Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266238847
Code sériel : 15580
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Flashback

Patrick DUSOULIER (Traducteur)
Date de parution : 10/10/2013

2035. Les États-Unis ne sont plus que les vestiges d’un passé glorieux. Un passé devenu le refuge d’une population sans espoir : une nouvelle drogue, le flashback, permet de revivre des souvenirs parfaits.
Nick Bottom était inspecteur avant de devenir accro. Avant le décès de son épouse, Dara. Aujourd’hui, il n’est...

2035. Les États-Unis ne sont plus que les vestiges d’un passé glorieux. Un passé devenu le refuge d’une population sans espoir : une nouvelle drogue, le flashback, permet de revivre des souvenirs parfaits.
Nick Bottom était inspecteur avant de devenir accro. Avant le décès de son épouse, Dara. Aujourd’hui, il n’est plus rien. Pourtant, un milliardaire japonais lui demande d’enquêter sur le meurtre de son fils, six ans plus tôt. Pour découvrir la vérité, Nick va avoir besoin du flashback, qui lui permettra aussi de revoir Dara. Sauf qu’elle ne devrait pas se trouver dans ce passé-là…

« Un thriller apocalyptique haut de gamme. » Marianne

« À la fois enquête et dystopie, Flashback est un roman qui échappe, en les dépassant, aux conventions du genre. » Le Huffington Post

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266238847
Code sériel : 15580
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« (...) un thriller apocalyptique haut de gamme. » Hubert Prolongeau, Marianne

« À la fois enquête et dystopie, (...) Flashback est un roman qui échappe, en les dépassant, aux conventions du genre. » Le Huffington Post

