Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266283021
Code sériel : 1867
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

La planète des singes

Date de parution : 17/08/2017
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse :...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse : on aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celles de notre Terre. Après s'y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s'emparent d'Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266283021
Code sériel : 1867
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AinsiVa Posté le 7 Octobre 2021
    Naturellement, une fois de plus, je vais être à contre-courant de l'avis général (mais ce n'est pas de ma faute, je suis ainsi faite, il ne faut pas m'en vouloir, j'écris seulement ce que je pense). L’œuvre originale de Pierre Boulle est très agréable à lire pour un amateur de S-F mais je trouve que c'est le film (le premier avec Charlton Heston) qui est une véritable réussite. Le roman en lui même est assez banal et même ennuyeux. Une planète où des singes ont pris le dessus sur des humains qui se sont laissé aller, s'endormant sur leurs lauriers et finissant par régresser. En fait, on le devine, bien que l'auteur du livre ne s'étende pas autant sur le sujet que dans le film. Pour ce qui est de la fin du roman, je n'en dévoilerai rien par respect pour d'éventuels futurs lecteurs, mais rien d'extraordinaire... Par contre, le film a une dimension bien supérieure et une fin inoubliable, je dis bien INOUBLIABLE ! Pour ma part, je suis certaine que c'est le film qui a fait le succès de "La planète des singes" qui sans lui, serait resté un banal livre de S.F. que peu de personnes auraient lu. Ce n'est... Naturellement, une fois de plus, je vais être à contre-courant de l'avis général (mais ce n'est pas de ma faute, je suis ainsi faite, il ne faut pas m'en vouloir, j'écris seulement ce que je pense). L’œuvre originale de Pierre Boulle est très agréable à lire pour un amateur de S-F mais je trouve que c'est le film (le premier avec Charlton Heston) qui est une véritable réussite. Le roman en lui même est assez banal et même ennuyeux. Une planète où des singes ont pris le dessus sur des humains qui se sont laissé aller, s'endormant sur leurs lauriers et finissant par régresser. En fait, on le devine, bien que l'auteur du livre ne s'étende pas autant sur le sujet que dans le film. Pour ce qui est de la fin du roman, je n'en dévoilerai rien par respect pour d'éventuels futurs lecteurs, mais rien d'extraordinaire... Par contre, le film a une dimension bien supérieure et une fin inoubliable, je dis bien INOUBLIABLE ! Pour ma part, je suis certaine que c'est le film qui a fait le succès de "La planète des singes" qui sans lui, serait resté un banal livre de S.F. que peu de personnes auraient lu. Ce n'est donc pas à Pierre Boulle que je dis bravo mais au scénariste du film qui a retouché le texte original, au réalisateur et au metteur en scène... Vous tous sur Babelio, si vous n'aviez pas vu le film, je suis certaine que seulement 5 à 7 % d'entre-vous, auraient lu le roman. (Vous remarquerez aussi, que sur les nombreuses couvertures au fil des rééditions, c'est souvent la statue de la liberté ou des photos du film que l'on voit. Ce n'est pas pour rien. La statue de la liberté, n'a pourtant jamais fait partie de l'histoire dans le roman.)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Enagrom Posté le 27 Septembre 2021
    De La planète des singes, je connaissais les adaptations cinématographiques mais je n'avais jamais encore lu le roman. Et là surprise, l'auteur est français, je ne sais pas pourquoi (enfin si, les films surement !), je l'imaginais américain. C'est une courte histoire, d'un peu plus de cent pages dont le propos est similaire aux films qui s'en sont inspirés bien que légèrement différent. Trois hommes à la conquête de l'espace découvrent une nouvelle planète où les singes sont des êtres supérieurs dotés de parole et de réflexion alors que les hommes n'ont pas évolué comme sur la Terre : ils ne parlent pas et leur comportement est identique à celui des animaux, régi par leurs instincts. Ce livre de Pierre Boulle, précurseur dans le domaine de la science-fiction, je le trouve bien construit, limpide dans l'écriture et avec un petit charme suranné. Il pointe avec ironie les travers des espèces évoluées (et donc de l'homme via ce contexte inversé) et fait s'interroger sur la notion d'humanité. C'est succinct mais efficace ! Et vu le switch final, on comprend parfaitement qu'il ait été adapté plusieurs fois.
