Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266317641
Code sériel : 18282
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

La Discrétion

Date de parution : 19/08/2021
Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée.
À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté.
Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion.
Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ?
Mais la colère, même réprimée, se transmet, l’air de rien...
EAN : 9782266317641
Code sériel : 18282
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman sensible, puissant et poignant. »
Version Femina

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Heval Posté le 8 Septembre 2021
    C'est doux. C'est tendre. C'est émouvant. C'est drôle aussi parfois. C'est piquant et fort intelligent. Faïza Guène signe ici un roman d'une remarquable finesse et d'une grande humanité. Et c'est elle que je retiens. Il y a dans ses personnages une humilité, une générosité qui émeut. Il y a, chez eux, une blessure qui attendrit. Je les vois et je pense à tous mes voisins d'origine algérienne. C'est eux que je lis, que je vois et perçois à travers les mots de Faïza Guène. Et je m'interroge alors sur leurs histoires, sur leur propre discrétion. D'où viennent-ils exactement ? Qu'ont-ils vécu et connu? Pourquoi et comment sont-ils arrivés en France, pays colonisateur de l'Algérie ? Et comment vivent-ils en France avec ce lourd passé? Faïza Guène ouvre légèrement la porte pour que l'on puisse voir un peu le coeur de ces visages voilés par la discrétion et la pudeur. Elle porte la lumière sur ces gens qui ont mille histoires à raconter mais personne pour les écouter. On ne les écoute pas, en effet. Alors ils se taisent, s'effacent, tentent de se faire oublier de ce mépris historique encore aujourd'hui affiché ; un mépris si ancré que les préjugés à... C'est doux. C'est tendre. C'est émouvant. C'est drôle aussi parfois. C'est piquant et fort intelligent. Faïza Guène signe ici un roman d'une remarquable finesse et d'une grande humanité. Et c'est elle que je retiens. Il y a dans ses personnages une humilité, une générosité qui émeut. Il y a, chez eux, une blessure qui attendrit. Je les vois et je pense à tous mes voisins d'origine algérienne. C'est eux que je lis, que je vois et perçois à travers les mots de Faïza Guène. Et je m'interroge alors sur leurs histoires, sur leur propre discrétion. D'où viennent-ils exactement ? Qu'ont-ils vécu et connu? Pourquoi et comment sont-ils arrivés en France, pays colonisateur de l'Algérie ? Et comment vivent-ils en France avec ce lourd passé? Faïza Guène ouvre légèrement la porte pour que l'on puisse voir un peu le coeur de ces visages voilés par la discrétion et la pudeur. Elle porte la lumière sur ces gens qui ont mille histoires à raconter mais personne pour les écouter. On ne les écoute pas, en effet. Alors ils se taisent, s'effacent, tentent de se faire oublier de ce mépris historique encore aujourd'hui affiché ; un mépris si ancré que les préjugés à l'origine du racisme continuent d'être véhiculés, faisant souffrir leurs enfants qui demandent simplement à être considérés en tant que Français. Dans ce récit émouvant, je pose un bémol. Petit, tout petit. J'aurais aimé, apprécié que l'auteure aille moins vite dans son histoire. Il m'a semblé qu'elle était lancée dans un train à grande vitesse et que je n'avais pas le temps d'apprécier le paysage. J'aurais voulu passer plus de temps avec la famille de Yamina. J'aurais voulu siroter un peu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Heval Posté le 8 Septembre 2021
    C'est doux. C'est tendre. C'est émouvant. C'est drôle aussi parfois. C'est piquant et fort intelligent. Faïza Guène signe ici un roman d'une remarquable finesse et d'une grande humanité. Et c'est elle que je retiens. Il y a dans ses personnages une humilité, une générosité qui émeut. Il y a, chez eux, une blessure qui attendrit. Je les vois et je pense à tous mes voisins d'origine algérienne. C'est eux que je lis, que je vois et perçois à travers les mots de Faïza Guène. Et je m'interroge alors sur leurs histoires, sur leur propre discrétion. D'où viennent-ils exactement ? Qu'ont-ils vécu et connu? Pourquoi et comment sont-ils arrivés en France, pays colonisateur de l'Algérie ? Et comment vivent-ils en France avec ce lourd passé? Faïza Guène ouvre légèrement la porte pour que l'on puisse voir un peu le coeur de ces visages voilés par la discrétion et la pudeur. Elle porte la lumière sur ces gens qui ont mille histoires à raconter mais personne pour les écouter. On ne les écoute pas, en effet. Alors ils se taisent, s'effacent, tentent de se faire oublier de ce mépris historique encore aujourd'hui affiché ; un mépris si ancré que les préjugés à... C'est doux. C'est tendre. C'est émouvant. C'est drôle aussi parfois. C'est piquant et fort intelligent. Faïza Guène signe ici un roman d'une remarquable finesse et d'une grande humanité. Et c'est elle que je retiens. Il y a dans ses personnages une humilité, une générosité qui émeut. Il y a, chez eux, une blessure qui attendrit. Je les vois et je pense à tous mes voisins d'origine algérienne. C'est eux que je lis, que je vois et perçois à travers les mots de Faïza Guène. Et je m'interroge alors sur leurs histoires, sur leur propre discrétion. D'où viennent-ils exactement ? Qu'ont-ils vécu et connu? Pourquoi et comment sont-ils arrivés en France, pays colonisateur de l'Algérie ? Et comment vivent-ils en France avec ce lourd passé? Faïza Guène ouvre légèrement la porte pour que l'on puisse voir un peu le coeur de ces visages voilés par la discrétion et la pudeur. Elle porte la lumière sur ces gens qui ont mille histoires à raconter mais personne pour les écouter. On ne les écoute pas, en effet. Alors ils se taisent, s'effacent, tentent de se faire oublier de ce mépris historique encore aujourd'hui affiché ; un mépris si ancré que les préjugés à l'origine du racisme continuent d'être véhiculés, faisant souffrir leurs enfants qui demandent simplement à être considérés en tant que Français. Dans ce récit émouvant, je pose un bémol. Petit, tout petit. J'aurais aimé, apprécié que l'auteure aille moins vite dans son histoire. Il m'a semblé qu'elle était lancée dans un train à grande vitesse et que je n'avais pas le temps d'apprécier le paysage. J'aurais voulu passer plus de temps avec la famille de Yamina. J'aurais voulu siroter un peu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • coquinnette1974 Posté le 26 Août 2021
    La Discrétion de Faïza Guène est un roman que je me suis acheté à sa sortie, il y a un an, et je me rends compte que je n'ai jamais pensé à le chroniquer alors que j'ai adoré ma lecture. Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée. À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté. Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion. Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ? Mais la colère, même réprimée, se transmet l’air de rien. La Discrétion est un roman qui m'a beaucoup touché, d'ailleurs je pense parfois à ses personnages. Ou plutôt, je me dit que de nos jours la vie doit être vraiment difficile pour ses personnes immigrées, arrivées en France depuis bien longtemps mais que l'on continue à stigmatiser. Faïza Guène l'explique avec énormément de justesse et de pudeur. J'ai été très touché par Yamina, son histoire, et par les enfants qu'elle a mis au monde. Ils frissonnent quand les médias mettent en avant un terroriste, ils espèrent de tout cœur qu'il ne sera pas musulman car ils savent que le lendemain les gens vont les identifier à cette personne.... La Discrétion de Faïza Guène est un roman que je me suis acheté à sa sortie, il y a un an, et je me rends compte que je n'ai jamais pensé à le chroniquer alors que j'ai adoré ma lecture. Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée. À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté. Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion. Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ? Mais la colère, même réprimée, se transmet l’air de rien. La Discrétion est un roman qui m'a beaucoup touché, d'ailleurs je pense parfois à ses personnages. Ou plutôt, je me dit que de nos jours la vie doit être vraiment difficile pour ses personnes immigrées, arrivées en France depuis bien longtemps mais que l'on continue à stigmatiser. Faïza Guène l'explique avec énormément de justesse et de pudeur. J'ai été très touché par Yamina, son histoire, et par les enfants qu'elle a mis au monde. Ils frissonnent quand les médias mettent en avant un terroriste, ils espèrent de tout cœur qu'il ne sera pas musulman car ils savent que le lendemain les gens vont les identifier à cette personne. Pas toujours consciemment évidemment, mais c'est là, latent. Et c'est quelque chose qui est terrible car les enfants de Yamina sont français. Ils sont nés en France, ils sont aussi français que moi. Mais la peau plus foncé, la maman qui a un accent, tout de suite les préjugés sont là. Je trouve l'histoire de cette famille à la fois simple, banale, et poignante. L'écriture fait mouche, et même si j'ai lu ce roman il y a plusieurs mois j'y pense encore. C'est rare que je pense à un livre plusieurs mois après sa lecture car je lis beaucoup, j'oublie évidemment certaines lectures. Mais pas La Discrétion. Je ne saurais expliquer pourquoi mais ce roman est un vraie coup de cœur, ou coup au cœur. Pourtant il ne raconte pas du tout l'histoire de ma famille mais l'autrice a su me toucher, me faire réfléchir et vraiment je recommande ce roman à tous. Il sort bientôt en poche, n'hésitez pas. Ma note : un énorme cinq étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • coquinnette1974 Posté le 26 Août 2021