« Le maître des Cantos d'Hypérion (...) sidère par la précision manique, la force de persuasion lancinante de son Apocalypse. » 24 heures (Suisse)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • kinyo42 Posté le 8 Juin 2020
    Drôle de sensation suite à la lecture de ce livre... 3 étoiles, car c'est avant tout un bon polar, imaginatif, bien écrit, et qui tient le lecteur jusqu'au bout. Mais seulement 3 étoiles, car tout ceci se révèle très politique, et très "Trumpiste", trop pour moi.. Obama en prend pour son grade avec la couverture santé, la crainte d'une invasion mexicaine (si seulement, on avait eu un mur ! ), et la limitation des armes nucléaires .. n'en parlons. Bref, un mauvais goût dans la bouche tout du long. Ce qui a gâché mon plaisir d'une histoire bien ficelée !
  • cocon94 Posté le 24 Mai 2020
    C'est le troisième livre que je lis de Dan Simmons, après Les Fils des Ténèbres et Les Feux de l'Eden. La 4ème de couverture, plutôt engageante, laisse entrevoir un mélange des genres fait pour me plaire (thriller et SF). L'action se situe en 2035 dans un futur plus que proche où de nombreux éléments de notre vie quotidienne sont encore présents, ce qui contribue à créer un climat oppressant. Le début s'annonce bien. Un ex-flic paumé (comme il se doit), accro à une drogue qui permet de revivre ses souvenirs, le flashback, se trouve plongé dans une enquête à laquelle il a participé 6 ans avant et qui n'a jamais été résolue. On suit donc Nick Bottom, l'ex-flic, mais aussi, en parallèle, son fils, Val, et son beau-père, Leonard. Le rythme est assez soutenu, même si quelques longueurs auraient pu être évitées, comme lors de la confrontation finale. Nick Bottom apparaît comme une marionnette, pas vraiment maître de ses choix. On a parfois l'impression d'être englué, comme le héros. Le tout avec en toile de fond une société américaine, et plus généralement un monde, qui a implosé et est en proie à des guérillas incessantes entre différentes factions, à la suite de la Grande Débâcle. Mais... C'est le troisième livre que je lis de Dan Simmons, après Les Fils des Ténèbres et Les Feux de l'Eden. La 4ème de couverture, plutôt engageante, laisse entrevoir un mélange des genres fait pour me plaire (thriller et SF). L'action se situe en 2035 dans un futur plus que proche où de nombreux éléments de notre vie quotidienne sont encore présents, ce qui contribue à créer un climat oppressant. Le début s'annonce bien. Un ex-flic paumé (comme il se doit), accro à une drogue qui permet de revivre ses souvenirs, le flashback, se trouve plongé dans une enquête à laquelle il a participé 6 ans avant et qui n'a jamais été résolue. On suit donc Nick Bottom, l'ex-flic, mais aussi, en parallèle, son fils, Val, et son beau-père, Leonard. Le rythme est assez soutenu, même si quelques longueurs auraient pu être évitées, comme lors de la confrontation finale. Nick Bottom apparaît comme une marionnette, pas vraiment maître de ses choix. On a parfois l'impression d'être englué, comme le héros. Le tout avec en toile de fond une société américaine, et plus généralement un monde, qui a implosé et est en proie à des guérillas incessantes entre différentes factions, à la suite de la Grande Débâcle. Mais voilà, l'enquête est parasitée par de nombreux discours politiques. Au début, on se dit que c'est compréhensible puisqu'il s'agit d'une enquête qui met au jour un complot politique justement... Ce qui pose problème c'est la répétition d'un discours manichéen et populiste dans la bouche, non pas d'un, mais de plusieurs personnages. La Grande Débâcle, et la déchéance américaine qui en a résulté, sont dues aux dépenses de santé qui ont explosé (lire : c'est la faute d'Obama). La création du Califat Global Islamique et la mise en place de la Charia partout dans le monde, ont été possibles parce que les États-Unis ont volontairement abandonné leur hégémonie politique et mais aussi et surtout militaire (après que l'Europe ait laissé entrer le loup dans la bergerie). En plus de ces deux grands axes, on peut aussi ajouter en vrac : le manque d'éducation des adolescents, le laisser-aller d'une population qui préfère vivre dans le passé plutôt que de se construire un avenir (libéral bien sûr)... [spoiler] Enfin, la conclusion de ce roman me gêne aussi. La solution pour en finir avec cette société ? Une alliance entre un shogun issue d'une société japonaise revenue au temps féodal des samouraïs et autres rônins, et le Texas, seul état resté totalement indépendant vis-à-vis du gouvernement américain (ou ce qui en tient lieu), des différentes factions (spaniques et autres) et du Califat... J'ai fermé le livre avec un sentiment de malaise. L'auteur croit-il vraiment aux thèses qu'il présente ? Croit-il vraiment que le seul moyen de nous sauver est de revenir aux temps d'une féodalité japonaise, où l'obéissance est la règle et où l'individu compte moins que la société, mais avec une dose de libéralisme à la Texane ? Si oui, la solution fait presque autant peur que le problème...
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecilestmartin Posté le 1 Décembre 2019
    Avec un certain soulagement j’ai refermé ce roman de Dan Simmons, avec qui je faisais connaissance. L’ambiance y est irrespirable, anxiogène, sans doute parce que l’époque décrite par l’auteur est très proche de nous (et qu’il s’appuie sur des éléments de contexte réels. En 2035, les Etats Unis sont devenus un territoire morcelé, en guerre perpétuelle, où s’affrontent les hispaniques, les islamistes, les nazis, etc. Les attentats sont quotidiens ; la population est clochardisée ; les institutions défaites. La Grande Débâcle est ici associée par Simmons à plusieurs facteurs : l’endettement du fait de l’extension à tous les américains d’une couverture maladie universelle (Obama n’est jamais cité mais il en prend pour son grade), une politique de pacification et de désarmement qui a conduit à la dissolution d’Israël et fait à nouveau 6 millions de morts et permis la constitution d’un Califat Global sur une partie du territoire américain – la France et l’Allemagne sont du reste gouvernées depuis par la charia… Cette diatribe ouvertement anti-Obama m’a un peu perturbée, je dois le dire, et gâchée en quelque sorte le plaisir de suivre les aventures de Nick Bottom, le héros accro au flashback – drogue qui lui permet de revivre les doux... Avec un certain soulagement j’ai refermé ce roman de Dan Simmons, avec qui je faisais connaissance. L’ambiance y est irrespirable, anxiogène, sans doute parce que l’époque décrite par l’auteur est très proche de nous (et qu’il s’appuie sur des éléments de contexte réels. En 2035, les Etats Unis sont devenus un territoire morcelé, en guerre perpétuelle, où s’affrontent les hispaniques, les islamistes, les nazis, etc. Les attentats sont quotidiens ; la population est clochardisée ; les institutions défaites. La Grande Débâcle est ici associée par Simmons à plusieurs facteurs : l’endettement du fait de l’extension à tous les américains d’une couverture maladie universelle (Obama n’est jamais cité mais il en prend pour son grade), une politique de pacification et de désarmement qui a conduit à la dissolution d’Israël et fait à nouveau 6 millions de morts et permis la constitution d’un Califat Global sur une partie du territoire américain – la France et l’Allemagne sont du reste gouvernées depuis par la charia… Cette diatribe ouvertement anti-Obama m’a un peu perturbée, je dois le dire, et gâchée en quelque sorte le plaisir de suivre les aventures de Nick Bottom, le héros accro au flashback – drogue qui lui permet de revivre les doux moments passés avec sa défunte épouse Dara - qui m’ont tenue en haleine. L’ancien flic, renvoyé en raison de son addiction, est sollicité par Hiroshi Nakamura, vieux milliardaire japonais – ah oui ! j’ai oublié de dire qu’en 2035, ce sont les japonais les maîtres des Etats Unis et d’une partie du monde qu’ils disputent à la chine – pour enquêter à nouveau sur le meurtre de son fils, assassiné 6 ans plus tôt. Nick, totalement accro au flashback, en perdition tant socialement que familialement, accepte la mission contre des doses de produits. Accompagné de Sato, garde du corps du feu Keigo Nakamura, il se lance dans une course contre la montre pour découvrir le meurtrier alors qu’il avait échoué à l’époque. Dans le même temps, son fils Val, qui vit avec son grand-père dans un autre état, et qu’il a beaucoup négligé depuis le décès de Dara, accumule les problèmes et doit disparaître : l’aide de son père apparaît alors indispensable mais il doit traverser la moitié de l’Amérique pour le rejoindre, dans un environnement plus qu’hostile. C’est bien mené, on ne s’ennuie pas une seconde et les personnages sont plutôt attachants. Pour autant, encore une fois, je suis déroutée par le positionnement de l’auteur. Quand je lis un thriller, je n’ai pas forcément envie de lire un traité pro-Trump avant l’heure…
    Lire la suite
    En lire moins
  • VassagoTL Posté le 30 Juin 2019
    Dans ce livre Dan Simmons s'éloigne un peu de son lyrisme habituel pour présenter une histoire futuriste originale. L'écriture est toujours aussi efficace et l'intrigue fonctionne parfaitement. Assurément pas une oeuvre majeur qu'on donnera en priorité pour vanter le savoir faire de l'auteur, mais un bon moment passer dans son monde tout de même.
  • lila11 Posté le 17 Mai 2019
    L'histoire est sympa, prenante, le monde futuriste décrit assez glaçant. Mais il y a trop de détails, et cela gêne le déroulement de l'histoire. Dans l'ensemble j'ai bien aimé mais il y a des parties qui m'ont ennuyées.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.