Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377354696
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 11 x 17,8 mm

Fletch

FRANCE-MARIE WATKINS (Traducteur)
Collection : Suspense
Date de parution : 12/05/2021
« On n’avait pas vu auteur de polars plus dur à cuire depuis James Cain. » Pete Hamill (La Chair et le Sang)
« Un thriller au style brut lancé à pleine vitesse jusqu’à atteindre son climax. » Washington Post
« Je vous offre 50 000 dollars pour m’assassiner. »
Proposition peu courante. C’est pourtant celle que vient de faire Alan Stanwyk à Fletch, un jeune drogué qu’il a repéré sur la plage.

Stanwyk a tout prévu : ça se fera chez lui, dans une semaine exactement. Les domestiques seront absents, les...
« Je vous offre 50 000 dollars pour m’assassiner. »
Proposition peu courante. C’est pourtant celle que vient de faire Alan Stanwyk à Fletch, un jeune drogué qu’il a repéré sur la plage.

Stanwyk a tout prévu : ça se fera chez lui, dans une semaine exactement. Les domestiques seront absents, les 50 000 dollars dans le coffre et le revolver dans le tiroir du bureau. Il a même prévu la fuite de Fletch.

Ce qu’il n’a pas prévu, en revanche, c’est que, malgré son jean troué et sa maigreur de chat de gouttière, Fletch n’est pas aussi paumé qu’il en a l’air. En fait, il est journaliste. Et comme tout bon journaliste, Fletch est d’un naturel curieux, très curieux…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377354696
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 11 x 17,8 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cassiopee42 Posté le 11 Mai 2021
    Écrit en 1974, ce roman a très bien vieilli et sa réédition en format poche est une excellente idée. Irwin Maurice Fletcher, dit Fletch, est journaliste. Un peu borderline au bureau, il se lance dans une enquête sur la drogue qui se vend en bord de mer. Afin d’en apprendre plus, il se fait passer pour un jeune drogué, maigre, les vêtements usés jusqu’à la trame, complètement perdu, le vagabond idéal sans attache. C’est sans doute pour ça qu’un homme l’aborde et lui propose un marché, le prenant pour un vrai SDF. Dans un premier temps, mille dollars pour l’écouter, puis 50000 pour le tuer dans une semaine exactement. Pourquoi cet homme veut-il mourir assassiné ? Il se sait condamner par un cancer, ne souhaite pas souffrir et veut que son épouse touche l’assurance vie (un suicide annulerait le versement de la prime). Fletch joue le jeu et se dit prêt à accepter la transaction. Sauf que, comme beaucoup de journalistes, il est curieux et qu’il trouve cette démarche très très bizarre. Il va mettre à profit le délai de sept jours avant l’acte délictueux pour mener, le plus discrètement possible, une enquête sur le commanditaire, tout en continuant sa mission... Écrit en 1974, ce roman a très bien vieilli et sa réédition en format poche est une excellente idée. Irwin Maurice Fletcher, dit Fletch, est journaliste. Un peu borderline au bureau, il se lance dans une enquête sur la drogue qui se vend en bord de mer. Afin d’en apprendre plus, il se fait passer pour un jeune drogué, maigre, les vêtements usés jusqu’à la trame, complètement perdu, le vagabond idéal sans attache. C’est sans doute pour ça qu’un homme l’aborde et lui propose un marché, le prenant pour un vrai SDF. Dans un premier temps, mille dollars pour l’écouter, puis 50000 pour le tuer dans une semaine exactement. Pourquoi cet homme veut-il mourir assassiné ? Il se sait condamner par un cancer, ne souhaite pas souffrir et veut que son épouse touche l’assurance vie (un suicide annulerait le versement de la prime). Fletch joue le jeu et se dit prêt à accepter la transaction. Sauf que, comme beaucoup de journalistes, il est curieux et qu’il trouve cette démarche très très bizarre. Il va mettre à profit le délai de sept jours avant l’acte délictueux pour mener, le plus discrètement possible, une enquête sur le commanditaire, tout en continuant sa mission d’infiltration pour en savoir plus sur le trafic de substances illicites. C’est ainsi qu’il apprend que le futur mort est Alan Stanwyk, vice-président de Collins Aviation, marié à Joan dont le père est président directeur général de la compagnie. Une affaire familiale (de riches bourgeois) en lien avec les avions … Le personnage de Fletch est très drôle, même si quelques fois, il dépasse les bornes. Il essaie de se débarrasser de ses deux ex épouses et des avocats qu’elles lui envoient pour non-paiement de la pension alimentaire. Il entretient des relations atypiques avec ses collègues et ses supérieurs. Il semble très insolent, détaché de tout mais sous des dehors « je m’en foutiste » il va au fond des choses. D’accord, ses méthodes ne sont pas très orthodoxes. Il se crée autant de fausses identités que nécessaires pour s’approcher de ceux qu’il veut