semble-t-il illimités. Cette histoire de David contre Goliath, sur fond de nazisme, de censure dictatoriale et de secret d'état est loin d'être ratée et m'a totalement absorbé jusqu'à son dénouement, aussi sombre que March, évidemment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Dune93 Posté le 27 Mars 2021
    Hitler a 75ans Les livres uchronie sont assez rare, c'est donc un plaisir de lire un bon roman dans ce domaine. Le coté thriller n'est pas ce qui est le plus marquant. Le coté réussi de ce roman est tout l'univers imaginé par R.Harris dans cette Allemagne gagnante de la seconde guerre mondiale. Rentrer dans ce roman où Hitler fête ces 75 ans.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.