Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266292160
Code sériel : 17492
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

La mort selon Turner

Benjamin LEGRAND (Traducteur)
Date de parution : 14/11/2019
Lors d'un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis avant de disparaître. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Cap-Nord, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s'annonce brillante... Lors d'un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis avant de disparaître. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Cap-Nord, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s'annonce brillante à cause d'une pauvresse ? Dans un pays gangrené par la corruption, tout le monde en effet s'en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir de la brigade criminelle. Lorsque celui-ci arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation est terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.

Ce roman a reçu le Prix Le Point du polar européen

« Tim Willocks signe un remarquable thriller en même temps qu’un tableau sidérant de l’Afrique post-apartheid. » Le Parisien
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266292160
Code sériel : 17492
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un polar caniculaire et palpitant. Un page-turner qui donne soif. »
Frantz Hoez / L'Obs

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fredbille Posté le 17 Août 2020
    J'ai dévoré ce livre. A travers cette enquête, nous réfléchissons à notre relation à la mort et à l'influence de notre passé sur nos actions. De plus, nous effectuons un voyage en Afrique du Sud, dans ces régions désertiques, où l'on se demande pourquoi l'homme continue à y vivre.
  • fredaillesagu Posté le 13 Août 2020
    Assez violent. Parti d'un "fait divers" dans la misère des townships, un flic s'entête à retrouver les coupables. Quitte à aller dans leur fief, rural et archi corrompu...
  • OSOLEMIO Posté le 7 Août 2020
    Un flic, grand, noir aux yeux verts.... Morgan Freeman ? Denzel Whashington ? Belmondo ? Ventura ?..... Turner va enquêter sur le meurtre d'une jeune noire" sdf " qui a été écrasée par le Range Rover rouge d'un afrikaner complétement bourré et qui, avec sa" clique" a pris la fuite ! Turner, imperturbable, rompu aux armes, aux arts martiaux a des valeurs et il veut servir la loi quoiqu'il arrive ! Il va avoir contre lui toute la bande de Margot le Roux : la mère de Dirk qui est richissime, puissante et qui règne en" maîtresse " des lieux avec Hennie, son compagnon, Simon le zoulou, Jason Britz : un fermier stéroïdé et son oncle Rudy policier... Ils vont tout tenter pour abattre Turner : ..... la corruption de ses collègues, l'intimidation , les pièges, les menaces : Turner s'en fout : il avance et défouraille tout ce qui fait obstacle sur son chemin vers la justice ! Un thriller super puissant, brutal, sanglant, taillé au scalpel par Tim Willocks qui est médecin et chirurgien avec, en toile de fond : l'immensité désertique et aride de la patrie " arc en ciel" après l'apartheid et ses violences ..
  • loeildeluciole Posté le 31 Juillet 2020
    Je crois que j’ai lu ce roman dans les meilleurs jours de l’année pour être totalement plongée dans l’ambiance caniculaire de l’Afrique du Sud ! J’ai terminé ma lecture pendant cette semaine de chaleur et pendant les 100 dernières pages j’ai eu encore plus soif et chaud que prévu ! La mort selon Turner est un polar enquête mais ce qui le met bien plus en avant c’est le côté réaliste de la pauvreté du Cap, la différence entre les noirs et les blancs, les riches et les pauvres, les magouilles politiques, les jeux de pouvoirs. Le côté humain et sociétal fait autant parti du décor que cette accablante chaleur qu’on ressent tout au long du récit. Turner est un flic noir de la capitale. Un matin il arrive sur une scène de crime devant un bar glauque. Une jeune femme a été atrocement écrasée par une grosse bagnole. Un jeune blanc riche venu s’amuser pour le week-end était au volant. Sa mère est richissime et compte protéger la réputation de son poussin. Quoiqu’il en coûte. Mais c’est sans compter sur la justesse et le détermination de Turner, véritable machine de guerre. Au péril de sa vie, contre vent et marée (du désert),... Je crois que j’ai lu ce roman dans les meilleurs jours de l’année pour être totalement plongée dans l’ambiance caniculaire de l’Afrique du Sud ! J’ai terminé ma lecture pendant cette semaine de chaleur et pendant les 100 dernières pages j’ai eu encore plus soif et chaud que prévu ! La mort selon Turner est un polar enquête mais ce qui le met bien plus en avant c’est le côté réaliste de la pauvreté du Cap, la différence entre les noirs et les blancs, les riches et les pauvres, les magouilles politiques, les jeux de pouvoirs. Le côté humain et sociétal fait autant parti du décor que cette accablante chaleur qu’on ressent tout au long du récit. Turner est un flic noir de la capitale. Un matin il arrive sur une scène de crime devant un bar glauque. Une jeune femme a été atrocement écrasée par une grosse bagnole. Un jeune blanc riche venu s’amuser pour le week-end était au volant. Sa mère est richissime et compte protéger la réputation de son poussin. Quoiqu’il en coûte. Mais c’est sans compter sur la justesse et le détermination de Turner, véritable machine de guerre. Au péril de sa vie, contre vent et marée (du désert), il va lutter et tout donner dans cette enquête. Il sait qu’il y joue sa vie mais il ne compte pas abandonner cette anonyme morte les entrailles à l’air. Les meurtres, l’enquête, les personnages, l’atmosphère, tout fonctionne en symbiose parfaite pour un résultat final détonant ! Et j’ai même appris à fabriquer de l’eau (et des nausées). Âmes sensibles s’abstenir… ou pas. Ça vaut le détour même si ça secoue !
    Lire la suite
    En lire moins
  • aurayway Posté le 30 Juillet 2020
    Un polar bien écrit, qui se lit rapidement, facilement. En partie grâce au premier chapitre qui décrit une des scènes finales, laissant suffisamment de flou pour susciter notre curiosité. Une fois arrivé au bout des 400 et quelques pages, mon impression est toutefois mitigée: je n'ai pas réussi à m'attacher à un quelconque personnage car on reste beaucoup dans le descriptif de scènes d'action. Ça tire, ça tue, jusqu'à virer dans le glauque parfois assez gratuitement. Le héros, croisement entre Jacky Chan, Rambo et Bear Grylls, mène l'enquête sans faux pas du début à la fin, ça manque de rebondissement. Les personnages secondaires sont pour la plupart assez caricaturaux. Au final, un livre qui m'a fait plus penser à un script d'un bon film d'action qu'à autre chose.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.