Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266287548
Code sériel : 17343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Filles de la mer

Sarah TARDY (Traducteur)
Date de parution : 21/02/2019
Corée, 1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que haenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l’île de Jeju d'une indépendance que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa sœur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever... Corée, 1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que haenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l’île de Jeju d'une indépendance que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa sœur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d'autres Coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie. Emi passera sa vie à chercher Hana et à essayer d'oublier le sacrifice que sa sœur a fait. Mais les haenyeo sont des femmes de pouvoir et de force…
Plus de soixante ans plus tard, Emi saura-t-elle affronter le passé et les horreurs de la guerre pour retrouver enfin la paix ?

« Un premier roman captivant et déchirant. » Booklist

Prix coup de cœur Saint-Maur en poche 2018
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287548
Code sériel : 17343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un hymne au courage des femmes. » Gérard Collard, La Griffe Noire

« Le livre de l’année. » Marina Carrère d’Encausse, France 5

« Un roman qui nous rappelle à la réalité et à la réflexion » Martine Freneuil, Le Quotidien du médecin

« À travers les récits parallèles des destins de deux soeurs, Mary Lynn Bracht retrace avec maestria plus d'un demi-siècle d'histoire coréenne. Mieux, elle plonge intimement le lecteur dans la psyché des Coréens et leurs nondits. Avec son écriture simple qui laisse parler les faits, elle met en lumière le drame méconnu en Occident des filles et femmes coréennes esclaves sexuelles des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.» La Croix

« Ce livre poignant est une fiction autant qu'un document qui rend hommage à toutes les victimes des viols de guerre.» Notes Bibliographiques

« Au fil du récit, par la grâce de leurs liens indéfectibles, les deux héroïnes nous ramènent vers la lumière, où l'espoir triomphe des horreurs de la guerre. » L'obstétrique
 
Presse
"A travers le destin de deux soeurs, ce roman revient sur une page sombre de la Corée. 1943, Hana est enlevée par un officier japonais. Elle devient "femme de réconfort" au service des soldats. Sa jeune sœur Emi, devenue une vieille femme, bouleverse ses enfants en leur révélant la vérité et en cherchant à retrouver son aînée. Un roman bouleversant qui dresse avec beaucoup de sensibilité le portrait de deux femmes inoubliables."
Valérie / Librairie de Paris