    La Discrétion de Faïza Guène est un roman que je me suis acheté à sa sortie, il y a un an, et je me rends compte que je n'ai jamais pensé à le chroniquer alors que j'ai adoré ma lecture. Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée. À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté. Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion. Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ? Mais la colère, même réprimée, se transmet l’air de rien. La Discrétion est un roman qui m'a beaucoup touché, d'ailleurs je pense parfois à ses personnages. Ou plutôt, je me dit que de nos jours la vie doit être vraiment difficile pour ses personnes immigrées, arrivées en France depuis bien longtemps mais que l'on continue à stigmatiser. Faïza Guène l'explique avec énormément de justesse et de pudeur. J'ai été très touché par Yamina, son histoire, et par les enfants qu'elle a mis au monde. Ils frissonnent quand les médias mettent en avant un terroriste, ils espèrent de tout cœur qu'il ne sera pas musulman car ils savent que le lendemain les gens vont les identifier à cette personne.... La Discrétion de Faïza Guène est un roman que je me suis acheté à sa sortie, il y a un an, et je me rends compte que je n'ai jamais pensé à le chroniquer alors que j'ai adoré ma lecture. Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée. À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté. Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion. Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ? Mais la colère, même réprimée, se transmet l’air de rien. La Discrétion est un roman qui m'a beaucoup touché, d'ailleurs je pense parfois à ses personnages. Ou plutôt, je me dit que de nos jours la vie doit être vraiment difficile pour ses personnes immigrées, arrivées en France depuis bien longtemps mais que l'on continue à stigmatiser. Faïza Guène l'explique avec énormément de justesse et de pudeur. J'ai été très touché par Yamina, son histoire, et par les enfants qu'elle a mis au monde. Ils frissonnent quand les médias mettent en avant un terroriste, ils espèrent de tout cœur qu'il ne sera pas musulman car ils savent que le lendemain les gens vont les identifier à cette personne. Pas toujours consciemment évidemment, mais c'est là, latent. Et c'est quelque chose qui est terrible car les enfants de Yamina sont français. Ils sont nés en France, ils sont aussi français que moi. Mais la peau plus foncé, la maman qui a un accent, tout de suite les préjugés sont là. Je trouve l'histoire de cette famille à la fois simple, banale, et poignante. L'écriture fait mouche, et même si j'ai lu ce roman il y a plusieurs mois j'y pense encore. C'est rare que je pense à un livre plusieurs mois après sa lecture car je lis beaucoup, j'oublie évidemment certaines lectures. Mais pas La Discrétion. Je ne saurais expliquer pourquoi mais ce roman est un vraie coup de cœur, ou coup au cœur. Pourtant il ne raconte pas du tout l'histoire de ma famille mais l'autrice a su me toucher, me faire réfléchir et vraiment je recommande ce roman à tous. Il sort bientôt en poche, n'hésitez pas. Ma note : un énorme cinq étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 Posté le 1 Juillet 2021
    Yamina, 70 ans, est née en 1949 en Algérie. A trente ans elle émigre en banlieue parisienne pour suivre son mari. Ils auront trois filles et un garçon. C'est l'histoire d'une famille ordinaire où domine l'amour et le respect. Si ce n'est pas le style littéraire qu'on retiendra, bien qu'il soit plus que correct, c'est l'émotion qui ressort au récit de cette belle famille. La colère toujours refoulée de Yamina qui s'est transformée en discrétion et en effacement pour mieux s'assimiler. La bonté du père. Le caractère de chacun des enfants. La difficulté d'intégration est le point sensible de leur vie.  Malgré tous leurs efforts, où sont-ils chez eux ? Algériens en France, français en Algérie, pas simple de faire sa place. Faïza Guène a su mettre des mots simples et justes sur une situation qui dure depuis des siècles avec tous les flots migratoires qui se sont succédés .
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2021 : 10 petits formats à savourer

    Les petits formats aussi font leur rentrée ! De deux pères en deuil qui se battent pour la paix, à une ancienne prostituée argentine qui rêve de transformer un bidonville en communauté autonome, découvrez les histoires extraordinaires de cette rentrée en format poche.

    Lire l'article