interroger incognito et les dialogues qu’il établit alors avec ces personnes sont truculents. On a l’impression que cet homme se rit de tout, s’amuse de tout même lorsqu’il réalise que sa vie est en danger. Il fait preuve d’astuce, de fourberie, n’hésitant pas à mentir, tricher, manipuler, louvoyer, retourner sa veste, pour arriver à ses fins. Il n’a aucun scrupule, se fichant complètement des conséquences de ses actes, enfin c’est ce qu’il nous laisse croire. Fantasque ? Irresponsable ? Non, pas tant que ça, il assure ses arrières avec brio et intelligence et il est capable de retourner une situation à son avantage. Sa façon d’agir, parfois en marge, est un pur régal dans ce récit. Fletch alterne les deux « mondes », celui de la plage où il côtoie des paumés et celui des riches (club de tennis et compagnie) où il fait tout pour comprendre le but d’Alan Stanwyk avec cette demande saugrenue d’être tué. Il est aussi à l’aise d’un côté que de l’autre, négligé ou élégant, rien ne le gêne, il passe partout pour obtenir des informations. Et il faut le dire, les découvertes sont nombreuses et sidérantes (mais ne comptez pas sur moi pour vous dire quoi que ce soit). L’écriture (merci à la traductrice) est pétillante, emplie d’humour et de dérision. Le contexte de l’époque avec machine à écrire et vieux magnétophone est parfait pour cette double intrigue qui m’a procuré beaucoup de plaisir à la lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
  • hellrick Posté le 6 Avril 2020
    Second roman de Gregory McDonald (publié dix ans après son premier, RUNNING SCARED), FLETCH (ou FLETCH AUX TROUSSES) devint aussitôt un succès qui amena l’auteur a lui donner de nombreuses suites et dérivés (SON OF FLETCH et les « Flynn »). Journaliste iconoclaste et très peace love, Irwin Maurice Fletcher, dit Fletch, déjà deux fois divorcés à 30 ans, ne porte jamais de chaussures et boit beaucoup lorsqu’il ne fume pas des joints. Il est donc le candidat idéal pour une infiltration dans le milieu des drogués vivotant sur les plages américaines. Plus vrai que nature, Fletch se voit abordé par le millionnaire Alan Stanwyck qui le prend pour un vagabond sans le sou et, se disant atteint d’un cancer incurable, lui offre 50 000 dollars pour l’assassiner, ce qui permettrait à son épouse de toucher la prime d’assurances de trois millions de dollars. Mais Fletch soupçonne le coup fourré et décide d’enquêter sur Stanwyck. Lauréat du Prix Edgar Poe du meilleur roman (tout comme sa suite), FLETCH AUX TROUSSES s’avère une excellente réussite, offrant un enquêteur particulièrement original évoluant dans un monde bien typé, celui du début des années ’70 aux Etats-Unis. L’auteur alterne donc la description du milieu... Second roman de Gregory McDonald (publié dix ans après son premier, RUNNING SCARED), FLETCH (ou FLETCH AUX TROUSSES) devint aussitôt un succès qui amena l’auteur a lui donner de nombreuses suites et dérivés (SON OF FLETCH et les « Flynn »). Journaliste iconoclaste et très peace love, Irwin Maurice Fletcher, dit Fletch, déjà deux fois divorcés à 30 ans, ne porte jamais de chaussures et boit beaucoup lorsqu’il ne fume pas des joints. Il est donc le candidat idéal pour une infiltration dans le milieu des drogués vivotant sur les plages américaines. Plus vrai que nature, Fletch se voit abordé par le millionnaire Alan Stanwyck qui le prend pour un vagabond sans le sou et, se disant atteint d’un cancer incurable, lui offre 50 000 dollars pour l’assassiner, ce qui permettrait à son épouse de toucher la prime d’assurances de trois millions de dollars. Mais Fletch soupçonne le coup fourré et décide d’enquêter sur Stanwyck. Lauréat du Prix Edgar Poe du meilleur roman (tout comme sa suite), FLETCH AUX TROUSSES s’avère une excellente réussite, offrant un enquêteur particulièrement original évoluant dans un monde bien typé, celui du début des années ’70 aux Etats-Unis. L’auteur alterne donc la description du milieu bohème des drogués et autres prostituées bloqués sur les plages depuis la fin du rêve hippie avec l’exploration du monde des ultra-riches qui passent leur temps en mondanité, cocktails après le tennis et coucheries diverses. Etonnamment, Fletch parvient à se montrer aussi à l’aise dans les deux univers, deux enquêtes apparemment indépendantes (qui fournit la drogue sur la plage ? Que veut vraiment le supposé agonisant millionnaire ?) mais qui, bien sûr, se rejoindront pour une conclusion cynique et amorale typique de l’époque. Truffé de moments décalés et humoristiques qui en font une plaisante comédie policière, le roman s’appuie cependant sur une énigme fort bien construite, à mi-chemin entre le « policier » classique et le polar « rentre-dedans ». Le meilleur des deux mondes ? Assurément ! Bref, vite…la suite !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés