Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291736
Code sériel : 17511
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ils étaient six marins de Groix... et la tempête

Date de parution : 11/07/2019
Ils étaient cinq, ils étaient six.
Ils étaient six marins de Groix.
Tradéri lonlaire. Tradéri lonla.


À bord de l’Aviateur Blériot, thonier de belle allure, on a posé les dix-sept lignes à l’eau. Leur île est loin, désormais. Le patron, Amédée, les quatre matelots et Yves-Marie, le petit mousse : six marins lâchés...
Ils étaient cinq, ils étaient six.
Ils étaient six marins de Groix.
Tradéri lonlaire. Tradéri lonla.


À bord de l’Aviateur Blériot, thonier de belle allure, on a posé les dix-sept lignes à l’eau. Leur île est loin, désormais. Le patron, Amédée, les quatre matelots et Yves-Marie, le petit mousse : six marins lâchés dans le grand large, avec leur humanité fragile, royale… Et la tempête qui vient. Six en partant de Groix… Combien reviendront, s’ils reviennent jamais ?

Avant-propos d’Éric Auphan,
président de l’Association des Amis d’Henri Queffélec
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291736
Code sériel : 17511
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Biblioroz Posté le 17 Mars 2021
    Le thonier dundee l'Aviateur Blériot avance dans le noroît de la mer Celtique. À son bord, six marins, tous groisillons ; l'île de Groix, petite terre détachée avec son vivier de marins. le patron Amédée, quatre matelots, le mousse Yves-Marie quatorze ans et déjà bien débrouillard, un bon petit gars. Avec ses deux tangons déployés, le dundee, loin des côtes, espère ferrer le thon germon mais celui-ci se fait désirer depuis des heures. Le patron est soucieux mais s'interdit de descendre jeter un oeil au baromètre. Un mutisme s'installe en lieu et place des plaisanteries habituelles. le regard se perd vers le noroît, épiant au loin le ciel et la mer en pleine mutation, le gris s'épaississant. Marée d'équinoxe 1930, aucune alerte météorologique n'a été diffusée avant le départ en mer. L'inquiétude monte pourtant. Le temps vire au changement. Le baromètre, lui, vire au sale coup, l'aiguille noire tombant dangereusement sur la gauche. Plus un cri de goéland… Un bien mauvais coup de chien se prépare. L'Océan s'emballe. Henri Queffélec, grand romancier maritime, nous plaque à bord de ce thonier. On est là, pantelant, tenu par les mots, par ce texte si puissant, suspendu, en attente de la déferlante assassine. L'objectif du patron n'est... Le thonier dundee l'Aviateur Blériot avance dans le noroît de la mer Celtique. À son bord, six marins, tous groisillons ; l'île de Groix, petite terre détachée avec son vivier de marins. le patron Amédée, quatre matelots, le mousse Yves-Marie quatorze ans et déjà bien débrouillard, un bon petit gars. Avec ses deux tangons déployés, le dundee, loin des côtes, espère ferrer le thon germon mais celui-ci se fait désirer depuis des heures. Le patron est soucieux mais s'interdit de descendre jeter un oeil au baromètre. Un mutisme s'installe en lieu et place des plaisanteries habituelles. le regard se perd vers le noroît, épiant au loin le ciel et la mer en pleine mutation, le gris s'épaississant. Marée d'équinoxe 1930, aucune alerte météorologique n'a été diffusée avant le départ en mer. L'inquiétude monte pourtant. Le temps vire au changement. Le baromètre, lui, vire au sale coup, l'aiguille noire tombant dangereusement sur la gauche. Plus un cri de goéland… Un bien mauvais coup de chien se prépare. L'Océan s'emballe. Henri Queffélec, grand romancier maritime, nous plaque à bord de ce thonier. On est là, pantelant, tenu par les mots, par ce texte si puissant, suspendu, en attente de la déferlante assassine. L'objectif du patron n'est plus de remplir son dundee de thons mais de ramener tout l'équipage à terre. Il a ordonné de virer de bord juste avant d'atteindre le gros de la flottille de thoniers amassés autour des mattes de germons dans les flots du grand large. Est-ce une décision judicieuse, raisonnable, née d'une véritable expérience ? La zone est profonde, sujette aux lames déferlantes qui pourraient se former et chavirer les bateaux. « Ma mission de marin pêcheur n'est pas de m'enfoncer dans la profondeur des mers pour ne plus en sortir. » L'auteur, avec sa grande minutie et son immense vivier de termes maritimes nous fait réellement vivre cette tragique tempête d'équinoxe. C'est une exceptionnelle lutte pour contrer les vagues, une surveillance sans relâche face aux paquets de mer qui s'abattent. Henri Queffélec utilise une narration qui questionne les marins, le dundee, les femmes à terre, le vent, la fureur de la mer. On navigue dans la tête d'Amédée où les années de multiples naufrages, tous ces hommes avalés par la mer, ressurgissent. Son esprit va aussi vers Aurélia, sa femme. On dérive alors sur les ravages à terre, le vent se déchaînant sur les pignons. La violence de ce temps surprend, réveille, à moins que ce ne soit l'anxiété qui tenaille celles et ceux qui craignent le pire. On fait escale à Port-Tudy devant un beau tableau enthousiaste de ce port prospère. Un port thonier effervescent lors des campagnes de pêche, fier de son enchevêtrement de bateaux. Pas de reprise de souffle possible car la peur, l'épuisement, le tapage du ciel et de la mer, les chocs sur la coque ne laissent aucun répit au lecteur. Heureusement que l'équipage est soudé, du doyen au jeune mousse. La préoccupation du patron vis-à-vis de ce dernier est attendrissante, surtout ne pas perdre un mousse qui n'a vraiment pas l'âge de mourir ! Car les vents désastreux de cette tempête d'équinoxe de septembre 1930 soufflent la mort, un mot qu'il faut pourtant bannir à bord, de peur de l'attirer. Près d'une trentaine de bateaux des côtes atlantiques ont péri corps et biens lors de ce funeste coup de vent. Et l'Aviateur Blériot, a-t-il pu sauver sa belle coque et son équipage ? Autour d'un fait climatique réel, ce roman, à l'écriture vivante et vibrante, est un magnifique hommage aux marins de cette pêche à voile qui vivait ses derniers instants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mycouen Posté le 27 Janvier 2020
    Ce livre nous embarque dans la tempête de 1930, à bord d'un thonier dundee groisillon. C'est l'histoire de cette île, du lien qui unit ces hommes et la mer, mais aussi du courage des femmes restées à terre. Un livre très bien écrit et qui donnerait presque le mal de mer tant on s'y plonge
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.