Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266287548
Code sériel : 17343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Filles de la mer

Sarah TARDY (Traducteur)
Date de parution : 21/02/2019
Corée, 1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que haenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l’île de Jeju d'une indépendance que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa sœur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever... Corée, 1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que haenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l’île de Jeju d'une indépendance que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa sœur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d'autres Coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie. Emi passera sa vie à chercher Hana et à essayer d'oublier le sacrifice que sa sœur a fait. Mais les haenyeo sont des femmes de pouvoir et de force…
Plus de soixante ans plus tard, Emi saura-t-elle affronter le passé et les horreurs de la guerre pour retrouver enfin la paix ?

« Un premier roman captivant et déchirant. » Booklist

Prix coup de cœur Saint-Maur en poche 2018
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287548
Code sériel : 17343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un hymne au courage des femmes. » Gérard Collard, La Griffe Noire

« Le livre de l’année. » Marina Carrère d’Encausse, France 5

« Un roman qui nous rappelle à la réalité et à la réflexion » Martine Freneuil, Le Quotidien du médecin

« À travers les récits parallèles des destins de deux soeurs, Mary Lynn Bracht retrace avec maestria plus d'un demi-siècle d'histoire coréenne. Mieux, elle plonge intimement le lecteur dans la psyché des Coréens et leurs nondits. Avec son écriture simple qui laisse parler les faits, elle met en lumière le drame méconnu en Occident des filles et femmes coréennes esclaves sexuelles des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.» La Croix

« Ce livre poignant est une fiction autant qu'un document qui rend hommage à toutes les victimes des viols de guerre.» Notes Bibliographiques

« Au fil du récit, par la grâce de leurs liens indéfectibles, les deux héroïnes nous ramènent vers la lumière, où l'espoir triomphe des horreurs de la guerre. » L'obstétrique
 
Presse
"A travers le destin de deux soeurs, ce roman revient sur une page sombre de la Corée. 1943, Hana est enlevée par un officier japonais. Elle devient "femme de réconfort" au service des soldats. Sa jeune sœur Emi, devenue une vieille femme, bouleverse ses enfants en leur révélant la vérité et en cherchant à retrouver son aînée. Un roman bouleversant qui dresse avec beaucoup de sensibilité le portrait de deux femmes inoubliables."
Valérie / Librairie de Paris

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cristie Posté le 13 Septembre 2020
    Un roman puissant à lire absolument quand on veut découvrir l'histoire des "femmes de réconfort". Il est parfois intéressant d'aborder des sujets aussi graves que celui des femmes esclaves sexuelles par le biais de la fiction. Une entrée qui nous permet d'appréhender ce qu'a été et est toujours, le sort des femmes victimes de la guerre. Avec ce livre nous découvrons surtout le sort qui a été réservée à de nombreuses femmes et jeunes filles lors de la seconde guerre mondiale en Corée alors sous occupation japonaise. Ses femmes de réconfort envoyées dans des bordels avec une logistique militaire et obligées de subir des dizaines de soldats chaque jour, et ceux pendant des années, étaient considérées comme de la matière première indispensable à l'effort de guerre. L'armée japonaise pensait que ces femmes permettaient aux soldats d'avoir l'énergie nécessaire pour se battre. Le premier livre de cette auteure est une claque, une dénonciation à la face du monde de celles qui ont été réduites en esclavage, bafouées, sans espoir de pouvoir revenir ou en cachant leur terrible sort car la société coréenne exhale la vertus et la pureté sexuelle des femmes. Le sexe est tabou. C'est également la raison qui a gardé... Un roman puissant à lire absolument quand on veut découvrir l'histoire des "femmes de réconfort". Il est parfois intéressant d'aborder des sujets aussi graves que celui des femmes esclaves sexuelles par le biais de la fiction. Une entrée qui nous permet d'appréhender ce qu'a été et est toujours, le sort des femmes victimes de la guerre. Avec ce livre nous découvrons surtout le sort qui a été réservée à de nombreuses femmes et jeunes filles lors de la seconde guerre mondiale en Corée alors sous occupation japonaise. Ses femmes de réconfort envoyées dans des bordels avec une logistique militaire et obligées de subir des dizaines de soldats chaque jour, et ceux pendant des années, étaient considérées comme de la matière première indispensable à l'effort de guerre. L'armée japonaise pensait que ces femmes permettaient aux soldats d'avoir l'énergie nécessaire pour se battre. Le premier livre de cette auteure est une claque, une dénonciation à la face du monde de celles qui ont été réduites en esclavage, bafouées, sans espoir de pouvoir revenir ou en cachant leur terrible sort car la société coréenne exhale la vertus et la pureté sexuelle des femmes. Le sexe est tabou. C'est également la raison qui a gardé leur existence secrète jusqu'à il y a peu. En 1992, une de ses femmes non pas coréenne mais néerlandaise se met à parler après plus de cinquante ans de silence. Non pas que toutes les femmes de réconfort n'aient pas parler mais souvent si elles se permettaient de le faire, elles étaient stigmatisées, rejetées et la faute leur en incombée. Une fois la parole prise, les femmes ne se sont plus arrêtées et ont dénoncé, allant manifester chaque mercredi pour que le Japon reconnaisse ce crime de guerre. Les relations entre la Japon et la Corée ont ainsi longtemps été tendues sur le sujet et ce n'est qu'en décembre 2015 que le Japon a accepté sa responsabilité et s'est officiellement excusé auprès des quelques dizaines de femmes de réconfort qui avaient survécu. Voir l’article Le Japon accepte de dédommager, les femmes de réconfort, esclaves sexuelles durant la guerre. Une histoire à double voix. Chaque chapitre est consacré à une des sœurs qui témoigne des différents événements de sa vie. On ne lâche pas le livre avant de connaître la suite tout en apprenant. Un coup de cœur !
    Lire la suite
    En lire moins
  • cmpf Posté le 26 Août 2020
    Ce livre m’a beaucoup plus parce que l’on y découvre l’histoire douloureuse de la Corée en général et de l’île de Jeju en particulier. Dans cette île les femmes plongent en apnée pour pêcher tandis que les hommes le font en bateau. Leurs vies vont être bouleversées par l’invasion des Japonais puis la partition de la Corée qui va entraîner des événements révoltants comme celui des “femmes de réconfort” mais aussi les mariages forcés. Leur paradis est mort. La vie des haenyos est très dure : plonger dans une eau froide sans aucune protection n’est pas sans risque cependant c’est compensé par la beauté du paysage et la solidarité entre les plongeuses. Et les femmes sont très fières de ce travail qui leur assure l’indépendance. C’est aussi une histoire d’amour sororal. Pour protéger sa jeune soeur de 9 ans Emiko, Hana 16 ans, va au devant de soldats japonais qui l’enlèvent avec d’autres jeunes filles et l’emmènent loin de son île dans des conditions difficiles dans le bateau et dans le train, où certaines sont “étrennées” comme le sera Hana par le caporal qui l’a enlevée. Elle vivra beaucoup d’horreur sans jamais céder au désespoir. Mais si Hana a évité à Emi une... Ce livre m’a beaucoup plus parce que l’on y découvre l’histoire douloureuse de la Corée en général et de l’île de Jeju en particulier. Dans cette île les femmes plongent en apnée pour pêcher tandis que les hommes le font en bateau. Leurs vies vont être bouleversées par l’invasion des Japonais puis la partition de la Corée qui va entraîner des événements révoltants comme celui des “femmes de réconfort” mais aussi les mariages forcés. Leur paradis est mort. La vie des haenyos est très dure : plonger dans une eau froide sans aucune protection n’est pas sans risque cependant c’est compensé par la beauté du paysage et la solidarité entre les plongeuses. Et les femmes sont très fières de ce travail qui leur assure l’indépendance. C’est aussi une histoire d’amour sororal. Pour protéger sa jeune soeur de 9 ans Emiko, Hana 16 ans, va au devant de soldats japonais qui l’enlèvent avec d’autres jeunes filles et l’emmènent loin de son île dans des conditions difficiles dans le bateau et dans le train, où certaines sont “étrennées” comme le sera Hana par le caporal qui l’a enlevée. Elle vivra beaucoup d’horreur sans jamais céder au désespoir. Mais si Hana a évité à Emi une vie de prostitution, malheureusement la vie de celle-ci ne sera pas non plus facile. Elle connaîtra entre autres un mariage forcé avec un policier venu du nord de la Corée qui a perdu sa famille et veut en recréer une, ce qui constitue aussi une lutte contre les communistes. Ce qui me frappe, c’est que c’est deux hommes, le militaire et le policier ont tous les deux souffert, leurs femmes et enfants ayant été tués, mais qu’ils sont incapables de voir la souffrance des autres et en particulier des femmes. Le livre donne la parole alternativement aux deux femmes, à Hana lors même des événements en 1943 et à Emiko qui revient sur sa vie en 2011. Dans les guerres les femmes en plus des autres souffrances, sont souvent utilisées sexuellement. Longtemps les victimes de l’armée japonaises se sont tues, ce n'est qu’en 1991 que Kim Hak-sun a osé témoigner suivie de quelques autres. A lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • barroin Posté le 18 Août 2020
    Un livre dur qui s’inscrit dans une une page d’histoire violente de la Corée dont les cicatrices ne sont toujours pas refermées. C’est traité avec délicatesse et émotion. A lire pour comprendre l’Asie.
  • MarieNebot Posté le 15 Août 2020
    Très intéressant, bien écrit, bien construit et bouleversant. Alternace des récits de 2 sœurs permet de souffler. Elles sont attachantes. J'appris la Corée, le Japon, les femmes de réconfort. L'humanité n'est pas belle
  • Traineau Posté le 14 Août 2020
    Cette histoire d'un drame de guerre, des femmes coréennes enlevées comme femmes de réconfort des guerriers japonnais aurait pu être sombre, triste voire sordide. Il n'en est rien et cette histoire deviendrait un roman d'aventures avec quelques anecdotes amusantes si l'on ne se référait pas en permanence à la férocité en temps de guerre. C'est bien écrit et les pages se dévorent.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.