  • l_ecrivailleuse_toquee Posté le 18 Septembre 2021
    Jinn et Phyllis voyagent dans l’espace. Dans cette immensité, ils trouvent une bouteille, flottant à la dérive. Le message qu’elle contient est celui d’Ulysse Mérou, qui relate en détail son histoire, et met en garde l’humanité contre une menace : les singes. Le jeune homme raconte que, depuis la Terre, il a participé à une expédition vers le système de Bételgeuse. Les membres d’équipage y ont découvert une planète comparable à la Terre, pouvant donc abriter la vie. Quelle ne sera pas leur surprise en découvrant que la planète, qu’ils baptisent Soror, est dirigée par les singes, alors que les hommes y vivent à l’état sauvage. Ulysse va être capturé et conduit dans un laboratoire, où des chimpanzés mènent des expériences sur les humains. Mais où sont passés les autres membres de l’expédition ? Comment Ulysse va-t-il parvenir à communiquer avec les scientifiques qui le gardent enfermé ? Pourquoi les hommes n’ont-ils pas évolué ici, et quelle est l’origine de la race simienne ? Autant de questions que nous voulons éclaircir avec Ulysse.  Le roman est remarquable si on considère le fait que Pierre Boulle est né en 1912. J’ai été surprise de découvrir, au début du récit, les voyages spatiaux et les technologies... Jinn et Phyllis voyagent dans l’espace. Dans cette immensité, ils trouvent une bouteille, flottant à la dérive. Le message qu’elle contient est celui d’Ulysse Mérou, qui relate en détail son histoire, et met en garde l’humanité contre une menace : les singes. Le jeune homme raconte que, depuis la Terre, il a participé à une expédition vers le système de Bételgeuse. Les membres d’équipage y ont découvert une planète comparable à la Terre, pouvant donc abriter la vie. Quelle ne sera pas leur surprise en découvrant que la planète, qu’ils baptisent Soror, est dirigée par les singes, alors que les hommes y vivent à l’état sauvage. Ulysse va être capturé et conduit dans un laboratoire, où des chimpanzés mènent des expériences sur les humains. Mais où sont passés les autres membres de l’expédition ? Comment Ulysse va-t-il parvenir à communiquer avec les scientifiques qui le gardent enfermé ? Pourquoi les hommes n’ont-ils pas évolué ici, et quelle est l’origine de la race simienne ? Autant de questions que nous voulons éclaircir avec Ulysse.  Le roman est remarquable si on considère le fait que Pierre Boulle est né en 1912. J’ai été surprise de découvrir, au début du récit, les voyages spatiaux et les technologies utilisées, décrits avec beaucoup de précision sans que cela ne me paraissent farfelu. La lecture est fluide et agréable. Le récit est assez rythmé, même si les pensées d’Ulysse viennent nourrir les réflexions du lecteur. Grâce à cette histoire où les rôles sont inversés entre hommes et singes, Pierre Boulle évoque beaucoup de thèmes comme, par exemple, l’évolution, la société société humain et les expérimentations sur les animaux. La planète des singes n’est pas un simple roman de science-fiction, cela va bien au-delà. Ce roman permet d’ouvrir les portes de réflexions bien plus sérieuses et profondes.  La fin du roman est déroutante, mais je n’en dirai pas plus !
    Lire la suite
    En lire moins
  • simoncournoye Posté le 11 Septembre 2021
    N’ayant jamais accroché aux adaptations télévisuelles, c’est avec un peu de scepticisme que j’attaquai ce livre. Mais Surprise! Que du plaisir! Ça se lit comme un charme et difficile de s’arrêter. Il y a de quoi remettre en cause le complexe de supériorité de l’humanité.
