Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266299381
Code sériel : 17675
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

La Coupure

Séverine QUELET (Traducteur)
Date de parution : 12/09/2019
Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte du corps d'un bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n'y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer. Angela revit à travers elle le pire... Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte du corps d'un bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n'y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer. Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on a enlevé sa fille à la maternité. Pour Emma, jeune éditrice, c'est le début d'une descente aux enfers… Quant à Kate, journaliste de renom, elle flaire là le premier indice d'une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches. Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées... Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

« Fiona Barton affirme sa griffe sur un thriller psychologique aussi vicelard qu’imprévisible. »
Le Figaro Magazine

« Magistral ! »
L’Alsace
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266299381
Code sériel : 17675
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Intelligent et irrésistible. Vous allez adorer La Coupure. » Clare Mackintosh

« En plus d’être un thriller décapant, La Coupure est aussi une exploration subtile des relations entre les mères et leurs enfants, leurs liens et leurs combats… » USA Today

« Magistral ! » L'Alsace


 
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • OlivierLeLouer Posté le 8 Mars 2020
    Je suis toujours en cours mais enfin, après 200 pages assez ternes, l'intrigue est enfin installée et j'ai maintenant hâte d'avancer... C'est ce petit moment de bascule dans un livre qui est quand même le plus intéressant !! Quand on a assez d'ingrédient pour avoir compris les personnages et les lieux en place et pour n'attendre qu'une chose : Le dénouement! Voilà, terminé.... Bon je reste un peu sur ma faim globalement. L'idée est très bonne mais je pense que l'intrigue met trop de temps à se mettre en place ce qui est un peu frustrant.
  • valerieconter Posté le 12 Février 2020
    Une très bonne enquête, une lecture fluide ... je préviens on ne veut pas le lâcher de la 1ere à la dernière page. bonne lecture :-)
  • Hauchama Posté le 3 Février 2020
    Ce livre est un cadeau de mon mari et, honnêtement, je ne l'aurai pas acheté, n'ayant pas été attirée par la 4ème de couverture. Et pourtant! J'aurais raté une très très bonne lecture. Le squelette d'un bébé est retrouvé sur un chantier de démolition d'anciennes maisons des années 70. Kate, journaliste, décide de creuser un peu cette histoire. Angela, qui a perdu son bébé il y a plus de 30 ans, enlevé à la maternité, est bouleversée par cette histoire. Emma, quant à elle, cache quelquechose, un secret enfuit au fond d'elle-même depuis des années, un secret que réveille cette découverte macabre. Tout au long du livre, les différents chapitres alternent entre les pensées de ces trois femmes. J'ai trouvé le début (les 150 premières pages sur 500) un peu long, on ne parlait pas assez du bébé à mon goût. Alors oui, l'auteur pose petit à petit le contexte pour les trois protagonistes mais le bébé était, pour moi, trop en arrière plan. Et puis, petit à petit, des indices apparaissent au fil des pages et on se prend au jeu. Comme Kate, on veut en savoir plus, on émet des hypothèses. Pour être honnête, je n'ai pas... Ce livre est un cadeau de mon mari et, honnêtement, je ne l'aurai pas acheté, n'ayant pas été attirée par la 4ème de couverture. Et pourtant! J'aurais raté une très très bonne lecture. Le squelette d'un bébé est retrouvé sur un chantier de démolition d'anciennes maisons des années 70. Kate, journaliste, décide de creuser un peu cette histoire. Angela, qui a perdu son bébé il y a plus de 30 ans, enlevé à la maternité, est bouleversée par cette histoire. Emma, quant à elle, cache quelquechose, un secret enfuit au fond d'elle-même depuis des années, un secret que réveille cette découverte macabre. Tout au long du livre, les différents chapitres alternent entre les pensées de ces trois femmes. J'ai trouvé le début (les 150 premières pages sur 500) un peu long, on ne parlait pas assez du bébé à mon goût. Alors oui, l'auteur pose petit à petit le contexte pour les trois protagonistes mais le bébé était, pour moi, trop en arrière plan. Et puis, petit à petit, des indices apparaissent au fil des pages et on se prend au jeu. Comme Kate, on veut en savoir plus, on émet des hypothèses. Pour être honnête, je n'ai pas deviné la fin. Je n'étais pas forcément loin (l'histoire d'ADN m'a un peu mis la puce à l'oreille) mais ce fut quand même une surprise. Je ne regrette absolument pas cette lecture, ce thriller (le mot est peut-être quand même un peu exagéré lorsque je compare mes lectures) est vraiment bien ficelé. Je vous le conseille sans hésitation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kikithalie Posté le 7 Janvier 2020
    En tombant sur un entrefilet dans un journal, informant de la découverte macabre d’un squelette d’un nouveau-né sur un chantier, Kate, journaliste au Daily Post, décide d’enquêter. Voici le début d’un thriller psychologique, finement mené, avec un rythme certain grâce aux chapitres courts et une écriture fluide. « La coupure », c’est l’histoire de 3 femmes attachantes, 3 destins différents, qui vont être interloquées par cet article en bas de page. Kate, la journaliste du Daily Post, qui est à la recherche d’un scoop pour sauver sa carrière. Les enquêtes d’investigation ne sont plus d’actualité, et ont laissé place à l’info en temps réel, internet, réseaux sociaux. Angela, mère blessée et détruite, qui est toujours à l’affût du moindre indice pour retrouver sa fille Alice qui lui a été volée à la maternité quarante ans plus tôt. Elle n’a jamais renoncé à découvrir la vérité, parfois au détriment des ses deux autres enfants. Emma, femme fragile qui, suite à cette découverte, a peur que son secret le plus inavouable et le plus terrifiant, soit mis au grand jour. Sans oublier, Jude, la mère d’Emma, qui n’a de mère que le nom… Relation difficile mère-fille, elles essaient de renouer malgré une séparation de plusieurs... En tombant sur un entrefilet dans un journal, informant de la découverte macabre d’un squelette d’un nouveau-né sur un chantier, Kate, journaliste au Daily Post, décide d’enquêter. Voici le début d’un thriller psychologique, finement mené, avec un rythme certain grâce aux chapitres courts et une écriture fluide. « La coupure », c’est l’histoire de 3 femmes attachantes, 3 destins différents, qui vont être interloquées par cet article en bas de page. Kate, la journaliste du Daily Post, qui est à la recherche d’un scoop pour sauver sa carrière. Les enquêtes d’investigation ne sont plus d’actualité, et ont laissé place à l’info en temps réel, internet, réseaux sociaux. Angela, mère blessée et détruite, qui est toujours à l’affût du moindre indice pour retrouver sa fille Alice qui lui a été volée à la maternité quarante ans plus tôt. Elle n’a jamais renoncé à découvrir la vérité, parfois au détriment des ses deux autres enfants. Emma, femme fragile qui, suite à cette découverte, a peur que son secret le plus inavouable et le plus terrifiant, soit mis au grand jour. Sans oublier, Jude, la mère d’Emma, qui n’a de mère que le nom… Relation difficile mère-fille, elles essaient de renouer malgré une séparation de plusieurs années. Qui est ce bébé retrouvé sur ce chantier ? Tout au long du roman, les histoires d’Angela et d’Emma s’entrecroisent. Kate, journaliste à l’ancienne, va mener cette enquête, conjointement avec la police, jusqu’au dénouement final, auquel je ne m’attendais pas. L’auteure a brouillé les pistes, lançant quelques informations puis démontant mes soupçons dans les chapitres suivants. Elle sait tenir son lecteur en haleine… la tension monte crescendo, et le final est très émouvant. L’histoire démarre lentement, car l’auteure présente ses protagonistes à tour de rôle, puis le rythme s’accélère jusqu’au final. J’ai découvert Fiona Barton avec ce roman et je vais me procurer son premier roman « La veuve » afin de conforter mon opinion sur cette auteure, surtout que le personnage de Kate est apparemment présent dans ce 1er opus, et les critiques sont plutôt positives.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nameless Posté le 15 Décembre 2019
    A partir d'un fait divers, la découverte sur un chantier d'un corps qui pourrait être celui d'un nouveau né enlevé 40 ans plus tôt dans une maternité londonienne, Fiona Barton élabore une histoire sophistiquée et réalise de saisissants portraits de femmes, Emma, Angela et les autres, Jude, Harry ou Barbara qui ont été dans un lointain passé, ou seront dans un imminent avenir, reliées par la macabre découverte. Et puis, il y a Kate, la journaliste qui parce qu'elle sait écouter puis poser les bonnes questions, libère la parole, recueille des confidences, aide les souffrances à s'exprimer, les secrets à s'extirper de leurs gangues de mensonges et d'inventions. C'est elle, déjà présente dans La veuve, que j'ai particulièrement appréciée. Elle fournit une mine d'informations sur le travail de journaliste, s'interroge sur sa déontologie ou son coeur de métier et réhabilite une profession en constante perte de crédibilité. A 50 ans, elle a encore à prouver qu'elle bosse aussi bien que ses confrères masculins pour faire cesser leurs blagues sexistes ; elle déplore que la presse se désintéresse du journalisme d'investigation pour se concentrer sur l'info instantanée qui suscite clics et commentaires des internautes. Dans ce nouvel ordre mondial, elle se sent de... A partir d'un fait divers, la découverte sur un chantier d'un corps qui pourrait être celui d'un nouveau né enlevé 40 ans plus tôt dans une maternité londonienne, Fiona Barton élabore une histoire sophistiquée et réalise de saisissants portraits de femmes, Emma, Angela et les autres, Jude, Harry ou Barbara qui ont été dans un lointain passé, ou seront dans un imminent avenir, reliées par la macabre découverte. Et puis, il y a Kate, la journaliste qui parce qu'elle sait écouter puis poser les bonnes questions, libère la parole, recueille des confidences, aide les souffrances à s'exprimer, les secrets à s'extirper de leurs gangues de mensonges et d'inventions. C'est elle, déjà présente dans La veuve, que j'ai particulièrement appréciée. Elle fournit une mine d'informations sur le travail de journaliste, s'interroge sur sa déontologie ou son coeur de métier et réhabilite une profession en constante perte de crédibilité. A 50 ans, elle a encore à prouver qu'elle bosse aussi bien que ses confrères masculins pour faire cesser leurs blagues sexistes ; elle déplore que la presse se désintéresse du journalisme d'investigation pour se concentrer sur l'info instantanée qui suscite clics et commentaires des internautes. Dans ce nouvel ordre mondial, elle se sent de plus en plus superflue, et lorsque son travail se borne à rédiger une légende de photo, elle éprouve une perte de dignité professionnelle ; lorsqu'un titre d'article se termine par un point d'interrogation – Qui est le bébé du chantier ? - c'est pour elle un aveu d'échec car si un journaliste s'interroge, c'est qu'il n'a pas assez décortiqué les faits. Pour autant, au nom de quelle vérité une et indivisible a t-elle le droit de se mêler de la vie d'Angela et d'Emma, de soulever leur masque, de gratter sous leur surface pour les atteindre au coeur, au plus profond de leur être ? En quoi leurs tragédies personnelles qui n'ont rien de feuilletons de gare, sont-elles des informations jetables en pâture à une opinion publique souvent cruelle ? Qui est le bébé du chantier, point d'interrogation. L'épilogue livre une réponse plus complexe que ce que laissent imaginer, sans doute à dessein, les indices trop évidents semés par Fiona Barton en cours d'intrigue. L'auteure avec talent et justesse, a tout misé sur la psychologie, finement restituée, des personnages féminins, leurs douleurs, leurs états d'âme, leurs fragilités, leurs réflexions intimes, au détriment de longues descriptions et des rôles masculins, tous secondaires et esquissés. Ces choix s'avèrent perspicaces puisque le lecteur est maintenu sous pression jusqu'aux dernières lignes de ce thriller bien écrit et rondement mené, mais également émouvant.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.