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ptitefeeclochette Posté le 14 Novembre 2020
    Bouleversant, captivant, déchirant... la violence que les femmes subissent en tant de guerre, jamais évoquée dans les livres d'histoire... merci Mary Lynn pour ce roman, hymne au courage des femmes ! Belle découverte également de ces femmes plongeuses en mer, les haenyeo, sur l'île coréenne Jeju.
  • je_lis_nous_lisons Posté le 31 Octobre 2020
    Hanna, jeune Haenyeo, est une femme de la mer, une plongeuse. Une destinée qui se transmet de génération en génération. De mère en fille. Jusqu à l’âge de 16 ans, elle vit sur l’île de Jeju, en Corée. Jusqu’au jour où sa vie bascule. Jusqu’au jour où un soldat Japonais l’enlève. Hana devient une femme de réconfort pendant la seconde guerre mondiale. Pour divertir les soldats qui défilent les uns après les autres, inlassablement, réduisant Hana à une esclave sexuelle. Ce récit est extrêmement difficile, il relate la barbarie, l’atrocité que ces femmes ont subi. Il décrit avec force les souffrances ressentis par ces femmes, humiliées, torturées. Il retrace les atrocités perpétrées pendant la guerre, ces crimes glaçants, ces crimes de guerre. Cette lecture est bouleversante, percutante. Parfois dérangeante par la violence vécue par ces femmes. J’ai été éprouvée par cette lecture, par ce crime contre l’humanité qui n’est ni évoqué ni reconnu par le Japon. Ce roman a également un message de force, et de devoir de mémoire de ce pan tragique de l’histoire. J’ai une pensée profonde pour ces femmes et pour toutes les autres.
  • Celkana Posté le 30 Octobre 2020
    Ce livre est une découverte incroyable, forte et terrible. Je ne connais pas du tout l'Histoire de la Corée où juste les grandes lignes comme la plupart des gens peut-être. Et là, je découvre un pan de l'humanité la plus vile qui soit par le biais de ce roman qui a clairement des atouts de vulgarisation historique à faire valoir! Le contexte: une histoire croisée à 2 voix, Hana, en 1943, sur l'île de Jeju, qui est, comme sa mère et sa grand-mère, Haenyeo, plongeuse en apnée pour pêcher. Femmes fortes, indépendantes et courageuses, elles font vivre leurs villages et leurs familles très souvent. Catégorie de femmes à part, vraiment. Et Emiko, appelée Emi par obligation suite à l'occupation japonaise, en 2011, elle-même haenyeo, qui est totalement minée par son passé et ce qui est arrivé à sa sœur Hana. Une période de guerre et d'horreur pour l'une; une période de souvenirs, de combats pour la reconnaissances de ce qui est arrivé à des milliers de femmes pendant la période des guerres du Japon et des Corées pour l'autre. Hana, pour sauver sa sœur, se laisse enlevée à sa place par un soldat japonais, Morimoto. Ce dernier l'emmène alors dans une voie... Ce livre est une découverte incroyable, forte et terrible. Je ne connais pas du tout l'Histoire de la Corée où juste les grandes lignes comme la plupart des gens peut-être. Et là, je découvre un pan de l'humanité la plus vile qui soit par le biais de ce roman qui a clairement des atouts de vulgarisation historique à faire valoir! Le contexte: une histoire croisée à 2 voix, Hana, en 1943, sur l'île de Jeju, qui est, comme sa mère et sa grand-mère, Haenyeo, plongeuse en apnée pour pêcher. Femmes fortes, indépendantes et courageuses, elles font vivre leurs villages et leurs familles très souvent. Catégorie de femmes à part, vraiment. Et Emiko, appelée Emi par obligation suite à l'occupation japonaise, en 2011, elle-même haenyeo, qui est totalement minée par son passé et ce qui est arrivé à sa sœur Hana. Une période de guerre et d'horreur pour l'une; une période de souvenirs, de combats pour la reconnaissances de ce qui est arrivé à des milliers de femmes pendant la période des guerres du Japon et des Corées pour l'autre. Hana, pour sauver sa sœur, se laisse enlevée à sa place par un soldat japonais, Morimoto. Ce dernier l'emmène alors dans une voie qui la cantonnera à devenir une femme de réconfort pour les soldats japonais. C'est une horreur ce terme... Et si hypocrite mais on est en guerre et l'homme peut être très inventif dans ces moments-là. Bref, Hana subit alors toutes les violences qu'on peut subir dans ce cas mais, peut-être grâce à ses souvenirs de l'océan, de sa famille et surtout à son caractère fort et entier, elle ne se laisse pas emportée par la folie ou autres dérives que certaines femmes utilisent pour oublier leur situation. Emi, en 2011, assiste depuis quelques temps maintenant aux manifestations du mercredi, qui existent pour obtenir réparations et excuses de la part du Japon pour ces milliers de femmes perdues. Elle garde en elle ce lourd secret qu'elle n'a jamais révélé à ses enfants, ni sur son mariage, ni sur sa vie en général finalement. Et cette venue auprès de ses enfants, alors qu'elle se sait vieillissante, ouvre les vannes qu'elle a tenu fermement cadenassées pendant 60 ans. C'est une histoire terrible, qu'il faut absolument raconter car importante à bien des niveaux. Elle montre tout le côté vil de la nature humaine, toute sa perversité mais aussi la force de ces femmes qui se sont battues, se battent encore et toute la force qu'elles transmettent! Ce livre, je vais le faire circuler car j'aimerai que beaucoup de gens le lisent. Qui plus est, l'auteure a une écriture parfaite, habitée par son sujet et y a incorporé un peu d'humanité qui aide à aller au bout de l'histoire car c'est par certains passages extrêmement difficile. Un livre qu'on m'a prêté et qui peut-être ne serait jamais passer devant mes yeux donc merci à ma cops et surtout, allez-y, non seulement pour votre culture personnelle mais aussi pour une histoire puissante!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nawill67 Posté le 29 Octobre 2020
    Pour un premier livre de l'auteure c'est une réussite. Il est très bien construit. On passe de l'histoire d'Hanna en 1943 à celle d'Emi en 2011 au fil des chapitres. On se rend compte de la barbarie de ces soldats et de ce qu'ont dû endurer ces filles ainsi que leurs familles qui ne savaient même pas si elles étaient encore en vie. On voyage également entre la Corée, la Mandchourie ainsi que la Mongolie. L'auteure a réussi à me tenir en haleine du début à la fin. A lire absolument.
  • lepanieralectures Posté le 25 Octobre 2020
    Ce texte est construit sur une succession de chapitres qui alternent entre deux époques, en Corée : - pendant la Seconde Guerre Mondiale Hana, jeune haenyeo (femme qui pêche en apnée dans la province du Jedu-Do) se laisse enlever à la place de sa sœur par des soldats japonais pour être prostituée dans des bordels militaires. C'est le début d'un parcours éprouvant et douloureux. - de nos jours Emi, la petite sœur sauvée devenue une vieille dame, entame avec difficulté une enquête pour tenter de savoir ce qui a pu arriver à cette soeur qu'elle n'a jamais revue. Si le livre est pure fiction, le fait historique dont il traite est lui bien réel : le rapt de filles/femmes dans toute l'Asie de l'est par l'armée japonaise pour en faire des "femmes de réconfort", autrement dit des esclaves sexuelles. Très tabou, le sujet n'a réellement été porté en place publique que dans les années 90, avec l'instauration des 'manifestations du mercredi' devant l'ambassade du Japon à Séoul, organisées pour obtenir reconnaissance et réparation. Que dire ? C'est magnifique, poignant sans être tire-larmes. Certaines scènes sont dures mais jamais gratuites. Je ne pouvais pas le lâcher. En bref, foncez !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.