  • BazaR Posté le 31 Août 2021
    Avalé en trois jours. Et croyez-moi, c'est très rapide pour moi. J'ai baladé ce bouquin partout en vacances, de la Belgique à la Dordogne, avant de le lire… chez moi. Il méritait bien ça ; il était fatigué. Et enfin ça me permettait de commencer à combler mes immenses lacunes en classiques SF. Évidemment j'avais en tête les multiples versions cinématographiques tirées du bouquin, et je cherchais en permanence les liens. Finalement, c'est le film avec Charlton Heston qui s'en rapproche le plus je dirais, tout en étant assez différent. J'ai d'abord été épaté par le niveau scientifique développé par l'auteur, que ce soit sur les véhicules spatiaux à voile solaire ou les effets relativistes du voyage à la « vitesse de la lumière moins epsilon » comme il dit. C'est beau comme du Poul Anderson. Tout en dévorant les courts chapitres, je tiquais quand même sur le fait que l'auteur développe une pure interversion entre homme et singe, les deux sociétés se ressemblant comme deux gouttes d'eau pour tout alors que trois cent années lumières sont censées les séparer. Je trouvais qu'une telle similarité était peu crédible, et puis je me suis dit que c'était volontaire. Cela permet de mettre en relief certains... Avalé en trois jours. Et croyez-moi, c'est très rapide pour moi. J'ai baladé ce bouquin partout en vacances, de la Belgique à la Dordogne, avant de le lire… chez moi. Il méritait bien ça ; il était fatigué. Et enfin ça me permettait de commencer à combler mes immenses lacunes en classiques SF. Évidemment j'avais en tête les multiples versions cinématographiques tirées du bouquin, et je cherchais en permanence les liens. Finalement, c'est le film avec Charlton Heston qui s'en rapproche le plus je dirais, tout en étant assez différent. J'ai d'abord été épaté par le niveau scientifique développé par l'auteur, que ce soit sur les véhicules spatiaux à voile solaire ou les effets relativistes du voyage à la « vitesse de la lumière moins epsilon » comme il dit. C'est beau comme du Poul Anderson. Tout en dévorant les courts chapitres, je tiquais quand même sur le fait que l'auteur développe une pure interversion entre homme et singe, les deux sociétés se ressemblant comme deux gouttes d'eau pour tout alors que trois cent années lumières sont censées les séparer. Je trouvais qu'une telle similarité était peu crédible, et puis je me suis dit que c'était volontaire. Cela permet de mettre en relief certains comportements humains sujets à débat, comme le capitalisme boursier d'avant l'informatique ou l'utilisation d'animaux de laboratoire pour la recherche. Et puis Pierre Boulle développe sa théorie de l'imitation, qui rapproche (un peu) du film de 1968 (seul truc qui m'a vraiment gêné : ce concept de mémoire collective qui offre pourtant un moment de lecture très captivant). Soit, mais comment expliquer l'évolution si similaire des êtres vivants sur deux planètes si éloignées ? J'ai senti venir la première révélation de fin et pourtant elle a gardé toute sa force quand je l'ai lue. Quant à la deuxième… malheureusement je la connaissais, l'ayant malencontreusement entendue quelque part et jamais oubliée (alors que j'ai une mémoire de poisson rouge vif). C'est en discutant du sujet avec une amie qu'elle m'a donné sa propre interprétation (ATTENTION ! ne pas lire si vous n'avez pas lu le roman). [masquer] Toute cette histoire est finalement un roman de SF dans le roman de Pierre Boulle, écrit par un singe inconnu qui ne connaissait pas l'autoédition. Il n'y a jamais eu d'intelligence que chez les singes et l'homme a toujours été une enclume [/masquer]. Même si je considère que l'auteur laisse l'interprétation assez libre, je dois avouer que celle de mon amie élimine de fait mes interrogations mentionnées plus haut. Quoi qu'il en soit, le plaisir de lecture est réel. N'hésitez pas à vous lancer même si vous avez vu les films.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Twist final : 10 romans dont la fin vous laissera bouche bée

    Choquant et inattendu, le retournement final fait partie de ces pirouettes, qui, lorsqu'elles sont bien réalisées, transforment une lecture agréable en lecture inoubliable. Du roman de SF culte La planète des singes au récent best-seller La Fille du train, focus sur dix romans avec une fin à couper le souffle. 

    Lire l'article